Les faits en bref

En avril 2020 :

  • l’Ontario comptait 12,3 millions de personnes de 15 ans et plus :
    • 7,3 millions (59 %) de personnes faisaient partie de la population active, ce qui comprend les personnes qui travaillaient, étaient sans emploi ou qui, en raison des fermetures actuelles d’entreprises, ne travaillaient pas. La population active a diminué de 452 300 personnes ou de 9,1 % par rapport à mars;
    • 6,5 millions (53 %) de personnes occupaient un emploi, ce qui représente une baisse record de 689 200 emplois ou de 15,3 % par rapport à mars;
  • le taux de chômage en Ontario est passé de 7,6 % à 11,3 % (le nombre de personnes sans emploi a augmenté de 236 800 personnes, ou de 6,6 %, par rapport à mars, pour atteindre 822 400 personnes).

Remarque importante :Ce rapport s’appuie sur l’Enquête sur la population active (EPA), menée auprès des ménages par Statistique Canada. L’EPA d’avril illustre beaucoup mieux que l’EPA de mars les répercussions actuelles de la pandémie de la COVID-19 sur le marché du travail. La semaine de référence sur laquelle se fondent les résultats d’avril est celle du 12 au 18 avril. En Ontario, l’ordre de fermer les entreprises non essentielles et les autres mesures visant à réduire les répercussions de la maladie ont seulement pris effet le 24 mars, alors que l’EPA de mars a été menée du 22 au 31 mars et visait la semaine de référence du 15 au 21 mars.

Diminution de l’emploi en avril

L’emploi en Ontario a affiché une baisse record de 689 200 emplois nets en avril. La proportion des pertes d’emploi en Ontario par rapport aux pertes d’emploi au Canada (36 %) depuis février est légèrement inférieure à la proportion de l’emploi en Ontario par rapport à l’emploi au Canada (39 %).

En avril, le nombre d’emplois en Ontario était de 6 463 100, une baisse de 1 092 000 emplois (de 14,5 %) par rapport à février. Les pertes d’emplois sur deux mois sont quatre fois supérieures aux pertes d’emplois enregistrées pendant le ralentissement économique de 2008-2009 (perte de 272 500 emplois – fluctuation). Ces pertes sur deux mois représentent aussi plus du double de la baisse en pourcentage enregistrée pendant la récession de 1991 (baisse de 6,9 %), qui a été la plus dure récession depuis 1976, soit depuis que des données comparables sont enregistrées.

Hormis l’agriculture et les services publics, tous les secteurs ont affiché des pertes d’emplois, les pertes les plus importantes ayant été observées dans les secteurs du commerce de gros et de détail (perte de 143 300 emplois), de la fabrication (perte de 100 000 emplois), de l’hébergement et des services de restauration (perte de 96 200 emplois) et de la construction (perte de 93 800 emplois). Au cours des deux derniers mois, tous les secteurs ont affiché des pertes d’emplois par rapport à février.

En Ontario, le nombre d’heures de travail en avril a chuté de près de 28 % par rapport à février.

Le graphique 1 montre l’emploi en Ontario de janvier 2015 à avril 2020.

Le graphique linéaire 1 montre que l’emploi en Ontario a diminué, passant de 6 878 700 en janvier 2015 à 6 463 100 en avril 2020.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 1

Emplois à temps plein et emplois à temps partiel

Le nombre d’emplois à temps plein a diminué de 464 400 emplois, et le nombre d’emplois à temps partiel, de 224 800 emplois. Les pertes d’emplois à temps partiel représentent 35 % de toutes les pertes d’emplois depuis février, même si les emplois à temps partiel ne correspondent qu’à 18 % de tous les emplois.

Diminution de l’emploi selon l’âge

L’emploi chez les jeunes (de 15 à 24 ans) a baissé de 166 800 emplois en avril, après avoir affiché une diminution de 158 800 emplois en mars. Les jeunes ont été disproportionnellement touchés par les pertes d’emploi depuis février.

L’emploi chez les personnes de 25 à 54 ans a baissé de 378 300 emplois en avril par rapport à mars, tandis que l’emploi chez les personnes de 55 ans et plus a diminué de 144 000 emplois.

L’emploi au Canada a affiché une perte record d’environ deux millions d’emplois (1 994 000) en avril et a diminué d’environ trois millions par rapport à février.

Augmentation du taux de chômage, qui a atteint 11,3 %

Le graphique 2 montre les taux de chômage en Ontario et au Canada, de janvier 2015 à avril 2020.

Graphique 2 (graphique linéaire)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01(données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 2

Pour l’Ontario, le taux de chômage enregistré en avril (11,3 %) a dépassé le taux enregistré en mars qui était de 7,6 % et a été le plus au taux enregistré depuis juin 1993 (11,3 %). Le taux a plus que doublé par rapport à celui de février qui était de 5,5 %.

Au Canada, le taux de chômage a atteint 13,0 % en avril, ce qui représente une hausse par rapport à 7,8 % en mars. Le taux de chômage en février au Canada était de 5,6 %.

Taux de chômage selon l’âge

Chez les personnes de 15 à 24 ans, le taux de chômage a augmenté, passant de 15,8 % en mars à 24,0 % en avril. Il s’agit là du plus haut taux jamais enregistré.

Chez les personnes de 25 à 54 ans, le taux de chômage a augmenté, passant de 6,7 % en mars à 9,5 % en avril, et chez les personnes de 55 ans et plus, il a aussi augmenté, passant de 5,4 % en mars à 9,5 % en avril.

Taux de chômage les plus faibles et les plus élevés

Le graphique 3 montre les régions métropolitaines de recensement (RMR) affichant les taux de chômage les plus élevés et les plus faibles au Canada en avril 2020.

Graphique 3 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0294-01 (données désaisonnalisées basées sur une moyenne mobile de trois mois pour réduire la volatilité attribuable à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données, graphique 3

En avril, Windsor présentait le taux de chômage le plus élevé au Canada, soit 12,9 %, suivi par Saguenay (Québec) soit 11,1 %.

En avril, Ottawa-Gatineau (Ontario) présentait le taux de chômage le plus faible en Ontario, soit 6,3 %, et Abbotsford-Mission (Colombie-Britannique) affichait le taux de chômage le plus faible au Canada, soit 5,9 %.

Comparaisons annuelles

Variation selon le niveau de scolarité

Au cours des quatre premiers mois de 2020, l’Ontario a affiché une baisse de 109 100 emplois nets chez les adultes de 25 ans et plus par rapport aux quatre premiers mois de 2019.

Le graphique 4 montre la variation de l’emploi en Ontario selon le niveau de scolarité atteint chez les personnes de 25 ans et plus, d’avril 2019 à avril 2020 (cumul annuel).

Variation selon le niveau de scolarité

Le graphique 4 montre la variation de l’emploi en Ontario selon le niveau de scolarité atteint, chez les personnes de 25 ans et plus, de mars 2019 à mars 2020 (cumul annuel).

Graphique 4 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0019-01,;(données non corrigées).

Télécharger les données, graphique 4

Les personnes détenant un certificat ou un diplôme d’études postsecondaires ou ayant fait des études secondaires sont celles ayant affiché le plus de pertes, soit 130 800 emplois et 85 400 emplois, respectivement.

Les personnes n’ayant pas terminé leurs études secondaires ont affiché des pertes de 12 700 emplois.

Les adultes titulaires d’un grade universitaire ont enregistré la hausse la plus importante, soit 103 400 nouveaux emplois nets, tandis que ceux n’ayant fait que des études postsecondaires partielles ont affiché une hausse de 16 400 emplois.

Taux de chômage selon le niveau de scolarité

Le taux de chômage chez les adultes de 25 ans et plus ayant un titre de scolarité postsecondaire était de 5,8 % au cours des quatre premiers mois de 2020, ce qui représente une hausse par rapport à 4,3 % un an plus tôt.

Le taux de chômage chez les adultes n’ayant pas de titre de scolarité postsecondaire était de 7,9 %, ce qui représente une hausse par rapport à 6,6 % l’année précédente.

Variation de l’emploi selon la profession

Le graphique 5 montre la variation de l’emploi en Ontario selon la profession, d’avril 2019 à avril 2020 (cumul annuel).

Graphique 5 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0297-01(données non corrigées).

Télécharger les données, graphique 5

Cinq des dix principales catégories professionnelles en Ontario ont connu des pertes d’emplois au cours des quatre premiers mois de 2020 par rapport à l’année précédente.

Apprenez-en davantage sur la Classification nationale des professions (CNP).

Les pertes d’emplois les plus importantes ont été observées dans les catégories professionnelles suivantes :

  • la vente et les services (138 200 emplois);
  • les arts, la culture, les sports et les loisirs (47 200 emplois);
  • les métiers, le transport et la machinerie (36 700 emplois).

Les gains d’emplois les plus importants ont été observés dans les catégories professionnelles suivantes :

  • la fabrication et les services d’utilité publique (58 500 emplois);
  • les sciences naturelles et appliquées et les domaines apparentés (37 200 emplois);
  • les affaires, la finance et l’administration (13 700 emplois).

Taux de chômage de longue durée

Le graphique 6 montre le chômage de longue durée en Ontario (27 semaines ou plus) comme pourcentage du chômage total, d’avril 2011 à avril 2020 (cumul annuel).

Graphique 6 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0342-01(données non corrigées).

Télécharger les données, graphique 6

Au cours des quatre premiers mois de 2020, 65 100 personnes en moyenne ont dû faire face à un chômage de longue durée, c’est-à-dire qu’elles ont été sans emploi durant 27 semaines ou plus. Il s’agit d’une diminution par rapport au nombre de personnes qui se trouvaient dans cette situation un an plus tôt (73 400).

Les personnes en situation de chômage de longue durée représentaient 11,4 % du nombre total de personnes au chômage au cours des quatre premiers mois de 2020, ce qui ne rend que partiellement compte de la hausse de 88 % du chômage total des deux derniers mois, et constitue une diminution par rapport au taux annuel de 16,1 %.

Durée moyenne du chômage de longue durée

La durée moyenne du chômage a diminué, passant de 16,7 semaines un an plus tôt à 14,3 semaines au cours des quatre premiers mois de 2020, car la forte augmentation du taux de chômage en avril 2020 a fait baisser la moyenne.

Télécharger les données

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active

Rapport sur le marché du travail, avril 2020 :

Licence du gouvernement ouvert – Ontario

Mis à jour : 30 juillet 2021
Date de publication : 22 mai 2020