Photos par : Wasyl Bakowsky (gauche), Ken Cornelisse (milieu), Rob Tervo (droit)

Situation

En voie de disparition (population de la région carolinienne)

Le terme « en voie de disparition » signifie que cette espèce vit à l’état sauvage en Ontario, mais risque de disparaître de façon imminente.

Préoccupante (population du Bouclier méridional)

Espèce indigène sensible aux activités humaines ou aux événements naturels, ce qui pourrait faire en sorte qu’elle devienne en péril de disparition.

Date de son ajout à la liste des espèces en péril de l’Ontario

10 septembre 2009

Apparence

Le scinque pentaligne est un petit lézard (pouvant mesurer jusqu’à 8,6 cm), dont le corps noir ou gris est strié de cinq rayures couleur crème le long du dos. Les jeunes scinques ont une queue bleue. Avec le temps, les couleurs des rayures et de la queue s’estompent.

Pendant la période de reproduction, la mâchoire et le menton des mâles prennent une couleur orange. Le scinque pentaligne se nourrit d’insectes, de vers et d’autres invertébrés. C’est un chasseur très agile.

Habitat

Le scinque pentaligne aime prendre le soleil sur des pierres et des billes de bois chauffées par le soleil afin de conserver sa température corporelle préférée (28-36° C). En hiver, il hiberne dans des crevasses au milieu des roches ou enterré dans le sol.

On recense deux populations de scinques pentalignes en Ontario et l’une et l’autre occupent deux différents types d’habitat. La population du Bouclier méridional peut se trouver sous des pierres sur un substrat ouvert dans des forêts. La population carolinienne se trouve sous des débris ligneux dans des clairières avec des dunes de sable, des régions boisées dégagées, et des terres humides.

Présence

En Amérique du Nord, le scinque pentaligne est présent dans toutes les forêts de feuillus, de la côte de l’Atlantique jusqu’au Texas et au Minnesota, et du Sud de l’Ontario jusqu’au golfe du Mexique.

Au Canada, l’espèce est restreinte à deux régions distinctes, le long de la rive méridionale du Bouclier canadien, et dans la zone carolinienne où on la trouve près des rives des lacs Érié, St. Clair et Huron.

Menaces

Le scinque pentaligne est exposé à de nombreuses menaces pensant sur son habitat, comme l’expansion tentaculaire et l’agriculture, surtout dans le Sud-Ouest de l’Ontario. Pour la population de la région carolinienne, les débris ligneux dont se sert le scinque pentaligne pour se cacher pourraient être retirés des plages pour des raisons esthétiques ou ramassés pour en faire du feu de chauffage.

Pour la population du Bouclier canadien, le retournement des pierres (par des êtres humains ou des ours noirs) et l’enlèvement des pierres pour l’aménagement paysager suppriment un habitat important pour les lézards. Parmi les autres menaces, citons le ramassage illégal à des fins commerciales et les VTT.

Mesures que nous prenons

Les espèces en voie de disparition et leur habitat général sont automatiquement protégés.

Programme de rétablissement

Un programme de rétablissement propose au ministère des moyens pour faire en sorte que des quantités suffisantes de l’espèce reviennent en Ontario.

Lire le résumé (10 septembre 2010).

Lire le plan complet (10 septembre 2010).

Réponse du gouvernement

Un réponse du gouvernement décrit les mesures que le gouvernement songe à prendre ou à soutenir afin d’aider à rétablir l’espèce.

Lire le réponse du gouvernement (15 juin 2011).

Examen quinquennal des progrès accomplis

Un examen quinquennal des progrès accomplis fait rapport sur les progrès accomplis à l’égard de la protection et le rétablissement d’une espèce, dans les cinq ans suivant la publication de la déclaration du gouvernement pour l’espèce.

Lisez le rapport sur les progrès accomplis dans la protection et le rétablissement de 27 espèces en péril, dont le scinque pentaligne (2016)

Protection de l’habitat

Un règlement sur l’habitat définit l’habitat d’une espèce et peut en décrire les caractéristiques (par exemple une crique, une falaise ou une plage), les limites géographiques ou d’autres particularités uniques.

Lire le résumé des règlements sur l’habitat (population carolinienne) (1 juillet 2012)

Ce que vous pouvez faire

Signalez son présence

  • Signalez une observation d’un animal ou d’une plante en péril au Centre d’information sur le patrimoine naturel. Les photographies avec localisation précise ou les coordonnées cartographiques sont toujours utiles.

Devenez bénévole

  • Faites du bénévolat auprès de votre club de nature local ou du parc provincial en participant à des tâches d’enquête ou d’intendance axées sur les espèces en péril.

Soyez un bon gardien

  • Les propriétaires de terres privées ont un rôle très important à jouer dans le rétablissement des espèces en péril. Si vous trouvez le scinque pentaligne sur votre propriété, vous pourriez être admissible à des programmes d’intendance qui contribuent à la protection et au rétablissement des espèces en péril et de leurs habitats. Pour obtenir de plus amples informations, visitez :
    www.ontario.ca/especesenperil
  • Inscrivez-vous au programme d’atlas herpétofaune afin de recevoir les bulletins électroniques, les avis concernant les événements et autres mises à jour importantes concernant le projet herpétofaune à mesure qu'il progresse. Visitez leur site Web pour découvrir comment vous pouvez participer et en apprendre davantage sur les reptiles et les amphibiens de l’Ontario.
  • omme de nombreux autres végétaux et animaux rares, le scinque pentaligne est en danger à cause de la disparition des espaces naturels, comme les forêts, les terres humides et les affleurements rocheux, Vous pouvez faire votre part en protégeant les espaces naturels sur votre propriété.
  • Les forêts caroliniennes du sud de l’Ontario abritent une diversité étonnante de plantes et d’animaux sauvages, y compris de nombreuses espèces en péril. L’organisme Carolinian Canada œuvre au rétablissement des espèces en péril et de leurs habitats. Pour en savoir plus, visitez :
    www.carolinian.org/SpeciesHabitats.htm

Signalez les activités illicites

Faits en bref

  • S’il est attaqué par un possible prédateur, un lézard peut « s’autotomiser » avec sa queue : se casser net spontanément et s’agiter pendant plusieurs minutes, en détournant ainsi l’attention du prédateur, ce qui permet au lézard de s’enfuir. La queue peut repousser de près de 6 millimètres par semaine.
  • Les écailles du scinque pentaligne ne sont pas côtelées, ce qui leur donne une apparence lisse et brillante.
Mis à jour : 12 août 2021
Date de publication : 17 juillet 2014