Aperçu

  • Espèce envahissante – indigène en Europe.
  • Ce défoliateur européen se nourrit de diverses espèces d’arbres.
  • Sa présence a été signalée pour la première fois en Ontario en 1969; cependant, la défoliation ne s’est pas étendue avant 1981.
  • Des populations établies existent au sud d’une ligne qui relie Sault Ste. Marie Est, North Bay et Mattawa; une infestation distincte existe aussi dans New Liskeard.
  • La répartition en Ontario coïncide avec l’aire de répartition des chênes hôtes préférés de l’insecte; cependant, aucune population connue de spongieuse n’a atteint les parties nordiques de l’aire de répartition du chêne à gros fruits, au nord de New Liskeard dans la région Nord-Est et à l’ouest de Thunder Bay jusqu’à Lake of the Woods dans la région Nord-Ouest.

Une espèce est dite « envahissante » lorsqu’elle migre hors de son habitat naturel et menace notre environnement, notre économie ou notre société en perturbant les écosystèmes locaux.

Le terme « défoliateur » fait référence aux espèces qui mangent des feuilles.

Espèces hôtes

Les hôtes vont du chêne (Quercus), au bouleau (Betula) et au tremble (Populus) dans le Nord, en passant par divers arbres au bois dur comme l’érable à sucre (Acer saccharum) et le hêtre à grandes feuilles (Fagus grandifolia) et au bois tendre comme le pin blanc (Pinus strobus), le sapin baumier (Abies balsamea) et l’épinette du Colorado (Picea pungens) dans le Sud de l’Ontario.

Caractéristiques et cycle de vie

  • En hiver, pendant la ponte, on la trouve souvent sur l’écorce des arbres.
  • Au printemps, les œufs éclosent et les larves montent dans les arbres pour se nourrir des nouvelles feuilles.
  • Initialement, l’alimentation commence le jour, mais lorsque la spongieuse arrive à maturité, l’alimentation se produit surtout la nuit – souvent, cela peut retarder la détection des infestations.
  • Les larves matures ont 50 mm de longueur, elles sont foncées, poilues, avec une double rangée de cinq paires de taches bleues, suivie d’une double rangée de six paires de taches rouges, au bas du dos.
  • L’alimentation s’achève en juillet.
  • Les mâles sont de couleur brun pâle et ont un corps effilé, alors que les femelles sont blanches et ont un corps épais.

Deux chenilles foncées et poilues, avec des taches bleues à l’avant et des taches rouges à l’arrière, en train de manger une feuille.

Spongieuses adultes pondant des œufs

Symptômes et dommages

  • Une éclosion de spongieuse se produit tous les 7 à 10 ans.
  • Les larves mâchent et perforent les feuilles ou les dévorent en entier.
  • À la fin de juillet, on peut observer des masses d’œufs de la spongieuse sur les troncs et les branches des arbres contaminés.
  • Les arbustes et les plantes du sous-étage forestier sont aussi touchés à l'occasion.
  • Pendant les épidémies graves, les arbres et les arbustes sont complètement défoliés sur de grandes superficies; en dépit de la capacité des arbres de produire de nouvelles feuilles au cours de l’été, les dommages entraînent des pertes de végétation considérables.
  • La défoliation rend les arbres plus vulnérables aux attaques d’autres organismes nuisibles et à la sécheresse, en plus de détériorer les conditions de croissance.

Défoliation causée par la spongieuse

Mesures de contrôle

Vous pouvez appliquer une stratégie localisée pour gérer la population de spongieuse sur votre propriété. Les options de contrôle dépendent de l’étape de la vie de la spongieuse et de la période de l’année.

Découvrez comment protéger les arbres sur votre propriété.

Étapes de la vie et options de contrôle de la spongieuse

Image
Graphique du cycle de vie de la spongieuse et des options de contrôle (Le texte suit dans le tableau.)
Le timing Étape de la vie Options de contrôle
Août à mi-avril Des amas d’œufs Retirer les amas d'œufs et jeter
Mi-avril à mi-mai Chenille de stade précoce Appliquer un pesticide biologique
Mi-mai à juin Chenille de stade avancé Fixer des bandes de toile de jute et jeter les larves
Juin à mi-juillet Pupes Retirer à la main et jeter
Juillet à août Papillon adulte De courte durée; se concentrer sur d'autres étapes

Éléments régulateurs naturels

Les prédateurs naturels et les pathogènes contribuent principalement au déclin des populations de spongieuse en Amérique du Nord.

Virus de la polyédrose nucléaire (VPN)

  • Le VPN cause une infection virale qui tue les larves de spongieuse lorsqu’il se reproduit suffisamment au sein d’une population.
  • Il se propage rapidement d’une larve infectée à une larve non infectée, tuant ainsi ces larves.
  • La présence de larves suspendues dans un arbre dans une position de « V » à l’envers indique que le virus est actif au sein de la population.

Champignon Entomophaga maimaiga

  • Ce champignon est reconnu pour décimer les populations de spongieuse.
  • Un milieu frais et humide offre l’environnement idéal à sa prolifération.
  • La présence de larves d’aspect friable et desséché, suspendues à la verticale sur le tronc des arbres, indique que ce champignon est actif.

Prédateurs et parasites

  • Des oiseaux, des mammifères et d’autres insectes sont des prédateurs connus de la spongieuse.
  • Une espèce de guêpe, Ooencyrtus kuvanae, est un parasite connu des œufs de spongieuse et permet de réduire les populations.

Temps froid

  • Une longue période de froid intense (-20 degrés Celsius) parvient parfois à tuer les larves hibernantes dans les amas d’œufs exposés.

Réglementation et surveillance

  • La spongieuse est un organisme nuisible réglementé par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). L’ACIA voit à établir et à gérer les normes visant à empêcher l’introduction et la propagation d’organismes nuisibles au Canada.
  • Le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts surveille chaque année la santé des forêts. Il mène des levés sur le terrain et des levés aériens pour dresser une carte des principales perturbations sur le paysage et la santé des forêts. En cas d’éclosion de populations d’organismes nuisibles, le ministère est en mesure d’effectuer des levés précis pour prédire la défoliation dans les années à venir.

L’état de la spongieuse en 2021

Nous avons commencé à mener des levés aériens pour évaluer la santé des forêts au début du mois de juillet. Nous avons établi les lignes de vol en fonction des points suivants :

  • les signalements publics de zones potentiellement infestées
  • les données des levés de 2020
  • les zones ayant déjà été infestées

Après ces levés aériens, nous avons mené des levés de vérification sur le terrain. Nous avons notamment recueilli des spécimens de spongieuse afin de confirmer l’identification de l’espèce en laboratoire.

Zones défoliées par la spongieuse en 2021

La défoliation causée par la spongieuse a augmenté en Ontario, passant de 586 385 hectares en 2020 à près de 1,8 million d’hectares en 2021.

Cette superficie qui comprend aussi bien la défoliation légère que la défoliation modérée à grave a principalement été cartographiée dans le Sud, mais aussi dans le Nord vers Sault Ste. Marie, Sudbury, North Bay et Temiskaming Shores.

Tous les districts touchés ont signalé que la zone défoliée avait grandi depuis 2020. Consultez la page Bureaux régionaux et de district du ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts pour voir la carte de nos districts.

La défoliation causée par la spongieuse s’est avérée particulièrement grave dans les peuplements forestiers renfermant les espèces suivantes :

  • chêne
  • érable
  • peuplier
  • saule
  • autres feuillus

Dans certaines régions, la spongieuse a défolié des conifères, y compris le pin blanc et des espèces d’épinette.

Région du Sud

Dans la région du Sud, la majeure partie de la défoliation modérée à grave s’est produite dans les districts de l’est, y compris ceux de Peterborough, de Bancroft et de Kemptville.

C’est dans le district de Peterborough que l’on retrouve la plus grande superficie de défoliation de modérée à grave, avec 374 268 hectares en hausse par rapport à 159 578 hectares en 2020.

Cette zone concentrée de défoliation s’étend jusqu’au nord, vers le district de Pembroke, où de petites zones de défoliation ont été cartographiées.

Sud-ouest de l’Ontario

Dans le sud-ouest de l’Ontario, les zones de défoliation modérée à grave étaient plus fragmentées. La défoliation totalisait 119 586 et 113 877 hectares, respectivement, dans les districts d’Aylmer et de Guelph, marquant tous deux une hausse par rapport à 2020.

Nous avons également noté des zones accrues de défoliation dans les districts de Midhurst et d’Aurora (176 264 et 97 164 hectares, respectivement), qui s’étendaient jusqu’au district Parry Sound, où nous en avons cartographié 75 349 hectares.

Région du Nord-Est

Dans la région du Nord-Est, le district de Sudbury est celui où se trouve la plus grande zone de défoliation modérée à grave (68 874 hectares).

Dans les districts de North Bay et de Sault Ste. Marie, de petites zones de défoliation modérée à grave ont été enregistrées, mais dans l’un comme dans l’autre, la superficie totale était supérieure à celle de 2020.

Une petite zone de défoliation, totalisant 52 hectares, a été enregistrée dans le district de Kirkland Lake. Il s’agissait d’une hausse record pour cette zone.

Carte des zones défoliées par la spongieuse en 2021 en Ontario

Image
Carte partielle de l'Ontario montrant les zones où la spongieuse a défolié des arbres en 2021
Agrandir la carte

Prévision de défoliation : protocole de levé des masses d’œufs

Pour prédire la défoliation par la spongieuse, nous utilisons un protocole Modified Kaladar Plot (MKP, « tracé modifié de Kaladar ») à certains endroits de la zone défoliée. Ce protocole tient compte des facteurs suivants :

  • l’emplacement des amas d’œufs dans le peuplement
  • la proportion de nouveaux amas d’œufs par rapport aux anciens

Le nombre total d’amas d’œufs par hectare sert à prévoir la défoliation par la spongieuse pour l’année à venir :

  • on prévoit une défoliation grave (supérieure à 75 % du peuplement forestier) quand il y a plus de 6 175 amas d’œufs par hectare dans une zone;
  • on prévoit une défoliation modérée (de 40 % à 75 % du peuplement forestier) quand il y a entre 1 236 et 6 175 amas d’œufs par hectare dans une zone;
  • on prévoit une défoliation légère (de 1 % à 40 % du peuplement forestier) quand il y a entre 1 et 1 235 amas d’œufs par hectare dans une zone

Mener un levé des amas d’œufs

Pour mener vous-même un levé des amas d’œufs sur votre propriété, vous pouvez nous demander les protocoles Modified Kaladar Plot en nous écrivant à l’adresse info.mnrfscience@ontario.ca.

La carte illustrant la prévision de défoliation pour 2022 sera ajoutée au début de l’hiver.

Pour nous joindre

Pour lire le sommaire des rapports annuels, consultez la page État de santé des forêts.

Pour de plus amples renseignements, écrivez-nous au info.mnrfscience@ontario.ca.

Mis à jour : 12 octobre 2021
Date de publication : 07 juillet 2014