Tendances de la population d’espèces d’eaux froides et état de la pêche (programme d’ECP)

Il n’existe pas de populations connues d’espèces de truites ou de saumons autonomes et se reproduisant naturellement, à l’exception du touladi, dans la ZGP 18. C’est pourquoi toutes les pêches aux autres espèces d’eaux froides dans la zone sont gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise (ECP) depuis plusieurs décennies – voir la section sur la surveillance et l’évaluation des pêches.

Les pêches gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise (ECP) dans la ZGP 18 fournissent une gamme de possibilités de pêche sportive. Très peu d’évaluations formelles sur les efforts de pêche à la ligne, les récoltes et les taux de survie et de croissance des poissons ont été entreprises dans la plupart des plans d’eau visés par le programme d’ECP. Un certain nombre (n=11) de populations ECP d’espèces d’eaux froides ont fait l’objet de sondages entre 2003 et 2009 en se servant de divers index de prise au filet mais l’information recueillie était insuffisante aux fins de leur gestion. Toutefois, des index de prise au filet modifiés utilisés récemment (2013-2015) ont fourni des renseignements utiles pour formuler une stratégie de gestion pour certaines de ces espèces.

Au cours des deux derniers siècles, une perte d’habitat, la pollution et l’altération du régime d’écoulement naturel causées par les barrages, la construction de canaux et diverses utilisations des terres ont eu des répercussions catastrophiques sur les éléments biotiques et abiotiques des cours d’eau (Reid, 2001) et d’autres plans d’eau froide. Plusieurs des facteurs de stress affectant ces plans d’eau sont directement liés à la croissance continue des populations humaines. Certains ruisseaux d’eau froide traversent des centres urbains (comme Stittsville et Greely – Ottawa), de nombreuses collectivités plus petites ou des paysages qui ont été très modifiés. Les tronçons de cours d’eau qui traversent ces zones aménagées sont beaucoup plus dégradés et on s’attend à ce qu’ils soient encore plus affectés avec les populations humaines qui continuent d’augmenter.

En résumé, les populations d’espèces d’eaux froides gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise (ECP) dans la ZGP 18 ont besoin d’être évaluées davantage pour déterminer les pressions que subissent leurs pêches, le taux de succès des pêcheurs à la ligne ainsi que les taux de survie et de croissance et l’abondance des poissons d’ensemencement en général dans la plupart des populations. La gestion des pêches du programme d’ECP devrait continuer à mettre l’accent sur la prestation d’opportunités variées de pêche à la ligne additionnelles.

Tendances de la population de grands corégones et état de la pêche

Les populations de grands corégones dans la ZGP 18 ont fait l’objet de relevés entre 1996 et 2009 à l’aide de décomptes automnaux de prises de dorés jaunes au filet (DAPDJF) et de l’index printanier des poissons du littoral pris au filet (IPPLF). Douze relevés ont permis de capturer de grands corégones dans neuf lacs. De plus, une surveillance à grande échelle (SGÉ) a été réalisée dans cinq lacs de la ZGP 18 entre 2008 et 2010.

L’abondance de grands corégones est affectée par la récolte et par la qualité de son habitat; on estime cette abondance avec le nombre moyen de grands corégones pris dans un filet (capture par unité d’effort). Le taux de capture des grands corégones n’a pas varié beaucoup dans toute la ZGP 18. Le taux de capture moyen était identique pour chaque type de sondage (y compris 5 relevés de surveillance à grande échelle), c’est-à-dire 0,3 grand corégone/filet dans la ZGP 18. Un plus grand nombre de classes d’âges et de poissons d’un âge maximal élevé indique un recrutement et une survie des poissons adultes réussis. Les données d’évaluation, bien que limitées, montrent que plusieurs grands corégones atteignent l’âge maximal de 40 ans (données pour la ZGP 18), ce qui suggère un taux de survie élevé. Vingt-cinq pour cent de la population était âgée d’au moins 20 ans.

En résumé, les populations de grands corégones dans la ZGP 18 ont besoin d’être évaluées davantage pour déterminer l’état général des populations et les pêches qu’elles soutiennent, bien que les données limitées qui sont présentement disponibles suggèrent que la plupart des populations comprennent une proportion élevée de poissons ayant atteint ou presque, ou même dépassé, l’âge de maturité. La gestion de cette espèce devrait viser à bien déterminer l’état de ses populations et les pêches qu’elles soutiennent.

Gestion des espèces d’eaux froides dans la ZGP 18

Le manque de données d’évaluation pour les espèces d’eaux froides dans la ZGP 18, spécialement compte tenu de la quantité de ressources qui sont investies pour maintenir les pêches gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise (ECP), a été reconnu comme une question préoccupante et une priorité élevée dans le plan de gestion des pêches. Le MRNF et le conseil consultatif ont identifié un certain nombre de défis concernant la gestion des populations d’espèces d’eaux froides dans la ZGP 18.

Défis posés par la gestion :

  • dégradation ou destruction de l’habitat causée par l’aménagement riverain; niveau accru d’éléments nutritifs provenant de systèmes septiques défectueux ou de l’érosion des rives; changement climatique causant une hausse du régime thermique
  • l’introduction de poissons dans certaines communautés halieutiques simples crée de la concurrence pour les ressources limitées
  • absence de protocoles standardisés efficaces pour évaluer certaines des pêches d’espèces d’eaux froides (plus petites, lacustres et riveraines) gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise (ECP)
  • possibilité de récolte excessive et d’un taux de mortalité naturelle élevée des poissons d’eaux froides gérés à l’aide du programme d’ECP

Le MRNF, avec l’aide du conseil consultatif, a élaboré des objectifs et des stratégies pour traiter les défis posés et aider à atteindre le but de gestion suivant concernant les espèces d’eaux froides.

But :

Maintenir, et si possible, améliorer l’état des populations de poissons d’eaux froides au moyen du programme d’ensemencement-croissance-prise qui permettra d’offrir diverses possibilités de pêche à la ligne.

Objectif 1 :

Maintenir ou accroître l’abondance des poissons d’eaux froides et la quantité de populations viables (grand corégone).

Le MRNF et le conseil consultatif reconnaissent tous les deux que l’évaluation et la surveillance des populations d’espèces d’eaux froides dans la ZGP 18 constituent une priorité, compte tenu du niveau de ressources investies dans ce type de pêche. L’information disponible sur les cours d’eaux froides de la zone n’est plus à jour et comprend bien des lacunes. Plusieurs organismes ont des bases de données sur les cours d’eau qui faciliteraient la prise de décisions liées à la gestion des pêches. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de mécanisme ou de processus bien établi pour partager l’expertise et l’information entre les organismes. Les bases de données ne sont pas exhaustives; elles ont une portée limitée et les données ne sont pas facilement accessibles par tous les partenaires qui en ont besoin.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • surveiller les populations de poissons d’eaux froides pour évaluer la croissance et la survie des poissons d’ensemencement et favoriser le partage de l’information entre les organismes
  • surveiller les populations de grands corégones pour évaluer l’état de cette pêche
  • fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur)

Objectif 2 :

Maintenir les possibilités de pêcher à la ligne les poissons d’eaux froides.

Les activités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) se font seulement dans les étendues d’eau où l’on ne compte pas sur la reproduction naturelle. Ces activités fournissent d’autres possibilités de pêche à la ligne dans les plans d’eau où il n’y a pas ou très peu de populations se reproduisant naturellement. Elles sont également utilisées comme un outil de gestion pour transférer les pressions exercées sur les pêches de lacs plus stressés.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • déterminer si la qualité de l’eau et des variables de l’habitat suffisent pour fournir des possibilités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) dans des lacs d’espèces d’eaux froides
  • maintenir les pêches d’espèces d’eaux froides qui sont présentement visées par des activités d’ensemencement-croissance-prise lorsque ces mesures sont efficaces et étudier des options pour en créer de nouvelles
  • privilégier et, lorsque cela est approprié, réhabiliter l’habitat des espèces d’eaux froides (compte tenu des possibilités limitées)
  • maintenir la saison de pêche actuelle (ouverte toute l’année)

Objectif 3 :

Accroître la qualité (poissons de plus grande taille) de la pêche à la ligne des espèces d’eaux froides.

Il y a présentement peu de données disponibles sur les pêches dans les lacs, rivières et ruisseaux d’eaux froides de la ZGP 18. Une meilleure compréhension de l’utilisation des ressources favoriserait une gestion plus efficace à long terme de ces ressources. Des évaluations additionnelles des pêches gérées à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise aideront à déterminer si ces pêches satisfont les objectifs de gestion ou si ceux-ci doivent être améliorés.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • voir les stratégies de l’objectif 1 – surveiller les populations de poissons d’eaux froides
  • examiner les mesures de gestion (limites de prise, limites de taille) pour accroître la qualité (poissons de plus grande taille) de la pêche à la ligne des espèces d’eaux froides

Objectif 4 :

Maintenir un habitat adéquat dans les eaux froides pour les pêches établies par le programme d’ensemencement-croissance-prise.

Les pêches aux espèces d’eaux froides sont vulnérables à un grand nombre de facteurs de stress dans le Sud de l’Ontario. La destruction et la modification de l’habitat causées par la prépondérance d’altérations et d’aménagements riverains, la contamination industrielle et agricole, l’augmentation des niveaux d’éléments nutritifs provenant de systèmes septiques défectueux ou d’érosion du rivage ainsi que le changement climatique influent tous négativement sur la qualité de l’habitat des espèces d’eaux froides et, dans certains cas, augmentent le régime thermique.

La gestion de divers éléments préjudiciables, comme le fait de limiter la quantité de travaux d’aménagement riverain (par l’entremise de la Déclaration de principes provinciale) pour réduire l’apport d’éléments nutritifs, peut se révéler la technique la plus efficace pour gérer l’habitat essentiel des espèces d’eaux froides.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • partager les objectifs de gestion des pêches et l’information sur l’habitat en eaux froides (p. ex. : Information sur les terres de l’Ontario) avec des organismes partenaires pour protéger ces sites d’importance par l’entremise de l’aménagement du territoire et de leurs mandats réglementaires (comme Pêches et Océans Canada et la Loi sur les pêches)
  • collaborer avec les intervenants pour mieux les sensibiliser; promouvoir et réaliser des travaux de réhabilitation produisant des rivages naturels

Objectif 5 :

Prévenir l’introduction de poissons à nageoires épineuses dans les aires de pêche des poissons d’eaux froides du programme d’ensemencement-croissance-prise.

Plusieurs poissons à nageoires épineuses (comme la perchaude, l’achigan à petite bouche et le crapet-soleil) sont natifs des lacs de la ZGP 18 tandis que d’autres (comme le crapet arlequin, la marigane noire et l’achigan à grande bouche) ne le sont pas mais sont devenus bien établis dans une partie importante de la zone. Ces populations sont maintenant considérées naturalisées et il n’est pas réaliste de s’attendre à une réduction importante de ces populations aux niveaux de récolte actuels. L’introduction et l’établissement de ces espèces dans les lieux de pêche d’espèces d’eaux froides gérés à l’aide du programme d’ensemencement-croissance-prise devraient quand même être évités puisqu’elles risquent de nuire à la viabilité des pêches soutenues par l’ensemencement.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • voir la section sur la gestion des espèces envahissantes et les maladies des poissons

Ce but, ces objectifs et ces stratégies ont été résumés dans le tableau 7.

Tableau 7 : Résumé de la gestion des espèces d’eaux froides

Adapté du format tabulaire.

But de la gestion des espèces d’eaux froides

Maintenir, et si possible, améliorer l’état des populations de poissons d’eaux froides au moyen du programme d’ensemencement-croissance-prise qui permettra d’offrir diverses possibilités de pêche à la ligne.

Objectifs 1 :

Maintenir ou accroître l’abondance des poissons d’eaux froides et la quantité de populations viables (grand corégone).

Stratégies
  • Surveiller les populations de poissons d’eaux froides pour évaluer la croissance et la survie des poissons d’ensemencement et favoriser le partage de l’information entre les organismes.
  • Surveiller les populations de grands corégones pour évaluer l’état de cette pêche.
  • Fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur).
Évaluation des progrès

Cycle 3 du programme de SGÉ

IndicateursPoints de référenceCibles

Grand corégone :

  • capture médiane (en poids) par unité d’effort, (échantillonné) par zone pondérée (tous les lacs combinés des relevés SGÉ)

Poids actuel (kg/filet)

= ou >Poids actuel (kg/filet)

Proportion de lacs dans les relevés SGÉ où le rapport de biomasse (B/Bmax) est >0,5

% actuel de lacs

= ou >% actuel de lacs

Proportion de lacs dans les relevés SGÉ où le taux de mortalité (Z/M) est <2

% actuel de lacs

= ou >% actuel de lacs

Pêches ECP :

  • nombre de poissons d’eaux froides ensemencés

Nombre actuel de poissons d’eaux froides ensemencés

= ou >Nombre actuel de poissons d’eaux froides ensemencés

CUE de poissons résiduels (2+ ans) dans les pêches ECP

CUE actuel de poissons résiduels (2+ ans) dans les pêches ECP

= ou >CUE actuel de poissons résiduels (2+ ans) dans les pêches ECP

Objectifs 2 :

Maintenir les possibilités de pêcher à la ligne les poissons d’eaux froides.

Stratégies
  • Déterminer si la qualité de l’eau et des variables de l’habitat suffisent pour fournir des possibilités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) additionnelles dans des lacs d’espèces d’eaux froides.
  • Maintenir les pêches d’espèces d’eaux froides qui sont présentement visées par des activités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) lorsque ces mesures sont efficaces et étudier des options pour en créer de nouvelles.
  • Privilégier et, lorsque cela est approprié, réhabiliter l’habitat des espèces d’eaux froides (compte tenu des possibilités limitées).
  • Maintenir la saison de pêche actuelle (ouverte toute l’année).
Évaluation des progrès

Cycle 3 du programme de SGÉ

IndicateursPoints de référenceCibles

Nombre de lacs ECP d’espèces d’eaux froides

Nombre actuel de lacs ECP d’espèces d’eaux froides

Nombre actuel de lacs ECP d’espèces d’eaux froides

Nombre de jours dans la saison de pêche aux espèces d’eaux froides

Nombre actuel de jours dans la saison de pêche aux espèces d’eaux froides

Nombre actuel de jours dans la saison de pêche aux espèces d’eaux froides

Objectifs 3 :

Accroître la qualité (poissons de plus grande taille) de la pêche à la ligne des espèces d’eaux froides.

Stratégies
  • Voir les stratégies de l’objectif 1 – surveiller les populations de poissons d’eaux froides.
  • Examiner les mesures de gestion (limites de prise, limites de taille) pour accroître la qualité (poissons de plus grande taille) de la pêche à la ligne des espèces d’eaux froides.
Évaluation des progrès

Cycle 4 du programme de SGÉ

IndicateursPoints de référenceCibles

% de poissons plus gros (2+ ans) présents dans les pêches ECP

% actuel de poissons plus gros (2+ ans) présents dans les pêches ECP

= ou >% de poissons plus gros (2+ ans) présents dans les pêches ECP

Objectifs 4 :

Maintenir un habitat adéquat dans les eaux froides pour les pêches établies par le programme d’ensemencement-croissance-prise.

Stratégies
  • Partager les objectifs de gestion des pêches et l’information sur l’habitat en eaux froides (p. ex. : Information sur les terres de l’Ontario) avec des organismes partenaires pour protéger ces sites d’importance par l’entremise de l’aménagement du territoire et de leurs mandats réglementaires (comme Pêches et Océans Canada et la Loi sur les pêches).
  • Collaborer avec les intervenants pour mieux les sensibiliser; promouvoir et réaliser des travaux de réhabilitation produisant des rivages naturels.
Évaluation des progrès

Cycle 3 du programme de SGÉ

IndicateursPoints de référenceCibles

N/A

N/A

N/A

Objectifs 5 :

Prévenir l’introduction de poissons à nageoires épineuses dans les aires de pêche des poissons d’eaux froides du programme d’ensemencement-croissance-prise.

Stratégies
  • Voir la section sur la gestion des espèces envahissantes et les maladies des poissons.
Évaluation des progrès

Cycle 3 du programme de SGÉ

IndicateursPoints de référenceCibles

Nombre de pêches ECP sans poissons à nageoires épineuses

Nombre actuel de pêches ECP sans poissons à nageoires épineuses

Nombre actuel de pêches ECP sans poissons à nageoires épineuses

Surveillance et évaluation des pêches aux espèces d’eaux froides

Le programme provincial de surveillance à grande échelle (SGÉ) est la principale méthode d’évaluation utilisée pour recueillir des données sur les pêches dans les lacs de l’Ontario, y compris les pêches à certaines espèces d’eaux froides comme le grand corégone, le touladi et l’omble de fontaine. Toutefois, sauf pour le grand corégone, les pêches aux espèces d’eaux froides visées par le programme ECP ne seront pas surveillées à l’aide du programme de SGÉ dans la ZGP 18 en raison de divers facteurs liés à la conception du programme de SGÉ (taille ou type de plan d’eau, absence d’espèces ciblées).

Stratégies :

  • adopter le programme de SGÉ à titre de principal mode de décompte de prises au filet (et recensement des efforts) pour évaluer l’état des populations de grands corégones dans toute la ZGP 18
  • surveiller les populations de grands corégones à l’aide de protocoles standards de décompte de prises au filet (comme les relevés SGÉ et l’index des poissons des zones profondes pris au filet en été) pour évaluer des problèmes de gestion particuliers qui surviennent dans des lacs non échantillonnés dans le cadre du programme de SGÉ
  • élaborer un programme de surveillance pour déterminer l’état des pêches ECP
  • mettre en œuvre un programme de surveillance pour évaluer efficacement l’état des pêches ECP dans toute la ZGP 18
  • appuyer l’élaboration d’un programme de surveillance pour les ruisseaux et petites rivières qui ne sont pas franchissables à gué
  • fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur)
  • déterminer si la qualité de l’eau et des variables de l’habitat dans certains plans d’eau de la ZGP 18 suffisent pour fournir des possibilités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) dans des lacs d’eaux froides ou d’eaux tempérées

Règlements actuels sur les pêches aux espèces d’eaux froides

Les règlements concernant les espèces d’eaux froides dans la ZGP 18 se conforment aux lignes directrices de réglementation pour chaque espèce des pêches ECP, pour les saisons et les limites de prise. Une saison de pêche ouverte à l’année longue ainsi qu’une absence de restriction de taille sont présentement en vigueur. Une limite combinée de cinq (5) truites (dont seulement deux (2) peuvent être des touladis) s’applique aux détenteurs d’un permis de pêche sportive et une limite combinée de deux (2) truites (dont seulement une (1) peut être un touladi) s’applique aux détenteurs d’un permis de pêche écologique. Quant au grand corégone, une limite de douze (12) poissons s’applique aux détenteurs d’un permis de pêche sportive et une limite de six (6) poissons s’applique aux détenteurs d’un permis de pêche écologique.