Surveillance de la vitalité forestière

Il est important de recueillir de l’information sur la vitalité de nos forêts, car cela contribue à :

  • planifier les activités liées à la gestion des forêts et des organismes nuisibles
  • concevoir des projets de recherche, des stratégies contre les espèces envahissantes, et des programmes de lutte contre les changements climatiques
  • évaluer la pérennité et la biodiversité des forêts

La surveillance de la vitalité forestière comprend :

  • la cartographie des régions pour documenter la superficie touchée et la gravité des dommages
  • la collecte d’échantillons d’insectes et de maladies pour suivre leurs traces, connaître leur importance, et tout changement survenant aux essences touchées
  • le constat des parasites propres aux forêts, en particulier les espèces envahissantes ou les parasites qui nuisent à la biodiversité
  • la réalisation ou l’aide apportée à des projets scientifiques en rapport avec la vitalité forestière
  • la collecte d’information sur des parcelles de longue durée afin d’évaluer la vitalité de l’écosystème forestier

Chaque rapport comprend :

  • un résumé de l’état de santé de la ou des forêts
  • la superficie touchée
  • des photos et des cartes
  • des descriptions des dommages provoqués par les parasites, maladies et événements météorologiques dans toute la province

Nous ajoutons parfois de l’information sur les tendances futures/perspectives concernant des parasites spécifiques comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette ou la livrée des forêts.

Résumés du rapport annuel sur l’état de santé des forêts

État de santé des forêts en 2020

En 2020, l’Ontario n’a pas eu beaucoup d’événements météorologiques notables qui fait l’incidence sur la santé des forêts. Mais l’hiver chaud et le printemps sec peuvent avoir influencé les populations d’insectes nuisibles, surtout dans le sud.

Principaux insectes nuisibles et zones où les feuilles et les aiguilles des arbres ont été consommées :

Nous continuons à surveiller la maladie corticale du hêtre, qui est une combinaison d’un insecte envahissant (cochenille du hêtre) et d’un champignon à tige envahissant. Nous avons enregistrér de nouveaux emplacements dans la région du sud.

En 2020, nous avons effectuér peu de détections de la maladie de la feuille du hêtre au-delà des emplacements confirmés au cours des années précédentes. À ce jour, nous avon seulement trouvé les symptômes de la maladie de la feuille du hêtre dans les districts d’Aylmer et de Guelph, et à un seul endroit dans le district d’Aurora. Les chercheurs s’efforcent de déterminer si le seul agent causal est un nématode ou s’il fait partie d’un ensemble de maladies.

De nouvelles occurrences de coléoptère envahissant de l’agrile du frêne ont été signalées dans le district de Parry Sound, qui se trouve dans la zone en quarantaine. Le longicorne asiatique a été déclaré éradiqué de la région de Toronto et Vaughan par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

En 2020, seuls les perturbations et insectes nuisibles principaux ont été surveillés en raison des limites de travail sur le terrain liées à COVID-19.

État de santé des forêts en 2019

En 2019, Ontario avait très peu d'événements météorologiques particulièrement mauvaises affectant l’état de santé des forêts.

Des feuilles ou aiguilles d’arbres ont été attaquées dans diverses régions :

Il est à noter que, pour une troisième année consécutive, l’aire où des trembles ont été attaqués par la tordeuse a diminué.

Les conditions étaient idéales pour la brûlure en bandes brunes des aiguilles : un printemps frais et humide ainsi qu’un été marqué par des températures chaudes, en début et en milieu de saison. Les dommages se sont étendus sur plus de 6 000 ha – une hausse record à l’échelle de la province – principalement dans le sud.

En 2019, la maladie foliaire du hêtre, que l’on croit désormais liée à un nématode, a été confirmée dans les districts d’Aurora et de Guelph. Des travaux ont donc été lancés pour surveiller et comprendre les répercussions de cette maladie sur des forêts déjà atteintes par la maladie corticale du hêtre.

La maladie corticale du hêtre, qui résulte de la combinaison d’un insecte envahissant (la cochenille du hêtre) et d’un champignon envahissant qui s’attaque aux tiges, a continué d’être surveillée à de nouveaux endroits dans la région du Sud.

On a observé l’agrile du frêne, une espèce envahissante, dans trois districts du Centre de l’Ontario. Aucun nouveau signalement du longicorne asiatique n’a été fait en 2019. Plusieurs autres insectes et maladies ont nui à des forêts partout dans la province, mais les dommages étaient localisés.

État de santé des forêts en 2018

En 2018, la principale difficulté météorologique ayant des répercussions sur la vitalité des forêts était l’été chaud et sec. Ces conditions ont débouché une sécheresse dans le sud de la province, les feux au centre et au Nord de l’Ontario, et les tempêtes qui ont mené à une croissance des arbres abattus par le vent.

Les régions où les feuilles ou les aiguilles des arbres ont été dévorées par : 

Pour la troisième année consécutive, la région où les feuilles ou les aiguilles des arbres ont été dévorées par la tordeuse du tremble a été documenté dans le Nord-Est, avec une légère diminution de la superficie touchée par rapport à 2017. Dans le Sud, les feuilles du cèdre ont été dévorées par la mineuse du bouleau, avec une augmentation de la région affecté en 2018.

Selon un sondage effectuée tous les deux ans, l’étendue nord du déclin et mortalité des arbres par l’agrile du frêne a été enregistrée pour 2018. Les pièges installés dans le Nord-Ouest pour détecter la propagation de l’agrile du frêne dans les environs de Thunder Bay n’a pas pris aucun coléoptère. Les pièges installés pour le dendroctone du pin ponderosa dans le Nord-Ouest et pour le scolyte des rameaux du noyer (un vecteur pour la maladie des milles chancres), dans le sud, sont également revenus vides. Plusieurs autres insectes et maladies ont affectées les forêts à travers la province, mais les dommages sont restés localisés.

La maladie des feuilles du hêtre, une maladie découverte pour la première fois dans le Sud-Ouest de l’Ontario en 2017, a augmenté en 2018 près de la ville d’Aylmer. Cette découverte a incité une collaboration avec des partenaires, y compris les États-Unis, à rechercher les causes de la maladie.

État de santé des forêts en 2017

En 2017, les principales difficultés météorologiques ayant eu des répercussions sur la vitalité des forêts ont été un printemps humide et froid et des précipitations supérieures à la moyenne dans la partie orientale de la province. Ces conditions ont débouché sur une croissance des maladies touchant les feuilles et les aiguilles. Les régions où les feuilles ou les aiguilles des arbres ont été dévorées par la livrée des forêts, par la tordeuse des bourgeons de l’épinette ou par la tordeuse de pin gris ont été, pour ces trois ravageurs, plus nombreuses par rapport à l’année précédente. Les régions ayant souffert de la livrée des forêts ont été moins nombreuses dans le Nord-Ouest, mais plus nombreuses dans le Nord-Est et le Sud.

La Province s’est associée au Service canadien des forêts pour faire des essais en matière de lutte biologique contre l’agrile du frêne invasif. Plusieurs autres insectes ont nui aux forêts un peu partout dans la province, mais les dommages sont restés minimes et localisés.

Des conditions humides et fraîches ont été à l’origine d’un accroissement des régions touchées par les maladies dommageables pour les feuilles, en particulier dans le Sud. La maladie corticale du hêtre a continué à se propager dans le sud de l’Ontario et le personnel de surveillance a commencé à installer des pièges pour surveiller les nitidules susceptibles de transporter le pathogène responsable de la flétrissure du chêne, une maladie invasive.

État de santé des forêts en 2016

En 2016, les principales difficultés météorologiques ayant des répercussions sur la vitalité des forêts ont été le chablis, la pluie verglaçante et la sécheresse. Le nombre de régions où les feuilles/aiguilles des arbres ont été dévorées par la livrée des forêts a augmenté, tandis que le nombre des régions ayant perdu des feuilles à cause de la tordeuse des bourgeons de l’épinette et de la tordeuse de pin gris a diminué.

Dans le Nord-Ouest de l’Ontario, les dégâts provoqués par le longicorne noir ont augmenté dans les régions endommagées par la neige en 2012. Plusieurs autres insectes ont nui aux forêts de toute la province, mais les dommages ont été minimes et localisés.

En raison des conditions chaudes et sèches, une plus petite superficie a été touchée par des maladies dommageables pour les feuilles, en particulier dans le Sud. L’agrile du frêne a continué à se répandre et a été trouvé dans le Nord-Ouest de l’Ontario, pour la première fois à Thunder Bay.

Rapports antérieurs

Veuillez communiquer avec nous pour obtenir des rapports antérieurs ou si vous avez besoin de formats accessibles ou d’aide à la communication.

Mis à jour : 09 août 2021
Date de publication : 11 août 2017