Demandez ce contenu dans diverses langues (chinois, italien, portugais, punjabi ou espagnol) ou dans un autre format en écrivant à askofmem@ontario.ca.

Remerciements

Ce guide de préparation aux situations d’urgence à l’intention des personnes ayant un handicap ou des besoins particuliers a été préparé par le Bureau du commissaire des incendies et de la gestion des situations d’urgence du gouvernement de l’Ontario en partenariat avec la Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario.

Afin de publier un guide qui encourage les valeurs et protège l’intégrité, l’indépendance et la sécurité de tous les Ontariens et Ontariennes, les organismes ci-dessous ont été consultés. Nous avons beaucoup apprécié leur connaissance des questions soulevées et les réflexions qu’ils ont partagées avec nous :

  • Affaires mondiales Canada
  • Association canadienne du diabète
  • Bureau du Commissaire des incendies et de la gestion des situations d’urgence
  • Centre for Independent Living in Toronto (CILT)
  • Croix-Rouge canadienne
  • Fondation INCA
  • Fondation MedicAlert Canada
  • Institut de réadaptation de Toronto
  • La Marche des dix sous du Canada – Ontario
  • Learning Disabilities Association of Ontario
  • Lésions médullaires Ontario
  • Ministère des Affaires des personnes âgées (aujourd’hui le ministère des Services aux aînés et de l’Accessibilité)
  • Ministère des Services gouvernementaux (aujourd’hui le ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs)
  • National Organization on Disability (É.-U.)
  • Unité de gestion des situations d’urgence du ministère des Services sociaux et communautaires (aujourd’hui le ministère du Solliciteur général)
  • Société canadienne de la sclérose en plaques, section de Toronto et division de l’Ontario
  • Société canadienne de l’ouïe (aujourd’hui Services canadiens de l’ouïe)
  • Société de protection des animaux de l’Ontario
  • SOS Technologies Action Urgence
  • St. Demetrius Development Corporation

Nous sommes particulièrement reconnaissants à toutes les personnes qui ont pris le temps de poser pour les photos qui illustrent le présent guide

Comme toutes les situations d’urgence ne sont pas similaires ni prévisibles, c’est à chacun de juger comment offrir son aide lorsqu’elles surviennent, sans mettre en risque sa sécurité ni celle d’autrui.

Introduction

Les situations d’urgence sont souvent soudaines et imprévues. Bien que l’Ontario soit doté d’une législation et de programmes efficaces sur la gestion des situations d’urgence, les ressources gouvernementales peuvent se retrouver sous pression le moment venu, et il est essentiel que les particuliers et les familles jouent leur rôle dans la préparation aux crises. Il est important que les particuliers et chaque membre de leur foyer soient prêts à se suffire à eux-mêmes lors d’une catastrophe ou pendant au moins trois (3) jours immédiatement après celle-ci. Le présent guide propose des réflexions et des conseils spéciaux de préparation aux situations d’urgence à l’intention des quelque 1,5 million d’Ontariennes et d’Ontariens ayant un handicap ou des besoins particuliers, y compris les personnes âgées.

Préparez-vous dès maintenant

La préparation aux situations d’urgence comprend l’élaboration et la pratique d’un plan familial d’urgence et la préparation d’une trousse de survie. Les personnes qui vivent avec un handicap physique, visuel, auditif ou non visible doivent intégrer au plan familial les aménagements particuliers dont elles ont besoin. Pour bien vous préparer aux situations d’urgence en tenant compte de vos besoins particuliers, veuillez vous reporter à la catégorie qui vous correspond dans le guide. Vous y trouverez des conseils de planification et une liste d’articles à inclure dans la trousse de survie. Pour obtenir plus de renseignements sur les mesures de gestion des urgences dans votre région, veuillez vous adresser au coordonnateur ou à la coordonnatrice de la gestion des situations d'urgence par l'intermédiaire de votre bureau gouvernemental local.

Liste de contrôle de votre trousse de survie

  • lampe de poche et piles
  • radio et piles ou radio à manivelle
  • piles de rechange (pour la radio, la lampe de poche, les appareils et accessoires fonctionnels, etc.)
  • trousse de premiers soins
  • téléphone pouvant fonctionner pendant une panne de courant
  • chandelles et allumettes ou briquet
  • double des clés de voiture et argent comptant
  • papiers importants (identité)
  • aliments non périssables et bouteilles d’eau
  • ouvre-boîte manuel
  • vêtements et chaussures
  • couvertures ou sacs de couchage
  • papier de toilette et autres articles personnels
  • médicaments, bracelet ou article d’identité medicalertmd
  • sac à dos ou sac de sport
  • sifflet (pour attirer l’attention, au besoin)
  • jeux de cartes

Cette liste de contrôle de la trousse de survie comporte les articles essentiels que chaque personne devrait conserver dans un endroit facile d’accès pour l’aider à se suffire à elle-même lors d’une situation d’urgence ou pendant au moins trois (3) jours immédiatement après celle-ci. Comme les besoins en cas d’urgence varient suivant le handicap, vous trouverez dans la catégorie appropriée des suggestions d’articles supplémentaires.

Liste de contrôle de la trousse de survie des animaux d’assistance

La liste de contrôle de la trousse de survie des animaux d’assistance inclut les articles essentiels que toute personne avec un animal d’assistance devrait avoir préparés à l’avance pour assurer le confort de celui-ci pendant une situation d’urgence et de stress. Il est conseillé de conserver tous les articles dans un sac transportable facile d’accès au cas où une évacuation serait nécessaire. N’oubliez pas de vérifier la trousse deux fois par an (par exemple, lorsque vous vérifiez votre détecteur de fumée) pour vous assurer que les aliments, l’eau et les médicaments sont en bon état, et pour remplacer tout article que vous avez pu « emprunter » à la trousse.

  • ration d’au moins trois jours d’eau en bouteille et d’aliments pour animaux
  • bols transportables pour l’eau et les aliments
  • serviettes de papier et ouvre-boîte
  • médicaments avec une liste indiquant leur objectif (par exemple, pathologie), posologie, fréquence d’administration et coordonnées du vétérinaire
  • dossiers médicaux, y compris les vaccinations
  • laisse ou harnais
  • muselière (au besoin)
  • couverture et jouet favori
  • sacs à déchets
  • étiquette d’identité récente avec votre nom et numéro de téléphone et ceux du vétérinaire (les puces électroniques sont également recommandées)
  • photo récente de l’animal au cas où il se perdrait ou se trouverait séparé de vous
  • copie du permis (au besoin)

Propriétaires d’animaux

Bien que les animaux d’assistance soient acceptés dans les refuges d’urgence, les animaux de compagnie ne le sont pas. Il est donc conseillé aux propriétaires de préparer une trousse d’urgence similaire pour chaque animal suivant ses besoins. Dans le cas des chats, incluez un panier, un petit bac à litière, de la litière, une pelle et des sacs en plastique. On recommande aussi de s’arranger au préalable avec sa famille et ses amis pour qu’ils prennent soin des animaux en cas d’évacuation d’urgence.

Considérations importantes avant et pendant une situation d’urgence

  • Les articles proposés pour la trousse de survie ne constituent qu’une suggestion et ne s’appliquent pas nécessairement à toutes les situations d’urgence ni à tous les besoins particuliers. Il vous incombe donc de décider quels articles essentiels inclure pour vous-même et pour les membres de votre foyer.
  • Une panne de courant peut survenir durant une situation d’urgence.
  • Durant une situation d’urgence, il se peut que l’on doive vous évacuer dans un abri. Il est recommandé d’avoir une personne-ressource désignée qui réside à l’extérieur de votre communauté immédiate pour que, en cas d’évacuation, les membres de la famille puissent facilement garder le contact par son intermédiaire.
  • Emballez et conservez tous les articles de la trousse de survie (y compris les médicaments, les fournitures médicales et les appareils et accessoires fonctionnels) dans un contenant aisément accessible et facile à transporter en cas d’évacuation.
  • Constituez-vous un réseau de personnes au travail et à la maison en mesure de vous aider en cas d’urgence. (N’oubliez pas de dire aux membres de votre réseau où vous gardez votre trousse de survie.)
  • Préparez une liste de toutes vos allergies aux aliments ou aux médicaments, s’il y a lieu, et de tous les médicaments que vous prenez. Vous pourriez communiquer cette liste à votre réseau désigné et en garder aussi une copie dans votre trousse de survie, sur vous, à la maison, dans votre lieu de travail et dans votre voiture (le cas échéant).
  • Sur votre liste de médicaments, notez l’objectif de chaque médicament (par exemple, pathologie traitée) et ajoutez le nom générique, la posologie et la fréquence d’administration, ainsi que le nom et les coordonnées du médecin.
  • Si vous avez des enfants ayant un handicap ou des besoins particuliers, préparez une liste similaire pour chacun et donnez-la à la personne qui les garde, à l’école, aux personnes avec lesquelles en cas d’urgence, etc.
  • Si vous avez une allergie, une maladie chronique ou un besoin médical particulier, vous pourriez envisager, dans le cadre de votre plan, de vous procurer un bracelet ou un article d’identité Medicalert®. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site au MedicAlert.
  • Vérifiez régulièrement la date limite d’utilisation sur tous les médicaments, aliments en boîte ou en paquet et sur toutes les bouteilles d’eau dans votre trousse de survie. Il est conseillé de remplacer les aliments et l’eau au moins une fois par an.
  • Préparez une liste des coordonnées de toutes les personnes avec lesquelles communiquer en cas d’urgence et donnez-en une copie à votre réseau au travail et à la maison. Gardez-en également une copie sur vous, dans votre trousse de survie, à la maison, au travail et dans votre voiture (le cas échéant).
  • Fournissez des instructions écrites à l’intention de votre réseau sur la meilleure façon de vous aider, vous et votre animal d’assistance (s’il y a lieu), en cas d’urgence.
  • Étiquetez tout l’équipement correspondant à vos besoins particuliers et attachez des cartes d’instructions laminées sur la façon d’utiliser, de retirer ou de déplacer chaque appareil ou accessoire fonctionnel en cas d’urgence.
  • Puisque vos médicaments,vos appareils et accessoires fonctionnels et votre état médical peuvent changer avec le temps, il est conseillé de réévaluer vos besoins et d’intégrer tout changement à votre trousse de survie et à votre plan d’urgence.
  • Si vos besoins personnels comprennent les soins continus d’un(e) préposé(e) ou un appareil de soutien de la vie, prenez des dispositions avec votre réseau pour que l’on s’occupe de vous immédiatement en cas d’urgence ou si les autorités locales donnent un ordre d’évacuation.
  • Portez sur vous un signal d’alerte personnel puissant pour que l’on puisse suivre vos allées et venues.
  • Si vous utilisez un équipement ou un appareil de soutien de la vie, ayez un plan de secours qui vous permette de continuer de l’utiliser en cas de panne d’électricité.
  • Installez des détecteurs de fumée en bon état à chaque étage de votre maison et à l’extérieur de tous les endroits où une personne dort.
  • Vérifiez vos détecteurs de fumée une fois par mois en appuyant sur le bouton d’essai. Remplacez les piles tous les six mois et chaque fois que vous entendez le son indiquant que la pile est faible.
  • Installez des avertisseurs de monoxyde de carbone (CO) à l’extérieur de toutes les chambres à coucher si votre maison est équipée d’un appareil à combustible, a une cheminée ou comporte un garage.
  • Élaborez et pratiquez un plan d’évacuation de votre maison en cas d’incendie ou reportez-vous au plan de sécurité de votre immeuble pour que tout le monde chez vous sache quoi faire en cas d’incendie.
  • Pratiquez votre plan d’urgence avec votre réseau au moins deux fois par an.
  • Si, en cas d’urgence, votre réseau de soutien se trouve dans l’impossibilité de vous aider pour quelque raison que ce soit, demandez à d’autres personnes de vous venir en aide. N’oubliez pas de les informer de vos besoins particuliers et de ce qu’elles peuvent faire pour vous aider.

Conseils généraux pour aider une personne handicapée

  • Demandez d’abord à la personne si elle a besoin de votre aide ou la souhaite — n’assumez pas simplement que c’est le cas.
  • Permettez à la personne de s’exprimer quant à la meilleure façon de l’aider.
  • Ne touchez pas la personne, son animal d’assistance ou son appareil ou accessoire fonctionnel sans son autorisation.
  • Suivez les directives affichées sur l'équipement adapté ou l’appareil ou accessoire fonctionnel lorsque survient une situation d'urgence.
  • N’essayez pas de soulever, de soutenir ou d’aider une personne à se déplacer si vous ne connaissez pas les techniques de sécurité à suivre.
  • N’administrez jamais d’aliment ni de liquide à une personne inconsciente ou qui ne réagit pas.
  • Sachez que certaines personnes ayant un handicap peuvent exiger que vous utilisiez des gants sans latex pour éviter de leur communiquer une infection virale.
  • Après une catastrophe, demandez à la personne ayant des besoins particuliers s’il y a des parties de son corps où elle a moins de sensations et si elle veut que vous vérifiiez si elle a été blessée.

Mobilité réduite

  • Les personnes dont la mobilité est réduite peuvent avoir de la difficulté à utiliser les escaliers ou à se déplacer rapidement sur une longue distance. Il se peut qu’elles aient besoin d’utiliser un équipement d’aide à la mobilité comme un fauteuil roulant, un scooter, un ambulateur, des béquilles ou une canne. En outre, les personnes qui ont des problèmes cardiaques ou différents troubles respiratoires peuvent présenter un certain niveau de limitation de mobilité.

Votre plan d’urgence :

  • Demandez à votre réseau de s’exercer à déplacer votre équipement adapté comme cela est prévu dans votre plan d’urgence. Il pourra ainsi se familiariser avec la façon de manipuler ou d’utiliser votre équipement adapté durant une situation d’urgence.
  • Si vous utilisez un fauteuil roulant ou un scooter, demandez qu’un fauteuil d’évacuation d’urgence soit conservé près de la cage d’escalier de l’étage où vous habitez (ou travaillez) pour que votre réseau puisse l’utiliser en cas d’évacuation.
  • Dans votre liste d’instructions d’urgence, vous pouvez indiquer aux membres de votre réseau les parties de votre corps où vous avez moins de sensations pour qu’ils puissent vérifier qu’elles n’ont pas été blessées — s’il vous est impossible de vérifier vous-même.
  • Vérifiez auprès de votre bureau municipal local si les abris d’urgence de votre quartier sont accessibles aux fauteuils roulants.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes à mobilité réduite

  • Utilisez, si possible, des gants sans latex lorsque vous dispensez des soins personnels. (Par exemple, les personnes ayant un traumatisme médullaire courent un plus grand risque d’attraper une maladie contagieuse pendant une situation d’urgence. Les gants permettent de réduire les risques de pathologie secondaire en cas de perturbation des soins personnels.)
  • Assurez-vous de la présence du fauteuil roulant près de la personne qui l’occupe.
  • Ne déplacez pas le fauteuil roulant d’une personne sans sa permission.

Déficience visuelle

La perte de la vision comprend toute une gamme de troubles, depuis la cécité totale jusqu’à la vision partielle ou basse sans possibilité d’amélioration au moyen de verres ou d’une chirurgie. Lors d’une situation d’urgence, une personne peut avoir de la difficulté à lire les panneaux ou à se déplacer dans un milieu inconnu, et se retrouver en situation de désorientation et de dépendance à l’égard d’autrui.

Votre plan d’urgence :

  • Ayez une longue canne à portée de la main pour vous aider à vous déplacer parmi les débris et les meubles après une situation d’urgence.
  • Marquez tous les articles d’urgence avec du ruban adhésif fluorescent, en braille ou en gros caractères.
  • Marquez à l’avance les robinets d’arrêt du gaz, de l’eau et de l’électricité avec du ruban fluorescent, en braille ou en gros caractères.
  • Familiarisez-vous avec toutes les issues de secours à chaque étage du bâtiment où vous travaillez ou habitez, ou que vous visitez.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes ayant une déficience visuelle

  • Commencez toujours par demander si vous pouvez aider.
  • Lors d’une situation d’urgence, tracez un X avec le doigt sur le dos des personnes atteintes de surdité ou de cécité pour leur indiquer que vous êtes en mesure de les aider.
  • Pour communiquer avec une personne atteinte de surdité ou de cécité, essayez de tracer des lettres avec le doigt sur la paume de sa main.
  • Pour guider la personne, offrez-lui votre bras au lieu de prendre le sien et marchez à son rythme. Restez un demi-pas en avant.
  • Si la personne a un chien d’assistance, demandez-lui où vous devriez marcher pour éviter de distraire l’animal.
  • Prévenez la personne s’il y a des marches, des bordures ou des obstacles majeurs, ou un changement de direction.
  • Vérifiez qu’il n’y a pas d’objet en saillie auquel la personne risque de se heurter.
  • Ne partez pas du principe que la personne ne peut pas vous voir ou qu’elle a besoin de votre aide. N’empoignez jamais une personne ayant une perte de vision.
  • Ne touchez pas, ne regardez pas dans les yeux et ne distrayez pas le chien d’assistance de la personne, car cela peut mettre son propriétaire en grave danger. Ne criez pas lorsque vous parlez à une personne ayant une perte de vision. Parlez clairement et donnez des instructions précises.
  • Évitez l’expression « là-bas ». Utilisez plutôt des expressions comme « à votre gauche, droite, devant vous, derrière vous » ou indiquez la direction en utilisant la position des aiguilles d’une horloge (par exemple midi).

Déficience auditive

Une personne peut être sourde, devenue sourde ou malentendante. La distinction est fondée sur la capacité linguistique et les moyens de communication de la personne plutôt que sur son niveau de perte auditive. Dans une situation d’urgence, la capacité des personnes ayant une déficience auditive de répondre et de suivre les instructions dépend essentiellement du mode d’avertissement utilisé.

Votre plan d’urgence :

  • Si votre réseau n’est pas disponible pendant une situation d’urgence, demandez l’aide d’autres personnes auxquels vous pouvez faire part de votre déficience auditive et expliquez votre problème par des gestes en montrant votre oreille, en bougeant les lèvres sans prononcer les mots, ou, le cas échéant, en montrant votre prothèse auditive.
  • Ayez du papier et un crayon à portée de la main pour communiquer par écrit.
  • Procurez-vous un téléavertisseur relié à un système d’avertissement en cas d’urgence dans votre lieu de travail ou votre immeuble.
  • Installez un détecteur de fumée avec une lumière stroboscopique qui clignote ou encore un appareil d’alarme qui vibre pour attirer votre attention si l’alarme est déclenchée.
  • Vérifiez les détecteurs de fumée tous les mois en appuyant sur le bouton d’essai.
  • Remplacez les piles des détecteurs de fumée tous les six mois et chaque fois que vous remarquez le signal indiquant que la pile est faible.
  • Conservez sur vous et dans votre trousse de survie une carte laminée qui vous identifie comme étant une personne sourde ou malentendante et explique comment communiquer avec vous.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes ayant une déficience auditive

  • Attirez l’attention de la personne visuellement ou en lui touchant légèrement le bras avant de lui parler.
  • Regardez la personne en face et dans les yeux lorsque vous parlez pour qu’elle puisse suivre le mouvement de vos lèvres.
  • Restez près de la personne quand vous communiquez avec elle.
  • Parlez clairement et naturellement.
  • Faites des gestes pour renforcer ce que vous essayez de communiquer. Écrivez un message si vous avez le temps et ce qu’il faut pour écrire.
  • Évitez de vous approcher de la personne de dos.
  • Ne criez pas et ne parlez pas trop lentement.
  • Ne faites pas de bruit intense, car les aides auditives amplifient le son et cela peut créer un choc pour la personne qui en porte.

Nota : Les personnes devenues sourdes ou qui sont malentendantes ont généralement besoin de renseignements présentés sous forme de texte.

Handicaps non visibles

Les handicaps non visibles comprennent les troubles de la communication, les déficits cognitifs et sensoriels, les problèmes de santé mentale, la déficience intellectuelle et les difficultés d’apprentissage qui restreignent l’aptitude d’une personne à réagir à une situation d’urgence. Ils comprennent aussi les allergies, l’épilepsie, l’hémophilie, le diabète, les troubles thyroïdiens, la sclérose en plaques, les problèmes pulmonaires ou cardiaques et la dépendance vis-à-vis de la dialyse ou de fournitures sanitaires ou urinaires. Les personnes ayant un handicap non visible peuvent avoir du mal à s’acquitter de certaines tâches tout en ne paraissant pas être handicapées.

Votre plan d’urgence :

  • Préparez pour vous-même une liste d’instructions faciles à comprendre sur ce que vous estimez être nécessaire en cas d’urgence.
  • Conservez sur vous une liste de personnes clés qui connaissent vos besoins particuliers.
  • Le cas échéant, informez votre réseau de soutien du lieu où vous gardez vos médicaments.
  • Gardez à portée de main du papier et un crayon ou un système portable d’enregistrement électronique pour noter toute nouvelle instruction reçue dans une situation d’urgence.
  • Envisagez de porter un bracelet ou une pièce d’identité MedicAlert® qui informera les intervenants, en cas d’urgence, de vos handicaps non visibles. Pour en savoir plus, consultez le site au MedicAlert.
  • Demandez qu’un bouton d’alarme soit installé dans votre lieu de travail et là où vous habitez pour que, en cas d’urgence, vous puissiez indiquer où vous êtes et si vous avez besoin d’aide.
  • Personnes atteintes de sclérose en plaques : Les symptômes empirent souvent avec la chaleur et l’humidité. Essayez de rester au frais et au sec.
  • Personnes diabétiques : Conservez des bouteilles d’eau glacée ou des cryosacs dans votre congélateur et préparez un sac ou thermos à isolation thermique pour votre insuline en cas de panne ou d’évacuation.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes ayant un handicap non visible

  • Laissez la personne vous dire comment vous pouvez l’aider.
  • Trouvez un moyen de communication efficace (par exemple, des instructions dessinées ou écrites, ou des points de repère au lieu de gauche ou droite).
  • Faites preuve de patience, soyez flexible et regardez la personne dans les yeux quand vous lui parlez.
  • Répétez les instructions s’il y a lieu.
  • Demandez à la personne si elle prend des médicaments et si elle veut que vous l’aidiez à les prendre. (Ne lui offrez jamais de médicament non prescrit par son médecin.)
  • Veillez à ce que les personnes atteintes de sclérose en plaques restent au frais et au sec pour éviter que leurs symptômes empirent.
  • Évitez de crier ou de parler vite. Parlez clairement mais ne ralentissez pas d’une façon qui puisse paraître offensante.
  • N’essayez pas de maîtriser une personne qui a des convulsions. Faites-la rouler sur le côté pour faciliter la respiration et placez quelque chose de doux sous sa tête pour la protéger. Une fois que la personne reprend connaissance, aidez-la à s’installer dans une position de repos adaptée à ses besoins particuliers.

Personnes diabétiques

  • réserve d’insuline ou d’agent oral
  • réserve de seringues, d’aiguilles et d’autoinjecteurs d’insuline (le cas échéant)
  • petit contenant où mettre les seringues ou les aiguilles usagées (le cas échéant)
  • appareil de mesure de la glycémie, piles et registre
  • bandelettes de mesure de la glycémie et de la présence de cétone dans les urines
  • insuline à action rapide en cas d’hyperglycémie
  • sucre à action rapide en cas d’hypoglycémie
  • aliments supplémentaires en cas de retard des repas
  • cryosacs et sac à isolation thermique pour conserver l’insuline

Personnes âgées ayant des besoins particuliers

Comme une situation d’urgence ou une évacuation peut être source de peur et de confusion, il est important que les personnes âgées, surtout celles qui ont des besoins particuliers, sachent quelles mesures prendre en cas d’urgence. Elles devraient se renseigner auprès de leur bureau municipal local sur les services disponibles dans leur communauté pour les aider durant une situation d’urgence et lors du retour à la vie normale.

Votre plan d’urgence :

  • Préparez une liste d’urgence avec le nom et le numéro de téléphone de votre médecin, de votre chargé(e) de cas ou de votre gérant d’immeuble, ou encore les coordonnées de membres d’un groupe de personnes âgées, de vos voisins et d’autres personnes-ressources utiles. Gardez cette liste sur vous et dans votre trousse de survie.
  • Notez le nom et le numéro de téléphone des médecins, infirmières ou travailleurs sociaux de votre lieu de résidence (le cas échéant), avec leur horaire de travail.
  • Familiarisez-vous avec toutes les portes et issues de secours du lieu où vous habitez.
  • Sachez où se trouvent les boutons d’alerte. (Beaucoup de bâtiments à l’intention des personnes âgées ont des boutons d’alerte dans les chambres et les salles de bain directement reliés au 911 ou au gérant de l’immeuble.)
  • Si l’on vous demande de sortir, apportez tout appareil ou équipement fonctionnel dont vous pouvez avoir besoin immédiatement.
  • Portez toujours votre pièce d’identité MedicAlertMD.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes âgées ayant des besoins particuliers

  • Vérifiez auprès de vos voisins qui sont des personnes âgées ayant des besoins particuliers si vous pouvez les aider lors d’une situation d’urgence ou d’une évacuation.
  • Demandez à la personne de décrire ce dont elle a besoin et ce que vous pouvez faire. Faites preuve de patience et pratiquez l’écoute active. Si la personne semble anxieuse ou agitée, parlez calmement et rappelez-lui que vous êtes là pour l’aider.
  • En cas d’évacuation, proposez d’emmener en voiture les personnes âgées qui n’ont pas accès à un véhicule. Si vous disposez d’assez de temps, proposez de transporter la trousse de survie dans votre voiture ainsi que tout équipement ou appareil fonctionnel dont la personne a besoin. Suivez les instructions affichées sur l’équipement adapté ou les appareils et accessoires fonctionnels en cas d’urgence.
  • Évitez de crier ou de parler trop lentement. Ne minimisez pas les demandes et les préoccupations de la personne.

Articles supplémentaires à insérer dans votre trousse de survie

  • Aliments appropriés en fonction de votre handicap et de vos restrictions diététiques
  • Appareils et accessoires fonctionnels nécessaires comme une canne, un ambulateur, un fauteuil roulant manuel léger, une prothèse auditive, un appareil respiratoire, un instrument de mesure de la glycémie, etc., ainsi que des verres correcteurs et des chaussures médicales (le cas échant)
  • Provision supplémentaire de médicaments et suppléments vitaminiques
  • Liste de toutes les fournitures médicales et de tout l’équipement spécial requis pour répondre à vos besoins particuliers
  • Copie de toutes les ordonnances
  • Dentiers de réserve (le cas échéant) et nettoyant
  • Gants sans latex (pour quiconque vous donnera des soins personnels)
  • Tout autre article requis pour répondre à vos besoins particuliers en cas d’urgence
  • Pour les personnes âgées diabétiques : Veuillez vous reporter à la catégorie précédente intitulée « Handicaps non visibles ».

Sécurité dans les immeubles de grande hauteur

Les immeubles de grande hauteur présentent des défis particuliers en cas d’évacuation d’urgence.

Les résidents doivent se renseigner sur ce qui suit :

  • le nom et le numéro de téléphone du gérant de l’immeuble
  • les membres du comité de sécurité de l’immeuble
  • les responsables désignés pour l’étage
  • le moment et la fréquence des exercices d’évacuation
  • l’emplacement des extincteurs d’incendie, des défibrillateurs externes automatiques et du réservoir d’oxygène
  • l’emplacement de tout dispositif d’évacuation d’urgence

Votre plan d’urgence :

  • Informez votre gérant d’immeuble de vos exigences ou de vos besoins particuliers en cas d’urgence.
  • Familiarisez-vous avec le plan d’évacuation de votre immeuble.
  • Sachez où se trouvent les portes et les issues de secours à chaque étage.
  • Sachez où se trouvent les boutons d’alerte et les sorties accessibles aux fauteuils roulants (le cas échéant).
  • Demandez qu’un fauteuil d’évacuation d’urgence soit installé à l’étage où vous habitez (ou travaillez), de préférence près de la cage d’escalier (le cas échéant).
  • Élaborez un système d’entraide avec vos voisins et pratiquez régulièrement votre plan d’urgence avec eux.
  • Si vous utilisez un appareil ou un équipement de soutien de la vie, ayez un plan de secours qui vous permette de continuer à l’utiliser en cas de panne d’électricité.
  • Demandez à votre gérant d’immeuble des panneaux à gros caractères que vous puissiez mettre à votre fenêtre en cas d’urgence indiquant que vous avez besoin d’aide.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes ayant un handicap qui vivent dans un immeuble à grande hauteur

  • Si vous avez des voisins ou des collègues qui ont des besoins particuliers, demandez-leur si vous pouvez les aider lors d’une situation d’urgence ou d’une évacuation.
  • Écoutez activement ce que vous dit la personne.
  • En cas d’évacuation d’urgence et si vous disposez d’assez de temps, proposez de transporter la trousse de survie de la personne ainsi que tout équipement ou appareil ou accessoire fonctionnel dont elle a besoin.
  • Revoyez les catégories déjà couvertes dans ce guide sur la façon d’aider les personnes ayant un handicap et des besoins particuliers.
  • En général, évitez de soulever, de soutenir ou d’aider une personne à descendre les escaliers à moins de connaître les techniques de sécurité.

Considérations liées aux déplacements et aux voyages

Qu’elles se déplacent à l’échelle locale ou qu’elles voyagent à l’étranger, les personnes ayant un handicap et les personnes âgées ayant des besoins particuliers devraient prendre le temps de faire les recherches nécessaires pour assurer leur confort et leur sécurité. Cela suppose qu’elles planifient bien, qu’elles aient un plan d’urgence et qu’elles préparent une trousse comportant des articles essentiels à leur survie.

Votre plan d’urgence :

  • Avant de partir, consultez la page Web Voyage et tourisme à Voyage et tourisme, où vous pourrez vous inscrire et trouver des conseils de sécurité utiles pour les voyageurs.
  • Discutez de vos besoins particuliers avec votre agent de voyage
  • Parlez de votre voyage avec votre médecin pour préparer des plans d’urgence en cas de maladie.
  • Procurez-vous l’assurance médicale de voyage nécessaire.
  • Emportez un exemplaire du dépliant Bon voyage, mais…, qui contient les coordonnées de bureaux canadiens de votre pays de destination et du Centre des opérations d’urgence.
  • Divisez vos médicaments et vos fournitures médicales entre vos bagages à main et vos bagages enregistrés, et gardez-les dans leur contenant étiqueté initial. Emportez des copies de vos ordonnances.
  • Portez toujours votre bracelet MedicAlert®.
  • Expliquez à vos compagnons de voyage comment vous aider en cas d’urgence.
  • Si vous voyagez seul ou seule, établissez un réseau (par exemple, personnel de l’hôtel) qui puisse vous aider en cas d’urgence.
  • Si vous avez de la difficulté à monter les marches, demandez une chambre au rez-de-chaussée.
  • Examinez le plan d’évacuation d’urgence de l’hôtel.
  • En cas d’évacuation, emportez votre trousse de survie et tout appareil ou accessoire fonctionnel dont vous avez besoin.

À faire et à ne pas faire pour aider les personnes ayant un handicap lors de déplacements ou de voyages

  • Demandez à vos compagnons de voyage ayant des besoins particuliers ou des handicaps visibles si vous pouvez les aider en cas d’urgence ou d’évacuation.
  • Écoutez activement ce que vous dit la personne ayant des besoins particuliers quant à ce que vous pouvez faire.
  • Si la personne parle une langue étrangère, essayez de communiquer par des gestes.
  • En cas d’évacuation d’urgence et si vous disposez d’assez de temps, proposez de porter la trousse de survie de la personne ainsi que tout équipement spécial ou appareil adapté.
  • Revoyez les catégories déjà couvertes dans le guide sur la façon d’aider les personnes ayant un handicap ou des besoins particuliers.
  • Veillez à ce que la personne ne soit pas séparée de son fauteuil roulant ou de ses moyens de déplacement.

Renseignements supplémentaires

Handicaps précis et besoins particuliers

Diabetes Canada

Lésion Médullaire Ontario

Croix-Rouge canadienne

Centre for Independent Living in Toronto (CILT)

INCA

Learning Disabilities Association of Ontario

Société canadienne de la sclérose en plaques, section de Toronto et division de l’Ontario

La Marche des dix sous du Canada

Société de protection des animaux de l’Ontario

Canadian Hearing Services

Institut de réadaptation de Toronto

Initiatives en matière d’accessibilité

Accessibilité en Ontario

Ministère des Services aux aînés et de l’Accessibilité

Préparation aux situations d’urgence

Gestion des situations d’urgence Ontario

Pour tout renseignement sur les bracelets ou pièces d’identité MedicAlert®

Fondation MedicAlert Canada

Conseils de voyage et enregistrement en cas de voyage à l’étranger

Affaires mondiales Canada