La Ligne d’assistance aux personnes âgées est une ressource confidentielle et gratuite, disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, qui offre de l’information, des aiguillages et un soutien dans plus de 150 langues aux personnes âgées victimes de mauvais traitements.

Composez le 1 866 299-1011 pour obtenir un soutien.

Si vous êtes actuellement en danger, composez le 911 ou contactez le bureau de police de votre localité.

Maltraitance des personnes âgées

Par mauvais traitements à l’égard des personnes âgées, on entend le plus souvent tout acte ou toute omission se produisant dans une relation au sein de laquelle on s'attend à un sentiment de confiance, qui est source de préjudice et de détresse chez une personne âgée ou pose un risque pour sa santé ou son bien-être footnote 1 .

Les mauvais traitements à l’égard des personnes âgées peuvent :

  • se produire au domicile de la personne, dans d’autres milieux résidentiels ou au sein de la collectivité
  • être infligés par des membres de la famille, des amis, des fournisseurs de soins rémunérés, des locateurs, du personnel ou toute personne en situation de confiance et d’autorité

Types de mauvais traitements

Les mauvais traitements infligés aux personnes âgées peuvent prendre diverses formes tels que :

  • la violence physique – toute  violence ou traitement brutal qui est source de blessure ou d’inconfort physique
  • la violence psychologique/émotionnelle – tout acte ou traitement qui peut nuire au sentiment d’identité, de dignité et d’amour-propre
  • la violence sexuelle – tout comportement sexuel s’adressant à une personne âgée sans que celle-ci en soit pleinement consciente ou y consente entièrement
  • l’exploitation financière – mauvaise utilisation de l’argent et de l’actif d’une personne âgée sans que celle-ci en soit pleinement consciente ou y consente entièrement, ou dans le cas d’une personne âgée frappée d’incapacité mentale, lorsque ce n'est pas dans l’intérêt de cette personne
  • la négligence – privation volontaire des produits de première nécessité ou des soins de base ou  inaptitude à fournir des produits de première nécessité ou des soins de base en raison d’un manque d’expérience, d’information ou de capacité

Les comportements abusifs à l’égard des personnes âgées peuvent impliquer quelqu’un qui :

  • se montre contrôlant (les isolant de leurs amis et de leur famille);
  • les blâme pour les mauvais traitements reçus;
  • est fortement convaincu qu’il a droit à leurs économies ou à leurs biens;
  • les traite comme des enfants;
  • les laisse seuls pendant de longues périodes s’ils sont à leur charge.

Certains types de mauvais traitements (PDF) relèvent d‘actes criminels. Consulter le site du centre d’aide juridique Advocacy Centre for the Elderly pour obtenir des renseignements sur les types de mauvais traitements qui constituent des crimes en vertu du Code criminel du Canada.

Signes précurseurs de la maltraitance

Voici certains signes précurseurs de mauvais traitements :

  • humeur changeante (dépression, peur, anxiété ou  repli sur soi);
  • changement de comportement (retrait de la vie sociale);
  • dommages physiques (blessures non expliquées);
  • négligence (manque d’hygiène, de nourriture, de vêtements);
  • non-respect des obligations financières ou retraits bancaires inhabituels;
  • changement dans les conditions de logement (expulsion ou personnes qui s’installent).

Que faire si une personne est victime de mauvais traitements

Appelez la police si vous avez des craintes pressantes en ce qui concerne la sécurité d’une personne âgée.
En Ontario, vous devez dénoncer tout mauvais traitement lorsque la victime vit dans une maison de retraite ou un foyer de soins de longue durée de la province. Pour en savoir davantage sur la façon de signaler des mauvais traitements, veuillez consulter le site d’Éducation juridique communautaire Ontario.
Vous pouvez soutenir une personne âgée à risque en :

  • reconnaissant les signes précurseurs de la maltraitance;
  • parlant  avec la personne âgée et en lui faisant part de vos inquiétudes;
  • en évaluant la situation et en lui demandant comment vous pouvez lui venir en aide

 Demandez-lui :

  • comment elle va
  • si elle a des problèmes à la maison ou tout autre type de soucis
  • s'il y a quelqu'un avec qui vous pourriez la mettre en contact qui serait en mesure de l’aider
  • de quelle autre manière elle aimerait être soutenue
  • comment vous pouvez vous-même l’aider

N’oubliez pas que le fait de maintenir la communication et de briser l’isolement peut être salutaire.

Si une personne âgée vous dit qu'elle est victime de mauvais traitements :

  • soyez patient – écoutez–la attentivement et ne tirez pas de conclusions hâtives.
  • croyez-la – ne mettez pas en doute ce qu’elle vous dit. Il se peut que vous soyez la première personne à laquelle elle se confie. Il peut être difficile de comprendre ce qui se passe, surtout si l’agresseur est une personne qui est gentille avec vous ou que vous connaissez.
  • ne la jugez pas – n’exprimez pas de la pitié ou ne lui dites pas quoi faire. Respectez sa décision même si vous n’êtes pas d’accord. Dites-lui que son bien-être compte pour vous et offrez-lui un degré de soutien qui vous convient et que vous pourrez lui offrir de façon continue. Ne lui faites pas de promesses que vous ne pourrez tenir et ne faites rien qui puisse vous mettre mal à l’aise.
  • prenez conscience qu’il est extrêmement difficile de changer une relation abusive –  les personnes qui sont victimes de mauvais traitements peuvent avoir très peur et ne pas être sûres de ce qu’elles doivent faire. Elles auront peut-être besoin de beaucoup de temps pour décider de changer leur vie, de demander de l’aide ou même de parler de la situation.
  • ne niez pas ce qui se passe – si vous décidez de nier ce qui arrive ou de ne pas écouter la personne, vous aggraverez son sentiment d’isolement.
  • ne confrontez pas l’agresseur – ceci pourrait vous causer des problèmes, à vous et/ou à la personne victime de mauvais traitements.
  • renseignez-vous sur les ressources disponibles – apprenez comment établir un plan de sécurité et appelez votre centre d’information communautaire local, le centre d’accès aux soins communautaires ou un organisme de soutien communautaire, parlez à votre médecin ou avocat, ou faites des recherches sur Internet pour trouver des ressources et de l’information.
  • encouragez-la à demander de l’aide – proposez-lui de l‘aider à trouver le bon endroit où s’adresser ainsi que les ressources locales auxquelles recourir, si c’est quelque chose que vous êtes en mesure de faire.

Le Centre pour les recherches et l’éducation sur la violence contre les femmes et les enfants  a mis sur pied le projet Ce n’est pas correct! Voisins, amis et familles – un réseau pour les aînés pour sensibiliser la population à la question des mauvais traitements infligés aux personnes âgées. Contactez-les pour en savoir plus sur comment mettre en œuvre leur initiative de prévention de la maltraitance dans votre communauté. Vous pouvez aussi commander des copies imprimées des brochures It’s not Right en anglais et Ce n’est pas correct en français à partir de ServiceOntario.

Que faire si vous êtes victime de mauvais traitements

Si vous êtes victime de mauvais traitements, vous devez savoir que :

  • vous ne le méritez pas
  • vous n’êtes pas à blâmer
  • vous avez le droit de vivre sans crainte
  • vous avez droit à un environnement sain et sécuritaire ainsi qu’à des relations saines
  • les mauvais traitements s’aggravent souvent avec le temps
  • vous avez le droit de mener votre vie comme bon vous semble et de prendre vos propres décisions
  • vous n’êtes pas la seule personne confrontée à une telle situation. D’autres ont subi des mauvais traitements et nombreuses personnes ont pu trouver le moyen d’y faire face

Que vous souhaitiez ou pas mettre fin à la situation, ou prendre des mesures, il est important que vous connaissiez vos options et sachiez que vous pouvez obtenir de l’aide.
Pour obtenir de l’aide, vous devriez :

  • parler de votre situation à une personne en qui vous avez confiance
  • demander de l’aide aux autres si vous en avez besoin
  • demander de l’aide à la police si quelqu'un vous maltraite ou si vous ne vous sentez pas en sécurité
  • parler avec quelqu’un qui peut vous renseigner sur les ressources et les services offerts dans votre collectivité
  • vous informer sur les possibilités de prise en charge de vos besoins personnels et de votre sécurité financière
  • élaborer un plan d’urgence au cas où vous auriez à partir rapidement

Liste de contrôle en matière de sécurité

Vous devriez envisager de préparer une trousse d’urgence qui comprendrait :

  • les numéros de téléphone d’urgence, écrits et conservés dans un endroit sûr
  • une réserve d’argent (pour payer un taxi, un hôtel, un téléphone public, etc.)
  • des vêtements de rechange
  • une liste de médicaments, le nom et le numéro de téléphone de votre pharmacien, et des médicaments pour au moins trois jours
  • vos lunettes, prothèses auditives et autres accessoires fonctionnels tels que canne, déambulateur ou fauteuil roulant
  • un endroit sûr où aller en cas d’urgence (dans la maison et à l’extérieur)
  • un itinéraire pour vous échapper de la maison
  • les clefs de votre maison, de votre voiture et de votre coffre
  • des copies de documents importants tels que :
    • pièces d’identité (par ex., certificat de naissance)
    • certificat de mariage ou d’union de fait
    • avis d’imposition provenant de la dernière déclaration de revenus
    • carnets de chèques et cartes de crédit
    • bail, contrat de location ou acte de propriété
    • livret de banque et étATS récents
    • carte Santé
    • numéro d’assurance sociale
    • passeport
    • documents d’immigration

Lignes d’assistance téléphonique et ressources

En cas d’urgence, composez le 911 ou appelez les services de police, d’ambulance ou d’incendie locaux.

Police provinciale de l’Ontario
1 888 310-1122
ATS : 1 888 310-1133

Lignes de signalement

Soutien et services de renseignement

Avis et renseignements juridiques

Information et orientation

Stratégie ontarienne de prévention des mauvais traitements à l’égard des personnes âgées

L’Ontario a été la première province au Canada à adopter une stratégie visant à prévenir les mauvais traitements à l’égard des personnes âgées. Elle comporte les trois grandes priorités suivantes :

  • Coordination des services communautaires
  • Formation des fournisseurs de services
  • Sensibilisation du public

Le Ministère des Affaires des personnes âgées dirige la mise en œuvre de la Stratégie ontarienne de prévention des mauvais traitements à l’égard des personnes âgées en partenariat avec Prévention de la maltraitance envers les aînés Ontario, organisme sans but lucratif qui se consacre à la prévention de la maltraitance et de la négligence des personnes âgées.

Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées

Le 15 juin est la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées.

Prévention de la maltraitance envers les aînés Ontario offre des ressources pour vous aider à planifier une activité dans votre collectivité afin de sensibiliser le public.

Mis à jour : 10 août 2021
Date de publication : 31 janvier 2017