Faits en bref

En février 2018 :

  • l’Ontario comptait 11,8 millions de personnes âgées de 15 ans ou plus
    • 7,6 millions (64 %) de personnes travaillaient ou cherchaient activement un travail
    • 7,2 millions (61 %) de personnes étaient employées, 82 % d’entre elles travaillant à plein temps
  • le taux de chômage de l’Ontario était de 5,5 %(414 500 chômeurs)

Hausse de l’emploi en février

L’emploi en Ontario a affiché une hausse de 15 700 postes (chiffres nets) en février, faisant suite à un fléchissement de 50 900 postes en janvier.

Le Graphique 1 montre l’emploi en Ontario de janvier 2013 à février 2018.

Le diagramme linéaire du Graphique 1 montre que l’emploi en Ontario a connu une hausse, passant de 6 771 700 postes en février 2013 à 7 188 600 postes en février 2018.

Source :  Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0087
(données désaisonnalisées).

Télécharger les données

Plein temps vs. temps partiel

On a observé un gain d’emplois à temps partiel (18 100 postes) en février. Les emplois à plein temps ont fléchi de 2 500 postes.

Augmentation/baisse de l’emploi selon l’âge

L’emploi des jeunes (15 à 24 ans) était inchangé en février, après avoir affiché une baisse de 25 800 postes en janvier.

En février, les gens âgés de 25 à 54 ans ont assisté à une augmentation de l’emploi (25 900 postes) par rapport à janvier, et chez ceux âgés de 55 ans et plus, on notait une perte de 10 600 postes.

L’emploi au Canada a connu une augmentation de 15 400 postes en février, faisant suite à un déclin de 88 000 postes en janvier.

Maintien du taux de chômage à 5,5 %

Le Graphique 2 montre les taux de chômage en Ontario et au Canada, de janvier 2013 à février 2018.

Diagramme linéaire pour le Graphique 2.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0087 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données

Le taux de chômage de l’Ontario est resté à 5,5 % en février, soit le taux de chômage le plus faible depuis juillet 2000 (5,4 %), à l’instar de celui du mois dernier et de novembre 2017.

Le taux de chômage du Canada a fléchi, passant de 5,9 % en janvier à 5,8  % en février.

Taux de chômage selon l’âge

Chez les jeunes (15 à 24 ans), le taux de chômage a subi une hausse, passant de 11,4 % en janvier à 11,8 % en février.

Chez les personnes âgées de 25 à 54 ans et chez celles âgées de 55 ans et plus, les taux de chômage ont respectivement baissé, passant de 4,6 % en janvier à 4,4 % en février et de 4,5 % à 4,3 %.

Taux de chômage les plus faibles et les plus élevés

Le Graphique 3 montre les régions métropolitaines de recensement (RMR) avec les taux de chômage les plus élevés et les plus faibles au Canada en février 2018.

Diagramme à barres pour le Graphique 3.

Source :  Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0135 (données désaisonnalisées pour réduire l’instabilité due à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données

Au Canada, la ville de Québec affichait le taux de chômage le plus faible en février

(3,2 %), alors qu’à St. John’s, Terre-Neuve, on enregistrait le taux le plus élevé (8,5 %).

Barrie présentait le taux de chômage le plus élevé en Ontario (6,9 %) en février, Oshawa affichant le taux le plus faible, à 4,8 %.

Comparaisons annuelles

Au cours des deux premiers mois de 2018, on estime que l’emploi en Ontario a connu une augmentation de 81 900 postes chez les adultes de 25 ans et plus, par rapport à un an plus tôt.

Augmentation et baisse de l’emploi selon le niveau de scolarité

Le Graphique 4 montre la variation de l’emploi en Ontario selon le niveau de scolarité le plus élevé pour les personnes de 25 ans et plus, entre février 2017 et février 2018, cumul annuel.

Diagramme à barres pour le Graphique 4.Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0003, données non désaisonnalisées.

Télécharger les données

Les personnes titulaires d’un grade universitaire ont connu les gains d’emplois les plus importants (94  600 nouveaux postes en chiffres nets).

Chez les personnes ayant fait des études postsecondaires partielles, on a enregistré des gains de 42  900 postes, alors que chez celles titulaires d’un diplôme ou d’un certificat postsecondaire, on notait des pertes d’emplois (11  300 postes).

Chez les personnes ayant fait des études secondaires partielles et chez celles ayant fait des études secondaires, on observait des pertes respectives de 23  800 postes et de 20  400 postes.

Taux de chômage selon le niveau de scolarité

Le taux de chômage chez les adultes de 25 ans et plus ayant un titre de compétences postsecondaire était de 4,0  % au cours des deux premiers mois de 2018, soit en baisse par rapport à 4,4 % un an plus tôt.

Le taux de chômage chez les adultes n’ayant pas de titre de compétences postsecondaire était de 6,3 %, soit en baisse par rapport à 7,1 % au cours des deux premiers mois de 2017.

Augmentation et baisse de l’emploi selon la profession

Le Graphique 5 montre la variation de l’emploi en Ontario selon la profession, entre février 2017 et février 2018, cumul annuel.

Diagramme à barres pour le Graphique 5.

Source :  Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0041, données non désaisonnalisées.

Télécharger les données

Six des dix principaux groupes professionnels en Ontario ont affiché des pertes d’emplois au cours des deux premiers mois de 2018, par rapport à un an plus tôt, et ce, malgré des gains d’emplois globaux d’une année à l’autre.

Apprenez-en davantage sur le système de Classification nationale des professions (CNP).

Les gains d’emplois les plus importants ont été enregistrés dans les secteurs suivants :

  • la gestion (108 700 postes)
  • les affaires, la finance et l’administration (51 300 postes)
  • la fabrication et les services d’utilité publique (22 500 postes)

On a noté les baisses les plus significatives dans les secteurs suivants :

  • la vente et les services (33 300 postes)
  • l’enseignement, le droit et les services sociaux, communautaires et gouvernementaux (22 800 postes)
  • la santé (16 500 postes)

Baisse du taux de chômage de longue durée

Le Graphique 6 montre le taux de chômage de longue durée de l’Ontario (27 semaines ou plus) en tant que part du chômage total, entre février 2010 et février 2018, cumul annuel.

Diagramme à barres pour le Graphique 6.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 282-0047, données non désaisonnalisées.

Télécharger les données

Au cours des deux premiers mois de 2018, on estime que 65 800 personnes en moyenne ont été confrontées à un chômage de longue durée (27 semaines ou plus), ce qui constitue une baisse par rapport à 98 200 personnes un an plus tôt.

Les chômeurs de longue durée représentaient 15,7 % du nombre total de chômeurs au cours des deux premiers mois de 2018. Par comparaison, le taux de chômage de longue durée était de 20,5 % un an plus tôt.

Le pourcentage des chômeurs de longue durée est encore relativement élevé par rapport au niveau d’avant la récession en février 2008, où 12,5 % de tous les chômeurs étaient des chômeurs de longue durée.

Durée moyenne du chômage de longue durée

La durée moyenne du chômage a diminué, passant de 20,2 semaines un an plus tôt à 17,7 semaines au cours des deux premiers mois de 2018.

Télécharger les données

Source :  Statistique Canada, Enquête sur la population active

Rapport sur le marché du travail, février 2018 :

Licence du gouvernement ouvert – Ontario

Mis à jour : 26 juillet 2021
Date de publication : 15 mars 2018