Les faits en bref

En décembre 2020 :

  • l’Ontario comptait 12,4 millions de personnes de 15 ans et plus
    • 8,1 millions (65 %) de personnes faisaient partie de la population active, y compris les personnes qui travaillaient, étaient sans emploi ou ne travaillaient pas, ce qui comprend les personnes mises à pied temporairement en raison des fermetures d’entreprise dues à la pandémie de COVID-19. La population active a augmenté en décembre comparativement à novembre (16 900 ou 0,2 %).
    • 7,3 millions (58,9 %) de personnes étaient sans emploi, ce qui représente une baisse de 11 900 emplois (−0,2 %) par rapport à novembre.
  • le taux de chômage en Ontario a augmenté, passant de 9,1 % en novembre à 9,5 % en décembre, et le nombre de personnes sans emploi a augmenté de 3,9 % (28 800), par rapport à novembre, pour atteindre 762 500 personnes.

Remarque importante :
Ce rapport s’appuie sur l’Enquête sur la population active (EPA), menée auprès des ménages par Statistique Canada. L’EPA de décembre illustre les conditions du marché du travail dans la semaine du 6 au 12 décembre.

En Ontario, l’ordre de fermer les entreprises non essentielles et les autres mesures visant à réduire les répercussions de la maladie ont pris effet le 24 mars.

Un confinement à l’échelle de la province est en vigueur depuis le 26 décembre 2020, et il remplace cinq niveaux de restrictions de santé publique qui étaient en vigueur dans la province sur une base régionale.

Les catégories d’entreprises qui ont été jugées essentielles et sont restées ouvertes pendant l’arrêt provoqué par la COVID-19 et les catégories d’entreprises qui ont rouvert aux différentes étapes du plan de redémarrage de l’économie du gouvernement de l’Ontario doivent être prises en compte dans ce rapport.

Diminution de l’emploi en décembre

Le nombre d’emplois a diminué en décembre (−11 900 ou −0,2 %), alors qu’il avait augmenté en novembre (36 600 ou 0,5 %), ce qui marque la première diminution mensuelle depuis mai.

En décembre, le nombre d’emplois en Ontario était de 7 291 900, ce qui représente une baisse de 263 200 ou 3,5 % par rapport à février.

En décembre, le nombre total d’heures travaillées en Ontario (tous emplois confondus) était en baisse de 5,5 % par rapport à décembre 2019 (données non désaisonnalisées).

Le graphique 1 montre l’emploi en Ontario de janvier 2005 à décembre 2020.

Le graphique linéaire 1 montre l’emploi en Ontario de janvier 2005 à décembre 2020.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 1

Emplois à temps plein et emplois à temps partiel

La diminution du nombre d’emplois à temps partiel (−19 600 ou −1,5 %) représente la totalité des pertes en décembre. Le nombre d’emplois à temps plein a augmenté (7 700 ou 0,1 %).

Variation de l’emploi par sexe et par groupe d’âge

Le nombre d’emplois chez les femmes a diminué de 14 100 (−0,4 %) entre novembre et décembre, une diminution plus grande que celle observée pour le nombre d’emplois en général (−0,2 %). Le nombre d’emplois chez les hommes a augmenté (0,1 % ou 2 300). En décembre, le niveau d’emploi était plus faible qu’en février chez les femmes (−4,2 % ou 150 000) comme chez les hommes (−2,9 % ou 113 200.)

Le nombre d’emplois chez les jeunes (de 15 à 24 ans) a augmenté de 15 400 (1,7 %) en décembre, après une hausse de 12 100 (1,3 %) en novembre. L’emploi chez les jeunes demeure plus éloigné du niveau observé en février avant la COVID-19 que celui des autres principaux groupes d’âge (−80 700 ou −8,0 %).

L’emploi chez les personnes de 25 à 54 ans a diminué de 35 300 (−0,7 %) en décembre après être resté stable en novembre (1 700 ou 0,0 %). L’emploi chez les personnes de 55 ans et plus a augmenté de 8 000 (0,5 %) en décembre, après une hausse de 22 800 (1,4 %) en novembre.

L’emploi au Canada a diminué de 62 600 (−0,3 %) en décembre, et il s’établit maintenant à 18 553 000. En décembre, l’emploi au Canada était inférieur à son niveau de février 2020 par 636 400 (−3,3 %).

Variation de l’emploi par secteur

Il convient de situer les variations sectorielles de l’emploi dans le contexte des restrictions imposées par le gouvernement aux catégories d’entreprises jugées essentielles et des autres mesures visant à réduire l’incidence de la COVID-19.

Plus de la moitié (57,0 %) des pertes d’emploi pendant l’importante période de ralentissement de février à mai était concentrée dans quatre secteurs : le commerce de gros et de détail, les services d’hébergement et de restauration, la fabrication ainsi que les soins de santé et l’assistance sociale. Ces secteurs comptent pour 58,5 % des gains d’emploi nets observés depuis mai.

Les secteurs affichant la plus forte baisse par rapport à leur niveau d’emploi observé en février avant la COVID-19 sont les services d’hébergement et de restauration (−23,9−%), les services aux entreprises, services relatifs aux bâtiments et autres services de soutien (−18,0 %), le transport et l’entreposage (−13,2 %), les autres services (−8,1 %) et les services publics (−5,9 %).

Les secteurs qui ont connu la plus forte hausse par rapport à leur niveau d’emploi de février avant la COVID-19 sont la foresterie, la pêche, les mines, l’exploitation en carrière et l’extraction de pétrole et de gaz (7,1 %), la finance, les assurances et les services immobiliers et de location (4,2 %), la fabrication (3,9 %), les services professionnels, scientifiques et techniques (3,1 %) et les services publics (0,5 %).

Le graphique 2 montre la variation de l’emploi par secteur en Ontario, de février 2020 à décembre 2020.

Graphique 2 (graphique linéaire).

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0355-02 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 2

L’emploi en 2020

Sur une base annuelle, l’emploi en Ontario a diminué de 371 200 (−5,0 %) en 2020, après une hausse du nombre de nouveaux emplois nets en 2019 (210 200 ou 2,9 %). La baisse de l’emploi en 2020 est la plus importante baisse jamais enregistrée.

En 2020, le nombre d’emplois à temps plein a diminué de 217 000 (−3,6 %), et le nombre d’emplois à temps partiel a diminué de 154 200 (−11,1 %).

À l’échelle nationale, l’emploi au Canada a diminué de 996 200 (−5,2 %) en 2020, ce qui représente la plus importante baisse annuelle jamais enregistrée. Cette baisse est calculée par rapport à une croissance de l’emploi de 398 200 (2,1 %) en 2019.

Augmentation du taux de chômage, qui a atteint 9,5 %

Le graphique 3 montre les taux de chômage en Ontario et au Canada, de janvier 2005 à décembre 2020.

Graphique 3 (graphique linéaire)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0287-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 3

Le taux de chômage en Ontario est passé de 9,1 % en novembre à 9,5 % en décembre. Le taux de chômage en février 2020 était de 5,5 %.

Le taux de chômage au Canada est passé de 8,5 % en novembre à 8,6 % en décembre. Le taux de chômage au Canada en février 2020 était de 5,6 %.

Taux de chômage par sexe et par groupe d’âge

De novembre à décembre, le taux de chômage est passé de 9,8 % à 10,0 % chez les femmes, et de 8,5 % à 9,0 % chez les hommes. Les femmes sont plus éloignées que les hommes de leur niveau d’emploi avant la COVID-19.

En Ontario, le taux de chômage chez les groupes de la population désignés comme des minorités visibles était estimé à 10,0 % en décembre, comparativement à 7,7 % pour les autres groupes et les personnes ne s’identifiant pas comme des Autochtones (les données portent sur les personnes de 15 à 69 ans et sont désaisonnalisées).

Chez les personnes de 15 à 24 ans, le taux de chômage a augmenté, passant de 20,2 % en novembre à 20,9 % en décembre, et il demeure le plus élevé parmi tous les groupes d’âge. Le chômage chez les jeunes a atteint un taux record de 30,0 % en mai et en juin.

Chez les personnes de 25 à 54 ans, le taux de chômage en décembre est demeuré le même qu’en novembre (7,6 %). Il a augmenté de 6,5 % à 7,2 % pour les personnes de 55 ans et plus pendant la même période.

Taux de chômage en 2020

Sur une base annuelle, le taux de chômage en Ontario était de 9,6 % en 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au taux de 5,6 % en 2019 et est égal au plus haut taux de chômage enregistré depuis 1994.

Le taux de chômage au Canada était de 9,5 % en 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au taux de 5,7 % en 2019, et est égal au plus haut taux de chômage enregistré depuis 1996.

Taux de chômage de longue durée

En décembre, 239 100 Ontariens en moyenne (31,4 % des chômeurs) ont dû faire face à un chômage de longue durée, c’est-à-dire qu’ils ont été sans emploi durant 27 semaines ou plus. Ce nombre est supérieur aux 184 600 chômeurs enregistrés en novembre et est 3,4 fois plus élevé que le nombre enregistré en février 2020, avant la pandémie, qui était de 70 700.

La durée moyenne du chômage a augmenté, passant de 15,8 semaines en février 2020 à 19,8 semaines en décembre 2020.

Le graphique 4 montre le nombre de personnes sans emploi pendant 27 semaines ou plus en Ontario, de janvier 2005 à décembre 2020.

Graphique 4 (graphique linéaire)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0342-01 (données désaisonnalisées).

Télécharger les données, graphique 4

Taux d’emploi et de chômage par centre urbain

Taux d’emploi par centre urbain

Le graphique 5 montre la variation du taux d’emploi dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) de l’Ontario de novembre 2020 à décembre 2020.

Graphique 5 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0294-01 (données désaisonnalisées basées sur une moyenne mobile de trois mois pour réduire l’instabilité attribuable à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données, graphique 5

Les niveaux d’emploi ont chuté dans 8 des 15 RMR de l’Ontario entre novembre et décembre. Barrie (−3,3 % ou −3 900) a enregistré la plus grande diminution de l’emploi, suivi de Windsor (−2,4 % ou −3 700) et de St. Catharine-Niagara (−2,1 % ou −4 100).

La région de Hamilton (2,2 % ou 8 700) a connu la plus forte augmentation de l’emploi, suivie de Kingston (1,6 % ou 1 400) et de London (1,4 % ou 3 700).

En décembre, l’emploi était sous les niveaux de février 2020 dans tous les grands centres urbains de l’Ontario sauf trois; les plus grandes diminutions ont été enregistrées à Barrie (−12,0 % ou −15 500), à Windsor (−10,5 % ou −17 600), à Kitchener Cambridge Waterloo (−7,8 % ou −24 000), à Grand Sudbury (−7,3 % ou −6 200) et à Peterborough (−7,3 % ou −4 100).

En décembre, l’emploi était nettement supérieur aux niveaux de février 2020 à Oshawa (1,1 % ou 2 300).

Taux de chômage les plus faibles et les plus élevés dans les centres urbains

Le graphique 6 montre les RMR affichant les taux de chômage les plus faibles et les plus élevés au Canada en décembre 2020.

Graphique 6 (graphique à barres)

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, Tableau 14-10-0294-01 (données désaisonnalisées basées sur une moyenne mobile de trois mois pour réduire l’instabilité attribuable à la petite taille de l’échantillon).

Télécharger les données, graphique 6

Certaines RMR de l’Ontario ont connu des taux de chômage parmi les plus élevés au Canada en décembre. La région de Peterborough a enregistré le plus haut taux de chômage au Canada en décembre (13,5 %), suivie de Barrie (12,1 %), tandis que Windsor et Edmonton étaient à égalité au troisième rang (11,1 %).

En décembre, Guelph a enregistré le plus faible taux de chômage en Ontario (5,8 %), tandis que la ville de Québec avait le plus faible taux de chômage au Canada (4,1 %).

Télécharger les données

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active

Rapport sur le marché du travail, décembre 2020 :

Licence du gouvernement ouvert – Ontario

Mis à jour : 30 juillet 2021
Date de publication : 19 janvier 2021