ISSN 2560-7790

Partie 1 : Plan publié 2017‑2018

Vue d’ensemble du ministère

Mandat

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle oriente et façonne le système d’éducation postsecondaire et le système d’emploi et de formation de la province. Il alloue aux universités et aux collèges financés par les deniers publics un financement au titre de leurs dépenses de fonctionnement et d’immobilisations, établit les objectifs provinciaux quant à l’utilisation des fonds publics et élabore des cadres en vue d’atteindre ces objectifs.

Le ministère veille à ce que toutes les personnes qualifiées aient accès à une éducation postsecondaire de qualité en mettant en œuvre des règlements relatifs aux frais de scolarité, de subventions de fonctionnement, de dépenses en immobilisations, d’un régime d’aide financière aux étudiants, et de mécanismes de financement et de responsabilisation ciblés.

Dans le domaine de l’emploi et de la formation, le ministère élabore des orientations stratégiques en matière d’éducation des adultes et de formation liée au marché du travail. Il gère et finance également les services et les programmes provinciaux d’emploi et de formation, notamment en matière d’alphabétisation et de formation de base des adultes, et entreprend des activités de recherche et de planification liées au marché du travail.

Contribution du ministère à la réalisation des résultats

Les gens de toutes les collectivités et de tous les métiers ont les connaissances et les capacités nécessaires pour aider à bâtir une province forte et prospère. La prospérité économique et l’avantage concurrentiel de l’Ontario dépendent de plus en plus d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, diversifiée et adaptable.

Le ministère s’efforce de faire en sorte que tous les étudiantes et étudiants aient accès :

  • à une éducation postsecondaire de haute qualité dans leur milieu et en ligne;
  • à des modes d’enseignement et d’apprentissage interactifs et attrayants;
  • aux titres de compétence les mieux reconnus sur le marché du travail.

Il est impératif de se doter d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui sera le moteur de l’économie de demain, et d’assurer la vigueur soutenue de la province et le bien-être des collectivités. Afin de développer une telle main-d’œuvre, le ministère appuie un réseau d’organismes communautaires qui fournissent des services d’emploi et de formation à la population ontarienne. Ces services comprennent notamment un système d’apprentissage moderne qui répond aux besoins des industries émergentes et en croissance et qui amène les entreprises à jouer un rôle actif dans la formation professionnelle ainsi qu’à travailler en étroite collaboration avec les établissements de formation.

La voie à suivre pour l’Ontario est la suivante : répondre aux besoins en main-d’œuvre dans une économie novatrice et hautement qualifiée, tout en s’assurant que les Ontariennes et les Ontariens ont les compétences nécessaires pour réussir. Pour y parvenir, il convient :

  • de permettre aux personnes de développer les habiletés et les compétences dont elles ont besoin, notamment les personnes qui doivent surmonter des obstacles pour réussir ou celles ayant besoin d’aide pour répondre aux demandes d’une économie en pleine évolution;
  • de répondre aux demandes du marché du travail pour les secteurs à prédominance technologique hautement qualifiés, novateurs et diversifiés de l’économie du futur.

Dans le cadre du processus d’examen, de renouvellement et de réorganisation des programmes (ERRP), le ministère opère d’importantes transformations pour offrir de meilleurs services à la population ontarienne, tout en gérant la croissance. Le cycle de prise de décisions de 2017‑2018 fait progresser le plan de l’année dernière ainsi que le travail effectué par le ministère tout au long de l’année.

Le ministère collabore avec l’ensemble du gouvernement et ses nombreux partenaires du secteur public afin de :

  • créer un système d’emploi et de formation plus homogène, intégré et axé sur le client afin d’améliorer l’expérience des travailleurs et des chercheurs d’emploi et d’aider les Ontariennes et les Ontariens à se préparer aux emplois de l’avenir;
  • moderniser le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) pour améliorer l’accès à des études collégiales et universitaires abordables et de haute qualité;
  • s’appuyer sur les forces des systèmes d’éducation, de formation et de développement des compétences de la province pour préparer les Ontariennes et les Ontariens aux demandes de l’économie du savoir axée sur la technologie.

Programmes et activités du ministère

Créer un système d’emploi et de formation plus homogène, intégré et axé sur le client

Transformation des services d’emploi et de formation

Le gouvernement investit actuellement plus d’un milliard de dollars par an dans divers programmes d’emploi et de formation qui soutiennent les chômeurs ontariens, leur permettent d’améliorer leurs compétences et de se trouver un emploi, et aident les employeurs à combler leurs besoins en main-d’œuvre. Les services d’emploi et les programmes de formation d’Emploi Ontario aident chaque année près d’un million de personnes à faire des choix de carrière, à suivre de la formation et à trouver de bons emplois.

Bien que le système d’emploi et de formation continue de soutenir les travailleurs sans emploi, il doit aussi répondre aux besoins de l’économie en pleine évolution et offrir du soutien à d’autres groupes, y compris aux travailleurs qui doivent développer leurs compétences afin de s’adapter à leur prochain emploi ou de trouver un nouvel emploi.

Le programme Deuxième carrière a été créé en réponse à la récession mondiale de 2008‑2009. Bien que le programme ait permis à des travailleurs mis à pied après la récession de se recycler, le contexte économique mondial continue de se transformer. Compte tenu des besoins émergents de la population ontarienne, les programmes comme Deuxième carrière, conçus pour les défis d’hier, doivent être repensés pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Au cours du prochain exercice, la province collaborera avec ses partenaires d’Emploi Ontario, des établissements d’éducation et de formation, des employeurs, des travailleurs et des chercheurs d’emploi pour moderniser les principaux programmes d’emploi et de formation, comme Deuxième carrière et Subvention Canada-Ontario pour l’emploi, qui soutiennent les chômeurs et les travailleurs désireux de développer leurs compétences ainsi que les employeurs ayant des besoins en formation. Ce plan permettra de s’assurer que chaque apprenante ou apprenant adulte, sans égard à son parcours, à ses compétences et à son expérience, recevra le soutien nécessaire pour accéder aux meilleurs services lui permettant d’atteindre ses objectifs d’apprentissage.

Modernisation de l’apprentissage

Il apparaît évident que pour demeurer concurrentiel et prospérer dans cette économie mondiale au rythme effréné, l’Ontario doit se doter d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui répond aux besoins des emplois d’aujourd’hui et de demain.

La formation en apprentissage est une composante clé pour développer la main-d’œuvre instruite et hautement qualifiée dont la province a besoin pour être concurrentielle sur le marché actuel et futur.

À la suite de l’appui et des investissements du gouvernement à l’égard du système d’apprentissage, le nombre de nouvelles inscriptions aux programmes de formation en apprentissage est passé de 17 100 en 2002‑2003 à plus de 25 600 en 2015‑2016.

Le Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée a recommandé au ministère de consulter des intervenants afin d’élaborer un système d’apprentissage modernisé qui tient compte des besoins du marché du travail et qui est axé sur l’intégration des jeunes aux corps de métiers.

Dans son budget de 2017, le gouvernement a annoncé qu’il collaborerait avec ses partenaires clés pour trouver des occasions de moderniser le système d’apprentissage, en mettant l’accent sur la simplification de l’expérience des apprenties et apprentis, en faisant davantage connaître les apprentissages comme cheminement de carrière et en en facilitant l’accès, ainsi qu’en augmentant le taux d’achèvement des programmes.

Pour ce faire, le ministère invitera, cet été à Toronto, les apprenties et apprentis, les employeurs, les formateurs et d’autres partenaires à participer à des séances de mobilisation pour discuter de la modernisation de l’apprentissage.

Ces séances nous permettront d’élaborer ensemble un plan d’action visant à améliorer l’expérience des apprenties et apprentis ainsi que celle des employeurs dans le contexte du développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée en Ontario.

Soutien de l’emploi des personnes handicapées

En collaboration avec la Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario, le ministère appuie l’élaboration d’une stratégie provinciale d’emploi pour les personnes handicapées qui :

  • établira une vision ontarienne cohérente avec des objectifs, des priorités et des résultats souhaités pour s’assurer que les Ontariennes et les Ontariens ont accès à un ensemble complet de services d’emploi et de formation;
  • offrira une meilleure expérience de services grâce à un accès simplifié à des services d’emploi et de formation qui tiennent compte des besoins variés et des objectifs d’emploi de chaque client;
  • encouragera les employeurs, à titre de partenaires actifs, à éliminer les obstacles à l’emploi pour les personnes handicapées et à rendre les lieux de travail plus inclusifs.

Améliorer l’accès à des études collégiales et universitaires de haute qualité et abordables

La main-d’œuvre hautement instruite de l’Ontario est l’un des plus grands atouts de la province. Un pourcentage record d’élèves (85,5 %) obtiennent leur diplôme d’études secondaires. De plus, en 2016, la province a enregistré un taux d’obtention de titre postsecondaire de 68 %, soit un taux plus élevé que dans n’importe quel pays membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Le système d’éducation de calibre mondial de l’Ontario offre aux apprenantes et apprenants, jeunes et moins jeunes, des occasions d’accéder à des programmes d’éducation et de formation de haute qualité, en plus de leur donner les connaissances et les compétences nécessaires pour réussir dans l’économie moderne.

En rendant l’éducation postsecondaire plus accessible et abordable, le gouvernement aide les gens à poursuivre leur choix de carrière ou à se recycler.

Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario

Dans son budget de 2016, le gouvernement de l’Ontario a annoncé l’une des plus grandes transformations de l’aide financière aux étudiantes et étudiants en Amérique du Nord, en rendant l’éducation postsecondaire plus accessible et abordable pour des centaines de milliers d’étudiantes et d’étudiants. Le RAFEO permettra à plus d’étudiantes et d’étudiants de suivre des études postsecondaires, facilitera le processus d’inscription et fournira du soutien financier à ceux qui en ont le plus besoin.

En 2017‑2018, le gouvernement :

  • remplacera la plupart des subventions et des crédits d’impôt liés à l’éducation et aux droits de scolarité de l’Ontario par une subvention unique immédiate;
  • haussera les limites de l’aide hebdomadaire pour les étudiantes et étudiants tout en continuant d’indexer l’aide annuellement en fonction de l’inflation.

En 2018‑2019, le gouvernement :

  • réduira le montant que les parents et les conjoints doivent assumer, ce qui aura pour effet d’augmenter les niveaux de soutien pour les étudiantes et étudiants issus de familles à revenu moyen ou à plus haut revenu et les étudiants mariés;
  • collaborera avec les universités et les collèges pour mettre en œuvre un système de facturation des droits de scolarité nets, ce qui veut dire que les étudiantes et les étudiants ne devront payer que ce qu’ils doivent réellement une fois les subventions et prêts du RAFEO et l’aide financière pris en compte.

Le nouveau RAFEO offrira davantage de soutien financier qu’avant, y compris l’exemption des droits de scolarité pour des centaines de milliers d’étudiantes et d’étudiants à revenu faible et moyen.

De plus, le budget de 2017 comprenait des améliorations supplémentaires au RAFEO qui :

  • aideront mieux les familles qui ont mis de l’argent de côté pour les études postsecondaires de leurs enfants en faisant en sorte que les économies provenant d’un régime enregistré d’épargne-études ne réduisent pas le montant de l’aide financière versée aux étudiantes et aux étudiants par l’intermédiaire du RAFEO;
  • aideront à éliminer les obstacles financiers qui empêchent les étudiantes et étudiants autochtones de faire des études postsecondaires. Le gouvernement travaille avec ses partenaires autochtones afin de cerner d’autres mesures de soutien ciblées en vertu du RAFEO qui contreront les obstacles économiques et amélioreront l’accès des étudiantes et étudiants autochtones aux études postsecondaires. À compter de 2017‑2018, l’Ontario exemptera le Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire de l’évaluation du RAFEO pour les étudiantes et étudiants autochtones, en plus d’annuler la contribution prévue des étudiantes et étudiants qui s'identifient comme des apprenantes et apprenants autochtones);
  • faciliteront la transition vers le marché du travail en faisant passer de 25 000 à 35 000 $ le salaire minimum qu’une personne doit gagner avant de commencer à rembourser la composante provinciale des prêts du RAFEO.

Miser sur nos forces

Le gouvernement continue aussi de bâtir un système d’études postsecondaires efficace qui soutient la réussite des étudiantes et étudiants en plus d’assurer la viabilité financière générale du secteur. L’approche de l’Ontario vis-à-vis de la différenciation cherche à mettre l’accent et à miser sur les forces déjà bien établies de chaque collège et université, et à permettre aux établissements de collaborer comme parties complémentaires du système.

Afin d’offrir la meilleure éducation et les meilleures occasions d’apprentissage possible, le système doit être adaptable, accueillant et durable. Au cours des deux dernières années, la province a travaillé avec les collèges et les universités pour modifier leurs formules de financement à compter de 2017‑2018. Le nouveau modèle de financement appuiera l’attention renouvelée accordée à l’offre de résultats de haute qualité aux étudiantes et étudiants en reliant une partie du financement des collèges et universités aux résultats en matière de rendement et aux points forts des établissements. À l’aide de mesures aux niveaux des établissements et du système, le gouvernement collaborera avec les collèges et les universités pour établir des objectifs de rendement clairs dans le cadre d’ententes de mandat stratégiques (EMS).

Les ententes expliquent comment la mission et les activités de chaque collège et université s’harmonisent aux priorités de notre gouvernement, aux besoins des étudiantes et étudiants ainsi qu’à l’économie. Elles nous permettront aussi de mieux planifier l’avenir, de soutenir une éducation de meilleure qualité et d’accroître la réussite des étudiantes et étudiants, tout en évitant des chevauchements inutiles au sein du système d’éducation postsecondaire.

On s’attend à ce que chaque établissement ait signé une EMS d’ici l’été 2017.

Étudiantes et étudiants étrangers

Dans cette économie mondiale du XXIe siècle, il est essentiel pour nos établissements d’enseignement postsecondaire d’attirer des gens de talent de partout dans le monde. L’éducation internationale enrichit la vie académique, sociale et culturelle de nos collèges et universités, de la salle de classe au laboratoire de recherche, et crée des liens plus solides entre l’Ontario et d’autres régions du monde.

Les étudiantes et étudiants étrangers sont des candidats idéaux pour la résidence permanente. En effet, ils obtiennent des diplômes d’études postsecondaires de haute qualité reconnus en Ontario, créent des réseaux sociaux et culturels et s’installent confortablement dans la province.

Le ministère travaille avec ses ministères partenaires (Éducation, Commerce international, Affaires civiques et de l’Immigration, etc.) pour élaborer une stratégie d’éducation postsecondaire internationale qui s’appuie sur les forces de notre système d’éducation postsecondaire, renforce la réputation de province au chapitre de la qualité de son enseignement et fait de l’Ontario une destination accueillante et un partenaire de choix.

Immobilisations et infrastructures

L’Ontario est déterminé à mettre sur pied un secteur postsecondaire durable, transparent et axé sur les étudiantes et étudiants, qui permet à ces derniers d’avoir accès à des programmes de grande qualité plus près de leur domicile et où les investissements faits par la province contribuent à bâtir une économie robuste.

La province investira jusqu’à 180 millions de dollars dans la création de deux nouveaux sites d’enseignement postsecondaire menés par des universités, à Milton et à Brampton, lesquels sites seront consacrés aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques (STIM). Dans son budget de 2016, le gouvernement a annoncé des plans visant à bâtir un nouveau campus postsecondaire à Markham pouvant accueillir près de 4 000 étudiantes et étudiants. Ce projet sera issu d’un partenariat entre l’Université York et le Collège Seneca.

Pour souligner le 50e anniversaire du secteur collégial en 2017, le gouvernement offre des subventions d’immobilisations d’une valeur totale de 50 millions de dollars. Ce financement reconnaît la contribution essentielle de nos collèges envers la croissance et la viabilité économiques de la province.

Le ministère a aussi collaboré avec le gouvernement fédéral, les collèges, les universités et les établissements autochtones pour mettre en œuvre le Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires en Ontario. Des investissements conjoints de plus de 1,9 milliard de dollars de 2016‑2017 à 2018‑2019 permettront de rénover et de moderniser les installations de recherche sur les campus en plus d’améliorer la durabilité environnementale de ces installations.

Reconnaissant que, dans un monde qui deviendra de plus en plus connecté, les investissements dans les infrastructures et la technologie sont essentiels pour soutenir les emplois et l’économie, l’Ontario travaillera de concert avec le secteur postsecondaire à l’élaboration d’une stratégie d’immobilisations tournée vers l’avenir.

Créer des milieux d’apprentissage sécuritaires et efficaces pour les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire demeure une priorité pour les investissements continus de l’Ontario dans le secteur. C’est pourquoi le gouvernement maintiendra ses investissements dans les principales tâches de réparation et de modernisation des établissements d’enseignement postsecondaire. Le gouvernement s'est engagé à augmenter le financement annuel destiné au renouvellement des installations des collèges et des universités, lequel financement passera de 26 millions de dollars en 2014‑2015 à 100 millions en 2019‑2020.

Augmentation de la participation des étudiantes et étudiants autochtones à l’éducation postsecondaire

Le gouvernement s’engage à renforcer les parcours vers la formation et les études postsecondaires pour les apprenantes et apprenants autochtones, tout en reconnaissant et en renforçant la capacité des neuf établissements de l’Ontario exploités et gérés par des communautés autochtones.

La province investit près de 200 millions de dollars sur trois ans pour soutenir des initiatives clés qui aideront un plus grand nombre d’apprenantes et d’apprenants inuits, métis et des Premières Nations à accéder à des occasions de formation et d’éducation postsecondaire de haute qualité.

Ces investissements comprennent 56 millions de dollars sur trois ans pour améliorer la capacité et la durabilité de neuf établissements autochtones financés par les fonds publics en Ontario.

Ces établissements permettent aux apprenantes et apprenants autochtones de réaliser leurs objectifs scolaires et professionnels dans des milieux d’apprentissage qui sont adaptés à leur culture, sécuritaires, près de chez eux et dirigés et gérés par des communautés autochtones. Ils offrent, en réponse directe aux besoins du marché du travail local, des programmes de formation et d’éducation postsecondaire à plus de 1 000 étudiantes et étudiants par année. En moyenne, près de 300 apprenantes et apprenants obtiennent un diplôme d’un établissement autochtone chaque année.

L’Ontario investit aussi 45 millions de dollars sur trois ans pour supprimer les obstacles financiers à l’éducation postsecondaire pour les étudiantes et étudiants autochtones. Cela sous-entend de renoncer à la contribution des étudiantes et étudiants de 3 000 $ pour le RAFEO et d’exempter le financement fédéral reçu dans le cadre du Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire en tant que ressource servant à déterminer l’admissibilité au RAFEO et le niveau de financement.

Le RAFEO aide près de 5 500 apprenantes et apprenants déclarant faire partie des Premières nations, et une partie importante de ces apprenants recevront de plus grandes subventions et seront admissibles à l’exemption des frais de scolarité moyens. Grâce à ces changements au RAFEO, un plus grand nombre d’étudiantes et étudiants autochtones auront accès à ce programme et pourront tirer profit des améliorations qui haussent le niveau d’aide qu’ils reçoivent.

Santé mentale

L’Ontario s’engage à suivre une approche globale pour transformer le système de santé mentale sur la base d’une mission claire, d’une vision d’avenir et de stratégies de changement à long terme.

Le ministère transforme ses services afin que les Ontariennes et Ontariens aient un accès rapide à un système intégré de programmes coordonnés et efficaces de promotion, de prévention, d’intervention précoce ainsi que de soutien et de traitement communautaires.

En mai 2017, le gouvernement a annoncé un investissement additionnel de 6 millions de dollars par année sur trois ans pour améliorer les mesures de soutien à la santé mentale et les services connexes offerts aux étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire de l’Ontario. De cet investissement découlera un investissement total de 45 millions de dollars sur trois ans ou 15 millions de dollars par année.

Ce nouveau financement aidera les collèges et universités à créer et accroître des services de santé mentale dans des domaines comme la prévention et l’intervention précoce, les mesures de soutien pour les étudiantes et étudiants autochtones, les dépendances et la toxicomanie ainsi que la prévention du suicide.

Parmi les principaux engagements continus, citons Allo J’écoute (Good2Talk), une ligne d’assistance en santé mentale accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, qui offre aux étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire des services directs de consultation et d’orientation, en anglais et en français.

Imaginer une université de langue française

L’Ontario s’engage à soutenir un milieu d’apprentissage dynamique pour les programmes et services d’éducation postsecondaire francophones. En 2016, le gouvernement a créé le Conseil de planification pour une université de langue française, composé de représentants de la communauté francophone de l’Ontario ayant une forte compréhension de l’éducation postsecondaire francophone ou bilingue ainsi qu’une grande expertise en la matière.

Le conseil de planification offrira au gouvernement des conseils relativement aux éléments de conception, y compris les éventuels partenariats et occasions d’affiliation, aux modèles de gouvernance, à l’emplacement et aux coûts de l’université, afin de faciliter l’accès à l’éducation postsecondaire en langue française à plus d’étudiantes et étudiants.

Développer la main-d’œuvre hautement qualifiée de l’Ontario pour l’économie moderne

La Stratégie pour une main-d’œuvre hautement qualifiée de l’Ontario aidera la province à concrétiser sa vision de croissance économique inclusive, où les Ontariennes et les Ontariens possèdent les habiletés et les compétences nécessaires pour trouver du travail, s’adapter aux technologies en constante évolution, créer de nouvelles entreprises et contribuer à leurs collectivités.

Grâce à des initiatives de transformation qui touchent à l’ensemble du spectre (maternelle à la 12e année, études postsecondaires, apprentissage, développement des compétences et milieu de travail), la stratégie est conçue pour s’assurer que chacun trouve sa place dans une économie de plus en plus axée sur la technologie et le savoir.

Apprentissage par l’expérience

Si l’Ontario compte certes sur l’une des mains-d’œuvre les plus instruites et compétentes au monde, les diplômés de la province ont souvent de la difficulté à se trouver un premier emploi s’ils n’ont pas d’expérience professionnelle.

Comme l’annonçait le gouvernement le 19 avril 2017, l’Ontario aide les jeunes à se préparer à de brillantes carrières en créant 40 000 nouvelles occasions d’apprentissage liées au travail sur trois ans. Cette aide est offerte aux élèves de la maternelle à la 12e année, aux étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire ainsi qu’aux récents diplômés dans le cadre de la Stratégie de démarrage de carrière.

Les expériences pratiques et les occasions d’apprentissage en milieu de travail sont avantageuses pour les élèves et les étudiantes et étudiants, puisqu’elles facilitent leur intégration à la population active, et pour les employeurs, car elles répondent à leurs besoins de main-d’œuvre talentueuse et expérimentée.

La Stratégie de démarrage de carrière de la province comprend les initiatives suivantes axées sur les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire :

  • Le soutien de plus de 3 000 stages de recherche à forte incidence et dirigés par l’industrie, dans le cadre du programme Accelerate de Mitacs, qui a reçu une nouvelle injection de fonds du gouvernement fédéral.
  • L’accroissement des mesures de soutien pour aider les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire à accéder à des formations en ligne de qualité, populaires et axées sur les compétences. Ces mesures leur donnent, par exemple, un plein accès gratuit au portail Lynda.com de LinkedIn par l’intermédiaire du site Web eCampusOntario. Lynda.com de LinkedIn propose quelque 5 000 cours en affaires, en technologie et en compétences créatives conçus et donnés par du personnel enseignant et des spécialistes du secteur.
  • Le renouvellement du soutien accordé au programme TalentEdge proposé par les Centres d’excellence de l’Ontario pour pouvoir offrir 56 bourses et 84 stages de plus par année aux étudiantes et étudiants de niveau collégial et de premier cycle, aux titulaires d’un diplôme, d’une maîtrise ou d’un doctorat, ainsi qu’aux boursiers postdoctoraux.
  • La création du nouveau fonds Prêt à l’emploi de 68 millions de dollars pour aider les établissements d’enseignement postsecondaire et les employeurs à offrir aux étudiantes et étudiants ainsi qu’aux récents diplômés davantage d’occasions d’acquérir de l’expérience. Cette initiative comprendra le lancement d’un nouveau programme pour aider les employeurs à offrir plus d’occasions d’apprentissage en milieu de travail aux étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire, et la création d’outils numériques pour jumeler plus facilement ces derniers avec des employeurs.

Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle

L’Ontario réagit à l’économie en pleine évolution en s’assurant que les Ontariennes et les Ontariens ont le soutien dont ils ont besoin pour s’y adapter et prospérer à toutes les étapes de leur carrière.

Dans son budget de 2017, le gouvernement a présenté le Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle, qui vise à ouvrir des portes et à créer des occasions pour les apprenantes et apprenants adultes, ainsi que les travailleurs.

L’Ontario améliorera son système d’éducation des adultes en le rendant plus centré sur les apprenantes et apprenants, notamment en améliorant les itinéraires et en élargissant les services et les programmes qui aideront quelque 47 000 adultes supplémentaires à accéder plus facilement à des cours de formation et de perfectionnement professionnels, ce qui leur permettra de réaliser leurs objectifs d’éducation et d’emploi le plus rapidement possible. Le plan permettra d’élargir et d’améliorer le Programme d’alphabétisation et de formation de base du ministère ainsi que de financer des programmes pilotes de formation technique et de formation professionnelle en milieu de travail.

L’investissement permettra aussi aux apprenantes et apprenants de trouver des programmes qui correspondent à leurs besoins individuels. Il offrira de la formation en cours d’emploi pour permettre aux travailleurs de suivre une formation professionnelle en milieu de travail et aux employeurs d’en offrir.

Pour guider la mise en œuvre de la Stratégie et recueillir des avis sur l’aide à fournir aux personnes touchées par les changements technologiques dans le milieu de travail, le gouvernement rassemblera des employeurs, des membres du personnel enseignant, des représentants syndicaux et d’autres intervenants autour de la Table de planification et de concertation.

Le gouvernement investira également dans l’offre d’information sur le marché du travail par l’intermédiaire d’un nouveau site Web qui aidera les particuliers et les employeurs à prendre des décisions, par exemple, sur le choix d’une carrière, l’élaboration de programmes d’éducation et de formation, ou la planification de la main-d’œuvre.

Indicateurs de rendement clés

Éducation postsecondaire

  • Faire passer le taux d’accession aux études postsecondaires en Ontario à 70 % d’ici 2020.
  • Faire augmenter les taux d’obtention de diplôme à 80 % pour les universités et à 70 % pour les collèges.

Emploi Ontario

  • Faire passer de 82 à 83,4 % le taux d’emploi ou la formation complémentaire après avoir achevé le programme de Services d’emploi.

Priorités du gouvernement

Créer un système d’emploi et de formation plus homogène, intégré et axé sur le client

Initiatives

  • Transformation des services d’emploi et de formation
  • Modernisation de l’apprentissage
  • Soutien de l’emploi des personnes handicapées

Améliorer l’accès à des études collégiales et universitaires de haute qualité et abordables

Initiatives

  • Transformation du Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario
  • Mise en place de mesures pour attirer et retenir les personnes les plus talentueuses et les plus brillantes de partout dans le monde
  • Augmentation de la participation des étudiantes et étudiants autochtones à l’éducation postsecondaire
  • Approche globale pour transformer le système de santé mentale

Développer la main-d’œuvre hautement qualifiée de l’Ontario pour l’économie moderne

Initiatives

  • Apprentissage par l’expérience
  • Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle

Moderniser l’infrastructure et les réseaux de transport

Initiatives

  • Investissements dans les immobilisations pour les collèges et universités

Tableau 1 : Dépenses prévues du ministère 2017‑2018 ($M)

Fonctionnement
7 741,8
Immobilisations
668,4
Total
8 410,3

Note : Le total inclut les crédits législatifs et les redressements de consolidation.
Les actifs de fonctionnement et les biens immobilisés ne sont pas inclus.

Sommaire des réalisations de 2016‑2017

Emploi et formation

  • Lancement de Compétences+ Ontario, un projet pilote de perfectionnement de la main-d’œuvre axé sur un secteur qui vise à financer des partenariats qui offrent de la formation préalable à l’emploi, du placement dans des postes réellement vacants définis par des employeurs partenaires, et du soutien lié au maintien et à l’avancement après l’emploi pour les chercheurs d’emploi adultes peu spécialisés.
  • Soutien du ministère du Travail et de l’Ordre des métiers de l’Ontario dans la mise en œuvre des recommandations du sénateur Tony Dean. Collaboration avec le gouvernement fédéral dans le but d’améliorer les possibilités d’emploi sur le marché du travail pour les Ontariennes et les Ontariens.
  • Offre d’aide, par l’intermédiaire d’Emploi Ontario, à :
    • plus de 24 900 Ontariennes et Ontariens à s’inscrire à titre d’apprenti dans des métiers spécialisés;
    • plus de 43 000 apprenantes et apprenants grâce au Programme d’alphabétisation et de formation de base;
    • des Ontariennes et des Ontariens, y compris des employeurs, à avoir accès aux Services d’emploi plus de 675 000 fois;
    • plus de 7 100 Ontariennes et Ontariens grâce au financement dans le cadre du programme Deuxième carrière.
  • Mise en place d’une nouvelle série de programmes d’emploi pour les jeunes ayant une plus grande diversité de besoins en matière d’emploi.
  • Évaluation et amélioration continue de la qualité et de l’efficacité des programmes d’emploi et de formation.
  • Mobilisation d’intervenants pour éclairer les discussions du Forum des ministres du marché du travail sur les éventuels changements apportés aux ententes de transfert visant le marché du travail afin de mieux répondre aux besoins des clients.
  • Soutien et mobilisation du Centre ontarien pour l’innovation en matière de ressources humaines pour s’assurer que ses priorités en matière de recherche, d’innovation et de renforcement des capacités correspondent à l’orientation stratégique et aux priorités du ministère.

Éducation postsecondaire

  • Investissements continus dans l’aide financière aux étudiantes et étudiants au cours des 12 dernières années, qui ont fait bondir de plus du double le nombre d’étudiantes et d’étudiants admissibles à cette aide, tandis que l’effectif a augmenté de 38 %.
  • Lancement de la plus grande transformation de l’aide financière aux étudiantes et étudiants dans l’histoire de la province pour rendre l’éducation postsecondaire plus accessible et abordable pour des centaines de milliers d’étudiantes et étudiants.
  • Offre, par l’intermédiaire du Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires et en collaboration avec le gouvernement du Canada, de plus de 950 millions de dollars pour améliorer et moderniser les installations de recherche des collèges et universités (y compris des établissements autochtones) de l’Ontario.
  • Collecte et publication en ligne d’information détaillée sur la situation professionnelle des personnes diplômées (universités et collèges publics et collèges privés d’enseignement professionnel), à savoir d’indicateurs de rendement clés permettant aux étudiants de faire des choix plus éclairés.
  • Investissement d’un montant additionnel de 5 millions de dollars pour soutenir des programmes d’éducation et de formation postsecondaires de qualité dans les neuf établissements autochtones de l’Ontario. Appui provincial du premier programme d’études indépendant menant à un diplôme dirigé et géré par un établissement autochtone.

S’inspirer de nos réalisations

Les investissements de l’Ontario dans l’éducation postsecondaire ces dix dernières années ont été avantageux pour les étudiantes et étudiants et ont produit une main-d’œuvre hautement qualifiée qui contribue à la croissance et à la compétitivité à l’échelle mondiale de l’économie provinciale.

D’importantes réussites ont été réalisées depuis 2002 :

  • Plus d’étudiantes et étudiants que jamais font des études postsecondaires. De 2002‑2003 à 2015‑2016, les inscriptions aux programmes d’études postsecondaires ont augmenté de 38 %.
  • Le taux de diplomation est plus élevé que par le passé : 77 % des étudiantes et étudiants de premier cycle terminent l’université, et 67 % des étudiantes et étudiants terminent leur programme collégial.
  • Les diplômés universitaires et collégiaux ont un taux d’emploi plus élevé après leurs études :
    • 83 % des diplômés collégiaux de 2015‑2016 ont trouvé un emploi six mois après avoir terminé leurs études.
    • 87 % des diplômés universitaires de 2013 ont trouvé un emploi six mois après avoir terminé leurs études, et 94 % d’entre eux ont trouvé un emploi deux ans après avoir terminé leurs études.
  • Les étudiantes et étudiants ont accès à un meilleur soutien financier, et plus de 380 000 d’entre eux ont reçu de l’aide financière en 2015‑2016.
  • L’effectif des programmes de premier cycle a augmenté d’environ 65 % de 2002‑2003 à 2016‑2017, entraînant une augmentation du nombre de personnes qualifiées dans les domaines de la recherche et de l’innovation.

L’Ontario continuera à investir dans le secteur de l’éducation postsecondaire pour faire en sorte que les collèges, les universités et le corps étudiant disposent des ressources qui leur sont nécessaires. Les investissements en éducation et en formation professionnelle jouent un rôle essentiel pour préparer les Ontariennes et Ontariens à être concurrentiels sur la scène internationale et à répondre aux demandes d’une économie en évolution rapide.

Au cours de la prochaine année, le gouvernement continuera à investir dans l’éducation postsecondaire pour prendre appui sur les réussites de manière durable.

Renforcer le soutien fourni aux employeurs

Nous renforçons aussi notre appui à l’égard des initiatives de formation par les employeurs en milieu de travail afin d’éliminer les écarts entre l’Ontario et les autres régions dans ce domaine. Les avantages pour les employeurs et les employés ainsi que pour les communautés et l’économie sont importants et laissent entendre que la formation en milieu de travail est un bon investissement et qu’elle devrait jouer un plus grand rôle dans le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée pour l’Ontario.

En date du 31 mars 2017, l’investissement de l’Ontario dans la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi a permis d’offrir plus de 38 300 occasions de formation à des employés nouveaux et actuels en Ontario.

Dans le cadre de ce programme, deux projets pilotes visant à faire l’essai de différentes façons de travailler avec les employeurs pour répondre aux besoins du marché du travail ont été lancés.

  • Le volet Perfectionnement professionnel de la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi soutient de nouvelles approches visant l’acquisition des compétences essentielles et techniques propres à un secteur donné afin de répondre aux besoins des employeurs.
  • Le volet pilote Formation sur mesure de la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi soutient la formation propre à l’entreprise, lorsqu’une telle formation n’existe pas et que l’employeur n’a pas la capacité de la concevoir lui-même.

Priorités du ministère — Éducation postsecondaire

  • Faire passer le taux d’accession aux études postsecondaires en Ontario à 70 % d’ici 2020.
  • Garantir à chaque étudiant qualifié une place dans un collège ou une université.
  • Fournir aux étudiantes et étudiants une expérience d’apprentissage de haute qualité et des titres de scolarité qui leur permettront d’acquérir des compétences gagnantes.
  • Améliorer la qualité de l’éducation postsecondaire et accroître la responsabilisation pour que les étudiantes et étudiants évoluent dans un système compétitif sur la scène internationale qui leur donne les compétences dont ils ont besoin pour occuper un emploi dans l’économie du XXIe siècle.
  • Combler les écarts de rendement pour les groupes sous-représentés, notamment les Autochtones, les personnes handicapées, les étudiantes et étudiants de première génération ainsi que les francophones.
  • Améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire grâce à un programme solide et modernisé d’aide financière aux étudiants.
  • Améliorer l’accès aux programmes et aux services d’éducation postsecondaire en langue française dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario.
  • Renforcer la transparence et la responsabilisation entre le gouvernement, les établissements et le public.
  • Collaborer avec des partenaires du secteur, notamment des collèges, des universités et des employeurs, pour évaluer les principaux résultats escomptés, comme le degré de préparation au marché du travail et la réussite des diplômés.
  • Continuer de bâtir un système d’études postsecondaires efficace qui soutient la réussite des étudiantes et étudiants en plus d’assurer la viabilité financière générale du secteur.

Priorités du ministère — Emploi et formation

  • Continuer d’offrir des programmes d’emploi, de formation, d’apprentissage, d’alphabétisation et liés au marché du travail de qualité.
  • Continuer le travail d’intégration de l’ensemble des services gouvernementaux d’emploi et de formation à Emploi Ontario afin d’offrir aux particuliers et aux employeurs un accès plus facile et efficace à des services qui répondent à leurs besoins.
  • Continuer d’encourager plus d’employeurs à aider leurs employés, nouveaux ou actuels, à acquérir les compétences nécessaires pour occuper les postes libres et bien accomplir leur travail avec la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi, lancée en 2014‑2015.
  • Continuer à soutenir les jeunes de l’Ontario avec la Stratégie d’emploi pour les jeunes et la mise en œuvre complète du Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes et du Programme d’orientation en matière d’emploi pour les jeunes.
  • Continuer d’offrir un soutien aux employeurs, aux apprentis et aux établissements de formation pour promouvoir l’accès aux programmes d’apprentissage et favoriser l’achèvement de ces programmes, y compris un soutien amélioré aux programmes d’apprentissage spéciaux.
  • Faire en sorte que le système d’emploi et de formation réunisse les chercheurs d’emploi et les employeurs et aide les Ontariennes et les Ontariens à trouver un emploi qui leur convient.
  • Continuer de collaborer avec les communautés autochtones au développement de politiques, de programmes et de services flexibles et respectueux qui tiennent compte de la diversité de ces communautés.
  • Introduire une nouvelle approche plus cohérente pour évaluer les obstacles à l’emploi propres à chaque client et suivre le parcours des clients dans le système.
  • Fournir des programmes de formation en milieu de travail personnalisés qui donneront aux travailleurs une expérience pertinente dans des emplois en forte demande.
  • Apporter des changements au programme Deuxième carrière afin de garantir de l’aide à tous les clients admissibles, tout en permettant au gouvernement d’investir dans d’autres programmes d’emploi clés.
  • Continuer de travailler avec le ministère du Travail et l’Ordre des métiers de l’Ontario pour renforcer le système d’apprentissage de l’Ontario.
  • Collaborer avec ses partenaires clés pour trouver des occasions de moderniser le système d’apprentissage, en mettant l’accent sur la simplification de l’expérience des apprenties et apprentis, en faisant davantage connaître les apprentissages comme cheminement de carrière et en en facilitant l’accès, ainsi qu’en augmentant le taux d’achèvement des programmes.
  • Travailler à mettre en œuvre les recommandations tirées de la vérification de l’optimisation des ressources d’Emploi Ontario effectuée par la vérificatrice générale de l’Ontario.

Priorités du ministère — Main-d’œuvre hautement qualifiée

  • Avec l’aide du ministère de l’Éducation, mettre en œuvre la Stratégie de démarrage de carrière de l’Ontario pour aider les jeunes à se préparer à des carrières fructueuses. Cette stratégie investira 190 millions de dollars sur trois ans pour créer 40 000 nouvelles occasions d’apprentissage liées au travail pour les élèves de la maternelle à la 12e année, les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire ainsi que les récents diplômés.
  • Travailler avec le ministère de l’Éducation, le ministère des Affaires civiques et de l’Immigration et les intervenants du secteur de l’éducation des adultes pour mettre en œuvre le Plan ontarien pour l’éducation permanente et la formation professionnelle, qui aidera près de 47 000 adultes supplémentaires, sur trois ans, à accéder à des programmes d’éducation et de formation visant à améliorer leurs compétences linguistiques, en littératie, en numératie et numériques.
  • Mettre sur pied et soutenir la Table de planification et de concertation, un forum formé de dirigeants des secteurs des affaires, du travail et de l’éducation, du gouvernement et autres, qui guideront et éclaireront la Stratégie pour une main-d’œuvre hautement qualifiée de la province, fourniront des conseils et du soutien relativement à des mesures précises, et agiront à titre de champions de la stratégie.
  • Poursuivre la création d’un nouveau site Web d’information sur le marché du travail qui aidera les particuliers et les employeurs à prendre des décisions, par exemple, sur le choix d’une carrière, l’élaboration de programmes d’éducation ou de formation, ou la planification de la main-d’œuvre.

Organismes, conseils et commissions

Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES)

Description : Aide le ministre à améliorer tous les aspects de l’éducation postsecondaire, en visant particulièrement la qualité de l’éducation offerte dans le secteur et l’accès aux études postsecondaires et en améliorant la responsabilisation des établissements d’enseignement postsecondaire. Les fonctions de l’organisme sont aussi les suivantes :

• formuler les cibles à atteindre et les mesures de performance à utiliser pour évaluer le secteur de l’éducation postsecondaire

  • évaluer le secteur postsecondaire, présenter le rapport de l’évaluation au ministre et rendre publics les résultats
  • effectuer des recherches et encourager la collaboration entre les établissements

Prévisions 2017–2018 – Dépenses : 5 000 000
Prévisions 2017–2018 – Revenus : s.o.
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Dépenses : 5 000 000
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Revenus : s.o.
Chiffres réels 2015–2016 – Dépenses : 4 930 718
Chiffres réels 2015–2016 – Revenus : s.o.

Conseil consultatif du Fonds d’assurance pour l’achèvement de la formation (FAAF)

Conseille le surintendant des collèges privés d’enseignement professionnel (CPEP) au sujet de l’administration du FAAF, notamment en ce qui a trait à la gestion financière du fonds, aux critères d’évaluation de la viabilité financière des CPEP, aux lignes directrices générales à suivre en cas de fermeture d’un CPEP et aux mesures à prendre si un CPEP ferme ses portes.

*Le FAAF est un compte autorisé par le ministère des Finances et destiné à des fins particulières dans le Trésor (compte de passif) et contient les sommes reçues ou recueillies par l’Ontario à des fins particulières.

Prévisions 2017–2018 – Dépenses : s.o.
Prévisions 2017–2018 – Revenus : s.o.
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Dépenses : s.o.
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Revenus : s.o.
Chiffres réels 2015–2016 – Dépenses : s.o.
Chiffres réels 2015–2016 – Revenus : s.o.

Description : Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire
(CEQEP)
Fait des recommandations au ministre relativement aux demandes pour offrir des programmes menant à l’obtention d’un grade universitaire ou utiliser le terme « université » qui sont présentées par des établissements ontariens privés qui confèrent des grades universitaires, des établissements situés à l’extérieur de la province, des collèges de l’Ontario et tout autre établissement non autorisé à décerner des grades universitaires en vertu d’une loi ontarienne.
Prévisions 2017-2018 – Dépenses : 970 000
Prévisions 2017–2018 – Revenus : 155 000
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Dépenses : 821 304
Chiffres réels provisoires 2016–2017 – Revenus : 135 000
Chiffres réels 2015–2016 – Dépenses : 759 870
Chiffres réels 2015–2016 – Revenus : 95 000

Organigramme du ministère

  • Ministre, Deb Matthews
    • Adjoint parlementaire, Han Dong
    • Sous-ministre, Sheldon Levy
      • Attachée de direction, Sarah Robb (par intérim)
      • Division de la stratégie des ressources humaines dans le domaine de la santé, Denise Cole
        Relève des sous-ministres du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle et du ministère de la Santé et des Soins de longue durée
      • Conseillère spéciale du sous-ministre, Affaires autochtones, Laurie Robinson
      • Conseiller spécial du sous-ministre, Consultations sur les données universitaires, Bob Truman
      • Conseillère spéciale du sous-ministre, Enseignement assisté par la technologie, Nancy Walton
      • Sous-ministre adjointe, Développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, Erin McGinn
        • Attachée de direction, Christine Bygrave (par intérim)
      • Direction des communications, Ian Ross
      • Groupement (ITI) pour les services à la collectivité, Soussan Tabari, directrice de l’information et sous-ministre adjointe
        relève des sous-ministres du ministère de l’Éducation, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, du ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport, du ministère des Affaires civiques et de l’Immigration, du ministère des Affaires municipales et du ministère du Logement
        • Attachée de direction, Marie Dearlove
        • Direction de la planification stratégique et de la gestion des relations opérationnelles, Lolita Singh
        • Direction des solutions pour la gestion des cas et des subventions, Sanaul Haque
        • Direction des solutions de collecte des données et d’aide à la décision, Carm Scarfo
        • Direction des solutions IACCESS, Sanjay Madan
      • Division de l’emploi et de la formation, Shelley Unterlander, sous-ministre adjointe (par intérim)
        • Attachée de direction, Kelly Longley (par intérim)
        • Direction des finances, de l’analyse et du soutien aux systèmes, Todd Kilpatrick
        • Direction du soutien à la prestation des programmes, Jacqueline Cureton
        • Direction de l’excellence organisationnelle et opérationnelle, Sandra DiProspero
        • Direction de la région de l’Ouest, Heather Cross (par intérim)
        • Direction de la région du Centre, Patricia Quattrociocchi (par intérim)
        • Direction de la région de l’Est, Jennifer Barton
        • Direction de la région du Nord, Andrew Irvine
        • Examen des services régionaux, Jan Hughes (par intérim)
      • Division des politiques stratégiques et des programmes, Glenn Craney, sous-ministre adjoint
        • Attachée de direction, Fiona Hack (par intérim)
        • Direction des programmes, Jen Liptrot
        • Direction des politiques et des initiatives stratégiques, Zoë Kroeker (par intérim)
        • Direction de la recherche et de la planification, Helen Cranley (par intérim)
        • Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire, James Brown
        • Intégration des services d’emploi et de formation (poste vacant)
        • Direction des stratégies et de la gestion de l’information (poste vacant)
        • Direction de l’éducation autochtone (poste vacant)
      • Division de l’éducation postsecondaire, David Carter-Whitney, sous-ministre adjoint
        • Attachée de direction, Rita Jaroka (par intérim)
        • Direction des finances et de la gestion de l’information du secteur postsecondaire, Kelly Shields
        • Direction de l’aide financière aux étudiantes et étudiants, Maria Mellas (par intérim)
        • Direction du renouvellement du RAFEO, Noah Morris (par intérim)
        • Direction de la responsabilisation du secteur postsecondaire, Linda Hawke
        • Collèges privés d’enseignement professionnel, Carol Strachan
        • Projet du Système de gestion de l’information financière du secteur postsecondaire, Barry McCartan
      • Division de la gestion et des services ministériels, Bohodar Rubashewsky, sous-ministre adjoint
        Relève des sous-ministres du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle
        • Attachée de direction, Kate Joakim (par intérim)
        • Direction des services juridiques, Shannon Chace
        • Équipe des services de vérification pour l’éducation de la Direction de la vérification interne de l’Ontario, Warren McCay
        • Direction des finances et des services ministériels, Sandra Yee (par intérim)
        • Direction de la gestion stratégique des ressources humaines, Lisa Brisebois
        • Direction de la coordination générale, Sarah Truscott
      • Division de la réussite, de l’enseignement et de l’apprentissage en langue française, Denys Giguère, sous-ministre adjointe (par intérim)
        Relève des sous-ministres du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle
        • Attaché de direction, Arianne Matte (par intérim)
        • Direction des politiques et des programmes d’éducation en langue française, Lilian Patry (par intérim)
        • Direction de l’enseignement et de l’apprentissage en langue française (poste vacant)
    • Organismes, conseils et commissions
      • Conseil consultatif du Fonds d’assurance pour l’achèvement de la formation
      • Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire
      • Conseils d’administration des collèges d’arts appliqués et de technologie
      • Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur

Données financières détaillées

Tableau 2 : Total – Fonctionnement et immobilisations par crédit

Crédits et programmesPrévisions
2017‑18
$
Variations par rapport aux prévisions de
2016‑17
$
Variations par rapport aux prévisions de
2016‑17
%
Prévisions
2016‑17footnote 1
$
Chiffres réels provisoires
2016‑17footnote 1
$
Chiffres réels
2015‑16footnote 1
$
Charges de fonctionnement
Administration du ministère
20 677 400
870 000
4,4
19 807 400
19 807 400
20 170 016
Éducation postsecondaire
6 654 812 800
376 697 900
6,0
6 278 114 900
6 196 149 200
6 095 146 051
Emploi Ontario
1 237 442 600
(89 700 300)
(6,8)
1 327 142 900
1 242 883 900
1 328 434 960
Politiques stratégiques et programmes
22 825 200
(51 000)
(0,2)
22 876 200
18 876 200
16 832 829
Moins : Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Total à voter – Charges de fonctionnement
7 935 758 000 
287 816 600 
3,8 
7 647 941 400 
7 477 716 700 
7 460 583 856 
Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Crédits législatifs
61 606 014
(1 999 000)
(3,1)
63 605 014
63 605 014
55 381 536
Total du ministère – Charges de fonctionnement
7 997 364 014 
285 817 600 
3,7 
7 711 546 414 
7 541 321 714 
7 515 965 392 
Redressement de consolidation et autres redressements - Écoles
(64 084 700)
(10 534 900)
19,7
(53 549 800)
(63 619 300)
(56 605 954)
Redressement de consolidation et autres redressements - Collèges
(166 465 200)
12 239 500
(6,8)
(178 704 700)
(209 552 500)
(247 842 738)
Redressement de consolidation et autres redressements - Fiducie pour les prêts aux étudiantes et étudiants de l’Ontariofootnote 2
-
-
 
-
-
(9 673 261)
Redressement des charges de fonctionnement - Reclassement des intérêts liés à l’aide financière aux étudiantsfootnote 2
(48 979 900)
(11 654 500)
31,2
(37 325 400)
(37 325 400)
(13 539 300)
Redressement des charges de fonctionnement - Reclassement lié au compte de réduction des gaz à effet de serre
24 000 000
24 000 000
 
-
-
-
Total, y compris redressement de consolidation et autres redressements
7 741 834 214 
299 867 700 
4,0 
7 441 966 514 
7 230 824 514 
7 188 304 139 
Actifs de fonctionnement
Éducation postsecondaire
408 301 000
(574 700 000)
(58,5)
983 001 000
983 001 000
916 654 136
Emploi Ontario
2 001 000
-
 - 
2 001 000
2 001 000
726 400
Moins : Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Total à voter – Actifs de fonctionnement
410 302 000
(574 700 000)
(58,3)
985 002 000
985 002 000
917 380 536
Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Total du ministère – Actifs de fonctionnement
410 302 000 
(574 700 000)
(58,3)
985 002 000 
985 002 000 
917 380 536 
Charges d’immobilisations
Éducation postsecondaire
624 440 600
(9 345 000)
(1,5)
633 785 600
624 124 700
269 907 500
Emploi Ontario
14 001 000
(12 500 000)
(47,2)
26 501 000
26 501 000
26 492 308
Moins : Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Total à voter – Charges d’immobilisations
638 441 600 
(21 845 000)
(3,3)
660 286 600 
650 625 700 
296 399 808 
Mandats spéciaux
 
-
 
 
 
 
Crédits législatifs
5 992 300
642 000
12,0
5 350 300
5 350 300
5 194 948
Total du ministère – Charges d’immobilisations
644 433 900 
(21 203 000)
(3,2)
665 636 900 
655 976 000 
301 594 756 
Redressement de consolidation et autres redressements - Collèges
51 077 900
85 030 600
 
(33 952 700)
(79 496 900)
165 229 081
Redressement des charges d’immobilisations - Reclassement lié au compte de réduction des gaz à effet de serre
100 000 000
100 000 000
 
-
-
-
Redressement de consolidation - Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires
(127 090 000)
(127 090 000)
 
-
-
-
Total, y compris redressement de consolidation et autres redressements
668 421 800 
36 737 600 
5,8 
631 684 200 
576 479 100 
466 823 837 
Biens immobilisés
Éducation postsecondaire
5 597 900 
1 641 200 
41,5 
3 956 700 
3 956 700 
4 264 408 
Moins : Mandats spéciaux
 
-
 
-
-
-
Total à voter – Biens immobilisés
5 597 900 
1 641 200 
41,5 
3 956 700 
3 956 700 
4 264 408 
Mandats spéciaux
 
-
 
-
-
-
Total du ministère – Biens immobilisés
5 597 900 
1 641 200 
41,5 
3 956 700 
3 956 700 
4 264 408 
Total du ministère – Fonctionnement et immobilisations, y compris redressement de consolidation et autres redressements (excluant les biens immobilisés)
8 410 256 014 
336 605 300 
4,2 
8 073 650 714 
7 807 303 614 
7 655 127 976 

Programmes du ministère (Charges de fonctionnement et d’immobilisations – crédité)

Éducation postsecondaire 84,9 %, Emploi Ontario 14,6 %, Politiques stratégiques et programmes 0,3 % et Administration du ministère 0,2 %.

Annexe : Rapport Annuel 2016‑2017

Réalisations 2016‑2017

Au cours de la dernière année, le gouvernement a réalisé des progrès concrets relativement à l’engagement visant à faire de l’Ontario la première région d’Amérique du Nord pour ce qui est du talent, du développement des compétences et de la formation. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle a contribué à cet engagement en améliorant et en finançant le système d’éducation postsecondaire ainsi que le système d’emploi et de formation de haute qualité, dans le but de s’assurer que la province se dote d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, diversifiée et adaptable.

Initiatives et résultats clés

Notre objectif est de se doter de la main-d’œuvre la plus qualifiée et de la population la plus instruite du monde, qui seront le moteur de l’économie de demain et qui assureront la vigueur soutenue de la province et le bien-être des collectivités.

Transformation de l’éducation postsecondaire

La province met le succès et l’expérience des étudiantes et des étudiants au cœur des transformations prévues en matière d’éducation postsecondaire. De cette manière, les collèges et les universités de l’Ontario seront en mesure de continuer à préparer les étudiantes et étudiants afin qu’ils tirent profit des occasions grandissantes dans cette économie du savoir et donnent le meilleur d’eux-mêmes.

La province continue d’investir dans son robuste réseau d’éducation et de formation, et de le transformer, pour veiller à ce qu’il soit novateur et axé sur les étudiantes et étudiants. Ce réseau aide les étudiantes et étudiants à perfectionner leur pensée critique, leurs capacités de résolution de problèmes, leur esprit de collaboration et leurs compétences en matière d’entrepreneuriat, et ce, afin de les préparer à faire partie de la main-d’œuvre d’aujourd’hui et de demain.

Cela permettra de s’assurer que les collèges et universités financés par les fonds publics de l’Ontario continuent :

  • d’être les moteurs de la créativité et de la connaissance dans nos collectivités;
  • de produire des citoyens actifs et engagés qui ont les compétences nécessaires pour le marché du travail et y sont préparés à court et à long terme, et qui sont adaptables et engagés dans l’éducation permanente.

Financement accru

Malgré une conjoncture économique difficile, le budget de 2016 a maintenu les investissements dans le secteur postsecondaire pour que les collèges, les universités et les étudiantes et étudiants soient assurés de disposer des ressources dont ils ont besoin. En 2016‑2017, le financement du secteur postsecondaire a augmenté de 23 milliards de dollars (85 %) par rapport à 2002‑2003.

Élimination des obstacles financiers à l’éducation postsecondaire

Les études postsecondaires constituent l’investissement le plus important qu’un étudiant peut faire, à la fois pour lui-même et pour son avenir. Le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que les étudiantes et les étudiants qui souhaitent obtenir un diplôme d’études postsecondaires en ont les moyens, tout en offrant aux établissements la stabilité financière dont ils ont besoin pour soutenir un système d’éducation postsecondaire de haute qualité.

Comme annoncé dans le budget de 2016, le gouvernement a entrepris la transformation de l’aide financière aux étudiantes et étudiants pour en améliorer et en simplifier l’accès, ainsi que pour mieux cibler ceux qui en ont le plus besoin.

Au cours des dernières années, la province a mis en œuvre une série de changements afin de rendre le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) plus simple et plus juste.

Dès 2017‑2018, l’Ontario consolidera la majorité des subventions existantes en une seule subvention, soit le nouveau RAFEO, un programme intégré d’aide financière aux étudiantes et étudiants. Tous les types d’étudiants auront accès à cette subvention, y compris les étudiants adultes et mariés.

Les principaux changements pour l’année scolaire 2017‑2018 comprennent :

  • l’offre d’une subvention aux étudiantes et étudiants provenant de familles dont le revenu annuel est de 50 000 $ ou moins;
  • l’offre d’un meilleur accès à l’aide financière non remboursable pour les étudiantes et étudiants adultes;
  • l’octroi de subventions supérieures aux droits de scolarité moyens aux étudiantes et étudiants admissibles ayant besoin d’aide financière et provenant de familles dont le revenu annuel est inférieur à 50 000 $.

Les principales caractéristiques du RAFEO sont les suivantes :

  • Près de 60 % des étudiantes et étudiants universitaires à temps plein de l’Ontario et près de 70 % des étudiantes et étudiants collégiaux à temps plein de l’Ontario (soit plus de 380 000 étudiantes et étudiants) reçoivent de l’aide du RAFEO pour financer leurs études postsecondaires.
  • En 2015‑2016, l’Ontario a versé pas moins de 1,3 milliard de dollars en subventions et en prêts (74 % de cette aide n'avait pas à être remboursée par les étudiantes et étudiants).
  • Les sommes injectées dans l’aide financière aux étudiantes et étudiants au cours des 12 dernières années ont fait bondir de plus du double le nombre d’étudiantes et étudiants admissibles à cette aide, tandis que l’effectif a augmenté de 38 %.

En 2013‑2014, l’Ontario a amorcé la mise en œuvre d’un nouveau cadre de frais de scolarité de quatre ans, qui fait passer l’augmentation annuelle des frais de scolarité d’une moyenne de 5 % à 3 %, ce qui permet aux étudiantes et étudiants de payer leurs frais de scolarité plus facilement. En décembre 2016, le ministère a prolongé le cadre de frais de scolarité existant de deux ans (jusqu’à août 2019) et a poursuivi sa collaboration avec le secteur de l’éducation postsecondaire et les étudiantes et étudiants pour l’élaboration d’un nouveau cadre de frais de scolarité.

Miser sur nos forces

Pour garantir la qualité et la viabilité, l’Ontario a élaboré, après de vastes consultations, un nouveau modèle de financement du système d’éducation postsecondaire. Ce nouveau modèle :

  • met l’accent sur les réussites et les résultats des étudiants;
  • favorise la différentiation en établissant un lien entre le financement et les ententes de mandat stratégiques;
  • offre de la stabilité additionnelle aux établissements grâce à la planification des effectifs et au financement prévisible.

En janvier 2017, le ministère a lancé le processus 2017‑2020 relativement aux ententes de mandat stratégiques. La mise en œuvre du nouveau modèle de financement débutera en 2017‑2018 et appuiera les engagements des établissements en matière de différenciation.

Accroissement des immobilisations

Depuis 2003, l’Ontario a investi 4,1 milliards de dollars dans le financement des immobilisations pour les collèges et universités de la province.

Le budget de 2016 a confirmé le plan du gouvernement d’offrir 3 milliards de dollars en subventions d’immobilisations aux établissements d’enseignement postsecondaire au cours des dix prochaines années. Ce plan comprend de nouveaux projets d’immobilisations, notamment :

  • 27 millions de dollars pour l’agrandissement et la modernisation du campus de l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario le long des rues McCaul et Duncan au centre-ville de Toronto;
  • 23 millions de dollars dans un bâtiment d’avant-garde dédié à l’apprentissage clinique au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario, à l’Université de Guelph;
  • 10,6 millions de dollars pour la revitalisation d’une partie centrale au Collège Sault.

Pour souligner le 50e anniversaire du secteur collégial en 2017, le gouvernement offre des subventions d’immobilisations d’une valeur totale de 50 millions de dollars pour financer des projets qui améliorent le milieu d’apprentissage des étudiantes et étudiants dans les collèges et pour soutenir la collaboration entre six collèges du Nord.

En octobre 2016, le gouvernement a annoncé des plans pour la création de deux nouveaux sites d’enseignement postsecondaire à Milton et à Brampton. L’objectif de cette initiative est de créer des sites d’enseignement postsecondaire menés par des universités et consacrés aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques (STIM) qui peuvent recevoir 1 000 nouveaux étudiantes et étudiants de deux à cinq après leur ouverture. Ces nouveaux sites amélioreront l’accès à l’éducation postsecondaire à Brampton et à Milton et permettront de développer la main-d’œuvre hautement qualifiée de l’Ontario en augmentant le nombre d’occasions d’apprentissage par l’expérience, en aidant les étudiantes et les étudiants à acquérir les habiletés et les compétences nécessaires pour l’économie du savoir, et en favorisant des partenariats dans les domaines en forte demande.

Renouvellement, réparation et entretien des installations

En 2015‑2016, la subvention annuelle accordée au Fonds de réfection des installations est passée de 26 millions à 40 millions de dollars. Le gouvernement s'est engagé à augmenter cette subvention en la faisant passer à 60 millions de dollars en 2017‑2018, à 80 millions de dollars en 2018‑2019 et à 100 millions de dollars en 2019‑2020.

Outre les augmentations prévues, le ministère a injecté un supplément ponctuel de 44,1 millions de dollars dans le Fonds, administré en 2015‑2016 et en 2016‑2017.

Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires

Par l’intermédiaire du Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires, les gouvernements du Canada et de l’Ontario offrent plus de 950 millions de dollars pour améliorer et moderniser les installations d’innovation, de formation et de recherche des collèges, des universités et des établissements autochtones de l’Ontario. Ces investissements aideront à améliorer les installations d’enseignement et à mettre sur pied l’infrastructure technologique de pointe nécessaire pour que les collèges et les universités de l’Ontario demeurent à l’avant-garde des progrès en sciences.

Parcours d’apprentissage novateurs

Le site eCampusOntario accroît la notoriété de l’Ontario à l’échelle nationale et mondiale en tant que chef de file de l’apprentissage en ligne assisté par la technologie, en continuant d’améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire pour les étudiantes et étudiants.

Pendant sa première phase de mise en œuvre, le portail eCampusOntario.ca a été lancé pour offrir aux étudiantes et étudiants de toute la province un guichet unique leur donnant accès à plus de 13 000 cours en ligne et à plus de 600 programmes offerts par les collèges et universités de l’Ontario.

Cette année, la province a annoncé que 45 bénéficiaires dans les universités et les collèges de l’Ontario recevront un large éventail de subventions de recherche et d’innovation par l’intermédiaire d’eCampusOntario, pour un total de 26 millions de dollars. Cet argent leur permettra d’étudier l’apprentissage assisté par la technologie et de souligner les pratiques exemplaires dans le domaine de l’engagement des étudiantes et étudiants.

Soutien à la santé mentale

Étudier à un collège, une université ou un collège privé d’enseignement professionnel en Ontario devrait être synonyme d’épanouissement personnel, de croissance et d’occasion à saisir. La sécurité et le bien-être des étudiantes et étudiants sur les campus universitaires et collégiaux sont l’une des principales responsabilités de tous nos établissements d’enseignement postsecondaire.

Depuis 2012‑2013, le ministère a fourni un financement de base de 9 millions de dollars pour aider les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire aux prises avec des besoins en matière de santé mentale.

Apprenantes et apprenants autochtones

En réponse aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, le ministère s’est penché sur des occasions d’éducation et de formation propres aux peuples autochtones, en plus de prendre les mesures suivantes visant à améliorer l’accès des étudiantes et étudiants autochtones à l’éducation postsecondaire.

  • En 2016, l’Ontario a fourni un financement de 97 millions de dollars sur trois ans pour soutenir des initiatives clés qui aideront un plus grand nombre d’apprenantes et apprenants inuits, métis et des Premières Nations à accéder à des possibilités de formation et d’éducation postsecondaire de grande qualité. De ce montant, 5 millions de dollars serviront à faire en sorte que les apprenantes et apprenants autochtones continuent d’avoir accès à des programmes d’éducation postsecondaire et de formation de haute qualité par l’intermédiaire des neuf établissements autochtones de la province.
  • En 2016, le gouvernement a sollicité la participation des Autochtones et des partenaires du secteur de l’éducation postsecondaire afin de concevoir une politique autonome pour les établissements autochtones d’enseignement postsecondaire et de formation et de mieux définir leur place au sein du secteur de l’éducation postsecondaire.
  • En 2015‑2016 :
    • 1 186 apprenantes et apprenants autochtones ont reçu des bourses;
    • environ 17 500 apprenantes et apprenants déclarant faire partie des Premières nations étaient inscrits aux études à temps plein et 1 950 apprenantes et apprenants autochtones étaient inscrits aux études à temps partiel dans les collèges et les universités de la province, conformément au rapport relatif à l’entente de mandat stratégique;
    • environ 1 000 apprenantes et apprenants ont étudié dans des établissements d’enseignement postsecondaire et de formation autochtones.

Étudiants handicapés

De nombreuses personnes handicapées éprouvent de la difficulté à terminer des études postsecondaires et à intégrer le marché du travail. Dans certains cas, les compétences exigées par les employeurs peuvent représenter des obstacles pour les personnes handicapées.

L’Ontario continue à investir dans des programmes qui aident les étudiants handicapés à l’échelle de la province à acquérir les compétences nécessaires pour réussir au collège ou à l’université ainsi que sur le marché du travail, notamment par l’intermédiaire de services de soutien de l’emploi. En 2016, le gouvernement de l’Ontario a octroyé 61,4 millions de dollars pour mieux servir le nombre croissant d’élèves et d’étudiants handicapés dans les établissements financés par les fonds publics.

Éducation postsecondaire en langue française

Le gouvernement continue aussi d’investir dans le but d’améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire en français dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario, notamment en améliorant l’accès aux programmes en français pour les étudiants francophones.

  • En 2016‑2017, le gouvernement a investi plus de 90 millions de dollars pour appuyer l’éducation postsecondaire en français dans la province, avec l’aide du gouvernement fédéral.
  • De plus, le gouvernement s'est engagé à investir 5,5 millions de dollars par année, jusqu'en 2018‑2019, pour améliorer l’offre de programmes postsecondaires en français dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario.

Le gouvernement poursuit son plan visant à améliorer l’accès à l’éducation postsecondaire en langue française pour les étudiantes et étudiants de l’Ontario. En juin 2016, le gouvernement a créé un comité de planification pour des conseils relativement aux éléments de conception, à l’emplacement et aux coûts d’une nouvelle université de langue française dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario. De plus, le ministère a embauché un tiers indépendant pour réaliser une étude sur l’intérêt des étudiantes et étudiants envers une université de langue française et sur la demande du marché pour un tel établissement. L’étude sera prise en compte pour déterminer la taille et la portée des programmes offerts dans le Centre et le Sud-Ouest de l’Ontario.

Première génération

Chaque année, l’Ontario octroie 11,4 millions de dollars aux projets destinés aux étudiantes et étudiants de première génération. Ce financement offert aux établissements d’enseignement postsecondaire est axé sur des activités de rétention et de succès destinées aux étudiantes et étudiants de première génération inscrits à des programmes d’éducation postsecondaire. Il finance aussi d’autres mesures de soutien destinées aux étudiantes et étudiants, y compris des activités d’accueil, de soutien des pairs et de mentorat, des ateliers scolaires et d’autres services scolaires uniques qui leur sont adaptés.

S’ouvrir au monde

À l’automne 2015, les universités de l’Ontario ont commencé à utiliser jusqu’à 25 % de leurs places au doctorat pour des étudiants étrangers qui paieront les mêmes droits que les étudiants ontariens, par l’intermédiaire de l’entente de mandat stratégique. Ce changement permet aux universités de disposer de la flexibilité nécessaire pour attirer les meilleurs doctorants, de l’Ontario comme de partout dans le monde, ce qui contribue activement au renforcement de l’avantage concurrentiel de l’Ontario à l’égard de la recherche et de l’enseignement aux cycles supérieurs.

Le gouvernement élabore une stratégie complète d’éducation postsecondaire internationale. Cette stratégie proposera une approche équilibrée dans le but d’attirer des étudiants étrangers, de former de nouveaux partenariats et de promouvoir les occasions d’études à l’étranger pour les étudiantes et les étudiants de l’Ontario.

Collèges privés d’enseignement professionnel

Les réformes des collèges privés d’enseignement professionnel améliorent la protection des étudiantes et étudiants ainsi que la surveillance de ce secteur. En juillet 2013, le ministère a commencé à recueillir les données nécessaires pour calculer et publier des indicateurs de rendement clés (IRC) pour les programmes de formation professionnelle offerts par les collèges privés d’enseignement professionnel approuvés par le RAFEO. Ces IRC aideront les étudiantes et étudiants à prendre des décisions éclairées en plus d’améliorer la qualité et la responsabilisation du secteur.

Au printemps 2016, le ministère a publié les résultats liés aux indicateurs de rendement clés de 2013, qui comprenaient des données pour trois (taux d’obtention de diplôme, taux d’emploi des diplômés et taux d’emploi des diplômés dans leur domaine d’études) des cinq IRC de tous les collèges privés d’enseignement professionnel qui peuvent admettre des étudiantes et étudiants recevant une aide du RAFEO. Les cinq IRC seront publiés pour tous les collèges privés d’enseignement professionnel approuvés par le RAFEO dans le cas des IRC de 2014 et pour tous les collèges privés d’enseignement professionnel de l’Ontario dans le cas des IRC de 2015 et des années suivantes.

En janvier 2017, le ministère a réformé la surveillance du secteur des collèges privés d’enseignement professionnel en apportant des modifications d’ordre réglementaire à la Loi de 2005 sur les collèges privés d’enseignement professionnel. Il prévoit continuer de réformer la surveillance de ce secteur au cours de l’année à venir.

Prix

Chaque année, l’Ontario remet des prix pour souligner la contribution de diplômés, de chercheurs ou de leaders universitaires et collégiaux exceptionnels.

  • Les prix de la première ministre soulignent les contributions des diplômés collégiaux à l’essor social et économique de la province et du monde entier. Cinq des six prix décernés en 2016 ont été remis à des personnes s’illustrant dans les domaines des affaires, des services communautaires, de la création et de la conception, des sciences de la santé ainsi que de la technologie, et le sixième a été remis à une personne récemment diplômée.
  • En 2016, le ministère a également décerné le Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations à une ancienne rectrice du Collège Loyalist, à Belleville.
  • Chaque année, le Prix Polanyi est remis à cinq chercheurs en début de carrière qui font de la recherche postdoctorale dans une université ontarienne. Les récipiendaires du Prix Polanyi représentent la prochaine génération d’innovateurs, qui deviendront les moteurs du développement économique, de la réussite commerciale et du progrès social. Ce prix est décerné dans les domaines de la chimie, de la science économique, de la littérature, de la physique ainsi que de la physiologie et de la médecine.
  • Le Prix d’alphabétisation du Conseil de la fédération pour l’Ontario, remis par la première ministre, souligne les précieuses contributions à l’alphabétisation et célèbre les réalisations des promoteurs de l’alphabétisation. En 2016, il a été décerné au Kenamatewin Native Learning Centre, qui offre des services d’alphabétisation et de formation de base aux apprenantes et aux apprenants adultes de Kenora.
  • L’objectif du Fonds ontarien de recherche et d’innovation en matière de capital humain (FORICH) est de soutenir des projets de recherche et d’innovation visant à trouver de meilleurs moyens d’aider les personnes à se préparer à l’emploi, à en trouver un ou à le conserver et à devenir des participants productifs de la population active. En 2016‑2017, 27 projets en ont bénéficié dans des collèges et des universités de la province.

Développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée

Il est impératif de se doter d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui sera le moteur de l’économie de demain, et d’assurer la vigueur soutenue de la province et le bien-être des collectivités. Afin de développer une telle main-d’œuvre, le ministère appuie un réseau d’organismes communautaires qui fournissent des services d’emploi et de formation à la population ontarienne. Ces services comprennent notamment un système d’apprentissage moderne qui répond aux besoins des industries émergentes et en croissance et qui amène les entreprises à jouer un rôle actif dans la formation professionnelle ainsi qu’à travailler en étroite collaboration avec les établissements de formation.

En décembre 2015, dans le but d’améliorer encore davantage le système d’éducation et de formation professionnelle de calibre mondial de l’Ontario, le gouvernement a établi le Comité d’experts de la première ministre pour le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, chargé de concevoir une stratégie pour aider la main-d’œuvre actuelle et future de la province à s’adapter à la demande d’une économie du savoir axée sur la technologie.

En juin 2016, le comité d’experts a publié son rapport final, intitulé Former la main-d’œuvre de demain : Une responsabilité partagée. Ce rapport contenait 28 recommandations au gouvernement, dont le ministère a été chargé de diriger la mise en œuvre dans le cadre de la Stratégie pour une main-d’œuvre hautement qualifiée de la province, en collaboration avec ses partenaires du gouvernement et d’ailleurs.

Tout en travaillant à la création d’une table de planification et de concertation qui réunirait des dirigeants des secteurs des affaires, du travail et de l’éducation, du gouvernement et autres pour guider sa stratégie, le ministère a jeté les bases d’initiatives complètes pour respecter les priorités établies dans le rapport du comité. Ces priorités consistent notamment à élargir les possibilités d’apprentissage par l’expérience, à accroître les occasions pour les apprenantes et apprenants adultes, à favoriser les partenariats entre le secteur de l’éducation postsecondaire et les employeurs ainsi qu’à améliorer l’information sur le marché du travail.

Transformation et modernisation du système d’emploi et de formation de l’Ontario

Développer une main-d’œuvre qualifiée, résiliente et productive nécessite aussi un réseau de services d’emploi et de formation moderne et cohérent qui répond aux besoins des particuliers et des employeurs tout en s’adaptant efficacement aux réalités d’un marché du travail en constante évolution.

En 2016, l’Ontario a continué d’honorer son engagement à moderniser et à transformer ses services d’emploi et de formation, et ce, dans le but de les rendre mieux coordonnés, plus ciblés et plus efficaces pour les gens.

Dans le cadre de cette transformation, le système d’emploi et de formation a été doté de nouvelles caractéristiques, notamment :

  • Le nouveau Centre ontarien pour l’innovation en matière de ressources humaines, lancé en février 2016, fournira du leadership en matière de recherche, d’innovation et de renforcement des capacités, et ce, à l’échelle de la province.
  • Des conseils locaux de planification en matière d’emploi, mis sur pied en décembre 2015 dans huit collectivités ontariennes (Durham, London-Middlesex-Oxford-Elgin, Ottawa, Peel-Halton, Peterborough, Thunder Bay, Timmins et Windsor), appuieront la mobilisation stratégique des employeurs et d’autres acteurs communautaires et fourniront plus d’information sur le marché du travail local et en amélioreront la qualité, l’analyse et l’application.
  • Le ministère travaille à la mise en place d’un cadre d’évaluation commun des clients, au moyen d’une « approche fondée sur la distance du marché du travail », pour garantir que les personnes qui cherchent un programme de formation ou un emploi obtiennent le soutien dont elles ont besoin pour accéder aux bons services.

Dans l’économie du futur, nous devrons soutenir l’apprentissage continu afin de permettre aux travailleurs et aux éducateurs d’avoir accès aux occasions de formation et d’apprentissage tout au long de leurs carrières, leur permettant ainsi de s’adapter aux avancées technologiques.

Dans le domaine de l’emploi et de la formation, le ministère offre du financement et élabore des orientations stratégiques en matière de services d’emploi, d’apprentissage, de programmes et d’information liés au marché du travail ainsi que de compétences de base.

Emploi Ontario

Les Services d’emploi d’Emploi Ontario sont toujours offerts dans plus de 300 sites à l’échelle de la province; grâce à eux, les Ontariennes et Ontariens ont accès à tous les services d’emploi et à l’appui dont ils ont besoin, et ce, en un seul et même endroit, ce leur permet de trouver un emploi et de le garder, de s’inscrire à des formations et de trouver une carrière qui leur convient.

En 2016‑2017, l’Ontario a investi plus d’un milliard de dollars dans des programmes liés à l’emploi, à la formation et au marché du travail par l’intermédiaire d’Emploi Ontario, qui aide plus d’un million d’Ontariennes et Ontariens.

  • Plus de 122 000 employeurs ont utilisé le réseau pour trouver des travailleurs possédant les compétences qu’ils recherchent.
  • Plus de 24 000 personnes ont utilisé l’outil de clavardage sur le site d’Emploi Ontario pour discuter en temps réel des programmes et des services de formation avec des employés de l’InfoCentre Emploi Ontario.

Le ministère offre d’autres programmes, comme le programme Deuxième carrière et le Programme d’alphabétisation et de formation de base, pour aider les travailleurs sans emploi ou mis à pied à suivre de la formation et à actualiser leurs compétences.

En 2016‑2017, les principaux programmes d’Emploi Ontario ont aidé :

  • plus de 24 900 Ontariennes et Ontariens à s’inscrire à titre d’apprenti dans des métiers spécialisés;
  • plus de 43 000 apprenantes et apprenants grâce au Programme d’alphabétisation et de formation de base;
  • des Ontariennes et des Ontariens, y compris des employeurs, à avoir accès aux Services d’emploi plus de 675 000 fois;
  • plus de 7 100 Ontariennes et Ontariens grâce au financement Deuxième carrière.

Dans le cadre des efforts du gouvernement visant à transformer les services d’emploi et de formation, le ministère a lancé Compétences+ Ontario en octobre 2016. Ce projet pilote de deux ans axé sur un secteur contribue au perfectionnement de la main-d’œuvre en finançant des partenariats visant à offrir aux employeurs les services d’emploi et de formation dont ils ont besoin pour recruter et faire progresser les travailleurs ayant les bonnes compétences essentielles, compétences techniques et compétences améliorant l’employabilité. Trois initiatives ou projets de perfectionnement de la main-d’œuvre axé sur un secteur sont en cours dans le secteur manufacturier et ceux de l’hébergement et de la construction.

L’Entente Canada-Ontario sur le Fonds pour l’emploi, signée par le gouvernement de l’Ontario et le Canada en mars 2014, est une source de financement pour les initiatives de formation par les employeurs, comme la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi (SCOE). Le programme de la SCOE a été lancé le 26 septembre 2014.

En date du 31 mars 2017, l’investissement de l’Ontario dans la Subvention Canada-Ontario pour l’emploi a permis d’offrir plus de 38 300 occasions de formation à des employés nouveaux et actuels en Ontario.

En 2016, l’Ontario a travaillé avec le gouvernement fédéral et les provinces et territoires afin d’évaluer la mise en œuvre et les résultats du Programme de subventions Canada-Ontario pour l’emploi après sa première année et a présenté un rapport d’examen pancanadien par l’intermédiaire du Forum des ministres du marché du travail.

En 2016‑2017, l’Ontario a reçu des fonds supplémentaires du gouvernement fédéral dans le cadre de l’Entente sur le développement du marché du travail (43 millions de dollars) et de l’Entente Canada-Ontario sur le Fonds pour l’emploi (19 millions de dollars). Le ministère a poursuivi ses discussions avec le gouvernement fédéral sur ses priorités clés pour une nouvelle génération d’ententes de transfert visant le marché du travail, y compris sur l’adoption d’une approche plus flexible à l’égard de l’admissibilité et sur l’obtention d’une part proportionnelle de financement fédéral.

Emploi des jeunes

Aider les jeunes à trouver du travail est un autre élément clé du plan du gouvernement visant à investir dans le talent et les compétences de la population.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle a mis en place une nouvelle série de programmes d’emploi qui visent les jeunes ayant une plus grande diversité de besoins, pour garantir que les ressources sont utilisées de la façon la plus efficace qui soit, et qu’elles ciblent les personnes qui en ont le plus besoin.

  • Programme d’accès à l’emploi pour les jeunes – Lancé en octobre 2015, ce programme cible les jeunes de 15 à 29 ans qui se heurtent à des obstacles nombreux ou complexes en matière d’emploi, et leur fournit un soutien plus intensif qui va au-delà de la recherche d’emploi et du placement traditionnels. Le programme offre notamment des formations rémunérées à des fins de préparation à l’emploi, l’accès à des offres d’emploi et des services de mentorat pour les jeunes qui n’ont pas d’emploi ou ne suivent pas d’études ni de formation.
  • Programme d’accès aux emplois d’été pour les jeunes – Lancé en 2016, ce programme offre des occasions d’emploi pendant l’été, à temps partiel et après l’école aux élèves du secondaire de 15 à 18 ans qui font face à d’importants obstacles à l’inscription et qui pourraient avoir besoin d’aide pour réussir leur transition de l’école au travail.
  • Programme d’orientation en matière d’emploi pour les jeunes – Lancé en avril 2016, ce programme aide les jeunes, y compris les étudiantes et les étudiants, en leur offrant gratuitement des ateliers d’emploi et du jumelage travailleur-emploi.

La province conçoit actuellement une stratégie provinciale d’emploi pour les personnes handicapées afin que ces dernières aient accès à un ensemble complet de services d’emploi et de formation, afin de fournir un accès simplifié tenant compte des besoins variés et des objectifs d’emploi de chacun et afin d’encourager les employeurs, à titre de partenaires actifs, à éliminer les obstacles à l’emploi et à rendre les lieux de travail plus inclusifs.

Information sur le marché du travail

Le ministère assume un rôle de leadership pour rendre accessible de l’information sur le marché du travail à jour et pertinente et aider le gouvernement, les établissements, la population étudiante, les familles et les employeurs à prendre des décisions éclairées sur l’éducation, la formation et l’embauche.

Dans le cadre de ces efforts, le ministère a amélioré des outils en ligne, y compris l’outil Situation professionnelle, pour fournir des données plus récentes sur l’expérience des étudiantes et des étudiants et sur la situation professionnelle des personnes diplômées des collèges ontariens. En outre, il remanie actuellement Emploi-avenir Ontario pour en faire un outil convivial d’exploration de carrières.

En février 2017, le ministère a lancé le Réseau Géo d’Emploi Ontario, qui offre des données interactives, y compris sur les résultats de divers programmes, dont celui des Services d’emploi, le programme Deuxième carrière et le Programme d’alphabétisation et de formation de base.

Pour déterminer les emplois les plus recherchés et soutenir davantage les investissements et la planification, le ministère explore de nouvelles sources ou des sources améliorées d’information sur le marché du travail. Par exemple, il a acquis de nouvelles sources d’information en temps réel sur les offres d’emploi communautaires et évalue actuellement la possibilité d’utiliser les projections des fournisseurs externes relatives aux marchés du travail régionaux pour créer des ressources d’information à l’intention du public.

En outre, l’Ontario s’est associé au gouvernement fédéral et aux provinces et territoires pour créer le Conseil de l’information sur le marché du travail pour le Canada, qui améliorera l’information sur le marché du travail local accessible aux étudiantes, aux étudiants, aux chercheurs d’emploi, aux employeurs, aux partenaires du secteur de la formation, aux gouvernements, etc.

Formation en apprentissage et formation professionnelle

La formation en apprentissage est une composante clé pour développer la main-d’œuvre instruite et hautement qualifiée dont la province a besoin pour être concurrentielle sur le marché actuel et futur.

Le gouvernement de l’Ontario a investi environ 173 millions de dollars dans son système d’apprentissage en 2015‑2016, dans le cadre de plusieurs programmes qui offrent du soutien aux apprentis et aux employeurs, de l’aide pour la modernisation et l’achat d’équipement ainsi que des prêts pour les outils et l’équipement des apprentis.

En avril 2015, l’Ontario a annoncé un investissement supplémentaire de 55 millions de dollars pour améliorer trois programmes d’apprentissage, dans le cadre de la Stratégie d’emploi pour les jeunes renouvelée. Cet investissement aidera la prochaine génération de personnes qualifiées à obtenir la formation, l’équipement et les installations dont elle aura besoin pour trouver de bons emplois.

En 2016‑2017, les sommes suivantes ont notamment été investies :

  • plus de 14 millions de dollars (dont 2,7 millions de dollars en nouveaux fonds) destinés au Programme de préapprentissage afin de financer 67 programmes pour 1 249 participantes et participants. Ces programmes visent à aider les personnes qui envisagent une carrière dans les métiers à développer leurs compétences et à se préparer à trouver du travail comme apprenties et apprentis grâce à des séances de formation en classe et à des stages;
  • 26,5 millions de dollars (dont 12,5 millions de dollars en nouveaux fonds pour des projets de premier plan) destinés à 47 projets d’immobilisations axés sur l’acquisition de nouvel équipement, de nouveaux espaces et de nouvelles technologies dans le cadre du Fonds pour l’amélioration des installations d’apprentissage;
  • 19 millions de dollars sur trois ans pour appuyer notamment la mise à niveau de l’équipement et l’offre de temps supplémentaire en laboratoire pendant les séances d’apprentissage en classe.

À la suite de l’appui et des investissements du gouvernement à l’égard du système d’apprentissage, le nombre de nouvelles inscriptions aux programmes de formation en apprentissage est passé de 17 100 en 2002‑2003 à plus de 24 900 en 2016‑2017.

Tableau 3 : Dépenses ministérielles réelles provisoires 2016‑2017footnote 3

Fonctionnement
7 230,8
Immobilisations
576,5
Effectiffootnote 4
1 172,9