La guifette noire est une sterne de la grosseur d'un pigeon, dont le plumage nuptial est très caractéristique : la tête, le cou et le dessous sont noirs, la surface dorsale est gris cendré (y compris les ailes et la queue), et la queue est courte et dentelée.

Guifette noire (Chlidonias niger)

La guifette noire (Chlidonias niger) est une sterne de la grosseur d’un pigeon, dont le plumage nuptial est très caractéristique : la tête, le cou et le dessous sont noirs, la surface dorsale est gris cendré (y compris les ailes et la queue), et la queue est courte et dentelée. Cette espèce migre sur de longues distances et revient en Ontario au début de mai pour se reproduire; elle repart au début de septembre vers son aire d’hivernage, le long des côtes septentrionales de l’Amérique du Sud et du littoral occidental de l’Amérique centrale. Elle niche dans de grands marais d’eau douce où pousse une végétation émergente alternant avec des étendues d’eau libre, et fréquente aussi des terres humides de moindre importance, mais offrant les mêmes caractéristiques. On trouve la guifette noire de façon dispersée partout dans la province, jusqu’au lac Big Trout et à Fort Albany au nord. Les densités les plus élevées sont présentes le long des côtes inférieures des Grands Lacs, dans la péninsule Bruce et l’île Manitoulin, et le long de la limite sud du Bouclier canadien.

Espèces préoccupantes en Ontario

La protection et la gestion des espèces préoccupantes forment un volet clé de la préservation de la biodiversité en Ontario. La biodiversité (c’est-à-dire la variété des organismes vivants sur la Terre) nous fournit de l’air et de l’eau propres, de la nourriture, des fibres, des médicaments et d’autres ressources dont nous avons besoin pour survivre. La Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition (LEVD) représente l’engagement législatif pris par le gouvernement de l’Ontario pour protéger et gérer les espèces préoccupantes et leurs habitats. Une espèce est classée comme espèce préoccupante si elle vit à l’état sauvage en Ontario et qu’elle n’est pas en voie de disparition ou menacée, mais peut le devenir par l’effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard.

Déclarations du gouvernement

Le plan de gestion de la guifette noire est achevé depuis le 28 juin 2013. Les plans de gestion sont préparés pour le gouvernement de l’Ontario d’après les connaissances scientifiques à jour qui sont disponibles pour chaque espèce, et expliquent les démarches qui seront suivies pour gérer les espèces préoccupantes.

La présente déclaration constitue la réponse stratégique du gouvernement (paragraphe 12 (5) de la LEVD) aux mesures possibles qui sont décrites dans le plan de gestion. La déclaration résume les mesures que le gouvernement de l’Ontario entend prendre en réponse au plan et ses priorités en ce qui concerne la prise de ces mesures. La réponse est également fondée sur la meilleure information scientifique alors accessible et peut être modifiée advenant l’existence de nouveaux renseignements.

Démarches futures pour protéger et gérer la guifette noire

La guifette noire est classée parmi les espèces préoccupantes en vertu de la LEVD. Selon le Relevé des oiseaux nicheurs, depuis 1960, la guifette noire connaît un déclin partout dans la province et sur le continent. Actuellement, la guifette noire est sur la liste des espèces en voie de disparition dans les États de New York, de l’Ohio et de la Pennsylvanie; elle est sur la liste des espèces préoccupantes dans l’État du Michigan et sur celle des espèces gravement menacées dans le Wisconsin. Sa situation est à l’étude dans le Minnesota. Outre les problèmes associés à sa faible densité de population dans la province, l’avenir de l’espèce est incertain en raison des menaces combinées de la disparition de l’habitat, des espèces envahissantes et des pressions de plus en plus fortes qu’exercent l’augmentation de la population humaine et le changement climatique.

Les terres humides demeurent menacées par les activités d’aménagement des humains et l’insuffisance de l’habitat de nidification au sein des terres humides restantes pose un problème, puisque les populations continuent de diminuer. Le nombre croissant d’espèces envahissantes, en particulier le roseau commun (Phragmites australis), l’hydrocharide grenouillette (Hyrocharis morsus-ranae), la carpe (Cyprinus carpio) et le cygne tuberculé (Cygnus olor), est associé au déclin des populations de la guifette noire; en effet, ces espèces peuvent modifier la structure des terres humides et les rendre inadéquates à la reproduction des guifettes. Selon les modèles de changement climatique, la guifette noire disparaîtra, ou presque, dans les États adjacents du Nord-Est des États-Unis en raison des changements qui surviennent au sein des habitats de reproduction actuels, et l’on peut s’attendre à ce que la même chose se produise en Ontario.

Objectif de gestion

L’objectif de gestion du gouvernement de l’Ontario pour la guifette noire consiste à assurer le maintien ou l’amélioration de la répartition et de l’abondance de l’espèce.

Objectifs et mesures de gestion

La protection et le rétablissement des espèces en péril sont une responsabilité partagée. Aucune agence ni aucun organisme n’a toutes les connaissances, l’autorité ou les ressources financières nécessaires pour protéger et rétablir toutes les espèces en péril de l’Ontario. Le succès d’une initiative de rétablissement exige une coopération intergouvernementale et la participation d’un grand nombre de personnes, d’organismes et de collectivités.

En élaborant la présente déclaration, le ministère a tenu compte des démarches qu’il pourrait entreprendre directement et de celles qu’il pourrait confier à ses partenaires en conservation, tout en leur offrant son appui. Les « mesures prises par le gouvernement » sont celles que le gouvernement entreprend directement afin de protéger et de gérer les espèces. Les « mesures appuyées par le gouvernement » sont celles que le gouvernement appuie parce qu’elles sont jugées nécessaires pour la protection et la gestion des espèces. Le cas échéant, un appui sera fourni sous forme de financement et de services consultatifs aux organismes de conservation, aux municipalités, aux partenaires de l’industrie et aux communautés autochtones pour qu’ils entreprennent ces mesures. On adoptera d’abord les mesures à priorité « élevée » en ce qui concerne le financement ou les autorisations aux termes de la LEVD au cours des cinq prochaines années.

Secteur d’intervention : Recensement et surveillance

Objectif : Accroître les connaissances sur la répartition et l’abondance des populations de guifette noire en Ontario.

Mesures de gestion prises par le gouvernement

  • Encourager la soumission de données sur la guifette noire à l’entrepôt central de données du ministère, au Centre d’information sur le patrimoine naturel.

Mesures de gestion appuyées par le gouvernement

  1. Combler les lacunes liées aux aires de répartition connues actuellement grâce à des programmes de surveillance menés par des bénévoles afin de mieux évaluer l’effectif et la répartition des populations.
    Priorité : élevée
  2. Surveiller les populations connues en évaluant notamment leur viabilité et en définissant les menaces telles que la dégradation de l’habitat, les ouvrages de contrôle du niveau d’eau, les espèces envahissantes et les perturbations anthropiques.
    Priorité : élevée

Secteur d’intervention : Protection et gestion

Objectif : Maintenir la répartition et l’abondance de la guifette noire en Ontario en protégeant l’habitat et en réduisant l’effet des menaces.

Mesures de gestion prises par le gouvernement

  • Poursuivre la mise en œuvre de la protection des espèces préoccupantes et de leurs habitats dans le cadre des processus de planification de la gestion, y compris la planification de la gestion des parcs provinciaux et des forêts sur les terres de la Couronne.
  • Encourager les municipalités à classer l’habitat de la guifette noire parmi les habitats fauniques d’importance en vertu de la Déclaration de principes provinciale.
  • Poursuivre la mise en œuvre du Plan stratégique de l’Ontario contre les espèces envahissantes pour traiter le problème des espèces envahissantes qui menacent la guifette noire.
  • Encourager les organismes de planification et de protection de l’environnement à tenir compte de la conservation de la guifette noire dans la planification de gestion et la prise de décisions.

Mesures de gestion appuyées par le gouvernement

  1. Localiser les sites prioritaires de la guifette noire, et déterminer les mesures de conservation et de gestion de l’habitat dans ces sites (contrôle du niveau d’eau, utilisation de nids artificiels ou d’enceintes s’ils se révèlent efficaces, et élimination des espèces envahissantes).
    Priorité : élevée

Secteur d’intervention : Recherche

Objectif : Clarifier les principales menaces qui pèsent sur les populations de guifette noire.

Mesures de gestion appuyées par le gouvernement

  1. Mener des recherches pour mieux comprendre les facteurs qui influent sur le succès de la reproduction, notamment en étudiant l’effet des variations du niveau d’eau et celui des espèces envahissantes.
    Priorité : moyenne
  2. Mener des recherches pour comprendre les aires de migration et d’hivernage, et les menaces connexes à l’endroit des populations de l’espèce en Ontario.
    Priorité : faible

Secteur d’intervention : Sensibilisation et intendance

Objectif : Sensibiliser davantage la population à la situation de l’espèce sur le plan de sa conservation et aux activités d’intendance qui visent à répondre aux besoins de la guifette noire en Ontario.

Mesures de gestion prises par le gouvernement

  • Entreprendre des activités de communication et de diffusion afin d’augmenter la sensibilisation de la population quant aux espèces en péril en Ontario.

Mesures de gestion appuyées par le gouvernement

  1. Élaborer et diffuser du matériel éducatif pour informer les gestionnaires de terres, les propriétaires fonciers et le grand public au sujet de la guifette noire, des menaces pour sa survie et des mesures qui peuvent être prises pour réduire au minimum les effets préjudiciables sur l’espèce.
    Priorité : moyenne
  2. Collaborer aux initiatives visant à élaborer et à mettre en œuvre des pratiques optimales qui sont compatibles avec les besoins de la guifette noire et d’autres espèces fréquentant les terres humides.
    Priorité : moyenne
  3. Collaborer à d’autres initiatives de conservation répondant à des besoins similaires en matière d’habitat et de gestion (p. ex., les initiatives mises sur pied pour la tortue ponctuée et le petit blongios, qui requièrent des terres humides permanentes à semi-permanentes, entrecoupées d’étendues d’eau libre et de végétation émergente).
    Priorité : faible

Mise en œuvre des mesures

Le soutien financier pour la mise en œuvre des mesures peut provenir du Fonds d’intendance des espèces en péril et du Fonds de recherche sur les espèces en péril en Ontario. On encourage les partenaires en conservation à discuter de leurs propositions de projets liés à la présente déclaration avec le ministère des Richesses naturelles.

La mise en œuvre des mesures pourra être modifiée si les priorités touchant l’ensemble des espèces en péril changent selon les ressources disponibles et la capacité des partenaires à entreprendre des activités de rétablissement. Le cas échéant, la mise en œuvre des mesures visant plusieurs espèces sera coordonnée dans toutes les déclarations du gouvernement.

Remerciements

Nous tenons à remercier tous ceux et celles qui ont pris part à l’élaboration du « Plan de gestion de la guifette noire en Ontario » pour leur dévouement en ce qui a trait à la protection et à la gestion des espèces préoccupantes.

Renseignements supplémentaires

Consultez le site Web des espèces en péril
Communiquez avec le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs
Sans frais : 1 800 565-4923
ATS : 1 855 515-2759