Gérer la pêche sportive en Ontario

En 2008, le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts (DNMRNF) a commencé la mise en œuvre intégrale du Cadre stratégique pour la gestion écologique de la pêche dans le but d’améliorer la façon dont la pêche sportive est gérée en Ontario. En plus de gérer des lacs individuels pour certains plans d'eau, la gestion de la pêche met l'accent sur de grandes régions géographiques où la gestion, la planification et la surveillance ont lieu dans 20 zones de gestion des pêches (ZGP).

Le Cadre stratégique pour la gestion écologique de la pêche fournit les composantes de base de la gestion de la pêche, y compris :

  • un aperçu des règlements et des politiques
  • la participation du public aux décisions relatives à la gestion
  • la planification de la gestion de la pêche
  • la recherche, la surveillance et l'évaluation de la pêche
  • les communications et les rapports publics

Le DNMRNF, avec les recommandations des conseils consultatifs des ZGP, élabore des plans par ZGP. Ces plans incluent la détermination des défis rencontrés par la pêche au sein d'une zone, l'établissement des objectifs de pêche et des mesures de gestion pour atteindre ces objectifs. Le programme de surveillance à grande échelle a été créé pour soutenir le Cadre stratégique pour la gestion écologique de la pêche par le biais d'une surveillance à long terme des populations halieutiques, de l'habitat aquatique et de la pêche sportive. Le programme de surveillance à grande échelle fournit des renseignements afin de soutenir les décisions relatives à la gestion de la pêche et signaler l'état de la pêche dans chacune des ZGP.

Objectifs du Cadre stratégique pour la gestion écologique de la pêche

  • Améliorer la viabilité de la pêche
  • Faire participer le public à la gestion de la pêche
  • Améliorer le service à la clientèle en simplifiant les règlements en matière de pêche

La pêche est maintenant surveillée à grande échelle

Le programme de surveillance à grande échelle a été créé par le DNMRNF pour évaluer la pêche en Ontario de façon globale. Une fois tous les cinq ans, les renseignements sont recueillis à partir d'un nombre représentatif de lacs dans chacune des ZGP et ce, d'une façon normalisée. Le nombre de lacs inclus dans le programme est suffisant pour gérer et signaler la pêche dans chaque zone, mais représente un pourcentage relativement petit du nombre total de lacs en Ontario. La surveillance à grande échelle comprend la collecte de renseignements détaillés au sujet des espèces de poissons et des communautés halieutiques, des caractéristiques physiques et chimiques de l'eau, des espèces aquatiques envahissantes et des activités de pêche pour chaque lac étudié. Le premier cycle d'échantillonnage dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle a eu lieu de 2008 à 2012.

Le programme de surveillance à grande échelle est conçu pour :

  • décrire la répartition, la quantité et la diversité des poissons en Ontario
  • estimer l'état actuel, et les changements au fil du temps, de la pêche en Ontario
  • déterminer les facteurs de stress naturels et d'origine humaine ayant une incidence sur la pêche
  • fournir des rapports sur l'état de la pêche et des milieux aquatiques en Ontario

Le programme offre des avantages et occasions supplémentaires aux biologistes du DNMRNF de recueillir de l'information sur la biodiversité et la santé des milieux aquatiques. Il comprend les activités suivantes : surveiller la propagation des espèces aquatiques envahissantes, prélever des échantillons génétiques destinés aux chercheurs, recueillir des données sur les changements climatiques, échantillonner des poissons pour découvrir tout contaminant aux fins du guide Consommation du poisson de l'Ontario du ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique, et prélever des échantillons pour surveiller la qualité de l'eau des lacs étudiés.

Q : Pourquoi l'échantillonnage est-il effectué une fois tous les cinq ans?

R : Une période de cinq ans est adéquate pour déceler tout changement dans les populations halieutiques selon les changements sur le plan environnemental ou de la gestion. Cela est attribuable, en partie, à la durée de génération de nombreuses espèces visées par la pêche sportive. C'est également le temps requis pour recueillir suffisamment d'information afin de déceler ces changements au sein des populations halieutiques tout en demeurant rentable; l'Ontario est vaste et compte beaucoup de lacs.

Combien de lacs font partie du programme de surveillance à grande échelle?

Il ne serait pas pratique de surveiller tous les lacs de l'Ontario, alors un échantillon de lacs de chaque zone est sélectionné aux fins de surveillance. Les lacs sont sélectionnés de façon aléatoire proportionnellement au nombre total de lacs dans chaque zone, en commençant par les lacs de plus de 50 hectares (ha) et allant jusqu'à 250 000 ha. Le nombre 50 ha a été choisi comme la superficie la plus petite d'un lac en fonction de la capacité d'y accéder et d'y utiliser l'équipement d'échantillonnage, tandis que 250 000 ha est la superficie la plus grande étant donné que les lacs au-delà de cette superficie font déjà l’objet d’une surveillance intense par le Ministère. Il y a plus de 18 000 lacs en Ontario dont la superficie varie entre 50 et 250 000 ha. Cinquante-huit pour cent de ces lacs sont situés dans le nord-ouest de l'Ontario, 34 % dans le nord-est de l'Ontario et 8 % dans le sud de l'Ontario (tableau 1).

Tableau 1. Le nombre et le pourcentage des lacs de 50 à 250 000 ha dans chacune des zones de gestion des pêches (ZGP) en Ontario.

Région ZGP Nombre de lacs (50 à 250 000 ha) Pourcentage du nombre provincial total
Nord-ouest 2 6 448 35
  4 2 003 11
  5 1 652 9
  6 894 5
Nord-est 1 1 584 8
  3 941 5
  7 1 170 6
  8 1 116 6
  10 1 220 7
  11 399 2
Sud 12 10 <1
  15 853 5
  16 88 <1
  17 41 <1
  18 256 1
Total Tous 18 675 100

Les lacs du programme sont sélectionnés de façon aléatoire et identifiés comme étant un lac de tendance ou un lac d'état. Un lac de tendance est échantillonné une fois par cycle de surveillance. Les lacs de tendance doivent contenir de l'omble de fontaine, de la truite grise ou du doré jaune. Ces espèces sont les principaux prédateurs et des indicateurs de l'état des écosystèmes aquatiques en eaux froides et tempérées. Le programme de surveillance à grande échelle vise à étudier 10 % de tous les lacs connus pour abriter l'omble de fontaine, la truite grise et le doré jaune.

Les lacs d'état sont échantillonnés une fois dans un cycle de cinq ans et pourraient, ou non, être échantillonnés à nouveau lors de cycles d'échantillonnage futurs. Les lacs d'état sont des lacs de plus de 50 ha, peu importe les espèces de poissons présentes. Les lacs d'état sont étudiés pour les raisons suivantes : échantillonner les lacs où les communautés halieutiques sont inconnues, mesurer la biodiversité et suivre la propagation des espèces envahissantes. Le programme de surveillance à grande échelle vise à étudier un nombre égal de lacs de tendance et d'état dans toute la province au sein de chaque zone.

La surveillance des lacs de tendance est préférable pour détecter tout changement dans les populations halieutiques et les écosystèmes aquatiques au fil du temps, tandis que la surveillance des lacs d'état est préférable pour décrire l'état global des populations halieutiques à un moment donné. Il est important d’inclure les lacs de tendance et d'état au sein du programme de surveillance pour assurer un équilibre entre la détection rapide des changements et la description de l'état des poissons et des ressources aquatiques.

Au sein de chacune des ZGP, 10 % de tous les lacs connus d’une superficie variant de 50 à 250 000 ha et renfermant de l'omble de fontaine, de la truite grise ou du doré jaune sont sélectionnés comme des lacs de tendance, un minimum de 10 lacs étant sélectionnés pour l'omble de fontaine et la truite grise, et de 20 lacs pour le doré jaune. Seulement quatre ZGP (6, 7, 10 et 15) ont des activités de pêche importantes de l'omble de fontaine aux fins d'échantillonnage. Le nombre total de lacs de tendance étudiés en Ontario lors du cycle 1 dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle était d'environ 670.

Le nombre de lacs d'état sélectionnés à l’origine dans chacune des ZGP était proportionnel au nombre total de lacs de 50 à 250 000 ha dans chacune des ZGP. Cependant, en raison de contraintes dans le cycle 1, le nombre de lacs d'état échantillonnés a été moindre que le nombre planifié au départ. Le nombre total de lacs d'état étudiés en Ontario lors du cycle 1 dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle était de 113.

Quels renseignements sont recueillis?

L'échantillonnage est effectué par les équipes du DNMRNF aux lacs sélectionnés au cours de l'été chaque année du cycle de surveillance à grande échelle. Cela comprend la pêche au filet, le prélèvement d’échantillons d'eau, la vérification de la présence d’espèces envahissantes, l’estimation de l’effort de pêche et, dans certains cas, la collecte d'information sur la profondeur de l'eau (bathymétrique) des lacs. L'échantillonnage de chaque lac peut prendre de 5 à 8 jours.

Pêche au filet

La pêche au filet est effectuée pour étudier et surveiller l'abondance et la santé de toutes les espèces de poisson dans un lac. La surveillance à grande échelle utilise une combinaison de deux types de filets maillants :

  • les filets maillants à "larges mailles" pour les poissons de plus de 20 cm, soit la taille qui intéresse les pêcheurs à la ligne;
  • les filets maillants à "petites mailles" pour les poissons plus petits, soit la taille qui intéresse les gros poissons.

Les filets à larges mailles sont utiles pour cibler les poissons de sport comme l'omble de fontaine, la truite grise, l'achigan à petite bouche et le doré jaune, ainsi qu'évaluer la taille de la population. Divers renseignements sont recueillis sur les poissons capturés à chaque étude d'un lac :

  • la longueur
  • le poids
  • le sexe
  • la maturité
  • la structure de détermination de l'âge : écailles et/ou os pétrotympanique
  • un échantillon de contaminants à partir des muscles
  • le contenu de l'estomac

Les filets à petites mailles sont utiles pour fournir des renseignements sur les communautés halieutiques (le nombre d'espèces présentes). Dans le cas des filets à petites mailles, on inscrit l’espèce de poissons, la quantité et les longueurs pour chaque espèce. Les renseignements recueillis des filets à grandes et petites mailles sont utilisés pour décrire la structure de la communauté halieutique, y compris les taux de croissance, les estimations de la survie, les rapports alimentaires, le niveau de contamination, la santé des poissons et l'utilisation de l'habitat.

La pêche au filet commence à la fin mai lorsque la température à la surface de l'eau atteint 18 °C ou plus. Le nombre de filets utilisés par lac varie selon la dimension du lac (superficie totale) et la profondeur. Les emplacements des filets sont sélectionnés de façon aléatoire par strate de profondeur (1 à 3 m, 3 à 6 m, 6 à 12 m, 12 à 20 m, 20 à 35 m, 35 à 50 m, 50 à 75 m, >75 m) et les filets sont répartis dans tout le lac (figure 1). Pour capturer les poissons alors qu'ils se déplacent dans le lac, les filets sont installés perpendiculairement au rivage. Tous les filets sont installés au cours de la nuit et retirés au cours de la matinée (les filets sont installés au plus tard une heure avant le coucher du soleil et retirés au plus tôt une heure après le lever du soleil) afin de capturer les poissons au moment où ils sont les plus actifs.

 

Figure 1. Une carte du lac Helen illustrant les emplacements des filets pour la surveillance à grande échelle (points et triangles noirs) distribués de façon aléatoire à travers les strates de profondeur (bandes de couleur).
Figure 1. Une carte du lac Helen illustrant les emplacements des filets pour la surveillance à grande échelle (points et triangles noirs) distribués de façon aléatoire à travers les strates de profondeur (bandes de couleur).

 

Bathymétrie

Le programme de surveillance à grande échelle doit utiliser des données bathymétriques (profondeur) pour : estimer la profondeur des lacs, déterminer où installer les filets de poissons et analyser les données provenant de la pêche au filet. Les données bathymétriques sont disponibles pour près de 10 000 lacs en Ontario. S'il n'y a aucune information bathymétrique pour un lac, un relevé de profondeur est effectué.

Les relevés bathymétriques sont effectués par bateau à l’aide d’un échosondeur muni d'un système de localisation GPS. L'échosondeur recueille une série de points à des intervalles chronométrés alors que le bateau se déplace sur le lac. Les profondeurs et les emplacements sont enregistrés à chaque point par le système de localisation GPS alors que le bateau se promène le long du rivage (profondeur de 3 à 5 m), puis en faisant des allers-retours sur le lac (figure 2). Un ordinateur est utilisé pour raccorder les points de même profondeur afin de créer un modèle représentant le profil de profondeur (ligne isobathe) du lac. Les données bathymétriques peuvent fournir des renseignements sur la taille du lac, le volume, la profondeur et la longueur du rivage, qui sont des facteurs pouvant influencer le nombre et les types de poissons dans un lac.

 

Figure 2. Données bathymétriques recueillies par bateau (lignes brunes sur l'image de gauche). Les données sur les points sont ensuite utilisées pour créer un modèle de profondeur (image de droite) dans des tons de bleu.
Figure 2. Données bathymétriques recueillies par bateau (lignes brunes sur l'image de gauche). Les données sur les points sont ensuite utilisées pour créer un modèle de profondeur (image de droite) dans des tons de bleu.

 

Clarté de l'eau

La clarté de l'eau est mesurée en effectuant une lecture de la profondeur à l’aide d’un disque de métal noir et blanc connu sous le nom de disque de Secchi (figure 3). Plus le disque de Secchi est visible en profondeur, plus l'eau est claire. C'est une façon simple et peu coûteuse de recueillir des données reflétant la capacité de production d'un lac. Les lectures de la profondeur avec un disque de Secchi sont souvent effectuées à l'endroit le plus profond du lac, du côté ombragé du bateau. Le disque est abaissé jusqu'à ce qu'il disparaisse; la profondeur est inscrite, puis le disque est remonté jusqu'à ce qu'il réapparaisse (la profondeur est inscrite). La lecture du disque de Secchi est inscrite à mi-chemin entre ces deux profondeurs.

Les lacs ayant une grande quantité de matières en suspension possèdent une clarté de l'eau plus faible et des lectures du disque de Secchi moins profondes. Les matières en suspension, comme les nutriments et les algues, peuvent vouloir dire que le lac est productif. En général, une grande productivité signifie une grande croissance de plantes et peu d'oxygène dissous. Lorsque les lectures du disque de Secchi sont utilisées conjointement avec d’autres mesures, elles peuvent aider à évaluer l'état nutritionnel d'un lac. À titre d'indication générale, les lectures du disque de Secchi des lacs à faible productivité sont de plus de 5 m, entre 2 et 5 m pour les lacs à productivité moyenne et de moins de 2 m de profondeur pour les lacs à très grande productivité.

 

Figure 3. Prélèvement des lectures de la profondeur avec un disque de Secchi.
Figure 3. Prélèvement des lectures de la profondeur avec un disque de Secchi.

 

Température et oxygène dissous

Les profils de l'oxygène dissous et de la température sont enregistrés à l'aide d'un oxygénomètre/thermomètre numérique au point le plus profond du lac. Les mesures sont observées et enregistrées à la surface, puis à chaque mètre jusqu'à une profondeur de 16 m, et enfin tous les 2 m jusqu'au fond du lac. À partir de ces renseignements, un profil de température/d'oxygène dissous est créé : un graphique illustrant comment la température et l'oxygène dissous varient selon la profondeur du lac (figure 4). Les mesures relatives à la température et l'oxygène dissous fournissent des renseignements sur l'habitat du poisson et sur les types de poissons qui peuvent vivre dans le lac. Par exemple, pour que la truite grise survive, il faut qu’il y ait un niveau d'oxygène dissous élevé dans les portions froides et plus profondes d'un lac.

Par exemple, la température est demeurée relativement stable à 16 °C, de la surface à 7 m, puis elle a commencé à se refroidir.

 

Figure 4. Alors que la profondeur du lac augmente (axe de gauche), le niveau d'oxygène dissous et la température diminuent (axe supérieur).
Figure 4. Alors que la profondeur du lac augmente (axe de gauche), le niveau d'oxygène dissous et la température diminuent (axe supérieur).

 

Composition chimique de l'eau

La composition chimique de l'eau d'un lac est analysée afin d'obtenir des renseignements sur les nutriments de chaque lac étudié. La répartition et la production des poissons sont liées à la composition chimique de l'eau et aux concentrations en nutriment. Les gaz dissous et les nutriments contribuent à la production d'algues, qui sont de la nourriture pour de nombreux poissons et animaux aquatiques.

Des échantillons d'eau sont prélevés à l'endroit le plus profond du lac au cours des quatre semaines suivant la fonte des glaces. S'il s'agit d'un lac à plusieurs bassins, l'échantillonnage est effectué dans le bassin où il y a le courant de débordement, ou encore chaque bassin est échantillonné.

L'échantillonnage est effectué en abaissant une bouteille d'échantillonnage à la profondeur de la lecture du disque de Secchi, puis en remontant lentement la bouteille à la surface. Sept bouteilles sont remplies avec l'eau du lac, étiquetées, puis envoyées au ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique aux fins d'analyse chimique. Les échantillons d'eau sont analysés pour ce qui suit :

  • couleur réelle
  • pH
  • conductivité
  • alcalinité
  • calcium
  • magnésium
  • sodium
  • potassium
  • chlorure
  • sulfate
  • silicate
  • fer
  • carbone inorganique dissous
  • carbone organique dissous
  • ammoniac/ammonium
  • nitrate/nitrite
  • azote total Kjeldahl
  • phosphore total

Zooplancton

Du zooplancton (petits animaux qui vivent dans l'eau ou sur les plantes/roches du lac) est prélevé et testé pour déceler la présence de toute espèce aquatique envahissante qui pourrait être invisible à l'œil nu, comme le cladocère épineux (figure 5).

 

Figure 5. Le cladocère épineux est une espèce aquatique envahissante en Ontario.
Figure 5. Le cladocère épineux est une espèce aquatique envahissante en Ontario.

 

Les "prises" de zooplancton sont des échantillons prélevés à l'aide de filets à très petites mailles à trois endroits sur le lac : à l'endroit le plus profond; près d'une rampe de mise à l'eau, d'un port de plaisance ou autre point d'accès; et au côté exposé au vent du lac, car certaines espèces aquatiques envahissantes sont des nageuses passives et sont poussées dans l'eau par le vent et les vagues. Le filet de prise du zooplancton ressemble à un manche à vent muni d'un gobelet de plastique retenu à son extrémité. La taille des mailles est assez petite pour filtrer les animaux microscopiques dans l'eau, comme le cladocère épineux et la moule zébrée juvénile. La portion du gobelet de plastique s'appelle le cul de chalut et recueille l'échantillon de zooplancton alors que l'eau s'écoule du filet. Le zooplancton est prélevé soit par une remontée verticale ou horizontale des filets, selon la profondeur de l'eau. Le plancton est ensuite conservé dans une bouteille d'échantillonnage et analysé pour déterminer les espèces présentes.

Les renseignements relatifs au zooplancton sont utilisés pour documenter la répartition des espèces aquatiques envahissantes et pour aider à freiner leur propagation dans les lacs et les rivières. Toute présence d'une nouvelle espèce aquatique envahissante en Ontario, ou qui est nouvelle dans un cours d'eau, est signalée à la Ligne d’information sur les espèces envahissantes (1 800 563-7711).

Activités de pêche sportive

Le dénombrement aérien des activités est effectué chaque année au cours de l'été et de l'hiver pour déterminer la quantité de pêche ayant lieu dans une zone. Les évaluations de la pêche sportive sont effectuées par avion; une personne à bord compte le nombre de pêcheurs à la ligne, de bateaux et de cabanes à pêche sur la glace alors que le pilote survole les lacs dans une ZGP. Le plus grand nombre possible de lacs est évalué au cours de la même trajectoire de vol, qui est déterminée par l'emplacement des lacs sélectionnés au sein de chacune des ZGP dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle (figure 6). Parfois, des lacs qui ne font pas partie du programme de surveillance à grande échelle sont évalués afin de maximiser la quantité d'information recueillie lors de chaque vol.

 

Figure 6. Une vue d'un avion effectuant un dénombrement aérien des activités de pêche sportive au cours de l'été sur un lac dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle.
Figure 6. Une vue d'un avion effectuant un dénombrement aérien des activités de pêche sportive au cours de l'été sur un lac dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle.

 

Les vols d'évaluation sont effectués chaque semaine, en alternant entre les jours de la semaine et de la fin de semaine. Le dénombrement est effectué entre 10 h et 14 h les jours prévus. L'avion vole généralement à une altitude de 460 m, mais des vols à plus basse altitude peuvent se produire en raison de la température, ou pour compter de gros groupes de pêcheurs à la ligne. Les trajectoires du vol, la direction du déplacement ainsi que l'heure d'entrée dans la zone et de sortie de celle-ci sont inscrites. Le nombre de pêcheurs à la ligne et de bateaux est compté pour chaque lac lors des évaluations estivales. Le nombre de pêcheurs à la ligne, les cabanes à pêche sur la glace et les motoneiges sont comptés pour chaque lac lors des évaluations hivernales.

Échantillonnage pour rechercher des contaminants

L'échantillonnage pour rechercher des contaminants est effectué sur les poissons capturés lors de la pêche au filet. Un échantillon de tissu est prélevé des espèces de la pêche sportive à partir de toute la gamme des tailles capturées. L'échantillon de tissu est congelé et expédié au ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique dans le cadre du Programme de surveillance de la contamination du poisson-gibier. Les renseignements recueillis sont alors publiés dans le Guide de consommation du poisson de l'Ontario.

Rapports concernant le programme de surveillance à grande échelle

Les données recueillies dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle sont présentées dans différents types de rapport afin d'aider à illustrer et comprendre l'information. Des bulletins d'information sur la surveillance à grande échelle ont été créés pour résumer les renseignements recueillis à chaque lac dans le cadre du programme.

Les bulletins d'information des lacs se trouvent sur le site Web ON-Pêche du DNMRNF

Des rapports sur l'état des ressources seront également publiés dans le cadre du programme de surveillance à grande échelle. Ils résumeront l'information de chacune des ZGP et préciseront l'état de la pêche en Ontario.

Mis à jour : 12 novembre 2021
Date de publication : 14 octobre 2016