Ce bulletin technique fait partie d’une série de dix-sept footnote 1 bulletins traitant de questions concernant les puits, destinés à une personne qui :

  • envisage de construire un nouveau trou d’essai footnote 2 ou puits d’exhaure footnote 3 , ou
  • est actuellement le propriétaire d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure.

Ce bulletin technique a pour but de :

  • résumer les renseignements figurant dans le manuel Test Holes and Dewatering Wells – Requirements and Best Management Practices publié par le ministère de l’Environnement en avril 2014 (appelé le « manuel » dans ce document) concernant la construction initiale de nouveaux puits d’exhaure et trous d’essai.
  • énoncer certaines opérations de construction qui doivent être entreprises et indiquer des matériaux devant être utilisés pour satisfaire aux exigences du Règlement 903 (règlement sur les puits), tel que modifié, pris en application de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario.

Des renseignements supplémentaires sur la construction de nouveaux puits figurent dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Achèvement de la structure des nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure.

Si l’abandon du trou d’essai ou du puits d’exhaure est prévu pas plus tard que 180 jours après l’achèvement des travaux de construction footnote 4 , la personne qui construit le puits peut, à son choix, se conformer aux exigences décrites dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Construction de nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure exploités pas plus de 180 jours.

Si l’abandon du trou d’essai ou du puits d’exhaure est prévu pas plus de 30 jours après l’achèvement des travaux de construction, la personne qui construit le puits peut, à son choix, se conformer aux exigences décrites dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Construction de nouveaux puits d’exhaure et trous d’essai non tubés exploités pendant pas plus de trente jours.

Choix d’une méthode de construction

La bonne réalisation d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure dépend de l’utilisation de matériels et de matériaux adaptés aux conditions environnementales et aux formations géologiques présentes sur le site. Il est important de prendre en compte les caractéristiques de la foreuse et d’autres matériels de construction de puits, notamment l’action coupante et le fluide d’injection (c’est-à-dire le type du fluide de forage et son trajet).

La méthode de construction :

  • devrait permettre de pénétrer la formation géologique,
  • devrait permettre à la personne qui construit le trou d’essai ou le puits d’exhaure d’obtenir des échantillons représentatifs de la matière de la formation géologique, afin de pouvoir identifier les limites des zones perméables et des zones contaminées,
  • doit permettre la détection adéquate des formations, notamment des formations aquifères, rencontrées durant la construction,
  • ne doit pas contaminer les eaux souterraines ni l’environnement, et
  • sous réserve d’exemption, doit satisfaire aux exigences du règlement sur les puits.

Dans bien des cas, le même matériel sert à construire plusieurs trous d’essai ou puits d’exhaure dans le cadre d’un même projet. S’il n’y a aucun risque de contamination, le matériel n’a pas besoin d’être nettoyé après la construction de chaque trou d’essai ou puits d’exhaure avant d’être réutilisé. Toutefois, pour réduire le risque de contamination,

un plan efficace de décontamination du matériel devrait aider à prévenir les situations suivantes :

  • transmission de contaminants d’un site à un autre,
  • contamination de zones propres,
  • contamination croisée entre des formations, y compris des formations aquifères,
  • contamination croisée d’échantillons individuels,
  • bris de matériel,
  • exposition accidentelle du personnel à des contaminants, et
  • non-conformité aux normes réglementaires de nettoyage.

Les normes suivantes énoncent des procédures de décontamination du matériel :

  • ASTM D5088 – 02(2008) – “Standard Guide for Decontamination of Field Equipment Used at Nonradioactive Waste Sites,” (DOI :10.1520/D5088-02R08) footnote 5
  • ASTM D5608 – 01(2006) – “Standard Guide for Decontamination of Field Equipment Used at Low Level Radioactive Waste Sites,” (DOI :10.1520/D5608-01R06) footnote 6

Le tableau 6-1 du chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, du manuel expose des méthodes, des caractéristiques, des avantages et des inconvénients propres à divers systèmes de construction de puits dans des formations particulières.

Le tableau 6-2 du chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, du manuel décrit certains types appropriés de systèmes de matériel de construction, qui peuvent être utilisés pour construire des puits dans des formations et des environnements particuliers.

Exemption – Profondeur du puits

Les exigences relatives à la profondeur minimale des puits figurant dans le règlement sur les puits ne s’appliquent pas à un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure.

Les exemptions réglementaires concernant la profondeur d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure permettent aux techniciens en construction de puits, aux ingénieurs et aux géoscientifiques de mettre à contribution leur expertise professionnelle pour concevoir ou installer des trous d’essai et des puits d’exhaure au cas par cas, suivant les conditions d’un site particulier.

Tubage et filtre de puits dans un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure

Un trou d’essai ou un puits d’exhaure a habituellement un tubage et parfois un filtre de puits.

Tubage
Un « tubage » est constitué de tuyaux, tubes ou autres matériaux installés dans un puits afin d’en supporter les parois, à l’exclusion toutefois des filtres de puits. Le tubage maintient le trou ouvert, empêche les matériaux formant la couverture d’entrer dans le puits et permet d’installer le matériel de pompage. Le tubage peut aussi être utilisé pour isoler le puits de formations non souhaitables.
Filtre de puits
Un « filtre de puits » est un tuyau ou tube perforé, des tuiles en béton non étanches ou autres matériaux installés dans un puits pour filtrer la matière particulaire et former la zone de prise d’eau.

Si la personne qui construit le puits installe un tubage, ou encore un tubage avec un filtre de puits, dans un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure, elle doit s’assurer que le tubage et le filtre de puits :

  • sont fabriqués avec des matériaux neufs,
  • sont propres et exempts de contamination, et
  • ne provoqueront pas la contamination de l’eau avec laquelle ils entreront en contact.

Dans le cas des nouveaux trous d’essai et puis d’exhaure, la personne qui construit le puits doit :

  • utiliser un tubage étanche à l’eau,
  • utiliser seulement des sections continues de tubage sans trous, perforations ou fentes ménagées dans le tubage, et
  • réaliser une liaison permanente étanche à l’eau dans tous les joints de chaque section de tubage.

La personne qui construit le nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure ne doit pas avoir des joints entre deux sections de tubage sauf si ces joints :

  • constituent une liaison permanente étanche à l’eau, comme par exemple dans le cas des joints en acier soudé, et
  • sont fabriqués de façon que le tubage assemblé avec des joints ne provoque aucune dégradation de la qualité de l’eau avec laquelle il entre en contact.

Si le tubage est fabriqué en béton, la personne qui construit le nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure doit :

  • utiliser des tubages en béton fabriqués commercialement ayant subi une cure complète,
  • aligner adéquatement les sections de béton de façon que les joints soient affleurés et que le tubage soit centré, et
  • joindre les sections de tubage avec un mastic d’étanchéité qui :
    • reste souple et étanche à l’eau, et
    • est approuvé pour l’utilisation avec l’eau potable par NSF International.

Contrairement à ce qui se passe avec les puits d’approvisionnement en eau, la personne qui construit un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure n’a pas besoin de se conformer :

  • aux normes sur les tubages visant le type de matériau et l’épaisseur de la paroi établies dans le règlement sur les puits,
  • aux exigences relatives à la longueur du tubage, et
  • aux exigences relatives au scellement du bas du tubage dans la roche-mère.

Dans le cas d’un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure construit dans des dépôts de couverture (par exemple, du sable), le tubage doit se prolonger depuis la zone de la prise de l’eau dans la couverture jusqu’à au moins 40 cm (16 po) au-dessus du point le plus haut de la surface du sol dans un rayon de 3 m (10 pi) depuis l’extérieur du tubage après que la surface du sol a été convenablement profilée en monticule et est conforme aux exigences relatives au drainage de surface. Cette mesure doit être faite après l’achèvement des travaux de construction du puits.

Dans le cas d’un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure creusé dans une formation de roche-mère telle que de la pierre calcaire ou du granite, le tubage doit se prolonger depuis la roche-mère jusqu’à la même hauteur que celle indiquée pour un nouveau puits dans une couverture.

Dans certaines circonstances, il peut y avoir une exception concernant la hauteur du tubage pour :

  • certains trous d’essai et puits d’exhaure construits par fonçage et lançage, et
  • tous les trous d’essai et puits d’exhaure dotés d’un couvercle étanche encastré de fabrication commerciale.

Pour de plus amples renseignements sur les exemptions relatives à la hauteur des tubages, se reporter au bulletin technique Règlement sur les puits – Achèvement de la structure des nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure.

Pour de plus amples renseignements, se reporter au chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, du manuel.

Dans le cas d’un trou d’essai à niveaux multiples, la personne qui construit le puits doit satisfaire aux exigences relatives aux tubages, aux filtres de puits et aux espaces annulaires du règlement sur les puits énoncées au chapitre 8, Multi-Level Monitoring Test Holes, du manuel.

Espace annulaire dans un nouveau trou d’essai ou puits d’exhaure

Un « espace annulaire » est un espace ouvert entre le tubage ou le filtre et la paroi d’un puits, y compris l’espace entre les tubages superposés au sein du puits.

Un espace annulaire minimal doit être créé autour du tubage, et parfois du filtre de puits, pour tous les nouveaux puits d’approvisionnement en eau à l’exception de certains puits construits par fonçage ou lançage.

Dans le cas d’un nouveau puits foré, l’espace annulaire adjacent au filtre de puits doit être rempli avec du sable lavé propre ou un matériau filtrant constitué de gravier. Ce matériau peut être :

  • déposé durant ou après l’installation du filtre de puits ou du tubage, ou
  • soustrait à la formation naturelle après l’installation du matériau d’étanchéité en faisant pénétrer de l’eau à travers le filtre de puits.

Pour de plus amples renseignements sur la pénétration de l’eau et le développement du puits, se reporter au bulletin technique Règlement sur les puits - Achever la structure d’un nouveau puits.

Le matériau filtrant sépare le filtre du puits de la formation aquifère naturelle pour éviter la pénétration de particules fines dans le puits. La présence de ce matériau permet aussi d’obtenir un débit d’eau plus élevée dans le puits.

La personne qui construit un nouveau puits doit s’assurer que tout espace annulaire, autre que l’espace annulaire entourant un filtre de puits, est obturé, afin que de l’eau, du gaz naturel, des contaminants ou d’autres matières ne puissent pas circuler le long de l’espace annulaire :

  • entre des formations souterraines (par exemple, formation aquifère), ou
  • entre une formation souterraine et la surface du sol.

Si l’espace annulaire est adéquatement obturé, le risque de contamination de l’alimentation en eau par divers contaminants tels que des bactéries, du sel, des pesticides, des engrais et de l’essence sera réduit.

L’obturation adéquate de l’espace annulaire est notamment réalisée avec des matériaux d’étanchéité appropriés. Il peut s’agir d’un coulis composé d’eau propre et d’au moins 20 % en poids de bentonite sous forme solide (produit argileux fabriqué) ou d’un autre matériau équivalent.

Pour de plus amples renseignements, voir le chapitre 7, Annular Space & Sealing, du manuel Test Holes and Dewatering Wells – Requirements and Best Management Practices.

Dans le cas d’un trou d’essai à niveaux multiples, la personne qui construit le puits doit satisfaire aux exigences relatives aux tubages, aux filtres de puits et aux espaces annulaires du règlement sur les puits énoncées dans le chapitre 8, Multi-Level Monitoring Test Holes, du manuel.

Profondeurs d’échantillonnage et filtres de puits en vertu du règlement sur les dossiers de l’état du site

Il existe des exigences supplémentaires relatives à la construction des puits de surveillances qui sont utilisées pour une évaluation à joindre à un dossier de l’état du site d’une propriété.

En date du 1er juillet 2011, les modifications au Règlement de l’Ontario 153/04 sont entrées en vigueur et s’appliquent aux évaluations environnementales de site de la phase 2 destinées à être jointes aux dossiers de l’état des sites. Pour tout dossier de l’état du site présenté à cette date ou après, pour lequel une méthode d’échantillonnage des eaux souterraines doit être utilisée pour caractériser la contamination ou déterminer si la concentration d’un contaminant est supérieure, égale ou inférieure à une norme applicable sur l’état du site ou à une norme spécifiée dans une évaluation des risques pour le contaminant, les exigences suivantes s’appliquent à la construction du puits :

  • si un puits de surveillance est utilisé, les filtres de puits ne doivent pas avoir une longueur supérieure à 3,1 m (10 po), celle-ci étant établie en fonction de la longueur saturée du filtre, et
  • si des hydrocarbures de pétrole ou des liquides légers en phase non aqueuse peuvent être présents sur, dans ou sous une propriété de phase 2, les intervalles de profondeur d’échantillonnage, y compris les intervalles des filtres des puits de surveillance, doivent être prévus de façon que le niveau phréatique soit traversé.

Un puits de surveillance est considéré comme étant un trou d’essai. Pour plus de précisions sur le sens du terme « puits de surveillance » footnote 7 dans le règlement sur les dossiers de l’état du site, se reporter au tableau 2-2 du chapitre 2, Definitions & Clarifications, du manuel.

Conséquences pour la personne qualifiée

La personne qualifiée footnote 8 doit s’assurer que les deux évaluations environnementales du site sont conduites conformément aux exigences énoncées ci-dessus.

Se reporter au Règlement de l’Ontario 153/04 pour les exigences relatives aux dossiers de l’état du site.

Recouvrement du puits durant la construction

Le règlement sur les puits exige que, chaque fois qu’un trou d’essai ou un puits d’exhaure en cours de la construction est laissé sans surveillance, y compris durant une modification mineure ou l’installation d’une pompe, la personne qui construit le puits recouvre l’extrémité ouverte supérieure du trou d’essai ou du puits d’exhaure de manière à empêcher la pénétration des eaux de surface et d’autres matières étrangères dans le puits.

Drainage superficiel

La personne construisant le puits doit s’assurer que le drainage superficiel empêche l’eau de s’accumuler ou de séjourner à proximité du trou d’essai ou du puits d’exhaure.

Achèvement du puits, registre de puits et plaque d’identification

Des renseignements sur les bouchons et les couvercles des puits et le profilage en monticule sont fournis dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Achèvement de la structure des nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure.

Des renseignements sur l’aération et l’installation des pompes sont fournis dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Installation de matériel dans un puits.

Des renseignements sur l’établissement et la présentation d’un registre de puits et la plaque d’identification d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure figurent dans le bulletin technique Règlement sur les puits – Registre de puits, rapports et plaque d’identification pour un trou d’essai ou un puits d’exhaure.

Avis (gaz naturel)

Si l’on trouve du gaz naturel durant la construction d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure, la personne qui construit le puits doit immédiatement, en vertu de la loi, aviser de cette situation l’acheteur du puits, le propriétaire du terrain sur lequel le puits est situé et le directeur.

Pour se préparer en vue de conditions particulières telles qu’un gaz dangereux ou une contamination, se reporter aux pratiques de gestion exemplaires et aux renseignements figurant à la section Encountering Contamination and Water Quality Problems du chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, du manuel.

Si un trou d’essai ou un puits d’exhaure produit du gaz naturel, le propriétaire du puits doit immédiatement prendre des mesures pour s’assurer que le gaz ne présentera pas un danger. Pour de plus amples renseignements sur les mesures que le propriétaire du puits doit prendre, voir le bulletin technique Règlement sur les puits – Abandon d’un puits – Quand boucher et obturer un trou d’essai ou un puits d’exhaure et le chapitre 16, Well Abandonment : When to Plug and Seal a Test Hole or Dewatering Well, du manuel.

Figures à la fin de ce bulletin technique

Les figures 1 à 7 sont des sections et des graphiques pertinents de divers types de nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure avec, entre autres, indication de la longueur du tubage, des types de filtres de puits, des tailles minimales des trous, du matériau filtrant et du matériau d’étanchéité appropriés dans l’espace annulaire autour du tubage.

Ouvrages peu profonds et puits exemptés

Le règlement sur les puits exempte certains types de puits, tels qu’un étang ou un caniveau, des exigences du règlement sur les puits et des articles sur les licences de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario qui visent les puits footnote 9 .

Toute personne qui construit, entretient ou abandonne un ouvrage peu profond satisfaisant aux conditions établies à l’article 1.1 du règlement sur les puits :

  • est exemptée des exigences des articles sur les licences de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario qui visent les puits footnote 10 , et
  • doit seulement satisfaire aux exigences de l’article 1.1 du règlement sur les puits.

L’exemption pour les ouvrages peu profonds énoncée à l’article 1.1 du règlement sur les puits ne s’applique pas à un puits de surveillance construit pour les besoins d’une évaluation environnementale de phase 1 ou 2 à joindre à un dossier de l’état du site footnote 11 .

Voir les bulletins techniques Règlement sur les puits – Comprendre le sens des termes puits, trou d’essai et puits d’exhaure et Règlement sur les puits – Trous d’essai et puits d’exhaure peu profonds pour de plus amples renseignements.

Puits d’approvisionnement en eau

Certaines exigences des licences et exigences relatives à la construction des puits d’approvisionnement en eau sont différentes des exigences visant les trous d’essai et les puits d’exhaure, telles qu’elles sont définies dans le règlement sur les puits. Pour de plus amples renseignements sur les exigences visant les puits d’approvisionnement en eau, se reporter au manuel Water Supply Wells – Requirements and Best Management Practices, publié par le ministère de l’Environnement, décembre 2009, et au règlement sur les puits.

Sources d’information supplémentaires

Les dix-sept bulletins techniques sur les trous d’essai et les puits d’exhaure sont :

  • Règlement sur les puits – Comprendre le sens des termes puits, trou d’essai et puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Trous d’essai et puits d’exhaure peu profonds
  • Règlement sur les puits – Activités exemptées effectuées sur les puits, y compris les trous d’essai et les puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Licences pour les trous d’essai et les puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Licences (catégorie 5) pour les personnes qui effectuent des essais sur des puits
  • Règlement sur les puits – Considérations sur le site et planification initiale pour les trous d’essai et les puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Construction de nouveaux puits d’exhaure et trous d’essai non tubés exploités pendant pas plus de trente jours
  • Règlement sur les puits – Construction de nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure exploités pas plus de 180 jours
  • Règlement sur les puits – Construction de nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Construction de nouveaux trous d’essai de surveillance à niveaux multiples
  • Règlement sur les puits – Achèvement de la structure des nouveaux trous d’essai et puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Trous d’essai et puits d’exhaure jaillissants
  • Règlement sur les puits – Entretien des trous d’essai et des puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Registre de puits, rapports et plaque d’identification pour un trou d’essai ou un puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Réparations et modifications des trous d’essai et des puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Abandon d’un puits – Quand boucher et obturer un trou d’essai ou un puits d’exhaure
  • Règlement sur les puits – Abandon des puits - Comment boucher et obturer un trou d’essai ou un puits d’exhaure

Ces bulletins techniques sont disponibles à Ontario.ca. site internet.

On trouvera de plus amples renseignements sur la construction d’un trou d’essai ou d’un puits d’exhaure dont l’abandon est prévu pas plus de 180 jours après l’achèvement des travaux de construction au chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, au chapitre 7, Annular Space & Sealing, et au chapitre 8, Multi-Level Monitoring Test Holes, du manuel.

Il est possible d’obtenir une copie du manuel Test Holes and Dewatering Wells – Requirements and Best Management Practices à Ontario.ca. site internet.

Un exemplaire de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario, du Règlement 903 (le règlement sur les puits) tel que modifié pris en application de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario et d’autres règlements peut être obtenu sur le site Web Lois-en-ligne.

Il est aussi possible d’obtenir ces publications en appelant le Centre d’information au 1 800 565-4923 ou au 416 325-4000.

Pour de plus amples renseignements sur les puits, communiquez avec le Service d’information sur les puits (1 888 396-9355) ou le bureau du ministère de l’Environnement le plus près de chez vous listé dans les pages bleues de l’annuaire téléphonique.

Avertissement : Le présent bulletin est fourni uniquement à titre informatif et ne propose aucunement des conseils juridiques. La législation environnementale applicable, notamment celle indiquée ci-dessous, devrait être consultée.

  • Loi sur les ressources en eau de l’Ontario, L.R.O. 1990, chap. O.40
  • R.R.O., 1990, Règlement 903 (Puits) tel que modifié pris en application de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario, L.R.O., 1990, chap. O.40
  • Règlement de l’Ontario 153/04, tel que modifié, pris en vertu de la Loi sur la protection de l’environnement, L.R.O. 1990, chap. E. 19

Comme la législation et les règlements changent de temps en temps, il est essentiel d’utiliser les versions les plus à jour.

Figure 1 : Exemples de puits construits par forage ou enfoncement direct (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 1 est une section transversale illustrant trois exemples de trous d’essai et de puits d’exhaure construits par forage ou enfoncement direct sans pointe foncée, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple dans la partie gauche du diagramme (A) illustre un trou d’essai ou un puits d’exhaure foré à travers une couverture en argile et se terminant dans une couverture en sable. Le fond du puits comporte un filtre qui est situé dans la couverture de sable. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un couvercle de puits est installé sur le tubage. Il y a un espace annulaire rempli autour du filtre et du tubage du puits. Le fond de l’espace annulaire autour du filtre du puits et de la partie inférieure du tubage dans la couverture de sable est rempli avec un matériau filtrant. Une couche d’un matériau filtrant secondaire est mise en place au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage dans la partie inférieure de la couverture d’argile. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. L’espace annulaire restant entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli avec un matériau d'étanchéité approprié.

L’exemple au centre du diagramme (B) illustre un trou d’essai ou un puits d’exhaure foré à travers une couverture d’argile, une couverture de sable, une seconde couverture d’argile et une couverture de gravier. Le fond du puits comporte un filtre qui est situé dans la couverture de gravier. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un couvercle de puits est installé sur le tubage. Il y a un espace annulaire rempli autour du filtre et du tubage du puits. Le fond de l’espace annulaire autour du filtre du puits et de la partie inférieure du tubage dans la couverture de gravier est rempli avec un matériau filtrant. Une couche d’un matériau filtrant secondaire est mise en place au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage dans la partie supérieure de la couverture de gravier. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. L’espace annulaire restant entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli avec un matériau d'étanchéité approprié.

L’exemple dans la partie droite du diagramme (C) illustre un trou d’essai et un puits d’exhaure foré à travers une couverture d’argile, une couverture de sable, une seconde couverture d’argile, une couverture de gravier et se terminant dans des fractures aquifères à l’intérieur d’une roche mère calcaire. Le fond du puits comporte un filtre qui est situé dans la roche mère calcaire. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un couvercle de puits est installé sur le tubage. Le tubage est centré dans le trou au moyen de deux centralisateurs. L’utilisation de centralisateurs constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Il y a un espace annulaire rempli autour du filtre et du tubage du puits. Le fond de l’espace annulaire autour du filtre du puits et de la partie inférieure du tubage dans la roche-mère calcaire est rempli avec un matériau filtrant. Une couche d’un matériau filtrant secondaire est mise en place au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage dans la partie supérieure de la roche-mère. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. L’espace annulaire restant entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli avec un matériau d'étanchéité approprié.

Il y a quatre notes sous le diagramme.

La note 1 indique que PGE signifie pratique de gestion exemplaire.

La note 2 indique que la partie supérieure du matériau filtrant autour du filtre de puits ne doit pas être à moins de 2,5 m (8,2 pieds) en dessous de la surface du sol.

La note 3 indique que le diamètre du trou doit être d’au moins 7,6 cm (3 po) supérieur à celui du tubage extérieur final sur toute la longueur du puits depuis la surface du sol mais sur pas plus de 6 m (19,7 pieds).

La note 4 indique que le trou doit être suffisamment grand pour permettre l’installation d’un tuyau à trémie dans l’espace annulaire. Le tuyau à trémie doit être noyé dans le matériau d'étanchéité qui s'accumule à l’intérieur de l’espace annulaire.

Figure 2 : Exemple de puits à tubages multiples dans la roche-mère construits par forage à la sondeuse ou enfoncement direct sans pointe de fonçage (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 2 est une section transversale illustrant un exemple de puits à tubages multiples dans la roche mère construit par forage à la sondeuse ou enfoncement direct sans pointe foncée, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple du diagramme illustre un trou d’essai ou un puits d’exhaure foré à travers une couverture de limon et d’argile, une roche mère gréseuse et se terminant dans des fractures aquifères à l’intérieure d’une roche mère calcaire. Le fond du puits comporte un filtre qui est situé dans la roche mère calcaire. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage intérieur partant du filtre du puits se termine au dessus de la surface du sol. Il y a un tubage extérieur permanent qui est installé autour du tubage intérieur depuis la surface du sol et jusque dans la roche mère gréseuse. Un sabot est fixé à la partie inférieure du tubage extérieur permanent. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un couvercle de puits est installé sur le tubage intérieur. Les tubages sont centrés dans le trou au moyen de centralisateurs. L’utilisation de centralisateurs constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Il y a un espace annulaire rempli autour du filtre du puits, du tubage intérieur et du tubage extérieur permanent. Le fond de l’espace annulaire autour du tubage inférieur et du filtre du puits dans la roche mère calcaire est rempli de matériau filtrant. Une couche d’un matériau filtrant secondaire est mise en place au-dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage intérieur dans la partie supérieure de la roche-mère. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Le reste de l’espace annulaire autour du tubage intérieur entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli d’un matériau d'étanchéité approprié. L’espace annulaire autour du tubage extérieur permanent est rempli d’un matériau d'étanchéité approprié.

Il y a trois notes en dessous du diagramme.

La note 1 indique que PGE signifie pratique de gestion exemplaire.

La note 2 indique de se reporter au chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or Dewatering Well, du manuel pour de plus amples informations sur le diamètre du trou. Le matériau filtrant doit être du gravier ou du sable lavé et propre.

La note 3 indique que l’espace annulaire autour du tubage extérieur permanent doit être rempli d’un matériau d'étanchéité approprié conformément au chapitre 7, Annular Space and Sealing, du manuel. L’espace annulaire entre les tubages doit être obturé de la façon décrite au chapitre 7, Annular Space and Sealing, du manuel. Une pratique de gestion exemplaire devrait consister à remplir l’espace annulaire en dessous du tubage extérieur permanent de la façon décrite dans les pratiques de gestions exemplaires du chapitre 6, Constructing the Hole, Casing & Covering the Test Hole or the Dewatering Well, du chapitre 7, Annular Space and Sealing, et, s'il y a lieu, du chapitre 8, Multi Level Monitoring Test Holes, du manuel.

Figure 3 : Exemples de puits directionnels construits par forage à la sondeuse ou enfoncement direct sans pointe de fonçage (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 3 est une section transversale illustrant deux exemples de puits directionnels construits par forage à la sondeuse ou enfoncement direct sans pointe foncée, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple de la partie gauche du diagramme (A) illustre un trou d’essai et un puits d’exhaure incliné de la gauche vers la droite en dessous de la surface du sol à l’intérieur de la subsurface. Le fond du puits comporte un filtre de puits. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au-dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un bouchon de fermeture étanche à l’air (p. ex. fiche de verrouillage) est monté à la partie supérieure du tubage. Le tubage et le filtre de puits sont installés dans la partie gauche du trou. Il y a un espace annulaire rempli autour du tubage et du filtre du puits. Il y a un espace annulaire très petit ou pratiquement non existant dans la partie gauche du trou comparativement à l’espace annulaire du côté droit. Le fond de l’espace annulaire autour du filtre et du tubage inférieur du puits est rempli de matériau filtrant. Une couche de matériau filtrant secondaire est placée au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Le reste de l’espace annulaire entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli d’un matériau d'étanchéité approprié.

L’exemple de la partie gauche du diagramme (B) illustre un trou d’essai et un puits d’exhaure incliné de la gauche vers la droite en dessous de la surface du sol à l’intérieur de la subsurface. Le fond du puits comporte un filtre de puits. Un bouchon est placé en bas du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au-dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un bouchon de fermeture étanche à l’air (p. ex. fiche de verrouillage) est monté à la partie supérieure du tubage. Le tubage est centré dans le trou à l’aide de trois centralisateurs installés entre la paroi du trou et le tubage. L’utilisation de centralisateurs constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Il y a un espace annulaire rempli autour du tubage et du filtre du puits. Le fond de l’espace annulaire autour du tubage inférieur et du filtre du puits est rempli de matériau filtrant. Une couche de matériau filtrant secondaire est placée au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Le reste de l’espace annulaire entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli d’un matériau d'étanchéité approprié.

Il y cinq notes en dessous du diagramme.

La note 1 indique que PGE signifie pratique de gestion exemplaire.

La note 2 indique qu'il important d’utiliser des centralisateurs pour centrer le tubage dans le trou (voir l’exemple B). Le fait que le tubage soit centré permet de convenablement distribuer le matériau filtrant autour du filtre du puits et le matériau d'étanchéité autour du tubage. L’absence de centralisateur provoque le déport du tubage et du filtre du puits vers un des côtés du trou. Ceci empêche l’installation d’un matériau filtrant autour du filtre de puits et la mise en place régulière de matériaux d'étanchéité autour du tubage (voir A). Il peut en résulter le bouchage du filtre de puits par les matériaux de la formation et l’augmentation du risque de migration de contaminants et de matières étrangères le long du tubage.

La note 3 indique que le haut du matériau filtrant autour du filtre du puits ne doit pas être à moins de 2,5 m (8,2 pieds) en dessous de la surface du sol.

La note 4 indique que le diamètre du trou doit être d’au moins 7,6 cm (3 pouces) supérieur à celui du tubage extérieur final sur toute la longueur du puits depuis la surface du sol mais sur pas plus de 6 m (19,7 pieds).

La note 5 indique que le trou doit être suffisamment large pour l’installation d’un tube à trémie dans l’espace annulaire.

Figure 4 : Puits foré dans la couverture – Méthode par développement naturel, tubage tiré vers le haut et filtre exposé (puits dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 4 est une section transversale illustrant un exemple de puits foré dans la couverture selon la méthode par développement naturel, avec le tubage tiré vers le haut et le filtre exposé, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple illustre un trou d’essai ou un puits d’exhaure dans une formation aquifère de sable et de gravier. Le fond du puits est doté d’un filtre de puits télescopique qui est situé dans la formation aquifère de sable et de gravier. Un bouchon est installé au fond du filtre du puits. Une colonne montante est posée entre le filtre du puits et le tubage sus jacent. Une garniture K scelle la partie inférieure du tubage intérieur à la colonne montante. Le tubage part d’un point juste au dessus du filtre du puits et se termine au-dessus de la surface du sol. Un bouchon de puits est installé en haut du tubage et une plaque d’identification est apposée sur le tubage au dessus de la surface du sol. Il y a un espace annulaire autour du tubage qui a été rempli d’un matériau d'étanchéité approprié. Durant le tirage vers le haut du tubage afin d’exposer le filtre du puits, l’espace annulaire adjacent au filtre du puits s'est rempli de sable et de gravier naturel lorsque l’eau a pénétré dans le puits. La surface du sol à côté du tubage a été profilée en monticule afin qu'il ne de forme pas de flaques d’eau à proximité du puits.

Il y a deux notes en dessous du diagramme.

La note 1 indique que le diamètre du trou doit être d’au moins 7,6 cm (3 pouces) supérieur à celui du tubage extérieur final sur toute la longueur du puits depuis la surface du sol mais sur pas plus de 6 m (19,7 pieds).

La note 2 indique que si des centralisateurs sont utilisés avec un matériel rotatif ou si un dispositif de centrage du tubage est employé avec une foreuse à câble, le diamètre du trou doit être d’au moins 5,1 cm (2 pouces) supérieur à celui du tubage extérieur final sur toute la longueur du puits depuis la surface du sol mais sur pas plus de 6 m (19,7 pieds).

Figure 5 : Exemple de trou d’essai creusé (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 30 jours après les travaux de construction)

La figure 5 est une section transversale illustrant l’exemple d’un trou d’essai creusé dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple illustre un trou d’essai creusé dans une couverture de sable jusqu'en dessous du niveau phréatique. Le fond du puits comporte un filtre qui est situé dans la couverture de sable en dessous du niveau phréatique. Une fiche enfonçable ou vissable est posée sur le fond du filtre de puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au-dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un couvercle de puits plein étanche à l’eau (p. ex. : fiche de verrouillage) est posé en haut du tubage. Il y a un espace annulaire rempli autour du tubage et du filtre du puits du côté de l’excavation. Le fond de l’espace annulaire autour du tubage inférieur et du filtre du puits dans la couverture de sable est rempli de matériau filtrant. Une couche de matériau filtrant secondaire est mise en place au dessus du matériau filtrant dans l’espace annulaire autour du tubage installé dans la partie inférieure de la couverture. La mise en place d’une couche de matériau filtrant secondaire constitue une pratique de gestion exemplaire (PGE) et n'est pas une exigence. Le reste de l’espace annulaire entre la surface du sol et le matériau filtrant secondaire est rempli d’un matériau d'étanchéité approprié. La surface du sol à côté du tubage a été profilée en monticule afin qu'il ne de forme pas de flaques d’eau à proximité du puits.

Il y a trois notes en dessous du diagramme.

La note 1 indique que PGE signifie pratique de gestion exemplaire.

La note 2 indique que la partie supérieure du sable, du gravier ou des matériaux présents sur place autour du filtre du puits et du tubage ne doit pas être à moins de 2,5 m (8,2 pieds) en dessous de la surface du sol.

La note 3 indique que le matériau d'étanchéité approprié doit être capable de présenter une résistance structurale suffisante pour supporter le poids de personnes et de véhicules qui pourraient circuler sur la zone.

Figure 6 : Exemple de puits d’exhaure construits par lançage avec pointe foncée (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 6 est une section transversale illustrant un exemple de puits d’exhaure  foré par lançage avec pointe foncée, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple illustre un puits d’exhaure foré par lançage dans la subsurface jusqu'en dessous du niveau phréatique. Le fond du puits est doté d’un filtre de puits qui est situé dans la subsurface sous le niveau phréatique. Une pointe foncée est fixée au fond du filtre du puits. Un tubage partant du filtre du puits se termine au-dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont étanches à l’eau et sont par exemple des joints filetés lisses. Un bouchon de puits à l'épreuve de la vermine est installé en haut du tubage. Le tubage se prolonge à une hauteur suffisante au dessus de la surface du sol pour que l’on puisse y apposer une plaque d’identification de puits. Il y a un espace annulaire rempli autour du tubage du côté de l’excavation. L’espace annulaire est complètement rempli d’un matériau d'étanchéité approprié jusqu'à la surface du sol. La surface du sol à côté du tubage a été profilée en monticule afin qu'il ne de forme pas de flaques d’eau à proximité du puits.

Il y a une note en dessous du diagramme. Cette note indique que, dans cet exemple, le trou est construit par lançage. Une fois le trou terminé, un filtre de puits à pointe foncée avec un tubage est placé dans le trou. La personne qui construit le puits par lançage doit s'assurer que l’espace annulaire autour du tubage du puits est obturé afin d'éviter toute circulation d’eau, de gaz naturel, de contaminants ou d’autres matériaux entre les formations souterraines (par exemple, formations aquifères), ou entre une formation souterraine et la surface du sol.

Figure 7 : Exemple de puits d’exhaure construit par enfoncement direct avec pointe foncée (dont l’abandon n’est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction)

La figure 7 est une section transversale illustrant un exemple de puits d’exhaure foré par enfoncement direct avec pointe foncé, dont l’abandon n'est pas prévu dans les 180 jours après l’achèvement des travaux de construction. Voir ci-dessous pour la description.

Cette figure n’est pas à l’échelle, est donnée à titre d’illustration pour ce bulletin technique seulement et ne représente pas nécessairement la pleine conformité aux exigences figurant dans le règlement sur les puits.

L’exemple illustre un puits d’exhaure foncé dans la subsurface jusqu'en dessous du niveau phréatique. Le fond du puits est doté d’un filtre de puits préalablement garni qui est situé dans la subsurface sous le niveau phréatique. Un bouchon est fixé au fond du filtre de puits préalablement garni. Il y a en dessous une pointe foncée non réutilisable qui n'est pas fixée au bouchon. Un tubage partant du filtre de puits préalablement garni se termine au-dessus de la surface du sol. Les joints du tubage sont des joints étanches à l’eau. Un bouchon de puits à l'épreuve de la vermine est monté à la partie supérieure du tubage. Le tubage se prolonge à une hauteur suffisante autour du sol pour que l’on puisse y apposer une plaque d’identification de puits. Il y a un espace annulaire rempli autour du tubage du côté de l’excavation. L’espace annulaire est complètement rempli d’un matériau d'étanchéité approprié jusqu'à la surface du sol. La surface du sol à côté du tubage a été profilée en monticule afin qu'il ne de forme pas de flaques d’eau à proximité du puits.

Une ligne pointillée est tracée horizontalement entre le terme « A », qui est à gauche du filtre de puits préalablement garni, et le terme « A' », qui à droite du filtre de puits préalablement garni.

Il y a deux notes en dessous du diagramme.

La première note indique que, dans cet exemple, des tiges foncées dotées d’une pointe foncée amovible (non réutilisable) ont été foncées dans le sol. Un filtre de puits préalablement garni avec un tubage a été installé dans les tiges foncées. Un espace annulaire a été créé entre les tiges foncées et le tubage. Cet espace annulaire a été rempli avec un matériau d'étanchéité approprié et les tiges foncées ont été retirées.

La deuxième note indique que, comme une pointe foncée a été utilisée durant la construction, les matériaux et les méthodes approuvés par le directeur doivent être mis en œuvre pour remplir l’espace annulaire.

À la droite des deux notes il y a un second diagramme appelé « Coupe transversale A-A' ». Il s'agit d’une vue de dessus du puits. Le diagramme comporte un cercle représentant l’extérieur du filtre de puits préalablement rempli. Une ligne pointillée est tracée horizontalement entre le terme « A », qui est à gauche du filtre de puits préalablement garni, et le terme « A' », qui à droite du filtre de puits préalablement garni. La partie extérieure du filtre de puits préalablement rempli est en grillage ou en fil en V en acier inoxydable. Le diagramme comporte aussi un cercle intérieur qui représente un filtre de puits à fentes. Il y a entre les deux cercles un matériau filtrant, habituellement du sable silice.

Pour tout renseignement au sujet de l’approbation par le directeur des méthodes d’obturation, voir la section « Grout Placement – Annular Space for Driven Points » du chapitre 7, Annular Space & Sealing, du manuel.