Aperçu

La science du feu est l’étude du comportement d’un feu dans nos étendues de nature sauvage.

Grâce à une meilleure compréhension du comportement du feu, les responsables du Ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts déterminent les possibilités d’utiliser le feu comme un processus écologique pouvant maintenir la biodiversité et restaurer les écosystèmes qui en dépendent.

Les gestionnaires doivent également prendre en compte les répercussions sociales et économiques de la protection des biens et des ressources, par exemple les chalets et la faune. Grâce à nos connaissances en science et comportement des incendies, nous sommes plus à même d’équilibrer le rôle naturel des feux de forêt tout en protégeant les ressources de l’Ontario.

Feu de broussailles

Un feu de broussailles est tout incendie qui brûle :

  • dans une forêt
  • dans une prairie
  • dans une zone de végétation de la toundra alpine

Triangle du feu

Triangle du feu

Pour qu’un feu se déclare, trois éléments doivent être présents : la chaleur, le combustible et l’oxygène. Ensemble, ils forment ce que l’on appelle le « triangle du feu ».

  1. La chaleur est l’étincelle ou la source qui amène le combustible à sa température d’allumage. Elle peut être causée par des personnes, comme le fait d’allumer une allumette, ou par des causes naturelles, comme la foudre.
  2. Les combustibles sont la végétation, par exemple les arbres, les feuilles mortes et les brindilles sur le sol, ou d’autres matériaux qui peuvent brûler.
  3. L’oxygène est un composant de l’air nécessaire à la combustion.

Ces trois éléments doivent être présents pour qu’un feu s’embrase et continue de brûler. En présence d’un ou deux de ces composants seulement, un incendie ne peut pas se déclencher.

Briser le triangle du feu

Pour maîtriser ou éteindre un incendie, il faut retirer au moins un des éléments du triangle du feu. L’extinction d’un incendie – soit contenir ou éteindre le feu – est réussie lorsque le triangle du feu est brisé par l’élimination de la chaleur, du combustible ou de l’oxygène.

Pour éliminer un des éléments et briser le triangle, il faut :

  • refroidir le feu avec de l’eau, ce qui permet d’évacuer la chaleur
  • étouffer les matériaux en combustion avec de la terre ou de l’eau, ce qui élimine l’oxygène
  • supprimer l’accès aux sources de carburant disponibles en :
    • séparant les matériaux combustibles non brûlés de ceux qui brûlent en bordure du feu
    • établissant une ligne d’arrêt ou une allée coupe-feu de combustible dégagé et brûlé, autour de l’incendie
    • en pulvérisant de l’eau, de la mousse ou un retardateur sur les matériaux non brûlés, ce qui les rend moins combustibles

Triangle du comportement du feu

Triangle du comportement du feu

Le comportement du feu est la façon dont le combustible s’enflamme, les flammes se développent et le feu se propage. Il est déterminé par une interaction entre les combustibles, le temps et la topographie. Un feu de broussaille subit les interactions de ces trois facteurs.

Combustibles

  • Les combustibles ont un effet sur le comportement du feu selon :
    • le type de combustible
    • la taille
    • la disposition
    • la teneur en humidité
  • Les types de combustibles sont des groupes généraux classés selon des caractéristiques de combustion. Ils comprennent :
    • les conifères
    • les arbres à feuilles caduques
    • l’herbe
  • La taille du combustible a une incidence sur la vitesse à laquelle il brûle. Les combustibles de petite taille, comme les brindilles et les herbes, sèchent et brûlent plus rapidement que les combustibles plus grossiers.
  • La disposition des combustibles fait référence à la répartition horizontale et verticale de toutes les matières inflammables dans une catégorie de combustible. La disposition se décrit comme continue ou discontinue.
  • La teneur en humidité du combustible est un facteur important de la quantité de combustible disponible pour la combustion. Plus l’humidité est faible, plus la quantité de combustible à brûler est élevée.

Conditions météorologiques

  • Les facteurs météorologiques qui influent sur le comportement d’un incendie sont les suivants :
    • l’humidité relative
    • les précipitations
    • la température
    • le vent
  • L’humidité relative est la quantité d’humidité dans l’air et elle influe directement sur la teneur en humidité des combustibles.
  • Les précipitations incluent la pluie, la grêle ou la neige qui influent sur la quantité d’humidité contenue dans le combustible.
  • La température est le degré de chaleur ou de froid. Elle influe sur la capacité des combustibles à s’assécher.
  • Le vent est l’un des plus importants facteurs déterminant le comportement du feu; il a un effet à la fois sur la direction et la vitesse de propagation d’un feu de broussaille. Il influe sur la vitesse à laquelle les combustibles sèchent en déplaçant l’air humide vers les combustibles ou à l’écart de ces derniers, et peut attiser des braises qui allument de nouveaux feux dans un autre endroit.

Topographie

  • La topographie est l’ensemble des caractéristiques physiques de la surface du sol. Ces caractéristiques sont évaluées en fonction de ce qui va arrêter, contrer ou favoriser la propagation du feu.
  • La pente est l’inclinaison vers le haut ou vers le bas de la surface du sol. Lorsqu’un feu brûle en remontant la pente, le combustible est plus facilement réchauffé, ce qui signifie qu’il brûlera plus rapidement en remontant qu’en descendant une pente.
  • L’exposition est la direction dans laquelle la pente est orientée. Les pentes orientées vers le sud sont exposées plus longtemps au soleil, ce qui rend les combustibles plus chauds et secs, donc plus faciles à brûler.
  • Les sources d’eau sont les lacs, les rivières, les marécages et les voies navigables qui peuvent ralentir ou arrêter la propagation des feux de broussailles. Cependant, les marais les plus secs possèdent également des combustibles qui favorisent la propagation des incendies.

Types de feux de forêt

Il existe trois types d’incendies de forêt : en profondeur, en surface et dans la cime.

Feu de profondeur
Feu de profondeur

Feux de surface
Feu de surface

Feu de cime
Feu de cime

Feu de profondeur

Un feu de profondeur (souterrain) brûle dans la matière organique sous la litière de la forêt. Ce type d’incendie est généralement décrit comme un feu couvant ou rampant. La profondeur à laquelle ces feux brûlent dépend de la profondeur des matières organiques et des conditions de sécheresse du moment. Les feux de profondeur peuvent être difficiles à éteindre, car leur contour est souvent difficile à localiser. Les feux qui brûlent en profondeur mettront également plus de temps à s’éteindre.

Feux de surface

Un feu de surface brûle dans la couche de combustible de surface qui comprend la litière supérieure du sol de la forêt, comme les feuilles mortes, les aiguilles et la végétation. Le feu n’atteint pas la cime des arbres. Bien que des flambées en chandelle et du transport de tisons puissent se produire occasionnellement, la propagation du feu demeure près de la surface du sol forestier et ne brûle pas les arbres. La flambée en chandelle est l’embrasement d’un arbre ou d’un petit groupe d’arbres sans la présence d’un feu de cime soutenu, tandis que les transports de tisons sont des étincelles ou des braises portées par le vent et qui déclenchent de nouveaux incendies.

Les feux de surface qui se déplacent lentement sont décrits comme des feux rampants.

Les feux de surface se déplaçant plus rapidement sont généralement décrits comme des feux roulants.

Les feux de surface peuvent se transformer en feux de cime dans les conditions suivantes :

  • combustibles continus, de la couche superficielle aux cimes
  • présence de conifères
  • vent assez fort pour faire passer le feu à travers les cimes

Feu de cime

Un feu de cime progresse à travers la couche de combustible de la cime des arbres, le plus souvent simultanément à un feu de surface. Le type, le volume et la disposition des combustibles, de la surface à la cime, sont autant de facteurs qui contribuent au développement des feux de cime. Le feu progresse en un mur de flammes bien défini, qui s’élève de la couche de combustible de surface jusqu’au-dessus de la cime. Les feux de cime se propagent rapidement et entravent considérablement le travail visant à stopper la propagation ou à éteindre l’incendie.

Il existe deux types de feux de cime :

  • Le feu de cime intermittent, où les arbres s’enflamment souvent en chandelle, mais pas en continu. La vitesse de propagation est dictée par le feu de surface.
    Feu de cime intermittent
  • Le feu de cime continu, où le feu progresse en mur de flammes bien défini, s’étendant de la couche de combustible de surface jusqu’au-dessus de la cime. Le feu de surface et le feu de cime se propagent en une seule unité.
    Feu de cime continu

Avantages des feux de broussailles dans les forêts

Les incendies de forêt sont un processus naturel important pour les forêts de l’Ontario. Le feu renouvelle la forêt, crée des écosystèmes naturels sains et diversifiés.

Les cônes sérotinoïdes

De nombreuses espèces, comme le pin gris, ont besoin des feux de forêt pour se reproduire, car seule une chaleur intense ouvre leurs cônes sérotinoïdes.

D’autres espèces, telles que les herbes, dépendent du feu pour réduire la concurrence. Si aucun incendie ne survient ou s’il est éteint, le portrait forestier pourrait changer et les espèces présentes risquent de ne plus s’épanouir. La régénération de la végétation dans l’écosystème forestier se produit lors de la nouvelle croissance après un feu.

croissance

Feux de broussailles nuisibles

Les incendies de forêt qui présentent un risque pour la sécurité publique et les biens et ressources, soit les communautés, les propriétés, l’approvisionnement en bois et les infrastructures, sont considérés comme nuisibles. Ces incendies sont gérés de manière à réduire les répercussions sociales et économiques. Bien que les feux de broussailles soient importants pour l’écosystème, il importe de trouver un équilibre avec les besoins de ceux qui vivent sur ces territoires et dépendent de la terre. Le programme ontarien de gestion des incendies de forêt a pour but de vous protéger pendant la saison des feux.