Photo par : www.marieread.com

Situation

Préoccupante

Espèce indigène sensible aux activités humaines ou aux événements naturels, ce qui pourrait faire en sorte qu’elle devienne en péril de disparition (par ex. monarque).

Date de son ajout à la liste des espèces en péril de l’Ontario

Le hibou des marais a déjà été évalué comme une espèce préoccupante lors de l’entrée en vigueur de la Loi sur les espèces en voie de disparition en 2008.

Apparence

Le hibou des marais a une tête grosse et ronde, affublée de petites aigrettes couvertes de plumes, semblables à des oreilles. Ce strigidé de taille moyenne mesure entre 34 et 42 cm de longueur environ, et possède des ailes assez longues et une queue courte. Les adultes présentent une coloration cryptique leur servant de camouflage. Ils ont le dos brun et leur poitrine, de couleur blanc chamois, présente des rayures brunes. Les individus des deux sexes possèdent une apparence similaire, toutefois, les femelles sont légèrement plus corpulentes et leur dos a également tendance à être plus foncé.

Ses couleurs sont un excellent camouflage. De ce fait, l’oiseau est observé le plus souvent lorsqu'il est en vol, notamment à l’aube et au crépuscule. On peut l’identifier facilement grâce à son vol irrégulier, qui est semblable à celui d’un papillon nocturne à la recherche de nourriture. Ses battements d’ailes sont amples, il plane à l’occasion, et il a l’habitude de voler au ras de parcelles de prairies ou de marais.

Habitat

Le hibou des marais vit dans des habitats ouverts comme les prairies, les marais et la toundra, où il niche à même le sol et chasse de petits mammifères; notamment des campagnols.

Présence

Le hibou des marais est présent partout dans le monde. En Amérique du Nord, son aire de répartition s'étend de la toundra au centre des États-Unis, plus au sud. En Ontario, sa population est plus dispersée, plus particulièrement le long des côtes de la baie James et de la baie d’Hudson, le long de la rivière des Outaouais à l’est de l’Ontario, à l’extrême ouest du district de la rivière à la Pluie, et ailleurs au sud de l’Ontario, à des endroits comme les îles Wolfe et Amherst près de Kingston. La plupart des populations sont migratoires, et se déplacent vers le sud en hiver.

présence de l`hibou des marais range

Pour voir une version agrandie de cette carte (PDF)

Menaces

Autrefois, le hibou des marais était sans doute plus répandu et davantage répandu dans le sud de l’Ontario, étant donné que cette région comptait des zones plus importantes de prairie et de savane indigènes, leur habitat de prédilection. La création de nouvelles prairies, par l’entremise du déboisement aux fins de mise en valeur de nouvelles terres agricoles, a certainement profité à l’espèce pendant un temps, mais le recours à des méthodes d’agriculture de plus en plus intensives, utilisant le fauchage des champs pendant la saison de nidification et le surpâturage par le bétail, a rendu ces zones inadaptées pour cette espèce. La diminution des marais est l’une des menaces qui pèsent sur cette espèce.

Mesures que nous prenons

Les espèces préoccupantes ne bénéficient pas d’une protection pour les espèces ou leur habitat.

Contribuez à empêcher la disparition d’autres espèces en péril de l’Ontario

Signalez son présence

Signalez une observation d’un animal ou d’une plante en péril au Centre d’information sur le patrimoine naturel. Les photographies avec localisation précise ou les coordonnées cartographiques sont toujours utiles.

Devenez bénévole

Faites du bénévolat auprès de votre club de nature local ou du parc provincial en participant à des tâches d’enquête ou d’intendance axées sur les espèces en péril.

Soyez un bon gardien

Les propriétaires fonciers privés ont un rôle important à jouer dans le rétablissement des espèces en péril. Il se peut que vous soyez admissible à des programmes d’intendance qui appuient la protection et le rétablissement d’espèces en péril et de leurs habitats. Pour plus de renseignements, veuillez consulter le site ontario.ca/especesenperil

Signalez les activités illicites

Signalez toute activité illégale se rapportant aux plantes et à la faune en composant le 1 877 -TIPSMNR (8477667).

Faits en bref

  • cet oiseau chasse le jour comme la nuit; principalement à l’aube et au crépuscule en hiver; il survole des champs ouverts à basse altitude et repère ses proies à l’ouïe; il donne un coup fatal à sa proie en mordant l’arrière de son crâne et l’avale souvent en entier
  • le hibou des marais est l’une des rares espèces qui semblent avoir tiré profit de l’exploitation minière; cette espèce niche dans les mines restaurées et réactivées, transformées en aires ouvertes recouvertes de végétation, au sud de son aire de répartition normale
  • dans certains domaines, le hibou des marais est en concurrence avec l’Effraie des clochers (Tyto alba); certains programmes de nichoirs fructueux destinés à attirer les Effraies des clochers ont coïncidé avec le déclin des populations de hibou des marais dans la même zone
  • le hibou des marais est un oiseau nomade, ce qui veut dire qu'il parcourt de grandes distances et s'installe habituellement dans les zones où les densités de proies sont élevées
  • son nom scientifique en latin, Asio flammeus, correspond à « hibou à cornes » (Asio) et « flamboyant » ou « enflammé » (flammeus), en référence à son plumage
  • il existe dix sous-espèces de hibou des marais que l’on peut trouver dans tous les continents, sauf en Antarctique et en Australie