Photo par : Ann Froschauer USFWS

Situation

En voie de disparition

Espèce indigène qui risque, de façon iminente, de disparaître de l’Ontario ou de la planète (par ex. magnolia acuminé)

Date de son ajout à la liste des espèces en péril de l’Ontario

Le 24 janvier, 2013

Rapport d’évaluation

Apparence

Les vespertilions nordiques ont un pelage jaune brunâtre terne et un ventre gris pâle. Ces chauves-souris mesurent généralement environ huit centimètres et ont une envergure d’à peu près 25 centimètres. Les vespertilions nordiques pèsent entre généralement entre six et neuf grammes – un peu plus qu’une pièce d’un dollar ou de deux dollars canadiens.

Les vespertilions nordiques ont de longues oreilles arrondies. Ils ressemblent à la petite chauve-souris brune, plus commune. On les distingue à leur protubérance charnue qui couvre l’ouverture de leur oreille; celle-ci est longue et mince, avec une extrémité pointue.

La femelle du vespertilion nordique donne généralement naissance à un seul petit, qui est en mesure de voler et d’obtenir sa propre nourriture à seulement un mois de sa naissance.

Habitat

Les vespertilions nordiques sont associés aux forêts boréales, choisissant de s’abriter en dessous d’écorce détachée et dans les cavités des arbres.

Ces chauves-souris hivernent d’octobre ou novembre à mars ou avril, le plus souvent dans des cavernes ou des mines abandonnées.

Présence

Les vespertilions nordiques se trouvent dans toutes les zones boisées du sud de l’Ontario jusqu’à la rive nord du lac Supérieur et à l’occasion, jusqu’aussi loin dans le nord que Moosonee et au lac Nipigon, dans l’ouest.

Cette chauve-souris vit dans toutes les provinces canadiennes ainsi qu’au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest.

présence du vespertilion nordique

Pour voir une version agrandie de cette carte (PDF)

Menaces

Le vespertilion nordique est menacé par une maladie appelée le syndrome du nez blanc, provoquée par un champignon qu’on pense avoir été rapporté par inadvertance d’Europe en Amérique du Nord. Le champignon pousse dans des milieux humides et froids comme les cavernes et les mines où les vespertilions nordiques hivernent. Le syndrome affecte les chauves-souris en perturbant leur cycle d’hibernation de sorte qu’elles utilisent leur approvisionnement en gras corporel avant le printemps lorsqu’elles peuvent à nouveau trouver des sources de nourriture. On pense aussi que le champignon affecte la membrane de l’aile, qui aide la chauve-souris à maintenir son équilibre hydrique. Ainsi, la soif peut réveiller les chauves-souris de leur hibernation ce qui explique peut-être pourquoi on peut observer celles atteintes du syndrome du nez blanc voler à l’extérieur de leurs cavernes et mines d’hibernation pendant l’hiver.

En Ontario, les populations de chauves-souris ont baissé de plus de 90 pour cent à huit sites d’hibernation où elles ont été exposées au syndrome du nez blanc pendant plus de deux ans. Les chauves-souris dans plus de trois quarts des sites d’hibernation en Ontario sont à risque élevé de disparaître en raison de cette maladie. Des mortalités en masse signifient qu’il n’y a plus d’individus de reste pour se reproduire.

Mesures que nous prenons

Les espèces en voie de disparition et leur habitat général sont automatiquement protégés.

Programme de rétablissement

Un programme de rétablissement propose au ministère des moyens pour faire en sorte que des quantités suffisantes de l’espèce reviennent en Ontario.

Lire le résumé (le plan complet est disponible en anglais seulement) (5 décembre 2019)

Réponse du gouvernement

Une réponse du gouvernement décrit les mesures que le gouvernement songe à prendre ou à soutenir afin d’aider à rétablir l’espèce.

Lire la réponse du gouvernement (le 8 septembre, 2020).

Protection de l’habitat

Protection générale de l’habitat - le 24 janvier 2013

Ce que vous pouvez faire

Signalez son présence

Signalez une observation d’un animal ou d’une plante en péril au Centre d’information sur le patrimoine naturel. Les photographies avec localisation précise ou les coordonnées cartographiques sont toujours utiles.

Devenez bénévole

Faites du bénévolat auprès de votre club de nature local ou du parc provincial en participant à des tâches d’enquête ou d’intendance axées sur les espèces en péril.

Soyez un bon gardien

Les propriétaires de terres privées ont un rôle très important à jouer dans le rétablissement des espèces en péril. Si vous trouvez le vespertilion nordique sur votre propriété, vous pourriez être admissible à des programmes d’intendance qui contribuent à la protection et au rétablissement des espèces en péril et de leurs habitats.

Signalez les activités illicites

Signalez toute activité illégale se rapportant aux plantes et à la faune en composant le 1 877 -TIPSMNR (8477667).

Faits en bref

  • une seule chauve-souris peut consommer des centaines d’insectes volants chaque nuit pendant l’été; les vespertilions nordiques aident à contrôler les populations d’insectes potentiellement nuisibles
  • le vespertilion nordique repère sa nourriture par écholocalisation; il envoie des signaux et lorsque l’écho d’un signal lui revient, il peut identifier l’endroit où se trouve l’objet
  • alors que la plupart des chauves-souris de l’Ontario attrapent leur nourriture en plein vol, on a observé le vespertilion nordique plonger pour recueillir des insectes sur les feuilles d’arbres, les herbes et le sol
Mis à jour : 12 août 2021
Date de publication : 18 juillet 2014