Renseignements généraux et dangers

Par « cochon sauvage », on entend tout cochon à l’extérieur d’une clôture qui n’est pas sous le contrôle physique d’une personne. Ceci inclut les cochons errants qui sont :

  • des cochons domestiqués (par exemple, les cochons ventrus et autres variétés d’exploitation agricole, y compris les espèces patrimoniales)  
  • des sangliers eurasiens 
  • des hybrides de cochon domestiqués d’exploitation agricole et de sanglier eurasien.

Le cochon sauvage, y compris le sanglier eurasien, n’est pas une espèce indigène de l’Ontario et il peut avoir des effets négatifs sur les animaux et les écosystèmes indigènes de la province. Son potentiel de reproduction est élevé, ce qui signifie qu’ile peut augmenter et se répandre rapidement, donc un facteur aggravant. Parmi ses effets sur l’environnement naturel, on compte ce qui suit :

  • prédation des plantes et de la faune indigènes
  • il fait concurrence à la faune indigène pour la nourriture, l’eau et l’espace
  • il fouit (creuse) le sol avec ses défenses et son boutoir pour trouver des racines, des tubercules, des bulbes, des vers de terre, des insectes, des limaces et des escargots
  • son habitude de piétiner et de se vautrer dans la boue peut causer de l’érosion, affecter la qualité de l’eau et dégrader des environnements naturels
  • propagation de maladies aux espèces fauniques.

Le cochon sauvage présente aussi des risques importants pour l’industrie agricole. Il endommage les récoltes et les pâturages et propage des maladies au bétail, aux animaux familiers et aux humains. Une maladie notable, qui n’a pas été détectée en Amérique du Nord, est la peste porcine africaine.

Télécharger le feuillet de renseignement (PDF)

Signaler l’observation d’un cochon sauvage

Si vous voyez un cochon sauvage ou avez des renseignements au sujet de l’observation de cet animal (mort ou vivant), veuillez le signaler par l’un des moyens suivants :

Veuillez inclure le plus grand nombre possible des renseignements suivants :

  • la date et l’heure de l’observation
  • le lieu (intersection de routes, points de repère ou coordonnées de GPS)
  • photos ou vidéos
  • le nombre de cochons et la présence de petits
  • indiquez si le cochon vous semble :
    • un cochon de ferme ou familier
    • un cochon ventru
    • un sanglier eurasien
    • un hybride
  • indiquez s’il s’agit d’une observation isolée ou si l’animal ou les animaux a(ont) été vu(s) à plusieurs reprises.

Avis de collecte de renseignements

Le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario collecte des renseignements personnels en vertu de l’article 51 de la Loi sur les espèces envahissantes. Ces renseignements peuvent être utilisés par le personnel pour communiquer avec des personnes au sujet d’observations possibles et du lieu d’observation de cochons sauvages ou pour fournir aux personnes des renseignements à jour sur des observations ou les plans de gestion. Si vous avez des questions sur la collecte et l’utilisation de ces renseignements personnels, veuillez communiquer avec l’organisme suivant :

Direction des politiques relatives au poisson et à la faune
300 rue Water, 5e étage tour Nord
Peterborough, Ontario,
K9J 3C7
Tél. : 705 755-1940
Courriel : wildpigs@ontario.ca

Situation du cochon sauvage envahissant en Ontario

Lisez nos rapports annuels pour obtenir des renseignements sur les cochons sauvages envahissants qui ont été observés en Ontario :

Rapport annuel 2019-2020 (PDF)

Rapport annuel 2020-2021 (PDF)

Il n’y a pas à l’heure actuelle de preuve qu’il existe en Ontario des populations de cochons sauvages qui se reproduisent et vivent de manière autonome et nous devons faire en sorte que cela demeure ainsi.

Le moyen le moins coûteux et le plus efficace de gestion du cochon sauvage est d’agir tôt. L’Ontario agit de manière proactive pour faire face à ce sérieux danger. Nous collaborons avec des expert(e)s d’en dehors de la province ainsi qu’avec les agences et organismes pertinents afin de mettre en œuvre les mesures définies dans la Stratégie ontarienne de lutte contre les cochons sauvages envahissants (PDF).

Vidéo Demandez à un(e) expert(e)

Pour obtenir une transcription descriptive : Apprenez des expert(e)s comment nous affrontons les dangers que présente le cochon sauvage envahissant en Ontario et comment vous pouvez aider.

Nous continuons de recueillir et de surveiller les signalements d’observations de cochons sauvages envahissants qui nous sont envoyés par le public. Ces signalements nous aident à mieux connaître le nombre et l’emplacement des cochons sauvages dans la province.

Sur la base des observations que vous nous signalez, nous effectuons des recherches qui comprennent un suivi sur le terrain dans les régions où les signalements portent à croire qu’il est probable que des cochons sauvages y soient présents.

À ces endroits, le personnel du Ministère :

  • communique avec les résidents pour en apprendre le plus possible sur l’activité des cochons sauvages
  • installe des caméras de surveillance pour déterminer si des cochons sauvages sont toujours présents dans la région.

Le cas échéant, le personnel du Ministère peut piéger les cochons sauvages envahissants et les retirer de l’environnement.

Pour contribuer à cette importante recherche, continuez à signaler les observations de cochons sauvages à wildpigs@ontario.ca, au numéro 1 833 933-2355, ou à iNaturalist Ontario.

Télécharger le Stratégie ontarienne de lutte contre les cochons sauvages envahissants (PDF)

À quoi les cochons sauvages ressemblent-ils?

  • Nom scientifique : Sus scrofa
  • Continent d’origine : Eurasie et Afrique du Nord
  • Classification : Mammifère ongulé
  • Couleur et marquages typiques :
    • Adulte : noir, gris, brun, rouge, blanc (peut beaucoup varier)
    • Porcelet : peut être de couleur unie, rayé ou tacheté.
  • Cochons sauvages :
    • L’apparence du cochon sauvage peut varier considérablement entre celle d’un cochon familier et celle d’un sanglier eurasien. Les individus hybrides peuvent exhiber différentes couleurs, de très foncé à pâle, et peuvent être tachetés. Les cochons sauvages peuvent exhiber les caractéristiques suivantes mais elles peuvent varier considérablement :
      • long boutoir (museau)
      • grosses défenses
      • tête de forme un peu triangulaire
      • poils grossiers
      • longueur : 3,5-5 pi
      • hauteur : 2-3 pi
      • poids : 30-420 lb
Gros cochon sauvage envahissant (sanglier) avec défenses, marchant dans un champ.

Photo : DNMRNF.

Cochon sauvage (sanglier) dans une prairie de fauche – photo prise en Saskatchewan.

Photo : Ryan Brook.

Cochon sauvage envahissant (sanglier) en bordure d’un lac – photographie prise en Ontario.

Photo : DNMRNF.

Cochons sauvages envahissants avec caractéristiques typiques du cochon domestique :

Truie sauvage (sanglier) brunâtre et petit cochon sauvage noir (sanglier) se nourrissant dans un champ - photo prise en Saskatchewan.

Photo : Ryan Brook.

Cinq cochons sauvages (sangliers) de couleurs variées et aux caractéristiques de cochons d’élevage sur le bord d’une route – photo prise dans le Sud de l’Ontario.

Photo : Maureen Anderson.

Cochons sauvages envahissants avec caractéristiques typiques du cochon ventru :

Gros cochon sauvage ayant des caractéristiques du cochon vietnamien.

Photo : Rick Alexander.

Cochon vietnamien de taille moyenne, brun foncé, à taches, marchant au milieu d’une route – photo prise dans le Sud de l’Ontario.

Photo : Photo soumise.

Photo d'un cochon ventru noir féral dans un champ.

Photo : Debbie Ervine.

Propriété des cochons

Les risques que présente le cochon sauvage pour l’environnement naturel et l’industrie agricole de l’Ontario demeurent élevés. Pour faire face à ces risques et prévenir l’établissement du cochon sauvage envahissant en Ontario, des changements ont été faits à la Loi de 2015 sur les espèces envahissantes. À compter du 1er janvier 2022 :

  • les cochons en vie ne sont pas permis dans les parcs provinciaux et les réserves de conservation
  • il est illégal de libérer un cochon dans l’environnement naturel

Si un cochon s’échappe ou est libéré d’une autre façon, les propriétaires doivent :

Veuillez consulter le feuillet de renseignements du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales Gestion du bétail fugitif dans la collectivité pour obtenir de plus amples renseignements.

Le sanglier eurasien et ses hybrides joue un plus grand rôle dans l’établissement et la propagation du cochon sauvage que les espèces domestiquées (par exemple, les espèces de Sus scrofa domesticus). L’Ontario a adopté de nouvelles directives visant à éliminer progressivement le sanglier eurasien et ses hybrides de la province d’ici 2024. 

  • À compter du 1er janvier 2022, l’importation, la possession, le transport, la propagation, la location, l’échange, l’achat et la vente de sanglier eurasien et ses hybrides est interdite. 
  • Quiconque possède un sanglier eurasien ou ses hybrides le 1er janvier 2022 est admissible à une période d’exception de deux ans (1er janvier 2022 – 31 décembre 2023), à condition que le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts soit avisé d’ici le 1er mars 2022.
  • Les avis doivent être communiqués par courriel, wildpigs@ontario.caou par téléphone, 1 833 933-2355 et les renseignements suivants doivent être fournis :
    • nom du (de la) propriétaire
    • coordonnées
    • emplacement et nombre de sangliers eurasiens et hybrides.

Après la période d’exception de deux ans, l’interdiction s’appliquera à tou(te)s les Ontarien(ne)s.

Veuillez noter que les nouvelles directives concernant le sanglier eurasien et ses hybrides ne s’appliquent pas aux cochons domestiques (par exemple, Sus scrofa domesticus), y compris les espèces de cochon commerciales ou patrimoniales ainsi que les cochons ventrus.

Consultez le site Web du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales pour obtenir des conseils en ce qui concerne le clôturage d'élevage porcin en plein air.

Pour obtenir des conseils concernant la production porcine à petite échelle, consultez la page Small Scale Pig Production Manual (en anglais seulement) d’Ontario Pork.

Chasse et protection des biens

À compter du 1er janvier 2022, la chasse au cochon sauvage est illégale en Ontario.

Pour en apprendre davantage sur l’interdiction de la chasse au cochon sauvage en Ontario, consultez la Stratégie ontarienne de lutte contre les cochons sauvages envahissants (PDF) ainsi que la Loi de 2015 sur les espèces envahissantes.

Les propriétaires foncier(ères) ou les agents agissant en leur nom d’avoieront le droit de protéger leurs biens des dommages causés par les cochons sauvages, y compris pour le maintien de la biosûreté. Il faut prendre en considération que le cochon peut appartenir à quelqu’un qui le pourchasse. Pour en savoir plus sur ce à quoi il faut s’attendre de propriétaires d’animaux dans votre région rurale et comment rapporter des animaux de ferme échappés, consultez Gestion du bétail fugitif dans la collectivité sur le site Web du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales.

Une personne qui capture ou tue un cochon par mesure de protection des biens doit immédiatement aviser le Ministère par courriel, wildpigs@ontario.ca ou par téléphone, 1 833 933-2355 et fournir les renseignements pertinents (comme le lieu de capture ou d’abattage et le nombre d’animaux impliqués). Si vous abattez un cochon par mesure de protection des biens, vous devez vous assurer de ce qui suit :

  • le cochon est sauvage
  • vous vous conformez à toutes les lois fédérales, provinciales et municipales concernant l’accès à une propriété, les permis et le déchargement d’une arme à feu.