Primes du FAAF

Les collèges privés d’enseignement professionnel doivent verser des primes dans le FAAF pour chaque année d’inscription en vertu de la Loi de 2005 sur les collèges privés d’enseignement professionnel (LCPEP). Les primes sont calculées par le ministère des Collèges et Universités (le « ministère »).

Le ministère envoie une facture à chaque collège privé d’enseignement professionnel l’informant du montant de ses primes, de leur date d’échéance et de la façon dont elles ont été calculées.

Un collège privé d’enseignement professionnel peut estimer le montant de ses primes en appliquant les formules de calcul des primes du FAAF. Les types de primes suivants sont prescrits dans le Règlement de l’Ontario 414/06 s’appliquant à la LCPEP :

  1. les primes annuelles initiales
  2. les primes annuelles
  3. les suppléments de prime
  4. les cotisations.

Primes annuelles initiales

Les collèges privés d’enseignement professionnel qui s’inscrivent pour la première fois doivent verser des primes annuelles initiales à l’égard des 24 premiers mois. La prime annuelle initiale correspond à 0,875 % des recettes annuelles brutes provenant des programmes de formation professionnelle.

Dans leur demande d’inscription, les collèges privés d’enseignement professionnel doivent fournir au surintendant des états financiers prévisionnels préparés par un expert-comptable titulaire d’un permis d’exercice en Ontario.

Les recettes annuelles brutes qui proviennent des programmes de formation professionnelle et qui sont prévues dans ces états financiers servent à établir les primes annuelles initiales calculées au prorata des 24 premiers mois de l’inscription. Les recettes provenant des programmes de formation professionnelle désignent tous les droits perçus par un collège privé d’enseignement professionnel auprès de ses étudiants en ce qui a trait à ces programmes, y compris les suivants (liste non exhaustive) :

  • les droits de scolarité
  • le coût des manuels
  • les petites fournitures
  • les uniformes et le matériel
  • le matériel important
  • les excursions
  • les frais professionnels et les frais relatifs aux examens
  • les autres droits obligatoires
  • les droits applicables aux étudiants étrangers
  • les droits facultatifs

Exemple : Calcul des primes annuelles initiales

Le collège de coiffure ABC (le « collège ABC ») s’est inscrit comme collège privé d’enseignement professionnel le 10 juin 2020. Dans sa demande d’inscription, il a joint des états financiers prévisionnels pour l’exercice se terminant le 30 juin 2021. Les recettes en droits de scolarité provenant de son seul programme de formation professionnelle, la coiffure, ont été estimées à 200 000 $. Le collège ABC a aussi prévu que des recettes supplémentaires de 50 000 $ seraient acquises grâce à la vente de trousses de coiffure et d’uniformes à ses étudiants.
L’inscription du collège ABC prend fin le 28 février 2022, soit huit mois après la date de l’exercice du collège privé d’enseignement professionnel prenant fin le 30 juin 2021. La période du 10 juin 2020 au 28 février 2022 comprend 629 jours.
Voici la procédure à suivre pour établir le montant des primes initiales que doit verser le collège ABC dans le FAAF :

  1. Déterminer les recettes brutes annuelles prévues provenant du programme de formation professionnelle.
    200 000 $ + 50 000 $ = 250 000 $
  2. Multiplier par 0,875 % ces recettes prévues.
    250 000 $ x 0,875 % = 2 187,50 $
  3. Calculer au prorata le montant de la prime pour la période d’inscription.
    2 187,50 $ / 365 jours x 629 jours = 3 769,69 $

Le montant des primes initiales que doit verser le collège ABC dans le FAAF s’élève à 3 769,69 $.

Étant donné que le montant de la prime annuelle initiale s’applique aux 24 premiers mois de l’inscription, celui de la prime initiale à verser dans le FAAF pour les 101 jours restants (730 - 629) sera inclus dans le calcul de la prime à verser dans le fonds pour la période d’inscription subséquente. Dans ce cas, les formules de calcul des primes initiale et annuelle s’appliquent.

Le surintendant modifiera le montant de la prime initiale à verser au FAAF en fonction des recettes annuelles vérifiées provenant du programme de formation professionnelle, fournies par le collège privé d’enseignement professionnel lors du premier renouvellement de son inscription. Il exigera que ce collège verse la différence ou procède à un remboursement si le montant de la prime initiale à verser au FAAF d’après les recettes annuelles vérifiées provenant du programme est inférieur au montant remboursé antérieurement par le collège.

Primes annuelles

Les collèges privés d’enseignement professionnel sont tenus de présenter une demande de renouvellement de leur inscription chaque année (voir « Renouvellement annuel de l’inscription » ci-dessous). Cette demande doit comprendre les états financiers annuels vérifiés, l’annexe 1 vérifiée : Recettes mensuelles reçues d’avance et non acquises provenant des programmes de formation professionnelle, l’annexe 2 vérifiée : Recettes selon la source de financement, et l’annexe 3 vérifiée : Inscription des étudiantes et étudiants étrangers et canadiens. Après la première période d’inscription, les données de l’annexe mensuelle vérifiée des recettes reçues d’avance et non acquises servent à déterminer les exigences en matière de primes à verser au FAAF et le montant de la sûreté financière.
Les collèges privés d’enseignement professionnel doivent verser des primes annuelles après les 24 premiers mois d’inscription. Le montant de la prime annuelle correspond au plus élevé des montants suivants :

  1. 500 $

ou

  1. le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises, multiplié par le facteur de crédit

Le facteur de crédit est déterminé en fonction de la cote de crédit du collège privé d’enseignement professionnel, suivant le tableau ci-dessous. Le calcul des recettes reçues d’avance et non acquises est indiqué plus loin.

Cotes de crédit d’Equifax

Pour déterminer les primes annuelles, le ministère se procure la cote de crédit du collège privé d’enseignement professionnel auprès d’Equifax au moment de calculer le montant des primes à verser au FAAF. D’après sa cote de crédit, le collège se fait attribuer un niveau de risque lié au crédit (faible, moyen ou élevé, selon le tableau ci-dessous). Si aucune cote de crédit n’est disponible, le collège se fait attribuer le niveau de risque élevé.

Cotes de crédit d’Equifax
Cote de créditNiveau de risqueFacteur de crédit (%)
101 à 430, ou non disponibleÉlevé1,25
431 à 480Moyen1
481 à 600Faible0,75

Les collèges privés d’enseignement professionnel devraient obtenir leur cote de crédit auprès d’Equifax une fois par année afin de s’assurer que cette cote est exacte. Ils devraient aussi régler directement avec Equifax les questions relatives à leur cote de crédit.
Les collèges privés d’enseignement professionnel peuvent obtenir leur cote de crédit en commandant leur dossier de crédit d’entreprise sur le site Web d’Equifax ou en appelant le service à la clientèle au 1 877 227-8800.

Compréhension de l’annexe des recettes reçues d’avance et non acquises

Pour chaque fin de mois de l’exercice, un collège privé d’enseignement professionnel doit calculer le montant des droits perçus qui n’ont pas été acquis en ce qui a trait aux programmes de formation professionnelle. Les recettes tirées des opérations de vente et de service doivent être comptabilisées lorsque les exigences en matière d’obligations de rendement sont satisfaites et que le recouvrement des frais est raisonnablement assuré. Si des produits ou des services n’ont été fournis qu’en partie, une part correspondante des droits peut être considérée comme acquise.

Pour déterminer si des recettes sont acquises, un collège privé d’enseignement professionnel doit se conformer à sa politique en matière de comptabilisation des recettes établie selon des principes comptables généralement reconnus. Faute d’avoir établi une telle politique, il doit comptabiliser les recettes provenant des programmes de formation professionnelle comme des services ou des activités contractuelles exécutés, en utilisant la méthode de l’avancement des travaux ou la méthode de l’achèvement des travaux.

L’annexe des recettes reçues d’avance et non acquises ne doit pas comprendre les droits perçus auprès d’étudiants financés par une tierce partie. En effet, le collège privé d’enseignement professionnel n’obtient pas le paiement directement de ces étudiants, mais plutôt d’un tiers (voir la Directive en matière de politique du surintendant no 1 : Exemption accordée aux programmes de formation professionnelle financés par une tierce partie).

Seuls les droits perçus doivent être consignés dans le solde de recettes reçues d’avance et non acquises provenant des programmes de formation professionnelle. Les paiements qui n’ont pas été reçus ne doivent pas figurer dans ce solde.

Les droits ne sont pas considérés comme acquis simplement parce qu’ils ne sont pas remboursables. Ils sont acquis dans la mesure où les produits ou services ont été fournis.

Les droits non acquis reçus d’étudiants étrangers doivent figurer dans l’annexe mensuelle des recettes reçues d’avance et non acquises.

Les collèges privés d’enseignement professionnel ne doivent pas compenser leur solde de recettes reçues d’avance et non acquises par leurs comptes débiteurs.

Exemple : Calcul des recettes reçues d’avance et non acquises

Le collège d’esthétique ABC (le « collège ABC ») offre un programme de formation professionnelle de trois mois à un seul étudiant.

  • Les droits de scolarité de 6 000 $ sont perçus auprès de cet étudiant le 30 janvier 2020.
  • Le programme s’étend du 1er février au 30 avril 2020.
  • L’étudiant débourse 1 000 $ de plus pour l’achat de manuels et d’une trousse à outils le premier jour de cours. Étant donné que les manuels et la trousse sont immédiatement remis à l’étudiant, il n’y a aucune recette reçue d’avance et non acquise concernant ces articles.
  • Le collège ABC n’a pas eu d’autres étudiants cette année.

Voici la procédure à suivre pour calculer le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises du collège ABC :

  1. Préparer l’annexe mensuelle des recettes reçues d’avance et non acquises pour l’exercice.
     
    Recettes mensuelles reçues d’avance et non acquises du collège d’esthétique ABC pour l’exercice 2020
    Fin de moisSolde de recettes reçues d’avance et non acquises ($)
    30 janvier 20206 000
    28 février 20204 000
    31 mars 20202 000
    30 avril 20200
    31 mai 20200
    30 juin 20200
    31 juillet 20200
    31 août 20200
    30 septembre 20200
    31 octobre 20200
    30 novembre 20200
    31 décembre 20200
  2. Déterminer le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises.

Solde le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises = 6 000 $ (voir la ligne du 30 janvier 2020)

Calcul des primes annuelles

Exemple 1

Selon l’information que lui a fournie Equifax, le ministère a attribué au collège de coiffure ABC (le « collège ABC ») un niveau de risque moyen. Le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises est de 10 000 $.

Voici la procédure à suivre pour établir le montant des primes annuelles du collège privé d’enseignement professionnel :

  1. Déterminer le facteur de crédit en fonction du niveau de risque du collège.
    Le niveau de risque du collège ABC est moyen. Par conséquent, son facteur de crédit est de 1 %.
  2. Multiplier par le facteur de crédit le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises.
    10 000 $ x 1 % = 100 $
  3. Le montant des primes annuelles correspond au montant le plus élevé entre 500 $ et le résultat du calcul de l’étape 2.
    500 $ > 100 $; primes annuelles du collège ABC = 500 $

Exemple 2

Selon l’information que lui a fournie Equifax, le ministère a attribué au collège d’esthétique ABC (le « collège ABC ») un niveau de risque faible. Le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises est de 500 000 $.

Voici la procédure à suivre pour établir le montant des primes annuelles du collège privé d’enseignement professionnel :

  1. Déterminer le facteur de crédit en fonction du niveau de risque du collège privé d’enseignement professionnel.
    Le niveau de risque du collège ABC est faible. Par conséquent, son facteur de crédit est de 0,75 %.
  2. Multiplier par le facteur de crédit le solde mensuel le plus élevé de recettes reçues d’avance et non acquises.
    500 000 $ x 0,75 % = 3 750 $
  3. Le montant des primes annuelles correspond au montant le plus élevé entre 500 $ et le résultat du calcul de l’étape 2.
    500 $ < 3 750 $; primes annuelles du collège ABC = 3 750 $

Supplément de prime

Si, au terme d’un de ses exercices, le FAAF a une valeur inférieure au solde cible, le surintendant avise tous les collèges privés d’enseignement professionnel qu’ils devront verser un supplément en plus de leurs primes annuelles.

Il détermine le montant de ce supplément en fonction d’un calcul établi à l’article 28 du Règlement de l’Ontario 414/06 s’appliquant à la LCPEP. Le supplément de prime peut représenter de trois à six fois les primes annuelles du collège privé d’enseignement professionnel, selon le pourcentage du solde cible.

Cotisations

Les cotisations ne sont introduites que si le FAAF doit être réapprovisionné immédiatement. Le surintendant peut imposer une cotisation à tous les collèges privés d’enseignement professionnel si les conditions suivantes sont réunies :

  1. la valeur du FAAF est inférieure à 50 % du solde cible
  2. le surintendant est d’avis que le solde du FAAF ne permettra pas d’effectuer les prélèvements prévus sur le fonds

Une cotisation peut être imputée à n’importe quel moment, indépendamment des autres primes et suppléments exigibles au titre du FAAF pour l’exercice. Pour que ses conséquences sur les collèges privés d’enseignement professionnel soient atténuées, elle ne peut dépasser 0,875 % des recettes brutes totales provenant des programmes de formation professionnelle.

Remises

Le surintendant peut décider de prélever une remise de prime, de supplément ou de cotisation sur le FAAF si les conditions suivantes sont réunies :

  1. la valeur du FAAF est supérieure à 110 % du solde cible
  2. le surintendant est d’avis que le solde du FAAF permettra d’effectuer les autres prélèvements prévus

Le surintendant peut donner un avis de remises à n’importe quel moment. Les remises seront versées à tous les collèges privés d’enseignement professionnel admissibles.

Renouvellement annuel de l’inscription

Les collèges privés d’enseignement professionnel inscrits sont tenus de présenter une demande de renouvellement de leur inscription chaque année. La date limite pour le renouvellement correspond à six mois après la fin de l’exercice du collège. À la fin de chaque exercice, le ministère enverra aux collèges privés d’enseignement professionnel un avis de renouvellement de l’inscription ainsi que les lignes directrices concernant ce renouvellement. Les collèges connaîtront ainsi la date du renouvellement à venir et les exigences de déclaration à cet effet. Les plus récentes lignes directrices relatives au renouvellement de l’inscription fournissent plus de renseignements à ce sujet.