Les faits en bref

En janvier 2021 :

  • l’Ontario comptait 12,3 millions de personnes âgées de 15 ans et plus
    • 7,9 millions (64,2 %) d’entre elles étaient dans la population active, dont celles qui avaient travaillé, étaient sans emploi ou n’exerçaient pas leur emploi, y compris les personnes mises à pied temporairement en raison de fermetures d’entreprises continues attribuables à la covid 19. Le marché du travail a régressé en janvier par rapport à décembre (−123 400 emplois ou −1,5 %)
    • 7,1 millions (57,7 %) étaient sans emploi, ce qui représente une baisse de 153 500 emplois (−2,1 %) par rapport à décembre
  • En janvier, le taux de chômage en Ontario a augmenté à 10,2 %, alors qu’il a atteint 9,6 % en décembre, et 802 400 personnes étaient sans emploi, une hausse de 3,9 % (30 100 chômeurs) par rapport à décembre

Importante :
Ce rapport est inspiré de l’Enquête sur la population active (EPA), réalisée par Statistique Canada auprès des ménages. Les résultats de l’EPA de janvier reflètent les conditions du marché du travail pour la semaine du 10 au 16 janvier.

La fermeture obligatoire des commerces non essentiels en Ontario et les autres mesures visant à atténuer l’effet de la covid 19 sont entrées en vigueur le 24 mars.

Une fermeture à l'échelle de la province est en vigueur depuis le 26 décembre 2020 et a préséance sur cinq niveaux de restrictions de santé publique mises en vigueur sur une base régionale dans l’ensemble de la province.

Les catégories d’entreprises qui ont été jugées essentielles et sont restées ouvertes durant la fermeture de l’économie instaurée en raison de la covid 19 et les catégories d’entreprises qui ont rouvert leurs portes aux différentes étapes du plan du gouvernement de l’Ontario pour redémarrer l’économie doivent être considérées dans le contexte de l’information fournie dans ce rapport.

Baisse de l’emploi en janvier

L’emploi a diminué en janvier (153 500 emplois ou 2,1 %) après être resté inchangé en décembre. C’était la première fois depuis mai que l’Ontario enregistrait des pertes d’emplois.

En janvier, l’Ontario comptait 7 085 500 emplois, soit 405 600 ou 5,4 % de moins que son niveau d’avant la covid 19 enregistré en février 2020.

Le nombre total d’heures travaillées en Ontario en janvier 2021 (tous emplois confondus) était en baisse de 7 % par rapport à janvier 2020 (données non désaisonnalisées).

Le tableau 1 montre l’emploi en Ontario, de janvier 2005 à janvier 2021.

Le diagramme linéaire du tableau 1 montre l’emploi en Ontario, de janvier 2005 à janvier 2021

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 1

Emplois à temps plein et emplois à temps partiel

Les emplois à temps partiel ont contribué à la baisse enregistrée (−152 700 emplois ou −12 %) en janvier. Les emplois à temps plein sont restés inchangés (−900 emplois ou 0 %).

Variation de l’emploi selon le sexe et l’âge

L’emploi chez les femmes en Ontario a chuté de 2,1 % (−71 700 emplois) entre décembre et janvier, même baisse en pourcentage que chez les hommes (−2,1 % ou −81 800 emplois).

En janvier, le niveau d’emploi chez les femmes est resté de 6,2 % (220 200 emplois) inférieur à ce qu’il était en février 2020, tandis que le niveau d’emploi chez les hommes a été de 4,7 % (185 400) inférieur à celui atteint en février 2020.

Les jeunes (ceux âgés de 15 à 24 ans) ont subi la majeure partie des pertes d’emplois en janvier, leur niveau d’emploi ayant régressé entre décembre et janvier (−90 100 emplois ou −9,6 %) après avoir été en hausse entre novembre et décembre (11 600 emplois ou 1,6 %). L’emploi chez les jeunes reste plus loin des niveaux d’avant la covid 19 enregistrés en février 2020 que chez les autres principaux groupes d’âge (−168 700 ou −16,5 %).

L’emploi chez les 25 à 54 ans a diminué de 51,700 (−1,1 %) en janvier après une baisse en décembre (−35 700 ou −0,8 %). L’emploi chez les 55 ans et plus a baissé de 11 700 (−0,7 %) en janvier après une hausse de 24 800 (1,5 %) en décembre. Au Canada, le nombre d’emplois a diminué de 212 800 (−1,2 %), atteignant 18 272 000 en janvier, et les chiffres actuels révèlent 858 300 emplois (4,5 %) de moins qu’en février 2020.

Variation de l’emploi selon le secteur

Les restrictions gouvernementales concernant les catégories d’entreprises jugées essentielles et les autres mesures visant à atténuer l’effet de la covid 19 doivent être considérées dans le contexte de la variation de l’emploi selon le secteur.

En janvier, l’emploi en Ontario s’est éloigné le plus du niveau d’avant la covid 19 enregistré en février 2020 dans les services d’hébergement et de restauration (−35,4 % ou −156 800), les services aux entreprises, de bâtiment et autres services de soutien (−17 % ou −55 100), l’agriculture ( 11.9 % or 9,400), l’information, la culture et les loisirs (−11.3 % ou −34 000) et le commerce de gros et de détail (−10,5 % ou −115 600).

L’emploi était notablement supérieur au niveau d’avant la covid 19 enregistré en février 2020 dans les finances, l’assurance, l’immobilier, la location et la location bail (5,8 % ou 34 900), les services professionnels, scientifiques et techniques (4,8 % ou 31 900) et la fabrication (1,6 % ou 12 200).

Le tableau 2 montre les secteurs selon le taux de variation de l’emploi en Ontario, de février 2020 à janvier 2021.

Diagramme à barres du tableau 2

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0355-02 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 2

L’emploi en 2020

Sur une base annuelle, l’emploi en Ontario a baissé de 355 300 (−4,8 %) en 2020, alors qu’il avait augmenté (de 2,8 %) avec 203 600 nouveaux emplois nets en 2019. La baisse de l’emploi observée en 2020 est la plus forte jamais enregistrée.

En 2020, les emplois à temps plein ont diminué de 202 900 (−3,4 %) et ceux à temps partiel, de 152 300 (−11,1 %).

À l’échelle nationale, l’emploi au Canada a diminué de 986 400 (−5,2 %) en 2020, la plus forte baisse annuelle jamais enregistrée. Cela contraste avec la croissance de l’emploi (de 2,2 %) observée en 2019 lorsqu’on recensait 417 600 nouveaux emplois.

Taux de chômage en hausse à 10,2 %

Le tableau 3 montre les taux de chômage, en Ontario et au Canada, de janvier 2005 à janvier 2021

Diagramme linéaire du tableau 3

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 3

Le taux de chômage en Ontario en janvier a été de 10,2 %, une hausse en comparaison des 9,6 % observés en décembre et la plus forte augmentation en points de pourcentage depuis mai. Le taux de chômage en février 2020 était de 5,5 %.

Le taux de chômage au Canada a augmenté à 9,4 % en janvier, contre 8,8 % en décembre. Le taux de chômage au Canada était de 5,7 % en février 2020.

Taux de chômage selon le sexe et l’âge

Le taux de chômage chez les femmes était de 10,5 % en janvier, en hausse par rapport aux 10,3 % observés en décembre tandis que, chez les hommes, le taux de chômage a grimpé de 9 % à 9,9 % durant la même période. Les femmes se sont éloignées plus que les hommes de leur taux d’emploi d’avant la covid 19.

En Ontario, le taux de chômage au sein des groupes démographiques désignés comme minorités visibles a été évalué à 12,1 % en janvier, contre 9,1 % chez les minorités non visibles et les personnes qui ne se sont pas identifiées comme étant autochtones (ces données concernent la population âgée de 15 à 69 ans et ne sont pas désaisonnalisées).

Chez les 15 à 24 ans, le taux de chômage s’est accru à 21,8 % en janvier, contre 21,2 % en décembre et reste le plus élevé parmi tous les groupes d’âge. Le taux de chômage chez les jeunes a atteint un niveau record de 30 % en mai.

Le taux de chômage chez les 25 à 54 ans était de 8,3 % en janvier, en hausse par rapport aux 7,6 % observés en décembre et à hauteur du taux enregistré chez les 55 ans et plus durant cette période.

Taux de chômage en 2020

Sur une base annuelle, le taux de chômage en Ontario a été de 9,6 % en 2020, un taux en hausse par rapport à celui de 5,6 % observé en 2019, mais aussi le taux le plus élevé depuis 1994.

Le taux de chômage au Canada a atteint 9,5 % en 2020, en hausse par rapport à 5,7 % en 2019 et rejoignant le taux de chômage le plus élevé qui ait été enregistré depuis 1996.

Chômage chronique

En janvier, en moyenne, 225 800 Ontariens ou 28,1 % de l’ensemble des chômeurs ont été sans emploi pendant 27 semaines ou plus (chômeurs chroniques). Cela représente une baisse par rapport aux 245 000 emplois recensés en décembre et 3,3 fois le niveau d’avant la covid 19, qui en février 2020 avait atteint 68 800.

Le temps moyen de chômage a augmenté à 21,9 semaines en janvier 2021, alors qu’il était de 15,9 semaines en février dernier.

Le tableau 4 montre le nombre de personnes qui ont été sans emploi pendant 27 semaines ou plus en Ontario, de janvier 2005 à janvier 2021.

Diagramme linéaire du tableau 4

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0342-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 4

Emploi et chômage dans les centres urbains

Variation de l’emploi dans les centres urbains

Le tableau 5 montre le taux de variation de l’emploi pour les régions métropolitaines de recensement (RMR) de l’Ontario, de décembre 2020 à janvier 2021.

Diagramme à barres pour le tableau 5

Statistique Canada, Enquête sur la population active, tableau 14 10 0380 02 (données désaisonnalisées basées sur une moyenne mobile de trois mois pour réduire la volatilité attribuable à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données, graphique 5

Les niveaux d’emploi ont chuté dans huit des seize RMR de l’Ontario entre décembre et janvier. Barrie (−5,4 % ou 6 000 emplois) a enregistré le plus fort taux de perte d’emplois, suivie de St. Catharines Niagara ( 5,1 % ou 10 100 emplois) et d’Oshawa (−2,6 % ou −5 600 emplois).

Ottawa Gatineau (1,8 % ou 10 200 emplois), Hamilton (1,7 % ou 6 700 emplois), London (1,1 % ou 3 000 emplois) et Peterborough (1,1 % ou 600 emplois) ont enregistré le plus fort taux de croissance de l’emploi.

En janvier, l’emploi dans tous les centres urbains de l’Ontario est resté sous les niveaux de février 2020, avec en tête du peloton : Barrie (−16,3 % ou −20 700 emplois); St. Catharines Niagara (−10,2 % ou −21 100 emplois); le Grand Sudbury (−8,2 % ou −7 200 emplois); Belleville (−8,2 % ou −4 800 emplois); et Kitchener Cambridge Waterloo (−5,5 % ou −18 300 emplois).

Taux de chômage les plus élevés et les plus faibles dans les centres urbains

Le tableau 6 montre les régions métropolitaines de recensement (RMR) ayant les taux de chômage les plus élevés et les plus faibles au Canada, janvier 2021.

Diagramme à barres du tableau 6)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0294-01 (données désaisonnalisées basées sur une moyenne mobile de trois mois pour réduire l’instabilité attribuable à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données, graphique 6

En janvier, les régions métropolitaines de recensement (RMR) de l’Ontario ont enregistré des taux de chômage parmi les plus élevés au Canada. Le Grand Sudbury a enregistré le taux de chômage le plus élevé au Canada en janvier (14,2 %), suivi d’Oshawa (12,8 %).

En janvier, Peterborough a enregistré le taux de chômage le plus bas en Ontario (4,8 %), tandis que Vancouver affichait le taux de chômage le plus bas au Canada (4,6 %).

Télécharger les données

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active

Rapport sur le marché du travail, janvier 2021 :

Licence du gouvernement ouvert – Ontario

Mis à jour : 30 juillet 2021
Date de publication : 12 février 2021