En mars 2021, la boîte à outils a été entièrement remaniée. Les parties qui suivent sont nouvelles :

  • stratégie de protection, de contrôle et de soutien en cas d’éclosion de la covid 19 dans les fermes de l’Ontario
  • obligations liées au dépistage pour entrer au Canada
  • quarantaine obligatoire
  • dépistage antigénique rapide
  • maximisation de la distanciation physique
  • transport
  • recommandations en matière de logement

Aperçu

Nous reconnaissons que la covid 19 dans les exploitations agricoles a entraîné une situation difficile pour plusieurs agriculteurs et autres entreprises agroalimentaires, en plus d’avoir eu des répercussions importantes sur les travailleurs saisonniers.

Vous n’êtes pas seuls pour relever ces défis — nous sommes là pour collaborer avec vous afin de prévenir la propagation du virus au travail. Nous vous appuierons activement à chaque étape.

Cette trousse virtuelle vise à constituer un « guichet unique » permettant aux exploitants agricoles d’obtenir une orientation, des ressources et des renseignements reliés à la prévention, au contrôle, au dépistage et au soutien en matière de gestion des éclosions.

En travaillant ensemble, nous pouvons réduire la propagation de la covid 19.

Il est important de noter que le bureau de santé publique et le médecin-hygiéniste locaux sont responsables de la gestion de la covid 19 en matière de santé publique, incluant l’enquête et la coordination en cas d’éclosion, et de fournir une orientation et des recommandations aux lieux de travail. Le texte de ce document n’a pas préséance sur les conseils et les recommandations du bureau de santé publique. Les circonstances individuelles doivent être prises en compte au cas par cas.

Stratégie de protection, de contrôle et de soutien en cas d’éclosion de la covid 19 dans les fermes de l’Ontario

En réponse aux éclosions, la province déploie une Stratégie de protection, de contrôle et de soutien en cas d’éclosion de la covid 19 dans les fermes de l’Ontario pour réduire le risque de transmission de la covid 19 dans les fermes et dans l’ensemble de la collectivité. Cela comprend l’accès aux prestations et aux soutiens en matière d’emploi, ainsi qu’une nouvelle orientation de santé publique.

Voici les objectifs généraux de la Stratégie :

  • prévenir et contenir les éclosions de covid 19 dans les lieux de travail agricoles
  • protéger la santé et le bien-être des travailleurs agroalimentaires tout en respectant leurs droits et libertés
  • maintenir la pérennité et la viabilité du secteur agroalimentaire

Contrôler le risque de transmission de la covid 19 dans les lieux de travail agricoles

La santé et le bien-être de tout un chacun en Ontario, notamment des travailleurs agricoles, sont notre priorité numéro un. Et la clé demeure la prévention.

La covid 19 est un virus qui peut se propager entre les personnes, principalement lorsqu’une personne infectée est en contact étroit avec une autre personne. Le virus peut se propager à partir de la bouche ou du nez d’une personne infectée par de petites particules liquides lorsqu’elle tousse, éternue, parle ou respire fort. Les personnes infectées avec ou sans symptômes peuvent transmettre la covid 19. Le risque peut être haussé en raison d’un contact avec des employés qui travaillent dans plusieurs exploitations agricoles.

Le risque de propagation semble supérieur à l’intérieur qu’à l’extérieur, en particulier dans les endroits fermés et bondés et lors de périodes d’expositions plus longues. Cela peut comprendre les activités qui sont effectuées en travaillant ou en vivant à proximité immédiate d’autres personnes. Il est aussi possible que la covid 19 puisse se propager en touchant des surfaces contaminées.

En vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST), il est de votre responsabilité comme employeur de prendre toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour la protection d’un employé. Cela comprend l’adoption de mesure pour protéger les travailleurs des maladies infectieuses.

Toutes les entreprises fonctionnant durant un confinement ou une fermeture doivent créer un plan de sécurité au travail lié à la covid 19. Ce guide vous aidera à utiliser les conseils existants en matière de santé publique pour élaborer et mettre à jour votre plan. Il vous aidera à mettre des mesures de contrôle en place afin de rendre votre lieu de travail plus sécuritaire pour tous.

Le gouvernement de l’Ontario a récemment adopté des mesures additionnelles pour protéger les travailleurs agricoles durant la pandémie en augmentant les inspections dans les fermes, les serres et les autres exploitations agricoles partout dans la province afin de s’assurer que les mesures de santé et de sécurité sont suivies. Ces inspections mettront l’accent sur les endroits qui emploient des travailleurs étrangers temporaires (TET) pour s’assurer que des plans de sécurité sont en place et que les travailleurs sont adéquatement protégés contre la covid 19.

Un certain nombre de ressources sont également décrites ci-dessous pour vous aider à prévenir la propagation de covid 19 au travail et nous vous encourageons à les utiliser.

Ressources et services de consultation

L’Ontario octroie du financement à l’association Workplace Safety and Prevention Services (WSPS) afin qu’elle fournisse des ressources et des services de consultation pour aider les agriculteurs et les autres entreprises agroalimentaires à offrir des lieux de travail sécuritaires, et qu’elle améliorer la gestion efficace des risques liés à la covid 19 pour :

  • les abattoirs et les établissements de transformation des viandes titulaires d’un permis provincial
  • les exploitations agricoles comme les fermes, les serres et les exploitations de production horticole, les élevages de bétail et les grandes cultures/cultures commerciales

Les lieux de travail sont admissibles à deux jours de services taillés sur leurs besoins d’une valeur de 2 000 $. Les services financés sont offerts jusqu’au 31 mars 2021.

Vous pouvez aussi composer le 1 877 494-9777 pour parler à un représentant du service à la clientèle ou envoyez un courriel à customercare@wsps.ca.

WSPS offre aussi des webinaires gratuits sur la façon de créer un plan de sécurité et a publié plusieurs exemples de plans de sécurité sur son site Web. Renseignez-vous sur les plans de sécurité au travail (en anglais seulement).

L’Association des fruiticulteurs et des maraîchers de l’Ontario a colligé un recueil exhaustif de ressources sur la covid 19 visant à aider les travailleurs agricoles étrangers et les employeurs de l’Ontario durant la pandémie (covid 19 Resource Library for International Agricultural Workers and Employers). Beaucoup de ressources dans ce recueil sont disponibles en français, en anglais, en espagnol et en thaï.

Cette partie sera actualisée lorsque des renseignements supplémentaires deviendront disponibles.

Travailleurs étrangers temporaires (TET) et autres employés saisonniers

Vous pouvez signaler une mauvaise utilisation ou des abus du Programme des TET ou de travailleurs en appelant la ligne confidentielle de Service Canada au 1 866 602-9448.

Obligations liées au dépistage pour entrer au Canada

Depuis le 7 janvier 2021, une preuve d’un résultat négatif à test de laboratoire de la covid 19 doit être présentée à la compagnie aérienne avant de monter dans un avion à destination du Canada. Le test doit être effectué dans les 72 heures qui précèdent l’heure de l’embarquement prévue pour le Canada. Tous les voyageurs à destination du Canada ont l’obligation d’avoir cette preuve en main au moment de monter dans l’avion, peu importe leur citoyenneté. À défaut, un voyageur se verra automatiquement refuser l’embarquement par le transporteur aérien exploitant le vol vers le Canada.

Les agriculteurs et les exploitants qui emploient des travailleurs étrangers sont encouragés à travailler en amont avec leurs employés afin d’obtenir le test exigé avant le départ pour le Canada.

Dépistage et quarantaine obligatoires

À compter du 22 février 2021, tous les voyageurs internationaux arrivant au Canada devront passer un test de dépistage de la covid 19 à leur arrivée et s’isoler dans un hôtel approuvé par le gouvernement fédéral en attendant le résultat de leur test. Le gouvernement fédéral a indiqué que certains voyageurs comme les TET ayant des plans de quarantaine adéquats sont exemptés du séjour obligatoire à l’hôtel.

Les voyageurs devront également effectuer et présenter un test de dépistage de la covid 19 autoadministré le 10e jour qui suit leur arrivée.

Un travail est soumis à une quarantaine de 14 jours à son arrivée au pays. Cette période de quarantaine est obligatoire et commence à la date d’arrivée du travailleur au Canada. Les TET ne sont pas autorisés à travailler pendant cette période. Un résultat négatif à un test de la covid 19 obtenu durant la quarantaine n’exempte pas le travailleur de compléter la période de quarantaine de 14 jours.

Si un travailleur commence à présenter des symptômes durant la période de quarantaine, est exposé à une autre personne présentant des symptômes ou reçoit un résultat positif à un test de la covid 19, il doit alors commencer une période additionnelle d’isolation de 14 jours.

Les exploitations agricoles qui emploient des TET devraient avoir des plans pour mettre leurs travailleurs en quarantaine pour la période exigée. Durant cette période, les agriculteurs sont responsables de s’assurer que leurs travailleurs sont informés des ressources qui leur sont accessibles, ainsi que de leurs rôles, droits et responsabilités concernant la sécurité liée à la covid 19 et ceux de leurs employeurs et superviseurs.

Pour de plus amples renseignements sur les exigences en matière de voyage pour les TET qui arrivent au Canada, consultez la page Maladie à coronavirus (covid 19) : Travailleurs étrangers

Le gouvernement fédéral offre actuellement de l’aide financière par le truchement du Programme d’aide pour l’isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires.

Pour obtenir davantage de renseignements, consultez la page Web covid 19 : Guide pour les travailleurs étrangers temporaires au Canada.

Agences de placement temporaire

Si vous avez besoin de compléter votre main-d’œuvre grâce à des agences de placement temporaire, il est essentiel que vos travailleurs proviennent d’agences de placement temporaire légales et conformes. L’intégration de travailleurs provenant d’agences de placement dans les exploitations agricoles crée de nouveaux risques de transmission de la covid 19 et, dans certains cas, a contribué à des éclosions dans des exploitations agricoles. Certaines agences de placement ne sont pas au fait de leurs responsabilités lorsqu’il est question d’offrir des conditions de travail sécuritaires et équitables. Les deux employeurs — l’exploitation agricole et l’agence de placement — ont des responsabilités liées à la sécurité des travailleurs.

Demandez à l’agence les mesures qu’elle prend pour s’assurer que sa main-d’œuvre est sûre et assurez-vous qu’elle est prête à vous fournir le nom complet et les coordonnées de chaque personne qui entrera sur votre propriété. Cela doit inclure la confirmation que les travailleurs travailleront dans une seule exploitation ou dans le moins d’exploitations possible. À leur arrivée, les travailleurs des agences de placement doivent être placés dans une cohorte séparée des autres cohortes de travailleurs existantes.

Vous pouvez aussi vous protéger en vous assurant que l’agence de placement temporaire est inscrite auprès de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’Assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) et en règle. Il s’agit d’un indice de l’engagement de l’employeur envers la santé et la sécurité des travailleurs.

Vous pouvez demander à l’agence une copie de son certificat de la CSPAAT ou consulter cette liste des agences de placement temporaire (qui fournissent des travailleurs au secteur agricole) qui sont inscrites auprès de la CSPAAT en date de juin 2020 (Excel).

Veuillez noter que l’inscription auprès de la CSPAAT n’indique pas la conformité avec d’autres exigences de la Loi sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail, la Loi sur la santé et la sécurité au travail ou d’autres lois provinciales. Cette liste ne constitue pas une approbation ou une recommandation de ces employeurs par le ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences ou par la CSPAAT.

Les entreprises doivent aussi savoir que la Loi sur les normes d’emploi contient plusieurs dispositions de responsabilité solidaire aux termes desquelles vous pourriez, si l’agence de placement temporaire qui vous fournit des travailleurs ne paie pas ses employés, avoir l’obligation de payer les traitements et salaires de ces employés.

Renseignez-vous sur ce que vous devez savoir lorsque vous embauchez des travailleurs contractuels.

Avant d’arriver à la ferme

Dépistage

Mettez immédiatement en œuvre un dépistage actif de la covid 19 pour toute personne qui entre dans l’exploitation agricole. Cela permet d’identifier et de prévenir l’entrée de toute personne qui peut présenter des symptômes de la covid 19 afin que cette personne ne propage pas la maladie parmi les autres personnes à la ferme. Pour des renseignements sur la manière d’y parvenir, lisez la partie du plan de sécurité lié à la covid 19 portant sur le dépistage.

Tous les travailleurs et les employeurs peuvent utiliser l’outil de dépistage pour les travailleurs du ministère de la Santé afin de déterminer s’ils peuvent être admis à la ferme pour la journée. Afin de garantir la conformité, vous pourriez désigner une personne chargée du dépistage à l’entrée de l’exploitation agricole afin de procéder quotidiennement au dépistage actif des travailleurs et des visiteurs à la ferme et de s’assurer des points suivants :

  • un nombre limité de points d’entrée afin de simplifier le processus de dépistage
  • les stations de dépistage sont situées à l’entrée ou près de l’entrée, dans une zone à l’écart des autres activités et de toute zone où la circulation est élevée
  • un approvisionnement suffisant de désinfectant pour les mains se trouve à la table de dépistage
  • l’aménagement de l’entrée permet de maintenir la distanciation physique pendant que le personnel procède au dépistage (p. ex. du marquage au sol à tous les 2 mètres comme repère visuel)
  • si la distanciation physique ne peut pas être maintenue ou qu’il n’y a pas de barrière en Plexiglas entre le dépisteur et la personne qui est dépistée, il faut fournir au dépisteur l’équipement de protection individuelle (EPI) approprié

Si un dépisteur désigné n’est pas utilisé, tous les travailleurs, y compris les travailleurs d’agence de placement temporaire, doivent remplir un formulaire papier ou virtuel de dépistage actif et en présenter la preuve à leur arrivée à la ferme.

Ne laissez personne qui présente ou qui déclare des symptômes de la covid 19 entrer dans l’exploitation agricole. Il faut aviser une telle personne de porter un masque ou un couvre-visage, de retourner immédiatement à son domicile pour s’auto-isoler, et de demander un avis médical afin de déterminer si elle doit passer un test de covid 19. Tant l’employeur que l’agence de placement temporaire (le cas échéant) doivent être informés si un employé ne passe pas le dépistage. De plus, les employeurs doivent informer le bureau de santé publique local lorsque des personnes symptomatiques n’ont pas passé le dépistage à la ferme.

Pour de plus amples renseignements sur le dépistage, consultez le Document d’orientation sur la covid 19 : gestion d’une éclosion dans les exploitations agricoles du ministère de la Santé.

Conservez des fiches de présence quotidienne et les coordonnées de tous les travailleurs et visiteurs dans le cadre du processus de dépistage afin de favoriser la recherche de contacts. Le ministère de la Santé a également créé un outil distinct de dépistage des visiteurs et des clients d’une entreprise. Assurez-vous de protéger tous les renseignements personnels conformément aux lois applicables en matière de confidentialité et d’une manière qui protège la vie privée des employés et des visiteurs.

Programme provincial de dépistage antigénique

Le Programme provincial de dépistage antigénique a récemment été lancé pour permettre aux employeurs des installations prioritaires d’ajouter une mesure de sécurité supplémentaire dans les lieux de travail essentiels et présentant un risque élevé, afin d’aider à réduire la propagation de la covid 19.

Un test antigénique rapide peut être effectué partout (c.-à-d. directement sur le lieu de travail) par un professionnel de la santé. Quinze minutes sont environ nécessaires pour obtenir les résultats.

Grâce à ces tests, les milieux de travail peuvent identifier en amont les cas de covid 19 chez les particuliers asymptomatiques qui pourraient autrement passer à travers les mailles du dépistage régulier au travail. Le dépistage antigénique rapide ne remplace pas les mesures existantes de contrôle et de prévention des infections. Il ajoute une couche de protection afin d’empêcher possiblement une personne atteinte de la covid 19 qui autrement n’aurait pas été détectée d’entrer dans un lieu de travail. La détection précoce peut aider à prévenir la propagation du virus.

Les tests antigéniques rapides sont moins sensibles et spécifiques que les tests PCR effectués en laboratoire normalement utilisés pour détecter la covid 19, ce qui veut dire que leurs résultats ne sont pas aussi précis. Un résultat positif à un test antigénique rapide constitue un positif préliminaire et doit être suivi par un test PCR effectué par un centre d’évaluation ou un laboratoire communautaire participant qui servira à confirmer le résultat dans un délai de 24 heures. Le particulier qui a reçu un résultat positif lors d’un test antigénique rapide doit s’isoler jusqu’à ce que le résultat du test PCR effectué en laboratoire soit connu.

Le gouvernement provincial fournira gratuitement des trousses de test antigénique rapide aux employeurs qui participent au programme. Les employeurs auront de la latitude concernant le déploiement du dépistage antigénique rapide dans leurs lieux de travail respectifs, pourvu qu’ils respectent les modalités du Programme provincial de dépistage antigénique, y compris la conformité aux lignes directrices provinciales applicables. Les employeurs participants doivent entrer quelques données chaque semaine dans une base de données de création de rapports centralisée.

Les employeurs du secteur agroalimentaire qui souhaitent participer au Programme provincial de dépistage antigénique peuvent communiquer avec le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales à l’adresse suivante : omafra.labour@ontario.ca.

Renseignez-vous sur les facteurs à considérer pour les tests antigéniques rapides.

Dépistage

Quiconque présente au moins un symptôme de la covid 19 devrait se faire tester dès que possible et rester en auto-isolement dans l’attente des résultats.

Le dépistage de la covid 19 est un service gratuit et volontaire pour tout le monde en Ontario, y compris les travailleurs agricoles. Personne ne devrait être dissuadé de passer un test pour la covid 19 ni s’en faire refuser l’accès.

Le gouvernement de l’Ontario :

  • s’est assuré que les travailleurs agricoles n’ont pas besoin d’une carte Santé de l’Ontario pour passer un test
  • couvrira le coût des services liés à la covid 19 pour les personnes non assurées qui ne satisfont pas aux critères d’admissibilité à l’Assurance-santé
  • supprimera le délai de carence de trois mois pour être couvert par l’Assurance-santé pour les personnes admissibles

Le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO) offre aux agriculteurs des services directs de liaison afin de comprendre leurs préoccupations particulières, des conseils sur leurs activités, des soutiens financiers et techniques, ainsi que des options en matière de dépistage des travailleurs dans leur région sur demande.

Composez le 1 877 424-1300 ou faites parvenir un courriel à omafra.labour@ontario.ca pour être aiguillé vers un membre de l’équipe qui vous aidera à accéder aux options de dépistage dans votre région.

Préparation au dépistage des travailleurs

Utilisez nos ressources imprimables pour aider à atténuer les possibles préoccupations et peurs de vos travailleurs. Elles sont disponibles en anglais, en français, en espagnol, en thaï et en chinois traditionnel.

Comment et où subir un test de dépistage

Quiconque répond à une condition suivante doit passer un test de covid 19 dans un centre d’évaluation ou un laboratoire communautaire participant et s’auto-isoler dans l’attente des résultats :

  • présente au moins un symptôme cohérent avec la covid 19
  • a été identifié comme contact étroit d’un cas connu de covid 19
  • fait partie d’une enquête liée à une éclosion
  • a reçu d’un bureau de santé publique local la consigne de se faire tester

Par ailleurs, le gouvernement de l’Ontario offre du dépistage volontaire et ciblé de la covid 19 aux particuliers de certaines populations présentant un risque élevé, comme les travailleurs agricoles qui vivent dans des logements communautaires sur place ou hors site, même en l’absence de symptômes ou d’exposition identifiée à la covid 19. Les personnes qui souhaitent être testées peuvent prendre un rendez-vous dans un centre d’évaluation de la covid 19 ou dans une pharmacie participante.

Des renseignements sur le dépistage et la manière de trouver un centre de dépistage près de chez vous sont accessibles ici.

Si plusieurs employés d’un même emplacement souhaitent se faire tester, les centres de dépistage peuvent être en mesure de planifier une plage horaire, ce qui facilitera la coordination du transport et des services d’interprète. Veuillez vous assurer d’envoyer à l’avance les demandes de services d’interprétation et de traduction.

Une fois sur place, environ 15 minutes sont nécessaires pour chacun des employés. L’accès à de l’information sur les soutiens en santé et communautaires sera possible sur place.

Si vous vous rendez dans un centre d’évaluation, veuillez respecter les mesures de santé publique, notamment le port d’un couvre-visage et le maintien d’une distance physique.

Un fournisseur de soins de santé (infirmière, médecin, ambulancier paramédical) prélèvera un échantillon en plaçant un écouvillon ou un applicateur ouaté dans la narine afin de prélever des cellules et une éventuelle substance virale (covid 19). Cela peut causer un certain inconfort, mais la procédure est de courte durée.

L’échantillon sera envoyé à un laboratoire pour être analysé afin de déterminer si le test est positif (le virus était présent) ou négatif (aucun virus n’a été trouvé). Un résultat positif sera signalé par le laboratoire au bureau de santé publique local afin qu’une enquête soit menée et que le particulier ayant obtenu le résultat positif à la covid 19 soit pris en charge.

Résultats du test de dépistage

Les résultats des tests de la covid 19 sont généralement accessibles dans un délai de 48 heures. Ce délai n’est cependant pas garanti et plus de temps peut être nécessaire pour l’obtention des résultats. Selon le lieu où est réalisé le test de dépistage, les travailleurs peuvent obtenir leur résultat :

Après avoir subi leur test de dépistage, les travailleurs recevront des directives précises sur la manière d’en obtenir le résultat.

Si un employeur doit avoir accès au résultat du test de dépistage, le travailleur doit consentir à ce que le clinicien prescripteur divulgue ce résultat à l’employeur, ou partager directement son résultat avec l’employeur.

Si vos travailleurs n’ont pas accès à internet ou s’ils ont de la difficulté à accéder à leurs résultats en ligne, vous pouvez les aider à communiquer avec le centre d’évaluation ou avec leur fournisseur de soins primaires.

Dans l’exploitation agricole

La covid 19 peut se propager par des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Il est donc très important que des mesures de contrôle efficaces soient en place sur le lieu de travail.

Afin d’exploiter votre entreprise de façon plus sécuritaire et pour la garder ouverte, vous pouvez devoir apporter des modifications au lieu de travail et à la façon dont le travail est effectué. Trouvez des recommandations et des renseignements dans les ressources sur la covid 19 pour les entreprises.

Maximisation de la distanciation physique

Dans la mesure du possible, il faut garder une distance de deux mètres avec les autres. Si maintenir une distanciation physique est impossible, assurez-vous que les travailleurs portent un masque ou un couvre-visage.

Dissuadez les employés de se rassembler à l’intérieur comme à l’extérieur du lieu de travail.

Assurez-vous que les travailleurs conservent une distanciation physique (d’au moins 2 mètres) dans les coins-repas, les salles de réunion et les autres zones communes intérieures. Décalez les pauses repas pour permettre l’utilisation du coin-repas et de la salle de réunion par une seule cohorte à la fois. Assurez-vous de mettre en place des politiques et des procédures concernant l’utilisation des espaces communs et de transmettre rapidement aux utilisateurs les observations concernant ces endroits. Consultez la page Périodes des repas et des pauses au travail pendant l’épidémie de covid 19 pour de plus amples renseignements.

Envisagez l’installation de barrières physiques (p. ex. en Plexiglas) lorsque les travailleurs sont en contact étroit.

Enlevez les meubles et les fournitures en surplus des allées pour faciliter les déplacements tout en conservant la distanciation physique. Utilisez du ruban ou des marques sur le plancher pour indiquer aux gens de rester à au moins 2 mètres de distance les uns des autres. Mettez en place une circulation unidirectionnelle dans votre installation.

Maximiser l’apport d’air frais dans la mesure du possible. L’amélioration de la ventilation et l’entretien adéquat des systèmes CVCA compléteront les autres mesures de santé publique pour réduire la transmission de la covid 19.

Nettoyage et désinfection

Même si les employeurs ont l’obligation de maintenir les lieux de travail propres, cette obligation est encore plus importante en raison de la covid 19.

Voici des pratiques exemplaires à l’intention des employeurs :

  • Permettre aux travailleurs et aux visiteurs de laver correctement leurs mains en leur donnant accès à des postes de lavage des mains et installer des distributeurs de désinfectant pour les mains à base d’alcool à plusieurs endroits visibles, y compris aux entrées et aux sorties.
  • Encourager le lavage des mains avec du savon et de l’eau ou du désinfectant pour les mains à base d’alcool (60-90 % d’alcool), en particulier avant les pauses et lors des changements de quart.
  • Lorsque les mains sont visiblement sales, elles devraient être lavées avec du savon et de l’eau et séchées avec des serviettes en papier.
  • Si des gants sont utilisés, il faut se laver les mains avant de mettre les gants. Jeter les gants dans la poubelle (c.-à-d. des réceptacles de déchets sans contact avec sac de poubelle, qui devraient être disposés un peu partout dans le lieu de travail) après les avoir enlevés, puis se laver les mains.
  • S’assurer d’un approvisionnement adéquat.
  • En plus du nettoyage de routine, nettoyer et désinfecter les surfaces ou les zones qui sont fréquemment en contact avec les mains (surfaces souvent touchées) deux fois par jour et lorsqu’elles sont visiblement sales.
    • Voici des exemples de surfaces souvent touchées : poignées de porte, comptoirs, portes d’armoire, boutons d’ascenseurs, interrupteurs, robinets, poignée de chasse de toilette, rampes, écrans tactiles et claviers.
  • N’utiliser que des désinfectants portant un numéro d’identification de médicament (DIN) émis par Santé Canada qui confirme qu’ils sont homologués à des fins d’utilisation au Canada. Respecter les instructions du fabricant et vérifier la date d’expiration des produits.
  • Conserver un registre de nettoyage pour faire le suivi de la fréquence des horaires de nettoyage et de désinfection du lieu de travail et des logements fournis aux travailleurs.
  • Désinfecter le matériel partagé (lorsque le partage du matériel est inévitable).
  • Afficher des directives d’hygiènes en anglais, en français et dans toutes les langues majoritairement en usage au travail et inclure dans la mesure du possible des images ou des documents infographiques afin que tous puissent clairement comprendre comment ils peuvent contribuer.

Renseignez-vous sur le nettoyage et la désinfection des lieux publics (PDF) et consultez la liste de Santé Canada des désinfectants pour surfaces dures dont l’utilisation contre la covid 19 a été prouvée.

Masques non médicaux et équipement de protection individuelle

Les masques ont deux objectifs en ce qui concerne la propagation de la covid 19 dans les lieux de travail : ils représentent un moyen de contrôle à la source pour protéger les autres de la personne qui porte le masque, et ils sont de l’EPI qui protège ceux qui les portent. Tous les masques ne remplissent pas ces deux objectifs. L’utilisation de masques dans les lieux de travail agricoles est une importante mesure de contrôle qui devrait être mise en place conjointement avec d’autres mesures.

Pour en savoir plus sur l’EPI et le port du masque à des fins de contrôle à la source, consultez la page Utilisation des masques dans les lieux de travail ou les parties pertinentes du guide pour l’élaboration de votre plan de sécurité lié à la covid 19.

Port du masque à des fins de contrôle à la source

Un masque ou un couvre-visage peut être porté pour réduire le risque de transmission de la covid 19 à d’autres personnes. Le masque porté à des fins de contrôle à la source est une autre mesure potentielle de contrôle qui peut être envisagée, en plus des mesures de santé publique relatives à l’hygiène des mains, à la distanciation physique, à la réduction du nombre de contacts étroits et au dépistage des symptômes sur le lieu de travail. Pour que cette mesure soit efficace, tous doivent porter le masque à des fins de contrôle à la source. Quand tous portent un masque, ils adhèrent au principe « Je vous protège et vous me protégez ».

Il faut s’assurer que les travailleurs, les bénévoles et les entrepreneurs qui utilisent des masques ou des couvre-visages sont formés pour le faire adéquatement, ainsi que pour les mettre et les retirer de façon sécuritaire (par exemple, l’hygiène des mains doit être pratiquée avant de mettre le masque et après l’avoir enlevé).

Le port du masque ne remplace pas la distanciation physique. Il faut dans la mesure du possible rester à au moins deux mètres de distance des autres.

Consultez le document du gouvernement du Canada Masques non médicaux : Comment mettre, enlever et nettoyer, qui suggère entre autres de remplacer les masques mouillés ou sales.

Équipement de protection individuelle (ÉPI)

L’EPI est l’équipement et les vêtements portés par un travailleur pour réduire l’exposition aux dangers sur le lieu de travail, y compris les risques infectieux comme la covid 19. Les masques médicaux et les lunettes de protection sont des exemples d’EPI.

L’EPI doit être porté lorsque les travailleurs ne sont pas protégés par des mesures techniques (comme des parois en Plexiglas) ou administratives (comme le regroupement en cohorte) et qu’ils peuvent être exposés à des dangers comme la covid 19.

Vous devriez déterminer si le port d’EPI doit faire partie de plan de contrôle des risques. Pour déterminer si l’EPI s’impose, il faut procéder à une évaluation du risque qui porte aussi sur l’efficacité des autres mesures de contrôle et tient compte de l’avis du bureau de santé publique local, notamment en ce qui a trait au niveau de risque dans la communauté. Bien que l’EPI utilisé correctement puisse aider à prévenir certaines expositions, il s’agit de la dernière mesure de contrôle qui devrait par conséquent être utilisée en plus de toutes les autres mesures de santé publique.

Il est important que les masques portés comme EPI soient adaptés à cette fin. De plus, ils doivent être sécuritaires et ne pas poser de nouveaux dangers. Il peut y avoir des situations où le port constant et adéquat du masque s’avérera difficile (par exemple par temps très chaud ou humide).

Il faut s’assurer que les travailleurs, les bénévoles et les entrepreneurs qui utilisent un EPI sont formés pour le faire adéquatement, ainsi que pour les mettre et les retirer de façon sécuritaire.

Consultez une liste de plus de 200 entreprises qui vendent de l’équipement de protection individuelle (ÉPI) comme des masques, des gants, du désinfectant et des écrans protecteurs de comptoir pour vous protéger, ainsi que vos travailleurs, de la covid 19. Le gouvernement fédéral possède aussi une liste des entreprises qui achètent et vendent de l’équipement de protection individuelle pendant la pandémie de covid 19.

Regroupement en cohortes

Les cohortes sont des équipes de travail ou des groupes de personnes qui vivent ou travaillent ensemble selon le même horaire ou dans la même partie de l’entreprise. La création de cohortes peut aider à limiter la transmission du virus et à identifier qui a été en contact avec qui lorsque survient un cas de covid 19. Cela permet aussi aux exploitations agricoles d’identifier plus précisément les travailleurs exposés à l’employé positif à la covid 19 et qui doivent s’isoler, ce qui minimise les perturbations potentielles aux activités ;

Voici certaines manières de créer et de maintenir en place des cohortes :

  • Établir des cohortes à partir des équipes de travail ou des groupes de personnes qui travaillent ensemble. Les cohortes doivent être le plus petites possible.
  • Séparer votre entreprise en zones et limiter le nombre de personnes qui travaillent dans différentes zones.
  • Planifier l’horaire pour que les mêmes travailleurs travaillent ensemble ou prennent leurs pauses chaque jour au même moment. Décaler les heures où les groupes commencent à travailler.
  • Minimiser le mélange entre les cohortes autant que possible. Les cohortes devraient rester physiquement à l’écart les unes des autres dans la mesure du possible, en conservant une distance d’au moins 2 mètres.
  • Arranger les horaires des autobus ou des navettes afin qu’ils transportent les mêmes cohortes de travailleurs.
  • S’assurer, dans la mesure du possible, que les travailleurs ne travaillent pas dans plus d’une exploitation à la fois. Cela inclut les travailleurs d’agence de placement temporaire.
  • Regrouper les travailleurs des agences de placement séparément des autres cohortes de travailleurs existantes.
  • Minimiser le déplacement des travailleurs entre les exploitations agricoles dans leur région.
  • Utiliser une liste de cohortes pour suivre les travailleurs qui les composent à des fins de dépistage des contacts.

Les exploitations agricoles et les autres exploitations agroalimentaires peuvent également avoir des travailleurs qui vivent ensemble dans des lieux d’hébergement collectif ou qui se rendent ensemble au même lieu de travail dans des autobus de l’entreprise ou par covoiturage. Les travailleurs qui vivent ensemble dans un lieu d’hébergement collectif sont considérés comme une cohorte et ce groupement devrait être, dans la mesure du possible, maintenu sur lieu de travail.

Voici des directives supplémentaires concernant les cohortes :

À faire :

  • conserver les cohortes sur le lieu de travail dans la mesure du possible
  • décentraliser l’hébergement autant que possible
  • limiter les activités sociales à ceux qui partagent le même pavillon-dortoir ou qui font partie de la même cohorte
  • restreindre le plus possible le nombre de travailleurs qui utilisent des aires communes – seuls les travailleurs de la même cohorte doivent utiliser les aires communes au même moment.

À ne pas faire :

  • affecter des travailleurs à des cohortes avec des travailleurs vivant dans un lieu d’hébergement collectif différent
  • permettre aux cohortes de travailleurs vivant dans des lieux d’hébergement collectif d’interagir à une distance inférieure à 2 mètres.

Pour obtenir davantage de renseignements, veuillez lire :

Transport

Des couvre-visages ou des masques doivent être portés par toutes les personnes se trouvant à bord des véhicules durant le transport.

Si possible, les travailleurs doivent être transportés dans des véhicules individuels ou avec leur cohorte. Si cela est impossible, il faut maximiser la distanciation physique entre les cohortes. Compte tenu des conditions météorologiques, ouvrir les fenêtres. Notez l’attribution des sièges afin de faciliter le dépistage des contacts.

Il faut nettoyer et désinfecter les surfaces dans les véhicules, en particulier les zones souvent touchées comme le volant, les autres commandes de conduite, les accoudoirs et les poignées de porte.

Des stratégies supplémentaires développées pour les exploitants d’autobus scolaires peuvent s’avérer utiles si des autobus sont utilisés.

Mise en place d’une politique de présence des employés

Vous devez vous assurer que les travailleurs ne se présentent pas au travail s’ils sont malades et prendre en note toute hausse d’absentéisme, y compris de tiers (par exemple les travailleurs d’agences de placement temporaire). Vous devriez avoir une procédure claire exigeant que les travailleurs informent un superviseur s’ils sont malades.

Conservez des listes actualisées de tous les travailleurs à des fins de dépistage des contacts, ainsi que les coordonnées à jour des personnes suivantes :

  • les travailleurs des agences de placement temporaires
  • les employeurs tiers

Informez les travailleurs qu’ils peuvent être admissibles à une indemnisation financière et à des congés s’ils sont incapables de travailler en raison de la covid 19.

Hébergement

Limitation ou diminution des logements collectifs

Voici une intervention clé pour aider à prévenir la transmission de la covid 19 :

  • identification et isolement des cas positifs
  • auto-isolement des contacts étroits de cas positifs

Si un cas positif de covid 19 est identifié dans une installation d’habitation collective, tous les travailleurs qui vivent dans cette installation sont considérés comme des contacts étroits, selon le document du ministère de la Santé sur la gestion des cas et des contacts relatifs à la covid 19 qui s’applique partout en Ontario.

Afin d’éviter les éclosions dans les installations d’habitation collective, envisagez des normes d’hébergement permettant la distanciation physique (au moins 2 mètres) et l’auto-isolement, comme les suivantes :

  • offrir de l’hébergement supplémentaire ou de rechange
  • envisager des mesures supplémentaires, comme des chambres individuelles ou avec le moins d’occupants possible
  • limiter le nombre de personnes qui partagent les salles de bain
  • changer le mobilier de place pour permettre une distanciation de 2 mètres

Cela réduit le nombre de contacts étroits, et si un cas est identifié au sein de la main-d’œuvre, moins de travailleurs seront par conséquent identifiés comme contacts étroits et la plupart pourront continuer à travailler.

Dans les chambres partagées, l’espace entre les lits devrait être d’au moins 2 mètres. Si cela est impossible, des stratégies différentes peuvent être mises en place pour éloigner les résidents, notamment :

  • placer les lits tête-bêche
  • utiliser des barrières temporaires entre les lits
  • éviter autant que possible l’utilisation de lits superposés

Hébergement dans des lieux d’isolement

Les lieux d’isolement sont utilisés lorsqu’un travailleur vit dans une installation collective et est dans l’une ou l’autre des situations suivantes :

  • il tombe malade
  • il a un résultat positif au test pour la covid 19
  • il est exposé à la covid 19

Un lieu d’isolement est une pièce qui permet à un travailleur de s’auto-isoler de manière sécuritaire et en tout confort. Chaque travailleur qui obtient un résultat positif à un test pour la covid 19, ainsi que ses contacts étroits, devrait avoir sa propre pièce fermée et une salle de bain privée. Des exceptions ne doivent être faites que dans des circonstances exceptionnelles, à la discrétion du bureau de santé publique local.

Les employeurs d’une installation agroalimentaire doivent anticiper le besoin de lieux d’isolement. Vous avez la responsabilité de disposer d’un plan pour sécuriser rapidement les lieux d’isolement si le besoin s’en manifeste, et de veiller à fournir de la nourriture ainsi que l’accès aux fournitures et aux autres soutiens nécessaires. Les repas doivent être nutritifs, bien équilibrés et répondre à toutes les restrictions diététiques nécessaires. Les travailleurs en isolement doivent être en mesure d’entreposer de la nourriture d’une façon sécuritaire.

Ce plan pourrait comprendre :

  • une maison en ville
  • un hôtel local
  • un hébergement existant à la ferme

Dans l’éventualité d’une éclosion importante où vous n’êtes pas en mesure de garantir un nombre suffisant de lieux d’isolement, vous pouvez demander une aide supplémentaire. Le bureau de santé publique local travaillera avec les municipalités locales et la province pour garantir l’accès à des endroits propices à l’isolement et à des services de soins personnels.

Recommandations en matière de logement

Dans les installations où les habitations collectives sont fréquentes, un risque plus élevé d’éclosions de covid 19 existe. Dans le cadre de la Stratégie de protection, de contrôle et de soutien en cas d’éclosion de la covid 19 dans les fermes de l’Ontario, l’industrie et le gouvernement ont mis sur pied un Groupe de travail sur le logement aux fins suivantes :

  • mettre en place des ressources sur l’hébergement fourni par l’employeur qui aideront les employeurs, la santé publique locale et les autres organismes à déployer l’orientation existante en matière de covid 19 afin d’atténuer sa propagation
  • offrir une orientation sur les solutions de logement temporaire et un répertoire des entreprises aptes à fournir de tels logements

Le Guide du logement modulaire/temporaire, élaboré avec le Groupe de travail sur le logement, fournit des lignes directrices sur les solutions de logement temporaire pour les employés qui hébergent leurs travailleurs, ainsi qu’un répertoire d’entreprises aptes à fournir de tels logements.

De plus amples renseignements sur les recommandations du Groupe de travail sur le logement sont publiés lorsqu’ils deviendront disponibles.

Gestion des cas à la ferme

S’il n’y a pas de cas positif de covid 19

Vous pouvez souhaiter organiser un dépistage asymptomatique à intervalles réguliers afin d’identifier les cas asymptomatiques de covid 19 comme couche de protection supplémentaire.

Vous devez continuer de prendre toutes les mesures appropriées pour protéger vos travailleurs, y compris la distanciation physique, l’EPI et un nettoyage accru. Le dépistage ne remplace pas l’obligation de respecter ces importantes mesures de prévention sur le lieu de travail afin de protéger vos travailleurs.

S’il y a un seul cas asymptomatique

Il peut arriver qu’un seul cas positif soit détecté dans une exploitation grâce au dépistage asymptomatique. Dans un tel cas, vous devez consulter le bureau de santé publique local afin de déterminer la gestion appropriée du cas, en suivant les lignes directrices du ministère de la Santé et plusieurs autres lignes directrices provinciales pertinentes.

Il est à noter que même un seul cas dans un lieu d’hébergement collectif (par exemple un dortoir) pourrait annoncer une éclosion et mener à un tel signalement en raison du risque élevé de propagation dans l’installation.

S’il y a une éclosion

C’est le rôle du bureau de santé publique local d’enquêter et d’évaluer les possibles cas de covid 19 et leurs contacts dans la collectivité, ainsi que de déclarer une éclosion. Cela nécessitera la collaboration avec le lieu de travail touché (par exemple une ferme) et les travailleurs. Le lieu de travail concerné, et toutes les installations d’habitation collective associées devront aussi être tenus en compte lorsqu’une éclosion est déclarée.

Une fois l’éclosion déclarée, le bureau de santé publique local dirigera les activités de dépistage et la logistique connexe en matière de santé publique pour toutes les parties touchées. Le personnel du MAAARO peut aider à accéder à l’information sur les moyens d’obtenir des mesures de soutien supplémentaires, le cas échéant. Communiquez avec le omafra.labour@ontario.ca pour de plus amples renseignements.

D’autres directives sur les mesures de contrôle des éclosions et les rôles de l’employeur, des bureaux de santé publique locaux, du ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, et du ministère de la Santé se trouvent dans le Document d’orientation sur la covid 19 : éclosions en milieu de travail, le Document d’orientation sur la covid 19 : Habitation collective pour les populations vulnérables et le Document d’orientation sur la covid 19 : gestion d’une éclosion dans les exploitations agricoles.

Les décisions concernant la gestion des cas sont prises par le bureau de santé publique local, conformément au document Gestion des cas et des contacts relatifs à la covid 19 en Ontario du ministère de la Santé et à d’autres lignes directrices provinciales pertinentes.

Les points suivants constituent des lignes directrices générales :

  • Tous les cas positifs de covid 19 (asymptomatiques ou symptomatiques) doivent être isolés sans tarder dès le diagnostic.
  • Tous les contacts étroits (p. ex. les membres d’une cohorte) doivent être mis en quarantaine pour 14 jours à partir de leur dernière exposition connue à un cas confirmé de covid 19 ou de leur départ d’un milieu, d’une installation ou d’un établissement où il y a une éclosion. Toutes les personnes ayant des symptômes de la covid 19 et qui sont en contact étroit avec des cas positifs de covid 19 devraient être testées et isolées.
  • S’il y a un nombre important de cas, ils peuvent être regroupés en cohorte dans un lieu d’isolement partagé, mais une cohorte doit toujours rester à l’écart des autres personnes, c’est-à-dire celles n’étant pas des cas confirmés de covid 19. Cela doit être fait sous la direction de la santé publique locale.
  • Les cas positifs doivent être réévalués immédiatement et régulièrement pour tout symptôme de la covid 19 nouveau ou qui empire.
  • Les cas actifs (c.-à-d. ceux qui peuvent être encore infectieux) ne doivent pas travailler, même s’ils ne présentent aucun symptôme, jusqu’à ce que le bureau de santé publique local les y autorise.

Gestion des cas dans des logements collectifs

Il importe de comprendre les conditions de vie d’un travailleur qui reçoit un résultat positif pour la covid 19.

Si le travailleur habite dans une installation collective associée à une exploitation agricole ou dans une installation communautaire, les lignes directrices suivantes s’ajoutent :

  • Selon les directives du bureau de santé publique local, si des chambres individuelles ne sont pas disponibles (ou doivent être réservées en priorité aux contacts étroits exposés), les cas positifs de covid 19 qui se trouvent dans la période de contagion peuvent être regroupés et confinés dans un lieu d’hébergement collectif.
  • Les cas positifs regroupés en cohorte doivent être hébergés dans un bâtiment séparé avec des salles de bain distinctes, et ne doivent avoir aucun contact avec d’autres groupes en dehors de cette cohorte.
  • Dans de nombreux dortoirs, l’espace et les installations peuvent être insuffisants pour soutenir de manière sûre et équitable les personnes atteintes de la covid 19 pendant leur isolement. Dans un tel cas, l’employeur doit collaborer avec le bureau de santé publique local afin d’identifier d’autres hébergements de rechange pour l’isolement des cas positifs de covid 19.
  • L’isolement en cohorte doit continuer jusqu’à ce que les cas soient déclarés guéris ou que la santé publique locale en décide autrement.
  • Il est fortement recommandé d’assurer une surveillance continue de l’état de santé de ces personnes afin de repérer tout besoin immédiat en matière de santé ou tout autre besoin essentiel.
  • Il faut veiller à ce que ces travailleurs ne quittent pas ces dortoirs, sauf pour des pauses à l’extérieur (à l’écart des autres travailleurs qui ne sont pas en isolement), en respectant la distanciation physique appropriée et en portant un masque.
  • Votre bureau de santé publique local peut vous indiquer comment obtenir des installations d’isolement supplémentaires pour les travailleurs. Il vous aidera en outre à entrer en contact avec les installations appropriées.

Dans une installation communautaire, l’auto-isolement est possible, bien que de nombreux travailleurs puissent également vivre dans des lieux achalandés.

  • Les cas positifs de covid 19 qui sont dans la période de contagion doivent s’auto-isoler chez eux, y compris des autres membres de leur famille.
  • Si cela s’avère impossible, ils peuvent être déplacés vers un lieu propice à l’isolement, comme une chambre d’hôtel. Un tel déplacement s’effectue sous la direction du bureau de santé publique local. Il faut veiller à ce que ces travailleurs ne quittent pas leur domicile et qu’ils respectent à la lettre l’exigence de s’auto-isoler (sauf pour des pauses à l’extérieur en respectant la distanciation physique appropriée et en portant un masque à des fins de contrôle à la source).

Avis

Si un employé contracte la covid 19 en milieu de travail (en tant que maladie professionnelle), vous devez déclarer la maladie à la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) dans les trois jours qui suivent la réception de l’avis de la maladie. De plus amples renseignements sur la manière de déclarer une maladie professionnelle sont fournis sur la page Nouvelles sur la maladie à coronavirus (covid 19) de la CSPAAT.

En outre, si on vous avise qu’un travailleur (actuel ou ancien) est atteint d’une maladie professionnelle (covid 19 ou autre) ou qu’une demande d’indemnisation pour maladie professionnelle a été déposée auprès de la CSPAAT, vous devez en informer à votre tour, par écrit, dans les quatre jours suivants :

  • un directeur du ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences — par courriel à MLTSDoccillness.notices@ontario.ca.
  • votre comité mixte sur la santé et la sécurité au travail ou votre délégué à la santé et à la sécurité
  • le syndicat, le cas échéant

Vous n’avez pas à déterminer où une contamination a eu lieu. Si on vous signale un cas comme une maladie professionnelle, vous devez déclarer ce cas.

Renseignements sur les exigences en matière de signalement d’une maladie professionnelle au ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences.

Résolution des cas

Les cas dont la résolution a été confirmée (d’après le bureau de santé publique local) peuvent retourner au travail et n’ont plus besoin de s’auto-isoler.

En règle générale, la résolution d’un cas est confirmée dans l’une ou l’autre des situations suivantes :

  • 10 jours après l’apparition des symptômes si les symptômes s’améliorent pendant 24 heures et qu’il n’y a pas de fièvre
  • 10 jours après la date du prélèvement d’un échantillon analysé en laboratoire qui s’avère positif si la personne reste asymptomatique durant toute sa période d’isolement

Pour obtenir davantage de renseignements, veuillez consulter la page Web covid 19 : auto-isolement et retour au travail.

Autres soutiens

Soutiens psychologiques, en santé mentale et sociaux

Nous avons à cœur la santé mentale et le bien-être des agriculteurs et des familles agricoles et nous reconnaissons qu’ils sont confrontés à des défis particuliers.

En avril, l’Ontario a accru les soutiens en santé mentale offerts durant la pandémie de covid 19. Pour en savoir davantage, consultez la fiche d’information sur les ressources offertes pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de dépendance pendant la pandémie (PDF).

Renseignez-vous sur les ressources en santé mentale pour les agriculteurs :

Programmes d’aide salariale

Les gouvernements de l’Ontario et du Canada offrent des programmes d’aide financière auxquels vous ou vos travailleurs pouvez avoir accès si une autorité de santé publique a ordonné un arrêt de travail (auto-isolement, etc.) en raison de la covid 19.

Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT)

La CSPAAT offre des prestations pour pertes salariales, une protection médicale et des services de retour au travail aux travailleurs en Ontario. En voici le mode de fonctionnement :

  • Si un de vos travailleurs présente des symptômes de covid 19 ou a reçu un diagnostic de covid 19, il doit vous informer immédiatement de son état et de tout traitement médical reçu, et déposer une demande d’indemnisation afin de déterminer s’il est admissible à une protection de la CSPAAT. Si la réclamation est acceptée, et si vous continuez de verser son salaire au travailleur, la CSPAAT vous remboursera jusqu’à 85 pour cent des gains moyens nets de l’employé.
  • Si un travailleur pense avoir été exposé à la covid 19 pendant son travail, mais ne présente pas de symptômes ou n’a pas reçu de diagnostic, il doit remplir un formulaire d’incident d’exposition.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez appeler au 1 800 387-0750.

Renseignements supplémentaires :

Gouvernement fédéral

Le gouvernement fédéral a récemment introduit de nouvelles mesures pour les personnes qui ont dû arrêter de travailler en raison de la pandémie, notamment un programme d’assurance-emploi simplifié et une nouvelle série de prestations de rétablissement temporaires pour soutenir davantage les travailleurs, dont la Prestation canadienne de maladie pour la relance. Pour obtenir des renseignements généraux sur les soutiens financiers disponibles pour les particuliers, consultez le Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la covid 19, ou composer le 1 833 966-2099 (ligne d’information du gouvernement fédéral).

Pour en savoir davantage sur l’assurance-emploi, veuillez communiquer avec le centre d’appels de l’assurance-emploi du gouvernement fédéral au 1 800 206-7218.

Congés en vertu de la Loi sur les normes d’emploi (LNE)

Selon les circonstances, la Loi sur les normes d’emploi (LNE) prévoit certains congés non payés, avec protection de l’emploi, pouvant s’appliquer à un employé.

Congé pour une situation d’urgence liée à une maladie infectieuse — Le 19 mars 2020, l’Ontario a adopté la Loi de 2020 modifiant la Loi sur les normes d’emploi qui introduisait le congé pour une situation d’urgence liée à une maladie infectieuse afin de protéger l’emploi des employés qui prennent un congé non payé pour certains motifs liés à la covid 19. Ce congé est offert aux employés qui n’exercent pas les fonctions de leur poste pour certaines raisons liées à la covid 19, dont :

  • une maladie personnelle
  • la quarantaine ou l’isolement dans des circonstances précises
  • une crainte de l’employeur que l’employé puisse exposer d’autres personnes dans le lieu de travail à la covid 19
  • le fait de fournir des soins ou un soutien à certains membres de famille pour une raison liée à la covid 19, notamment la fermeture d’écoles ou de garderies, ou en raison de restrictions liées aux déplacements

Congé de maladie — Aux termes de la LNE, la plupart des employés qui ont été employés pendant deux semaines consécutives ont le droit de prendre jusqu’à trois jours de congé non payé avec protection de l’emploi chaque année civile pour une maladie, une blessure ou une urgence médicale personnelle. C’est ce qu’on appelle un congé de maladie.

Pour en savoir plus sur les congés de la LNE, veuillez consulter ontario.ca/guideLNE.

Ressources additionnelles

Nous avons conçu des ressources en ligne pour vous aider à prévenir la propagation de la covid 19 au travail et nous vous encourageons à en tirer profit dans la préparation de votre plan de sécurité, entre autres :

Pour des questions liées à la prévention et au contrôle des infections liées à la covid 19, les employeurs peuvent communiquer avec leur bureau de santé publique local.

Il existe aussi plusieurs ressources en ligne :

Ressources pour les travailleurs :

Installer des affiches faciles à comprendre ou présenter des vidéos à vos travailleurs est une bonne façon de rappeler à tout un chacun comment se protéger au mieux contre la covid 19 :

Affiches :

Vidéos :

Si vous avez un problème de santé immédiat, composez le 911. Pour des questions non urgentes portant sur la santé, communiquez avec Télésanté Ontario au 1 866 797-0000.

Si vous croyez que les conditions dans un lieu de travail ne sont pas sécuritaires, ou que quelqu’un subit du harcèlement ou de la violence au travail, veuillez communiquer avec l’InfoCentre de santé et de sécurité du ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences au 1 877 202-0008 (ATS : 1 855 653-9260). L’InfoCentre reçoit les appels 24 heures par jour, sept jours par semaine.

Mis à jour : 07 septembre 2021
Date de publication : 20 juillet 2020