Tendances de la population de dorés jaunes et état de la pêche

Les populations de dorés jaunes dans le Sud de l’Ontario ont été évaluées à l’aide de décomptes automnaux de prises de dorés jaunes au filet effectués entre 1996 et 2009. Il y a eu 40 décomptes réalisés dans 34 lacs dans la ZGP 18. De plus, des relevés de surveillance à grande échelle (SGÉ) ont été faits dans 23 lacs de la ZGP 18 entre 2008 et 2010. Les résultats de ces deux types de sondages seront présentés séparément car ils ne peuvent pas être comparés directement.

L’abondance du doré jaune est affectée par la récolte et par la qualité de son habitat; on estime cette abondance avec le nombre moyen de dorés jaunes pris dans un filet (taux de capture par unité d’effort). Le taux moyen de capture de dorés jaunes provenant des décomptes automnaux est de 3,0 dorés jaunes par filet dans la ZGP 18, comparativement à 3,6 dans la ZGP 17 (zone adjacente à la ZGP 18), 7,9 dans la ZGP 5 et 15,8 dans la ZGP 4 (les ZGP 4 et 5 sont situées dans le Nord-Ouest de l’Ontario). L’abondance moindre de dorés jaunes dans le Sud de l’Ontario peut probablement être attribuée au nombre plus élevé de facteurs de pression auxquels les dorés jaunes sont généralement exposés par rapport au Nord de la province. La prépondérance d’altérations riveraines, de contaminations industrielles et agricoles, de communautés halieutiques complexes et d’introductions d’espèces envahissantes semble plus grande dans le Sud. De plus, 60 % des activités de pêche à la ligne se passent dans le Sud de l’Ontario où la population est plus concentrée (MRN, 2009a). Le plus gros des activités de pêche a été observé dans la ZGP 17 et la ZGP 18.

Le taux de capture moyen provenant des relevés de surveillance à grande échelle (SGÉ) est de 0,8 doré jaune/filet. Un plus grand nombre de classes d’âges et de poissons d’un âge maximal élevé indique un recrutement et une survie des poissons adultes réussis. Les données d’évaluation montrent que peu de dorés jaunes atteignent l’âge maximal de 10 à 12 ans (Scott et Crossman, 1998), ce qui suggère un faible taux de survie. Seulement 4 % (relevés de surveillance à grande échelle) et 7 % (décomptes automnaux de prises au filet) des dorés jaunes étaient âgés d’au moins 10 ans.

Des études récentes suggèrent que les femelles plus grosses et plus âgées jouent un rôle vital dans la croissance de la population de dorés jaunes. Les femelles plus âgées ont tendance à produire des œufs plus gros qui produisent à leur tour des poissons juvéniles avec un taux de survie plus élevé (Venturelli et al., 2010). Les stratégies de gestion des pêches devraient essayer de protéger les grosses femelles dans les petites populations. La majorité des lacs dans la ZGP 18 évalués avec des relevés de surveillance à grande échelle (SGÉ) et des décomptes automnaux de prises de dorés jaunes au filet démontraient une proportion élevée de poissons ayant atteint ou presque l’âge de maturité sexuelle, bien que le taux de survie après cet âge semble peu élevé.

L’introduction de moules zébrées dans plusieurs des lacs de dorés jaunes de la ZGP 18 a rendu l’eau plus claire et a réduit la quantité d’habitats convenant au doré jaune. L’eau plus claire diminue l’avantage compétitif de prédation du doré jaune dans les eaux turbides. Le jeune doré jaune devient également plus vulnérable à la prédation d’autres poissons, spécialement avec l’arrivée d’espèces non indigènes, comme la marigane noire. Ces facteurs limiteront la capacité productive du doré jaune et il faudra en tenir compte lors de l’évaluation de l’efficacité des mesures de gestion.

En résumé, les populations de dorés jaunes dans la ZGP 18 sont présentement considérées comme étant relativement peu abondantes et montrent des signes de mortalité élevée. La plupart des populations comprennent une forte proportion de poissons ayant atteint ou presque l’âge de maturité mais ne comportent pas assez de poissons plus gros et plus âgés (surtout des femelles). La gestion de cette espèce devrait viser l’accroissement des populations au-delà du niveau actuel, tout en reconnaissant que ce ne sont pas toutes les pêches au doré jaune qui pourront augmenter en raison de changements dans la composition des communautés de poissons et des conditions qui limitent parfois leur habitat.

Tendances de la population de dorés noirs et état de la pêche

Un nombre très limité de pêches au doré noir existe dans la ZGP 18. Une seule de ces pêches a fait l’objet d’un relevé à l’aide de décomptes automnaux de prises de dorés jaunes au filet en 2001. En résumé, les pêches au doré noir dans la ZGP 18 nécessitent une plus grande évaluation. La gestion de cette espèce devrait porter sur la détermination de l’état de ces pêches et de leur distribution dans la zone.

Gestion du doré jaune et du doré noir dans la ZGP 18

Les règlements actuels sur la limite de taille combinée du doré jaune et du doré noir, tels qu’ils s’appliquent au doré noir, sont reconnus comme une question préoccupante et une priorité dans le plan de gestion des pêches puisque la récolte de cette espèce de poisson de sport prisée est surtout limitée par la limite de taille actuelle (la taille maximale totale du doré noir est de moins de 400 mm – selon les données limitées de la ZGP 18, y compris un certain nombre de poissons ayant atteint l’âge maximal de 5 à 6 ans (Scott et Crossman, 1998)).

Le déclin dans l’abondance de dorés jaunes dans la ZGP 18 a également été reconnu comme une question préoccupante et une priorité élevée dans le plan de gestion des pêches, tout comme le manque de données d’évaluation sur le doré noir.

Le MRNF et le conseil consultatif ont identifié un certain nombre de défis concernant la gestion des populations de dorés jaunes et de dorés noirs dans la ZGP 18.

Défis posés par la gestion :

  • abondance réduite du nombre de dorés jaunes adultes
  • pêche au doré jaune (et indirectement au doré noir) grandement pratiquée sur une base constante
  • la demande pour la pêche au doré jaune dépasse le nombre de poissons disponibles présentement
  • les communautés halieutiques complexes dominées par des espèces prédatrices/compétitives qui se nourrissent de dorés jaunes juvéniles et le changement climatique réduisent les possibilités de reproduction des populations de dorés jaunes
  • des changements physiques des lacs les rendent moins convenables aux dorés jaunes
  • les fluctuations du niveau et du débit de l’eau au printemps nuisent au recrutement
  • manque de données d’évaluation pour le doré noir

Le MRNF, avec l’aide du conseil consultatif, a élaboré des objectifs et des stratégies pour traiter les défis posés et aider à atteindre les buts de gestion suivants concernant le doré jaune et le doré noir.

But de la gestion du doré jaune :

Augmenter les populations et améliorer les possibilités de pêche à la ligne et de récolte de dorés jaunes

But de la gestion du doré noir :

Maintenir ou, si possible, augmenter les populations de dorés noirs, et améliorer les possibilités de récolter le doré noir

Objectif 1 :

Augmenter l’abondance du doré jaune (et déterminer celle du doré noir) et le nombre de populations viables.

Comme ceci a déjà été mentionné dans cette section, les populations de dorés jaunes dans la ZGP 18 ne sont pas abondantes. Le MRNF et le conseil consultatif reconnaissent tous les deux que les populations de dorés jaunes dans cette zone ont diminué au cours des dernières années. La récolte de ce poisson constitue une des principales menaces pour ses populations parce que c’est une espèce très prisée des pêcheurs à la ligne. Le meilleur outil de gestion pour surmonter ces défis est la mise en œuvre de règlements plus efficaces concernant la récolte du doré jaune, comme le règlement sur la taille limite légale des poissons pouvant être récoltés qui a été mis en œuvre en 2013.

On ne connaît pas l’abondance des populations de dorés noirs dans la ZGP 18. Le MRNF et le conseil consultatif reconnaissent tous les deux que les possibilités de récolte du doré noir dans la ZGP 18 sont très limitées, compte tenu des règlements actuels sur la limite de taille combinée du doré jaune et du doré noir ainsi que de la taille maximale documentée du doré noir. Ce poisson est une espèce très prisée des pêcheurs à la ligne.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • réduire les possibilités de récolte des pêcheurs en mettant en œuvre la taille limite légale actuelle concernant les poissons pouvant être récoltés (40-50 cm)
  • surveiller les populations de dorés jaunes pour évaluer le succès du règlement sur la restriction de la taille
  • maintenir les saisons, réserves (sanctuaires) de poissons et limites de prise actuelles du doré jaune et du doré noir
  • entamer une discussion avec les communautés des Premières Nations pour quantifier la récolte de dorés jaunes à des fins de subsistance
  • fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur)
  • évaluer l’état des populations de dorés noirs et les pêches qu’elles soutiennent
  • selon l’information recueillie sur la récolte et les populations, examiner le mérite de la taille limite légale des poissons pouvant être récoltés (40-50 cm) relativement au doré noir

Objectif 2 :

Augmenter le recrutement naturel de la population de dorés jaunes.

Les dorés jaunes se réunissent dans des aires spécifiques chaque printemps pour frayer sur des hauts-fonds rocheux dans les lacs et les rapides des rivières. Il faut bien identifier, améliorer et protéger ces aires pour aider à assurer la durabilité des populations de dorés jaunes. Le succès du frai des dorés jaunes peut être affecté par des niveaux et des débits d’eau qui fluctuent. Il est important de maintenir des niveaux et débits d’eau constants pendant la période de frai/d’éclosion du doré jaune. Si les niveaux d’eau baissent pendant cette période, les œufs peuvent mourir en étant exposés à l’air. De plus, des débits d’eau excessifs peuvent nuire à l’accès au lit de frai et endommager les œufs tandis que des débits lents peuvent réduire le taux d’éclosion en faisant baisser le niveau d’oxygène. Il y a de nombreux barrages et installations hydroélectriques dans la ZGP 18 qui contrôlent le débit et le niveau de l’eau et qui pourraient influer sur le succès du frai du doré jaune.

De nouvelles espèces de poissons, comme la marigane noire et le crapet arlequin, se sont établies dans plusieurs des lacs et rivières de dorés jaunes et de dorés noirs dans la ZGP 18. Ces espèces peuvent faire concurrence aux dorés jaunes et aux dorés noirs juvéniles pour les ressources ou être des prédateurs pour les larves de ces poissons. L’achigan à grande bouche peut également influer négativement sur les populations de dorés jaunes en faisant la prédation de ce poisson à différents stades de son existence (Fayram et al., 2005). Le climat plus chaud causé par le changement climatique favorise l’habitat des espèces d’eaux chaudes comme l’achigan, mais pas d’espèces d’eaux tempérées comme le doré jaune et le doré noir. Ces modifications de l’habitat et de la communauté halieutique peuvent décroître le recrutement du doré jaune et du doré noir ainsi que l’abondance de leurs populations.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • collaborer avec les partenaires et parties intéressées pour réaliser des relevés de frai afin d’identifier de nouvelles aires de frai (comme Walleye Watch)
  • faire une évaluation des aires de frai existantes et nouvelles pour voir si elles conviennent aux poissons et, le cas échéant, identifier les priorités de réhabilitation
  • aménager ou réhabiliter des habitats critiques, selon les besoins
  • identifier et partager des pratiques de gestion optimales pour aménager des aires de frai pour les dorés jaunes et les dorés noirs
  • identifier les conflits de gestion du niveau de l’eau liés au recrutement et utiliser cette information pour mieux planifier la gestion de l’eau
  • partager l’information sur les emplacements des aires de frai et des habitats avec les organismes partenaires pour mieux protéger ces lieux importants lors de la planification du territoire et de l’application de leurs mandats de réglementation (par ex. : MPO et Loi sur les pêches)
  • encourager les pêcheurs à la ligne à récolter des espèces prédatrices/compétitives (comme l’achigan et les petits poissons-gibiers) en partageant avec les partenaires l’information concernant leur impact sur les populations de dorés jaunes et de dorés noirs
  • examiner et encourager la recherche effectuée par le MRNF et les universitaires afin de mieux identifier les facteurs qui influent sur le recrutement des dorés jaunes et des dorés noirs
  • identifier les aires de frai et les mesures de gestion (comme les limites de taille du doré jaune) pour mettre en œuvre des activités d’application des règlements qui assurent la durabilité des populations
  • maintenir et, si cela est nécessaire, recommander l’établissement de nouvelles réserves (sanctuaires) de dorés jaunes et de dorés noirs
  • pour les populations de dorés jaunes très dégradées où le recrutement est limité, songer à faire un empoissonnement de réhabilitation pour permettre aux populations de se rétablir, si les circonstances sont appropriées (voir la section sur l’empoissonnement)

Objectif 3 :

Maintenir ou augmenter les possibilités de pêcher à la ligne du doré jaune et du doré noir.

La stratégie provinciale relative aux pêches du MRNF et le conseil consultatif de la ZGP 18 mettent la priorité sur les populations autonomes qui se reproduisent naturellement. Un certain nombre de stratégies décrites dans ce document aideront possiblement à accroître l’abondance du doré jaune et à offrir des possibilités de pêche à la ligne de meilleure qualité. Il est également reconnu que les activités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) fournissent des possibilités de pêche et de récolte additionnelles tout en réorientant les pressions exercées sur le doré jaune pour protéger les ressources halieutiques qui se reproduisent naturellement.

Les stratégies pour atteindre l’objectif visé comprennent :

  • maintenir les saisons actuelles
  • maintenir les lacs de dorés jaunes où se déroulent présentement des activités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) lorsque ces mesures sont efficaces et étudier les possibilités de créer d’autres lacs où se dérouleraient ces activités

Ce but, ces objectifs et ces stratégies ont été résumés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Résumé de la gestion du doré jaune et du doré noir

Adapté du format tabulaire.

But de la gestion du doré jaune

Augmenter les populations et améliorer les possibilités de pêche à la ligne et de récolte de dorés jaunes.

But de la gestion du doré noir

Maintenir ou, si possible, augmenter les populations de dorés noirs, et améliorer les possibilités de récolter le doré noir.

Objectif 1.

Augmenter l’abondance du doré jaune (et déterminer celle du doré noir) et le nombre de populations viables.

Stratégies
  • Réduire les possibilités de récolte des pêcheurs en mettant en œuvre la taille limite légale actuelle concernant les poissons pouvant être récoltés (40-50 cm).
  • Surveiller les populations de dorés jaunes pour évaluer le succès du règlement sur la restriction de la taille.
  • Maintenir les saisons, réserves (sanctuaires) de poissons et limites de prise actuelles du doré jaune et du doré noir.
  • Entamer une discussion avec les communautés des Premières Nations pour quantifier la récolte de dorés jaunes à des fins de subsistance.
  • Fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur).
  • Évaluer l’état des populations de dorés noirs et les pêches qu’elles soutiennent.
  • Selon l’information recueillie sur la récolte et les populations, examiner le mérite de la taille limite légale des poissons pouvant être récoltés (40-50 cm) relativement au doré noir.
Évaluation des progrès :
  • cycle 3 du programme de SGÉ
IndicateursPoints de référenceCibles
Capture médiane (en poids) de dorés jaunes par unité d’effort, (échantillonné) par zone pondérée (tous les lacs combinés des relevés SGÉ)Poids actuel (kg/filet)Poids actuel (kg /filet)
Proportion de lacs dans les relevés SGÉ où le rapport de biomasse du doré jaune (B/Bmax) est >0,5% actuel de lacs% actuel de lacs
Proportion de lacs dans les relevés SGÉ où le taux de mortalité du doré jaune (Z/M) est <2% actuel de lacs% actuel de lacs
Objectifs 2.

Augmenter le recrutement naturel de la population de dorés jaunes.

Stratégies
  • Collaborer avec les partenaires et parties intéressées pour réaliser des relevés de frai afin d’identifier de nouvelles aires de frai (comme Walleye Watch).
  • Faire une évaluation des aires de frai existantes et nouvelles pour voir si elles conviennent aux poissons et, le cas échéant, identifier les priorités de réhabilitation.
  • Aménager ou réhabiliter des habitats critiques, selon les besoins.
  • Identifier et partager des pratiques de gestion optimales pour aménager des aires de frai pour les dorés jaunes et les dorés noirs.
  • Identifier les conflits de gestion du niveau de l’eau liés au recrutement et utiliser cette information pour mieux planifier la gestion de l’eau.
  • Partager l’information sur les emplacements des aires de frai et des habitats avec les organismes partenaires pour mieux protéger ces lieux importants lors de la planification du territoire et de l’application de leurs mandats de réglementation (par ex. : MPO et Loi sur les pêches).
  • Encourager les pêcheurs à la ligne à récolter des espèces prédatrices/compétitives (comme l’achigan et les petits poissons-gibiers) en partageant avec les partenaires l’information concernant leur impact sur les populations de dorés jaunes et de dorés noirs.
  • Examiner et encourager la recherche effectuée par le MRNF et les universitaires afin de mieux identifier les facteurs qui influent sur le recrutement des dorés jaunes et des dorés noirs.
  • Identifier les aires de frai et les mesures de gestion (comme les limites de taille du doré jaune) pour mettre en œuvre des activités d’application des règlements qui assurent la durabilité des populations.
  • Maintenir et, si cela est nécessaire, recommander l’établissement de nouvelles réserves (sanctuaires) de dorés jaunes et de dorés noirs.
  • Pour les populations de dorés jaunes très dégradées où le recrutement est limité, songer à faire un empoissonnement de réhabilitation pour permettre aux populations de se rétablir, si les circonstances sont appropriées (voir la section sur l’empoissonnement).
Évaluation des progrès
  • cycle 3 du programme de SGÉ
IndicateursPoints de référenceCibles
Nombre moyen de jeunes de l’année (< 150 mm) dans les relevés SGÉNombre moyen actuel de jeunes de l’année (<150 mm) dans les relevés SGÉ> Nombre moyen actuel de jeunes de l’année (< 150 mm) dans les relevés SGÉ
Nombre moyen de poissons juvéniles (<300 mm) dans les relevés SGÉNombre moyen actuel de poissons juvéniles (<300 mm) dans les relevés SGÉ> Nombre moyen actuel de poissons juvéniles (< 300 mm) dans les relevés SGÉ
Nombre moyen de classes d’âges dans les relevés SGÉNombre moyen actuel de classes d’âges dans les relevés SGÉ>Nombre moyen actuel de classes d’âges dans les relevés SGÉ
Objectifs 3 :

Maintenir ou augmenter les possibilités de pêcher à la ligne du doré jaune et du doré noir.

Stratégies
  • Maintenir les saisons actuelles.
  • Maintenir les lacs de dorés jaunes où se déroulent présentement des activités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) lorsque ces mesures sont efficaces et étudier les possibilités de créer d’autres lacs où se dérouleraient ces activités.
Évaluation des progrès
  • cycle 4 du programme de SGÉ
IndicateursPoints de référenceCibles
Nombre de jours dans les saisons de pêche au doré jaune/noirNombre actuel de jours dans les saisons de pêche au doré jaune/noir= Nombre actuel de jours dans les saisons de pêche au doré jaune/noir
Nombre de lacs ECP de dorés jaunesNombre actuel de lacs ECP de dorés jaunesPossiblement > Nombre actuel de lacs ECP de dorés jaunes

Surveillance et évaluation du doré jaune et du doré noir

Le programme provincial de surveillance à grande échelle (SGÉ) est la principale méthode d’évaluation utilisée pour recueillir des données sur les pêches en Ontario, y compris le doré jaune. Toutefois, la majorité des pêches fluviales de dorés noirs connues dans la ZGP 18 ne font pas l’objet d’une évaluation dans le cadre du programme de SGÉ. Celui-ci signale les tendances et l’état de la pêche à l’échelle de la ZGP et fournit de l’information sur l’abondance, la structure des populations, la croissance et la maturité des poissons ainsi que les efforts de pêche sportive. La communauté halieutique est également évaluée pour déterminer les changements dans la composition des espèces au cours du temps.

Stratégies :

  • adopter le programme de SGÉ à titre de principal mode de décompte de prises au filet (et recensement des efforts) pour évaluer l’état des populations de dorés jaunes dans toute la ZGP 18
  • surveiller les populations de dorés jaunes à l’aide de protocoles standards de décompte de prises au filet (comme les relevés SGÉ, les décomptes automnaux de prises de dorés jaunes au filet et l’index des poissons pris au filet dans les rivières) pour traiter des problèmes de gestion particuliers qui surviennent dans des lacs et rivières non échantillonnés dans le cadre du programme de SGÉ
  • collaborer avec les partenaires et parties intéressées pour réaliser des relevés de frai afin d’identifier de nouvelles aires de frai (comme Walleye Watch)
  • fournir des possibilités de collaboration avec le public/des partenaires pour évaluer les pressions exercées sur les pêches et les taux de récolte en demandant au public de signaler leurs observations (comme avec des programmes bénévoles de journal du pêcheur)
  • déterminer si la qualité de l’eau et des variables de l’habitat dans certains plans d’eau de la ZGP 18 suffisent pour fournir des possibilités d’ensemencement-croissance-prise (ECP) additionnelles dans des lacs d’espèces d’eaux tempérées

Règlements actuels sur les pêches au doré jaune et au doré noir

Les saisons de pêche actuelles dans la ZGP 18 sont du 1er janvier au 1er mars et du deuxième samedi de mai au 31 décembre. Ces dates ainsi que l’emplacement des réserves (sanctuaires) de poissons actuelles sont considérés comme une protection efficace de plusieurs populations de dorés jaunes et de dorés noirs au cours de la période de frai.

La limite actuelle de prise et de possession du doré jaune (limite combinée avec le doré noir) est de quatre (4) pour les détenteurs d’un permis de pêche sportive et de deux (2) pour les détenteurs d’un permis de pêche écologique. La taille limite légale du poisson pouvant être récolté est de 40-50 cm (15,7-19,7 po). Seuls les poissons dont la taille (longueur) se situe à l’intérieur de cette gamme de taille légale peuvent être récoltés.