Vous utilisez un navigateur obsolète. Ce site Web ne s’affichera pas correctement et certaines des caractéristiques ne fonctionneront pas.
Pour en savoir davantage à propos des navigateurs que nous recommandons afin que vous puissiez avoir une session en ligne plus rapide et plus sure.

R.R.O. 1990, Règl. 306 : PROGRAMMES D'ENSEIGNEMENT ET SERVICES À L'ENFANCE EN DIFFICULTÉ

en vertu de éducation (Loi sur l'), L.R.O. 1990, chap. E.2

Passer au contenu
Versions

English

Loi sur l’éducation

R.R.O. 1990, RÈGLEMENT 306

PROGRAMMES D’ENSEIGNEMENT ET SERVICES À L’ENFANCE EN DIFFICULTÉ

Période de codification : du 9 mai 2016 à la date à laquelle Lois-en-ligne est à jour.

Dernière modification : Règl. de l’Ont. 128/16.

Le texte suivant est la version française d’un règlement bilingue.

1. Le comité de placement et de réexamen dans un programme d’enseignement à l’enfance en difficulté, créé auparavant par un conseil aux termes des règlements, est réputé un comité visé à la sous-disposition iii de la disposition 5 du paragraphe 11 (1) de la Loi sur l’éducation pour ce qui est d’identifier les élèves en difficulté, de s’occuper de leur placement et de le réexaminer.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

2. (1) La définition qui suit s’applique au présent règlement.

«plan pour l’enfance en difficulté» S’entend :

a) en ce qui concerne l’année scolaire 1985-1986, d’un plan en vigueur pendant l’année scolaire qui est élaboré par un conseil et qui expose les méthodes et les délais qui permettront au conseil de se conformer à la disposition 7 de l’article 170 de la Loi;

b) en ce qui concerne l’année scolaire qui commence en septembre de l’année 1986 ou d’une année ultérieure, d’un plan en vigueur pendant l’année scolaire 1985-1986 qui fait l’objet d’un réexamen annuel conformément au paragraphe (3).  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(2) Le conseil maintient son plan pour l’enfance en difficulté et veille à ce que ce plan soit modifié à l’occasion afin de répondre aux besoins existants des élèves en difficulté du conseil.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(3) Chaque année, le conseil réexamine son plan pour l’enfance en difficulté. Ce réexamen doit être terminé avant le 31 juillet de l’année.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(4) Si, au cours d’une année, le conseil modifie son plan pour l’enfance en difficulté, la modification est présentée au ministre à des fins d’examen au plus tard le 31 juillet de cette année.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(5) Le ministre peut, en tout temps, exiger du conseil qu’il modifie son plan pour l’enfance en difficulté de la façon que le ministre estime nécessaire pour que le conseil offre des programmes d’enseignement et des services à l’enfance en difficulté qui répondent aux besoins existants des élèves en difficulté du conseil.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

3. (1) À partir de l’année scolaire 1986-1987 et toutes les deux années scolaires par la suite, le conseil, conformément à la marche à suivre fournie par le ministre, prépare et approuve un rapport sur les programmes d’enseignement et les services à l’enfance en difficulté qui sont offerts par le conseil.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(2) Le rapport visé au paragraphe (1) est présenté au ministre à des fins d’examen au plus tard le 31 juillet 1987. Par la suite, il est présenté au plus tard le 31 juillet toutes les deux années scolaires.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

4. (1) Le conseil veille à ce que son plan pour l’enfance en difficulté prévoie l’inscription et le placement des enfants atteints d’une déficience intellectuelle qui :

a) fréquentent un centre de garde au sens de la Loi de 2014 sur la garde d’enfants et la petite enfance doté d’un programme à l’intention de tels enfants;

b) satisfont aux conditions requises pour être élèves résidents du conseil.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1; Règl. de l’Ont. 128/16, art. 1.

(2) Une copie des dispositions du plan pour l’enfance en difficulté visées au paragraphe (1) est présentée au ministre si celui-ci l’exige.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

5. (1) Le conseil veille à ce que son plan pour l’enfance en difficulté prévoie l’inscription et le placement des personnes âgées de moins de 21 ans qui satisfont aux conditions requises pour être élèves résidents du conseil et qui résident ou sont logées dans un centre, un établissement, un foyer ou un hôpital, à l’exception d’une école privée, qui sont approuvés, désignés, ouverts ou enregistrés en vertu d’une loi ou qui détiennent un permis délivré en vertu d’une loi, qui se trouvent dans le territoire de compétence du conseil et où le ministère ou le ministère des Services correctionnels n’offre aucun programme d’enseignement.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

(2) Si le centre, l’établissement, le foyer ou l’hôpital visé au paragraphe (1) est situé dans le territoire de compétence du conseil, celui-ci prend des dispositions dans son plan pour l’enfance en difficulté relativement à l’inscription et au placement des personnes âgées de moins de 21 ans qui :

a) d’une part, résident dans ce centre, cet établissement, ce foyer ou cet hôpital;

b) d’autre part, satisferaient aux conditions requises pour être élèves résidents du conseil si leur père, leur mère ou leur tuteur était également résident de ce territoire.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

6. Le conseil veille à ce que son plan pour l’enfance en difficulté soit maintenu et réexaminé conformément au présent règlement et mis en oeuvre conformément aux conditions du plan en ce qui concerne les dates auxquelles les programmes d’enseignement et les services à l’enfance en difficulté doivent être établis ou fournis aux élèves en difficulté et en ce qui concerne l’étendue de ces programmes et de ces services.  Règl. de l’Ont. 165/05, art. 1.

 

English