Partie 1 : Dispositions générales

Autorité

  • Ces règles sont établies par décret aux termes de l’article 5 de la Loi de 2002 sur l’examen des dépenses des ministres et des chefs d’un parti de l’opposition et l’obligation de rendre compte (la Loi), et elles entrent en vigueur le 1er janvier 2020.

Objet

Ces règles ont pour objet de :

  • Fournir un cadre de responsabilisation régissant le remboursement des dépenses engagées par les personnes désignées dans l’exercice de leurs fonctions et devoirs officiels, conformément aux articles 2 et 3 de la Loi.
  • Définir les normes et exigences relatives au remboursement de dépenses raisonnables et appropriées correspondant à des frais de déplacement, d’hôtel ou d’hébergement semblable, de repas ou de représentation.

Application

Ces règles s’appliquent aux personnes suivantes :

  • Les ministres, les adjoints parlementaires et les personnes employées dans leurs bureaux respectifs (appelés ministres et autres personnes).
  • Les chefs d’un parti de l’opposition et les personnes employées dans leurs bureaux respectifs (appelés chefs d’un parti de l’opposition et autres personnes).

Aux fins de ces règles, lorsque celles-ci s’appliquent à toute personne susmentionnée, l’expression « personne désignée » est employée.

Portée

  • Ces règles régissent le remboursement de dépenses raisonnables, légitimes et appropriées correspondant à des frais de déplacement, d’hôtel ou d’hébergement semblable, de repas ou de représentation, conformément aux articles 2 et 3 de la Loi.
  • Les dépenses de caucus et de circonscription engagées par les personnes désignées en leur qualité de député provincial ne sont pas remboursables aux termes de ces règles (voir le règlement établi par la Commission de régie interne, en vertu de la Loi sur l’Assemblée législative).
  • Les dépenses qui ne sont pas expressément mentionnées dans ces règles seront examinées afin d’en déterminer la pertinence en appliquant les principes directeurs ci-dessous.

 Principes directeurs

  • Les dépenses sont engagées dans l’exercice de fonctions et devoirs officiels.
  • Les personnes désignées sont tenues de rendre compte de leurs dépenses.
  • Les dépenses sont modestes, raisonnables et appropriées et elles concilient économie et proportionnalité dans les circonstances où elles sont engagées.
  • L’argent des contribuables est utilisé de manière prudente et responsable et en toute transparence vis-à-vis du public.

Partie 2 : Définitions

Aux fins de ces règles, les définitions suivantes s’appliquent.

« accueil » Fourniture à une personne extérieure de nourriture, de boissons (y compris d’alcool, dans certaines circonstances appropriées), d’hébergement, de transport et de commodités similaires, et ce sur des fonds publics.

« cadres supérieurs désignés » Les adjoints exécutifs ou chefs de cabinet désignés par les ministres et les chefs d’un parti de l’opposition dans leurs bureaux respectifs. Ces personnes exercent des responsabilités précises énoncées dans ces règles.

« chef d’un parti de l’opposition » Le chef d’un parti reconnu, au sens du paragraphe 62 (5) de la Loi sur l’Assemblée législative, à l’exclusion du premier ministre.

« fonctionnaire » :

  • Les personnes employées aux termes de l’article 32 de la Loi de 2006 sur la fonction publique de l’Ontario.
  • Le secrétaire du Conseil des ministres.
  • Les sous-ministres.
  • Les employés d’un organisme public.
  • Les personnes nommées à un organisme public par le lieutenant-gouverneur en conseil, le lieutenant-gouverneur ou un ministre.

« Fonctions et devoirs officiels » :

  • En ce qui concerne les ministres, toute activité ou responsabilité qui est raisonnablement liée au portefeuille d’un ministre et/ou d’un membre du Conseil exécutif.
  • En ce qui concerne les adjoints parlementaires, toute activité ou responsabilité qui est raisonnablement liée à la promotion du portefeuille d’un ministre ou au rôle d’adjoint parlementaire.
  • En ce qui concerne les chefs d’un parti de l’opposition, toute activité ou responsabilité qui est raisonnablement liée au rôle de chef d’un parti de l’opposition (se différenciant de celui d’un député).
  • En ce qui concerne les personnes employées dans le bureau des personnes nommées aux dispositions (i) à (iii), toute activité ou responsabilité découlant du fait d’agir sur les instructions d’un ministre ou d’un chef de parti de l’opposition ou en leur nom.

 « ministre » Membre du Conseil exécutif, y compris les ministres, les ministres associés et les ministres sans portefeuille.

« personnes désignées » Les ministres, les adjoints parlementaires et les personnes employées dans leurs bureaux respectifs; et les chefs d’un parti de l’opposition et les personnes employées dans leurs bureaux respectifs.

« personnes extérieures » Personnes qui ne sont pas :

  • Des personnes désignées.
  • Des fonctionnaires.
  • Des personnes employées d’une entité publique ou qui y sont nommées aux termes de la Loi de 2009 sur l’examen des dépenses dans le secteur public (LEDSP).

Partie 3 : Règles régissant les dépenses 

Dispositions générales

  • Les personnes désignées se verront rembourser les dépenses raisonnables, légitimes et appropriées correspondant à des frais de déplacement, d’hôtel ou d’hébergement similaire, de repas et de représentation, et engagées dans l’exercice de fonctions ou de devoirs officiels :
    • En travaillant aux heures normales des repas.
    • Dans le cadre de déplacements officiels à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ontario.
    • Aux fins de l’accueil d’une personne extérieure.
  • Les personnes désignées ne doivent pas demander à des fonctionnaires, à des employés d’entités publiques ou à des personnes nommées à ces entités aux termes de la LEDSP de payer les dépenses de personnes désignées ni les y autoriser.
  • Les dépenses suivantes des personnes désignées ne sont pas remboursées :
    • Repas pris à leur domicile ou compris dans les frais de transport, d’hébergement, de colloques ou de conférences.
    • Frais de stationnement encourus dans la zone du bureau dans le cadre des trajets professionnels réguliers.
    • Infractions routières et contraventions de stationnement.
    • Articles personnels (p. ex. brosse à dents).
    • Suites d’hôtel à un étage de luxe ou à l’étage de la conciergerie lors de déplacements.
    • Consommations de minibar, location de vidéos, films à la carte et tout autre article ou événement non associé à l’exercice de fonctions ou de devoirs officiels.
    • Achat de boissons alcoolisées pendant des repas de travail.
    • Achat de boissons alcoolisées lors de rencontres ou d’événements où on ne sert que de l’alcool.

Déplacements 

  • Les personnes désignées se verront rembourser les frais de transport engagés lors de déplacements effectués dans l’exercice de fonctions ou de devoirs officiels, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ontario, lorsque les dépenses correspondent au moyen de déplacement le plus pratique et le plus économique (air, rail ou route), compte tenu de la destination, de la date du déplacement et de tout autre facteur pertinent.
  • Les personnes désignées doivent, dans la mesure du possible et s’il y a lieu :
    • Recourir à d’autres solutions que les déplacements (p. ex. téléconférences et vidéoconférences).
    • Utiliser des fournisseurs de services désignés, y compris des agents de voyages et des loueurs de véhicules, le répertoire des établissements d'hébergement et les services chargés du parc automobile.
    • Adapter les itinéraires des déplacements de manière à obtenir des fournisseurs de services les tarifs les plus économiques.

Déplacements aériens

  • Les personnes désignées se déplacent en avion s’il s’agit du moyen de déplacement le plus pratique et le plus économique.
  • Les personnes désignées doivent choisir le tarif disponible le plus bas possible.
  • Les voyages en classe affaires doivent être préalablement autorisés par le cadre supérieur désigné compétent avec une note explicative documentée et ils peuvent être envisagés dans les circonstances suivantes :
    • Pour les vols internationaux;
    • Pour les vols effectués au Canada et vers les États-Unis d’Amérique tels qu’indiqués dans une note explicative documentée, pour autant qu’ils soient liés à un hébergement raisonnable ou à des objectifs commerciaux légitimes.

Déplacements ferroviaires

  • Les personnes désignées se déplacent en train s’il s’agit du moyen de déplacement le plus pratique et le plus économique.
  • Les personnes désignées doivent choisir le tarif disponible le plus bas possible.
  • Les voyages en classe affaires ne sont permis, avec l’approbation préalable du cadre supérieur désigné, que dans certaines circonstances :
    • Lorsqu’il est nécessaire de travailler en équipe (p. ex. trois personnes ou plus).
    • Pour des raisons de santé et de sécurité.

Transports routiers

  • Si les transports routiers constituent le moyen de déplacement le plus pratique et le plus économique, les options sont les suivantes :
    • Véhicule du gouvernement / véhicule du chef de parti.
    • Voiture de location.
    • Véhicule personnel, si cela est plus économique qu’une voiture de location.

Véhicule du gouvernement / véhicule du chef de parti 

  • L’utilisation d’un véhicule du gouvernement, du véhicule du chef de parti ou d’un véhicule de location est envisagée lorsque la distance à parcourir chaque jour est importante. 

  • Si aucun véhicule du gouvernement n’est disponible, les personnes désignées doivent comparer le coût de location d’une voiture et d’utilisation d’un véhicule personnel, et choisir l’option la plus économique.

Voiture de location 

  • Les personnes désignées doivent utiliser le véhicule le plus approprié en tenant compte du nombre d’occupants, de l’objectif professionnel, des aménagements nécessaires, du lieu et de la sécurité (y compris les conditions météorologiques). Le modèle le moins cher est la norme. Toute exception doit être documentée.
  • Les ministres et autres personnes doivent s’identifier en tant que fonctionnaires pour bénéficier de tarifs réduits. 
  • En cas de location de voiture :
    • Les personnes désignées qui disposent d’une carte de voyage ministériel doivent l’utiliser pour louer un véhicule et refuser de souscrire l’assurance-collision proposée par l’agence de location, car la carte de voyage ministériel en prévoit déjà une.
    • Lorsqu’une personne désignée ne dispose pas d’une carte de voyage ministériel ou loue un véhicule qui n’est pas couvert par la police d’assurance de la carte, elle doit souscrire l’assurance-collision proposée par l’agence de location.
    • Les ministres et autres personnes doivent nommer Sa Majesté la Reine du chef de l'Ontario comme étant le locataire et ajouter le nom du ministère pour faire en sorte que le gouvernement fournisse une assurance-responsabilité en cas de location de véhicule en Ontario pour le compte du gouvernement.
  • Les personnes désignées doivent saisir les occasions de faire des économies, dans la mesure du possible (p. ex. faire le plein de la voiture de location avant de la rendre).
  • Le service de covoiturage doit être envisagé si le trajet à parcourir est bref et si le service existe.

 Véhicule personnel

  • En cas d’utilisation d’un véhicule personnel :
    • Les personnes désignées se verront rembourser aux taux de remboursement par kilomètre mentionnés en annexe.
    • Le Ministère et l’Assemblée législative n’assumeront aucune responsabilité financière par rapport au véhicule.
    • Aux termes de la loi, le véhicule doit être couvert par une assurance responsabilité civile souscrite aux frais du propriétaire.
    • Il incombe au conducteur et/ou au propriétaire de veiller à ce que la police d’assurance du véhicule en couvre l’utilisation prévue (p. ex. à ce qu’elle en couvre l’utilisation à des fins professionnelles).
    • Il n’incombe ni au gouvernement ni à l’Assemblée législative de rembourser les franchises prévues par la police d’assurance, et ils ne remboursent pas le montant de la prime d’assurance couvrant l’utilisation à des fins professionnelles, les dommages matériels ou la responsabilité civile.
    • En cas d’accident, les personnes désignées ne peuvent pas demander d’indemnisation au gouvernement ou à l’Assemblée pour des dommages en résultant.

Stationnement et péages

  • En cas de déplacement en voiture en mission officielle, les dépenses nécessaires et raisonnables engagées pour le stationnement, le péage de ponts, de traversiers et d’autoroutes sont remboursées. Les dépenses de service de voiturier ne sont pas remboursées.

Transports publics taxis et services de voitures de tourisme avec chauffeur

  • Les transports publics locaux, dont les navettes hôtel-aéroport, devraient être utilisés chaque fois que possible et pratique. Si un abonnement de transport en commun peut être acheté et si ce moyen de transport est approprié, les individus devraient en acheter un pour l’utiliser dans l’exercice de leurs fonctions.
  • Les taxis et services de voitures de tourisme avec chauffeur sont autorisés lorsqu’il s’agit du moyen de transport le plus économique et/ou le plus pratique. Ils ne doivent pas être utilisés pour se rendre au travail ou rentrer chez soi, sauf dans des circonstances exceptionnelles, par exemple :
    • Lorsque les conditions météorologiques ou des questions de santé ou de sécurité en font l’option la plus appropriée.
    • Lorsqu’il est nécessaire de transporter des bagages ou des colis pour le travail.
  • Les services de voitures de tourisme avec chauffeur ne peuvent être utilisés et remboursés que si les conditions suivantes sont réunies :
    • ils sont utilisés dans une municipalité où ces services sont réglementés et correctement assurés;
    • un service normal (c’est-à-dire, un service qui ne soit pas un service majoré ou individuel) est utilisé
  • Les personnes désignées devraient utiliser une carte de déplacement d’entreprise, si une telle carte leur a été remise, pour payer les frais de services de voitures de tourisme avec chauffeur.
  • Les pourboires laissés aux chauffeurs de taxi et de voitures de tourisme avec chauffeur doivent être raisonnables.

Hébergement

  • Dans le cadre de l’exercice normal des activités, les personnes désignées ne peuvent pas se faire rembourser une nuitée dans la zone du bureau.  
  • Des exceptions sont prises en considération dans les situations d’urgence ou dans les situations exceptionnelles, comme lorsqu’il est nécessaire de rester à proximité du bureau pendant de longues périodes dépassant les heures de travail normales.
  • Le remboursement portera sur un hébergement simple en chambre standard.
  • Le répertoire fédéral des établissements d’hébergement en ligne doit servir de ligne directrice et un tarif gouvernemental doit être demandé, dans la mesure du possible.
  • Un hébergement hors du centre-ville devrait être envisagé s’il est plus économique et facilement accessible par les transports en commun et d’autres modes de transport économiques.
  • Les pénalités encourues en cas de non-annulation de réservations d’hôtel garanties ne sont remboursées que dans des circonstances exceptionnelles.
  • Les séjours privés, y compris tout repas, chez des amis ou des membres de la famille, en remplacement d'un hébergement commercial, sont autorisés et un paiement au comptant ou un cadeau d’un montant maximal de 30 $ par nuit peut être remis aux amis ou aux membres de la famille qui accueillent.
  • Si une demande de remboursement est présentée pour un séjour privé, une explication documentée décrivant l’objet du déplacement, l’hôte et le nombre de jours passés chez lui doit être remise, au lieu d’un reçu. 

  Dépenses accessoires liées aux déplacements

  • En cas de déplacement de cinq jours consécutifs ou plus dans l’exercice de leurs fonctions, les personnes désignées peuvent se faire rembourser les frais de blanchisserie et de nettoyage à sec, dans des limites raisonnables.
  • En cas de déplacement dans l’exercice de leurs fonctions à l’extérieur du Canada, les personnes désignées peuvent se faire rembourser :
    • L’assurance médicale à l’étranger.
    • Les frais de visa.
    • Le coût des vaccins et des médicaments, si nécessaire, pour les déplacements internationaux.
  • Des reçus détaillés sont nécessaires.

Repas

  • Les personnes désignées se verront rembourser les dépenses de repas raisonnables et appropriées qui sont engagées pendant des déplacements dans l’exercice de fonctions ou devoirs officiels, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ontario.
  • Il existe deux types de dépenses de repas autorisées – celles engagées au cours de déplacements en dehors de la zone du bureau (à au moins 24 km de distance) et celles engagées pendant les heures normales de repas dans la zone du bureau. Ce sont des repas achetés par la personne désignée.
  • En général, les repas de travail pris dans la zone du bureau ne devraient pas être pris au restaurant. Ces repas devraient être fournis sur place (par un traiteur).
  • Pour ce qui est des repas pris en dehors du lieu de travail, les personnes désignées se verront rembourser aux tarifs de l’indemnité de repas établis dans l’annexe, quel que soit le coût réel du repas (p. ex. par une indemnité de repas). L’indemnité de repas peut être inférieure ou supérieure au coût du repas. Le taux de l’indemnité de repas est versé sans égard au coût réel du repas. Les taxes et les pourboires sont compris dans les taux d’indemnité de repas. Il n’est pas nécessaire de présenter les tickets avec les demandes de remboursement des repas ni de les conserver.
  • Dans des circonstances très limitées et exceptionnelles (p. ex. des raisons de santé ou la rareté des offres disponibles), quand le prix d’un repas dépasse le taux d’indemnité établi, il est possible de se faire rembourser le coût réel. Dans ces cas, la demande de remboursement doit être accompagnée du reçu détaillé et d’une explication documentée sur la raison du dépassement.
  • Les dépenses correspondant à des boissons alcoolisées consommées pendant des repas de travail ne peuvent faire l’objet d’une demande de remboursement et ne sont pas remboursées.
  • Les repas doivent être achetés pour pouvoir présenter une demande de remboursement. Les taux fédéraux d’indemnité de repas sont utilisés pour les repas pris hors du Canada. Les taux sont indiqués dans les appendices de la Directive sur les voyages du Conseil national mixte ou de celle qui lui a succédé (appendice C – États-Unis; appendice D – Voyages internationaux (hors du Canada ou des États-Unis). Veuillez noter que les montants accessoires prévus dans les appendices ne s’appliquent pas.

 Accueil d’une personne extérieure

  • En qualité de représentants du gouvernement ou de l’opposition, les personnes désignées doivent parfois faire preuve d’hospitalité à l’endroit de parties externes dans l’exercice de leurs fonctions ou devoirs officiels.
  • L’activité d’accueil offerte par les ministres et autres personnes est appropriée lorsqu’il s’agit de :
    • Déplacements en mission officielle.
    • La participation de représentants d’autres gouvernements, du secteur public en général, de l’industrie, de groupes d’intérêt public ou de syndicats à des discussions sur des questions officielles.
    • L’accueil de personnes venant d’organisations nationales ou internationales et d’organismes caritatifs organisé pour leur faire connaître et apprécier l’Ontario ou des réalisations de son gouvernement.
    • La commandite de conférences officielles de représentants d’autres gouvernements, des milieux d’affaires ou des syndicats.
    • L’hommage rendu à d’éminents Ontariens en reconnaissance de services exceptionnels rendus dans la fonction publique.
    • L’organisation de cérémonies prestigieuses auxquelles assistent des chefs d’État ou de gouvernement, d’éminentes personnalités du secteur privé ou les deux.
  • L’activité d’accueil offerte par les chefs d’un parti de l’opposition et d’autres personnes est appropriée s’il s’agit de :
    • Déplacements en mission officielle.
    • La participation de représentants d’autres gouvernements, du secteur public en général, de l’industrie, de groupes d’intérêt public ou de syndicats à des discussions sur des questions officielles.
    • L’accueil de personnes venant d’organisations nationales ou internationales et d’organismes caritatifs organisé pour leur faire connaître et apprécier l’Ontario ou des réalisations de son gouvernement.
  • Les dépenses raisonnables et appropriées peuvent être remboursées.
  • Les activités d’accueil doivent être organisées de manière économique et uniforme. Les coûts devraient être atténués dans la mesure du possible en tenant compte du statut de l’invité, du nombre d’invités et des fins professionnelles visées.
  • Lors d’activités d’accueil, des boissons alcoolisées peuvent être offertes dans des certaines circonstances, le cas échéant, ou s’il est de coutume d’en offrir dans le cadre du protocole. Le coût des alcools ne doit pas dépasser celui de la nourriture. Dans la mesure du possible, la préférence doit aller à des vins, bières et spiritueux produits en Ontario.
  • Les frais d’accueil d’un conjoint ou d’un compagnon peuvent être remboursés si la personne est officiellement invitée ou si le protocole exige sa présence.
  • Le nombre de personnes désignées et d’autres participants doit rester minimal et se limiter à celui nécessaire à la réception, indépendamment de ses commanditaires.
  • Les ministres et autres personnes doivent privilégier des locaux et ressources publics appropriés pour la réception, avant d’opter pour d’autres choix dans le secteur privé.

Partie 4 : Règles de procédure

  • Les personnes désignées doivent présenter toutes leurs demandes de remboursement :
    • Avec des données précises et détaillées sur la nature de la dépense et les circonstances dans lesquelles elle a été engagée. 
    • Avec des reçus détaillés, sauf pour les dépenses de repas couvertes par des indemnités de repas; un reçu de carte de crédit n’est pas suffisant. Les reçus peuvent être sur papier, électroniques ou scannés.
    • Avant la fin du trimestre suivant le trimestre au cours duquel la dépense a été engagée.
  • Les personnes désignées doivent utiliser, dans la mesure du possible, une carte de crédit professionnelle, s’il leur en a été délivré une, pour les dépenses engagées dans l’exercice de fonctions ou de devoirs officiels. La carte de crédit professionnelle est réservée aux seules dépenses professionnelles et ne doit pas être utilisée pour des dépenses personnelles.
  • Les dépenses engagées et dont le remboursement est demandé au nom d’une autre personne désignée doivent être « attribuées » à la personne désignée aux fins de l’affichage public des renseignements relatifs aux dépenses. Autrement dit, si une personne paie le déjeuner d’un collègue, la demande de remboursement doit comprendre le nom du collègue et le montant de l’indemnité de repas pour ce déjeuner. Le coût du déjeuner de chaque personne est indiqué sous son nom sur le site de divulgation publique. La personne qui a engagé cette dépense et en demande le remboursement obtiendra le remboursement du montant total de tous les repas selon le montant de l’indemnité de repas si la dépense est admissible (voir l’annexe 1). Les dépenses pour des repas de groupe peuvent être remboursées à hauteur du total de tous les repas, au taux de l’indemnité allouée à chaque repas. Pour ces repas en groupe, il n’est pas nécessaire de présenter ou de conserver les reçus.
  • Les personnes désignées doivent :
    • Conserver deux copies de toutes les demandes de remboursement présentées, avec les documents justificatifs, ainsi que la trace des articles et montants remboursés.
    • Fournir une copie de la demande de remboursement au ministre responsable de l’application de la Loi, ou au président de l’Assemblée législative, au besoin.
    • Garder une copie de la demande de remboursement dans leurs bureaux respectifs aux fins de vérification ou d’autres fins légitimes, au besoin. 
  • Les copies peuvent être en version électronique ou sur papier.

 Partie 5 : Conservation des dossiers

  • Les demandes de remboursement et les documents justificatifs doivent être conservés conformément à l’annexe applicable sur la conservation des dossiers.  
  • Pour en savoir plus sur la conservation des dossiers, les cadres supérieurs désignés dans les bureaux des ministres ou des assistants parlementaires doivent consulter le directeur général de l’administration du ministère, et les cadres supérieurs désignés dans les bureaux des chefs d’un parti de l’opposition doivent consulter leur homologue dans les bureaux législatifs.

Partie 6 : Rôles et responsabilités

  • Les ministres peuvent déléguer des pouvoirs en ce qui concerne les responsabilités suivantes à un cadre supérieur désigné, soit à leur chef de cabinet : 
    • Approuver les demandes de remboursement de toutes les personnes désignées employées dans le bureau.
    • S’assurer que les personnes désignées dans le bureau sont informées de ces règles et qu’elles s’y conforment.
    • Veiller à ce que des copies des demandes de remboursement et des documents justificatifs soient classées et à ce que des copies soient conservées, conformément à ces règles et à toute procédure établie en appui à ces règles.
  •  Les ministres ont les responsabilités suivantes :
    • Approuver les demandes de remboursement du cadre supérieur désigné, lorsqu’une responsabilité a été déléguée.
    • Approuver les demandes de remboursement des personnes désignées employées dans le bureau, lorsqu’une responsabilité n’a pas été déléguée.
    • Veiller au respect général de ces règles.
  • Les chefs d’un parti de l’opposition peuvent déléguer des pouvoirs en ce qui concerne les responsabilités suivantes à un cadre supérieur désigné de leur bureau :
    • Approuver les demandes de remboursement de toutes les personnes désignées employées dans le bureau.
    • S’assurer que les personnes désignées dans le bureau sont informées de ces règles et qu’elles s’y conforment.
    • Veiller à ce que des copies des demandes de remboursement et des documents justificatifs soient classées et à ce que des copies soient conservées, conformément à ces règles et à toute procédure établie en appui à ces règles.
  • Les chefs d’un parti de l’opposition ont les responsabilités suivantes :
    • Approuver les demandes de remboursement du cadre supérieur désigné, lorsqu’une responsabilité a été déléguée.
    • Approuver les demandes de remboursement des personnes désignées employées dans le bureau, lorsqu’une responsabilité n’a pas été déléguée.
    • Veiller au respect général de ces règles. 
  • Les cadres supérieurs désignés (par un ministre ou le chef d’un parti de l’opposition) ont les responsabilités suivantes :
    • Approuver les demandes de remboursement de toutes les personnes désignées employées dans le bureau.
    • S’assurer que les personnes désignées dans le bureau sont informées de ces règles et qu’elles s’y conforment.
    • Veiller à ce que des copies des demandes de remboursement et des documents justificatifs soient classées et à ce que des copies soient conservées, conformément à ces règles et à toute procédure établie en appui à ces règles.

Annexe

  1. Taux de remboursement des repas

Type de repasTaux de remboursement des repas ($)
Petit-déjeuner

10,00 $

Déjeuner12,50 $
Souper22,50 $
  1. Taux de remboursement par kilomètre

Distance totale parcourue par année financière (km)Sud de l’Ontario ($ par km)Nord de l’Ontario ($ par km)
0 – 4 000 km0,400,41
4 001 – 10 700 km0,350,36
10 701 – 24 000 km0,290,30
Plus de 24 000 km0,240,25