Opioïdes d’ordonnance

Les médecins, les membres du personnel infirmier praticien et les dentistes prescrivent des opioïdes pour traiter la douleur modérée à intense. Vous devez consommer seulement des médicaments qui vous sont prescrits et le faire selon les indications de votre fournisseur de soins de santé.

Certains opioïdes d’ordonnance communs :

  • codéine
  • morphine
  • oxycodone (p. ex. Percocet)
  • hydromorphone (p. ex. Dilaudid)
  • héroïne
  • fentanyl
  • nouveaux opioïdes synthétiques (p. ex. étonitazépyne, isotonitazène)

Trouver de l’aide en cas de consommation dangereuse d’opioïdes

Les opioïdes sont des drogues qui peuvent entraîner une dépendance physique et psychologique (mentale), que ces drogues soient prescrites ou non.

Les opioïdes peuvent provoquer une sensation d’euphorie, qui peut être agréable, et l’utilisation d’opioïdes, surtout ceux obtenus sans ordonnance, comporte des risques comme l’empoisonnement accidentel (surdose) ou même la mort.

Voici quelques signes indiquant que la consommation d’opioïdes peut avoir des effets négatifs sur votre santé ou celle d’une personne que vous connaissez :

  • sentir un état de manque;
  • développer une dépendance physique et des symptômes de sevrage (comme l’agitation, les frissons, les nausées, les bâillements anormaux);
  • développer une tolérance accrue;
  • consommer sur une période plus longue ou plus importante que prévu;
  • consacrer beaucoup de temps et d’efforts à l’obtention, à la consommation et au rétablissement des opioïdes;
  • abandonner des activités qui étaient autrefois agréables;
  • continuer à consommer des opioïdes malgré leurs effets nocifs.

Pour en savoir plus sur les risques liés à la consommation de médicaments ou à la consommation problématique de substances, consultez Santé Canada et CAMH.

Services offerts

La province veille à ce que les Ontariennes et les Ontariens reçoivent les soins dont ils ont besoin, au moment et à l’endroit voulus, ainsi que le soutien nécessaire pour lutter contre leurs problèmes de dépendance et vivre une vie épanouie.

Il existe des options et des services en Ontario pour obtenir de l’aide afin de mettre fin à la consommation risquée d’opioïdes. L’approche de l’Ontario, axée sur le rétablissement des personnes aux prises avec une dépendance, vise à éliminer les obstacles à l’accès au traitement et à combler les lacunes en matière de soins.

Grâce à l’investissement de 3,8 milliards de dollars de la province dans Vers le mieux‑être, l’Ontario élargit les options de traitement de santé mentale en milieu hospitalier et en consultation externe qui s’attaquent aux causes profondes de leurs problèmes, aident à renforcer la résilience et mettent le patient sur la bonne voie du rétablissement.

ConnexOntario fournit des services de santé gratuits et confidentiels aux personnes aux prises avec des problèmes d’alcool et de drogue, de maladie mentale ou de jeu en les mettant en relation avec les services de leur collectivité qui correspondent le mieux à leurs besoins de traitement. Il s’agit notamment de programmes ambulatoires de jour ou de soir et de services de soutien offrant un lit, qui exigent que les personnes vivent en résidence dans des centres de traitement. Vous pouvez entrer en contact avec quelqu’un pour obtenir des renseignements et être orienté vers des services dans votre collectivité, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 de diverses manières :

Sur le site Web de ConnexOntario, vous trouverez les lieux et les heures d’ouverture de certains de ces services, ainsi que des renseignements sur les sujets suivants :

  • Cliniques d’accès rapide aux traitements de la toxicomanie
    • aucun rendez-vous ou référence n’est nécessaire pour obtenir de l’aide, y compris des ordonnances pour des traitements par agonistes opioïdes (comme le suboxone ou la méthadone) et des références pour du counseling si vous n’avez pas de fournisseur de soins primaires.

Inscrivez-vous à Enfin libre (Breaking Free Online) pour bénéficier d’un programme de soutien au rétablissement gratuit et confidentiel où vous apprendrez des techniques d’adaptation positives et des techniques éprouvées de modification du comportement qui peuvent aider à réduire l’utilisation risquée des opioïdes.

Demandez à votre médecin, à un membre du personnel infirmier praticien, à un autre fournisseur de soins de santé, au bureau de santé publique local ou à un programme de réduction des méfaits de vous mettre en contact avec les services de soutien appropriés.

Si la douleur chronique joue un rôle dans votre consommation d’opioïdes, vous pourriez être aiguillé vers l’une des 18 cliniques de traitement de la douleur chronique de l’Ontario. Parlez à votre médecin ou à un membre du personnel infirmier praticien pour savoir si cette option vous convient.

Si vous avez besoin d’aide pour trouver un médecin, un membre du personnel infirmier praticien ou un autre fournisseur de soins de santé, visitez le site Santé811 en ligne ou composez le 811 pour parler à un membre du personnel infirmier autorisé disponible 24 heures sur 24 pour vous aider avec toute question de santé non urgente et trouver les services locaux dans votre région.

L’Ontario continuera d’investir à des niveaux records pour que les Ontariennes et les Ontariens et les Ontariennes puissent vivre leur rétablissement en bénéficiant d’un continuum de soins complet qui leur assure un soutien à chaque étape du processus.

Comment réduire le risque de surdose d’opioïdes d’ordonnance

Prenez les médicaments comme ils vous ont été prescrits

  • Évitez de prendre plus que la dose d’opioïdes qui vous a été prescrite.
  • Ne donnez à personne les opioïdes qui vous ont été prescrits, et ne prenez pas d’opioïdes prescrits à quelqu’un d’autre.

Évitez de mélanger

  • Le mélange de drogues, d’alcool ou d’autres médicaments prescrits peut être risqué.
  • Demandez à votre médecin ou à votre fournisseur de soins de santé – ou contactez votre bureau local de santé publique ou votre programme de réduction des risques – pour savoir si vous pouvez mélanger vos médicaments sans danger avant de le faire.

Sécurité en matière de stockage et d’élimination

  • Si vous décidez de ne pas utiliser tous les opioïdes qui vous ont été prescrits, apportez-les à une pharmacie pour vous en débarrasser en toute sécurité.
  • Envisagez de mettre vos opioïdes sous clé pour les garder hors de portée des enfants, des jeunes et des autres adultes de votre foyer.

Opioïdes illicites

Les drogues illicites peuvent se présenter sous différentes formes et qualités. Cela peut être particulièrement dangereux pour les opioïdes illicites plus puissants comme le fentanyl et le carfentanil, ainsi que pour les nouveaux opioïdes synthétiques qui peuvent être jusqu’à 20 fois plus forts que le fentanyl.

Vous ne pouvez pas voir, sentir ou goûter le fentanyl ou le carfentanil. Il n’y a aucun moyen pour vous de savoir s’ils ont été ajoutés à une autre drogue, et vous ne devez pas supposer que votre revendeur le sait non plus. Les revendeurs peuvent également contaminer sans le savoir d’autres drogues s’ils ont manipulé du fentanyl ou du carfentanil.

Les drogues illicites peuvent également contenir des substances telles que des dépresseurs, des stimulants, des substances psychoactives ou des substances de remplissage utilisées pour augmenter leur volume (notamment des amidons, des sucres ou des médicaments qui peuvent être toxiques pour les humains). Ces substances ajoutées peuvent entraîner des dommages en modifiant les symptômes de surdose et en réagissant différemment aux réactions de surdose.

Les bureaux de santé publique envoient des alertes lorsque des médicaments potentiellement toxiques, ou des médicaments contenant des substances inattendues qui provoquent davantage d’intoxications, sont trouvés dans la collectivité locale.

Comment réduire le risque de surdose avec les drogues illicites

L’Ontario soutient la réduction des méfaits fondée sur des données probantes en s’appuyant sur un modèle de traitement axé sur le rétablissement.

La province estime que les services de transition en matière de stupéfiants qui offrent des options de traitement, comme la méthadone ou la suboxone, ont leur place dans un continuum de soins complet. L’Ontario croit également que ces traitements doivent inclure un plan pour aider le patient à poursuivre son chemin vers le rétablissement.

Obtenir de l’aide pour cesser de fumer

  • Trouvez un programme dans votre région qui offre une option de traitement ambulatoire ou hospitalier correspondant à vos besoins.

Obtenir de l’aide pour réduire les risques

Ayez sur vous de la naloxone

Il est également important de savoir que même si vous contrez une surdose d’opioïdes à l’aide de la naloxone, vous devez toujours appeler le 9-1-1 pour obtenir de l’aide d’urgence. Une personne peut refaire une surdose lorsque l’effet de la naloxone s’estompe, même si elle n’a pas consommé d’autres drogues, car la drogue peut encore être présente dans son organisme.

Évitez les mélanges

  • Essayez d’éviter de mélanger des drogues, de l’alcool ou d’autres médicaments prescrits. Consultez d’abord un fournisseur de soins de santé, votre bureau de santé publique local ou un programme de réduction des méfaits pour savoir si vous pouvez le faire en toute sécurité.

Remarque : Ces renseignements visent à réduire les méfaits liés à la consommation de drogues, y compris les décès. Ne pas consommer de drogues est votre meilleure défense.