Les étoiles montantes de l’Ontario

Les entreprises sociales ont pour mission d’améliorer le monde.

Aux quatre coins de la province, des milliers d’entreprises sociales transforment des besoins sociaux, économiques et environnementaux non satisfaits en des occasions d’affaires viables. Pour ne mentionner que quelques exemples parmi bien d’autres, elles créent des emplois, protègent l’environnement et réduisent la pauvreté en réinvestissant leurs revenus dans leurs activités, nos collectivités locales et notre province.

Elles sont les étoiles montantes de l’économie ontarienne et un élément important d’un avenir durable, reposant sur la prise de conscience des problèmes sociaux, l’innovation et une économie solide.

Notre gouvernement croit dans la puissance et le potentiel des entreprises sociales de l’Ontario. Bref, notre objectif est de faire de l’Ontario le meilleur endroit en Amérique du Nord où faire croître une entreprise sociale et, du même coup, aider à bâtir une province plus équitable et plus prospère pour tout le monde.

Pour favoriser la croissance d’un secteur d’entrepreneuriat social axé sur l’innovation, la coordination et la collaboration, nous avons lancé, en 2013, Impact : Stratégie de l’Ontario pour l’entrepreneuriat social. Doté d’un budget de 25 millions de dollars, ce plan stratégique pluriannuel aide les entreprises sociales en démarrage à se mettre en contact avec des investisseurs et à créer de nouveaux emplois – des emplois occupés souvent par des membres de milieux et de groupes défavorisés.

Qu’est-ce qui stimule l’entrepreneuriat social?

L’entrepreneuriat jeunesse est en train de changer.

Le mouvement de l’entreprise sociale est dirigé par une nouvelle vague d’entrepreneurs qui veulent concilier deux choses : réaliser des bénéfices et apporter une contribution sociale.

La demande des consommateurs est en train de changer.

Les gens sont de plus en plus conscients de l’impact social de leurs dépenses. Le nombre de consommateurs socialement responsables a progressé de 170 p. 100 au cours des 20 dernières années.

L’accès aux capitaux est en train de changer.

Le marché international de finance sociale est en plein essor et devrait représenter un trillion de dollars en 2020.

Le rôle du gouvernement est en train de changer.

Les entreprises sociales peuvent offrir des façons novatrices d’aborder des besoins qui sont trop complexes et trop importants pour être laissés au secteur public à lui seul.

Encourager la collaboration

La collaboration est la pierre angulaire de notre stratégie d’entrepreneuriat social. Par des partenariats, l’Ontario aide les entrepreneurs sociaux à trouver les ressources et les services dont ils ont besoin pour réussir.

Nous nous sommes associés au Réseau canadien de développement économique communautaire, au Pillar Nonprofit Network et au Ontario Nonprofit Network pour créer le site Web Social Enterprise Ontario (ESOntario.org). Ce site associatif relie les acteurs de l’entrepreneuriat social de l’Ontario à un vaste éventail de données, de nouvelles et de ressources.

Le gouvernement de l’Ontario s’est également associé à Social Capital Markets (SOCAP), à MaRS et à RBC Banque Royale pour organiser la conférence Impact Ontario, dont le but était de relier des gens qui ont une même passion : favoriser le changement. La conférence – qui s’est tenue à guichet fermé – a réuni sous un même toit les principales entreprises sociales de l’Ontario et des investisseurs du Canada et de l’étranger.

Le saviez-vous?

  • L’Ontario compte près de 10 000 entreprises sociales, qui emploient collectivement quelque 160 000 personnes.
  • Les entreprises sociales répondent chaque année aux besoins de 3,4 millions de clients.
  • La réduction de la pauvreté est une activité-clé de 68 p. 100 des entreprises sociales de l’Ontario.
  • Des investisseurs de divers endroits dans le monde ont fait en 2013 des investissements à impact social de 10,6 milliards de dollars américains. Ils ont l’intention d’accroître cette somme de 19 p. 100 en 2014, pour un total de 12,6 milliards de dollars américains.

Favoriser les investissements à impact social

Le financement est une grande préoccupation des entrepreneurs sociaux. En fait, 80 p. 100 d’entre eux disent que le manque d’accès aux capitaux est la principale barrière à leur succès.

Tous les entrepreneurs ont besoin d’argent pour développer leurs idées, les mettre à l’essai et les mettre sur le marché. Ils ont aussi souvent besoin d’un financement supplémentaire pour prendre de l’essor s’ils connaissent un succès.

Les entreprises ordinaires ont accès à des prêts ou à des offres d’achat d’actions. Les oeuvres de bienfaisance, elles, peuvent demander l’aide des particuliers, des fondations et des gouvernements. Les entreprises sociales n’ont souvent pas accès à ce financement. Pour financer leur croissance, elles doivent plutôt compter sur leurs revenus, des prêts ou des investisseurs en actions.

Notre gouvernement est en train d’examiner des outils de financement novateurs et de chercher de nouvelles façons de relier les entrepreneurs sociaux à des investisseurs privés.

Nous nous sommes associés au Centre for Social Innovation, au Groupe Banque TD, à KPMG, à Microsoft Canada, à Social Capital Partners et à Alterna Savings pour créer le fonds Catapulte pour le microcrédit en Ontario. Grâce à cette initiative – la première du genre au Canada –, les entreprises sociales de l’Ontario qui remplissent les conditions requises peuvent obtenir un prêt d’une somme entre 5 000 $ et 25 000 $, ainsi que la possibilité de participer à un programme de mentorat d’entreprise.

Un prêt Catapulte a aidé une jeune entreprise du secteur de l’enseignement à prendre de l’essor. L’entreprise ontarienne Peekapak fabrique des trousses d’activités conçues pour encourager la pensée créatrice chez les enfants. Grâce à un microprêt, elle a pu lancer un site Web de commerce électronique pour accroître ses ventes en ligne. Le microprêt l’a aussi aidée à obtenir des investissements supplémentaires de 150 000 $.

Nous avons obtenu, grâce au programme Catapulte, une aide financière dont nous avions grand besoin, ainsi que le soutien d’une communauté sensationnelle d’innovateurs et d’instigateurs de changement.

Ami Shah, directeur général et cofondateur, Peekapak

Notre gouvernement a lancé récemment le Fonds pour les projets pilotes d’entrepreneuriat social. Le fonds de quatre millions de dollars aide les secteurs privé et à but non lucratif à créer des regroupements de capitaux souples un peu partout en Ontario, pour qu’ils puissent offrir des possibilités de financement à des entreprises sociales à forte croissance.

Rise Asset Development accorde un microfinancement à des entrepreneurs qui ont été aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie. Cela les aide à créer des emplois adaptés à leurs circonstances pour qu’ils puissent devenir financièrement autonomes. RISE a obtenu une aide financière du Fonds pour les projets pilotes d’entrepreneuriat social, ce qui lui permet d’accorder des prêts et d’autres formes de microfinancement à des entrepreneurs sociaux en herbe et d’étendre ses activités à plusieurs nouvelles collectivités où les services sont lacunaires, dont Windsor et Sault Ste. Marie.

Le Projet pilote des prêts communautaires accorde aux propriétaires de petites entreprises un prêt à un taux d’intérêt pour prêts commerciaux (un taux inférieur au taux habituel) s’ils s’engagent à embaucher des personnes handicapées ou d’autres personnes pour qui le marché d’emploi est pavé d’obstacles. Nous sommes en pourparlers avec des établissements financiers dans le but d’élargir le programme, qui a été mis au point avec la collaboration de Social Capital Partners.

Lancée en septembre 2013, la Social Venture ConneXion (SVX) est la première plateforme en ligne du genre en Amérique du Nord. Elle relie des investisseurs à des entreprises sociales prêtes à recevoir des investissements. SVX a déjà recueilli 3,2 millions de dollars et approuvé 23 projets d’entreprises sociales. Le gouvernement de l’Ontario a annoncé récemment que SVX étendra ses activités à la Californie grâce à un nouveau partenariat d’investissement à impact social.

Plus de 80 concepts pour les premières obligations à impact social en Ontario ont été proposés par des oeuvres de bienfaisance, des organismes sans but lucratif, des fondations et des municipalités des quatre coins de la province. Les obligations à impact social emploient des fonds du secteur privé pour financer des entreprises sociales. Lorsque les résultats sociaux qui avaient été convenus sont concrétisés et que le gouvernement réalise les économies prévues, les investisseurs obtiennent du gouvernement un bénéfice pour les capitaux qu’ils ont investis. Les obligations à impact social aident à résoudre des problèmes qui sont trop difficiles – et trop importants – pour être laissés aux seuls soins du gouvernement. En sont des exemples le logement à prix abordable, les jeunes à risque et l’emploi pour les personnes qui se butent à des obstacles, notamment les personnes handicapées.

Cette année a été exceptionnelle pour les entreprises sociales en Ontario. Nous sommes ravis de faire partie du marché ontarien – un chef de file mondial –, grâce auquel des millions de dollars sont injectés dans des entreprises dont la mission est d’apporter une contribution sociale – une contribution allant des systèmes alimentaires plus durables à une meilleure qualité de vie pour les personnes handicapées.

Adam Spence, fondateur, SVX, et directeur associé, MaRS Centre for Impact Investing

Accélérer la croissance

Notre stratégie d’entreprise sociale consiste à aider les entrepreneurs sociaux à obtenir les services et les solutions dont ils ont besoin pour lancer et faire croître leur entreprise.

Pour que le secteur de l’entrepreneuriat social obtienne un bon soutien, nous avons mené, en 2013, des consultations avec des entreprises sociales un peu partout dans la province. Plus de 350 entreprises sociales ont relevé des problèmes de nature administrative ou réglementaire qui pourraient nuire à leur succès. Nous avons reçu de très utiles suggestions d’un large éventail d’intéressés, dont des coopératives et des entrepreneurs sociaux francophones, autochtones et du Nord. Leurs suggestions et points de vue guident nos plans pour favoriser la croissance du secteur de l’entrepreneuriat social.

Nous avons collaboré avec le ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs pour former un comité d’experts en matière de mesures législatives hybrides. Nous l’avons chargé d’étudier la possibilité de modifier les lois ontariennes sur la constitution de personnes morales. Cela permettrait à des entreprises d’avoir une mission reposant sur deux objectifs : réaliser des bénéfices et produire des bienfaits de nature sociale ou environnementale.

Un terrain fertile

Fresh City Farms encourage les Ontariens à faire des choix alimentaires responsables, c’est-à-dire à manger des produits sains et exempts de produits chimiques, et à soutenir du même coup les agriculteurs locaux. Fresh City Farms aide des gens à lancer leur propre entreprise agricole urbaine en transformant en fermes urbaines des cours et des espaces inutilisés. Cette entreprise sociale offre aussi un service de livraison à domicile de produits alimentaires biologiques. Le fonds Catapulte pour le microcrédit en Ontario a aidé Fresh City Farms à lancer un magasin d’alimentation en ligne pour élargir sa clientèle. Son magasin offre près de 1 000 produits locaux et biologiques.

Le prêt est important, mais ce qui fait que le programme Catapulte est différent, c’est qu’il nous relie à toute une communauté de gens et d’organismes qui apportent une contribution concrète à la société.

Ran Goel, fondateur, Fresh City Farms

Faire le bilan des progrès

Notre gouvernement s’est associé à des organismes communautaires pour surveiller les tendances et les possibilités dans le secteur de l’entrepreneuriat social. Cela nous aidera à mesurer les réalisations, à mieux promouvoir le secteur au sein du marché et auprès des investisseurs, et à surveiller la croissance future.

CCEDNet Ontario, socialsca.pe et d’autres organismes s’emploient à créer des données plus robustes et mieux normalisées sur les entreprises sociales. Des données statistiques fiables aideront les investisseurs éventuels à évaluer les investissements potentiels. Elles aideront aussi les entreprises sociales à obtenir un financement d’établissements financiers comme les banques et les fonds de retraite. Des activités appelées « mapathons » ont été organisées à Ottawa, à Sudbury, à Guelph, à Thunder Bay et à Sault Ste. Marie pour recenser les entreprises sociales de la province.

Nous avons aussi formé un comité d’experts internationaux et l’avons chargé de rédiger un rapport sur les façons dont l’Ontario pourrait tirer parti des meilleures pratiques internationales pour aider à mobiliser des capitaux privés pour le bien collectif.

Innovation et accessibilité

Komodo OpenLab Inc., met au point des outils qui donnent aux personnes handicapées un accès simple et facile à des appareils mobiles grand public. Komodo a amélioré l’accès à des millions d’applis pour les personnes dont la mobilité est réduite. Son code source libre permet aux gens d’adapter et de parfaire leurs technologies pour faciliter des activités de tous les jours, comme se rendre au travail ou à l’école.

Ma motivation quotidienne, c’est de voir que les utilisateurs de nos produits, dans plus de 20 pays, sont désormais plus autonomes grâce à leurs appareils intelligents. Nous croyons que toutes les technologies sont aidantes; nous ne faisons que les rendre inclusives, pour que tout le monde puisse les utiliser.

Mauricio Meza, directeur général, Komodo OpenLab Inc.

Des outils pour le changement

La Toronto Tool Library est un centre communautaire dynamique qui prête toutes sortes d’outils. Ses membres ont la possibilité, à un prix abordable, d’obtenir des outils, d’acquérir de nouvelles compétences et de réduire leur empreinte sur l’environnement tout en participant à l’économie du partage. Grâce à une aide du fonds Catapulte pour le microcrédit en Ontario, la Toronto Tool Library a pu rénover, doter en personnel et faire connaître ses deux endroits à Toronto.

Rien n’est aussi gratifiant que de voir que son projet a été reconnu comme faisant partie de la nouvelle orientation vers une planète durable et équitable.

Lawrence Alvarez, cofondateur, Toronto Tool Library

Un avenir radieux en Ontario

Le gouvernement de l’Ontario est en train de créer des conditions propices à la croissance des entreprises sociales – des conditions qui aideront la province à devenir un chef de file mondial dans ce domaine.

Nous imaginons un avenir où un grand nombre d’entrepreneurs novateurs, qui ont le sens des affaires, bâtissent des entreprises sociales partout dans la province. Nous voyons des gens qui ouvrent des possibilités pour d’autres personnes. Des gens qui fournissent des emplois et des savoir-faire indispensables. Des gens déterminés à améliorer l’Ontario et à changer le monde.

L’Ontario aura d’autres réussites. Nous multiplierons les partenariats novateurs et les initiatives. Nous appuierons les possibilités de collaboration, pour que les entrepreneurs sociaux aient les outils, les contacts et le financement dont ils ont besoin pour matérialiser dans nos collectivités les grandes idées qu’ils ont développées.

Communiquez avec nous

Nous vous invitons à en apprendre davantage sur les façons dont les entreprises sociales aident à créer des emplois, à attirer des investissements et à rendre les collectivités ontariennes encore plus dynamiques.

social.enterprise@ontario.ca

@ONEbusinessca, @entrepriseROEca

Mis à jour : 14 mai 2021
Date de publication : 19 janvier 2016