Communiqué 2021-08: Utilisation des désinfectants pour les mains à base d’alcool dans les écoles

Le 4 août 2021

Ce communiqué remplace le communiqué 2020-16 du commissaire des incendies, publié le 10 septembre 2020, qui est maintenant annulé.

Ce communiqué met à jour le lien vers le Guide relatif à la réouverture des écoles de l’Ontario du ministère de l’Éducation et s’étand sur la première pratique sécuritaire pour l'utilisation des désinfectants pour les mains à base d'alcool dans les écoles.

L’utilisation des désinfectants pour les mains à base d’alcool est maintenant une méthode courante pour lutter contre la propagation des virus. Elle fait partie des stratégies d’hygiène des mains pour le personnel et les élèves énoncées dans le Guide relatif à la réouverture des écoles de l’Ontario en réponse à la COVID-19. Comme leur utilisation est très répandue, il est essentiel de respecter les exigences du Code de prévention des incendies et d’adopter des pratiques sécuritaires pour prévenir les incendies dans les écoles.

Les désinfectants pour les mains contiennent différents ingrédients actifs et sont habituellement classés dans deux catégories : les produits à base d’alcool et les produits sans alcool. Généralement, les désinfectants recommandés pour prévenir la propagation de la COVID-19 sont ceux qui contiennent de 60 % à 90 % d’alcool. En raison de leur forte concentration d’alcool, ils peuvent être considérés comme des liquides inflammables aux termes de l’article 1.4.1.2. de la division A du Code de prévention des incendies de l’Ontario (Règlement de l’Ontario 213/07, dans sa version modifiée). Pour déterminer la classification d’un désinfectant donné, consultez sa fiche de données de sécurité.

L’entreposage, la manipulation et l’utilisation dans une école d’un désinfectant pour les mains considéré comme un liquide inflammable sont assujettis aux articles 4.1 et 4.2 de la division B du Code de prévention des incendies. Par exemple, dans l’article 4.1, pourraient notamment s’appliquer les dispositions sur les classes d’extincteurs portatifs, le contrôle des sources d’inflammation, les mesures de contrôle des déversements, les exigences en matière de ventilation et les modifications des plans de protection contre l’incendie en ce qui a trait à l’entreposage, à l’utilisation et à l’élimination. L’article 4.2 comporte d’autres exigences, dont des dispositions relatives aux quantités maximales et aux lieux d’entreposage, mais les désinfectants pour les mains en tant que produits pharmaceutiques peuvent s’y soustraire s’ils sont utilisés et entreposés en petites quantités. Les services des pompiers sont invités à collaborer avec les administrateurs pour examiner d’autres pratiques de sécurité à adopter afin de réduire au minimum les risques d’incendie en milieu scolaire. Vous trouverez ci-dessous des exemples de pratiques sécuritaires d’utilisation des désinfectants pour les mains dans les écoles.

Pour savoir quelles options s’offrent à vous pour pallier les problèmes de sécurité-incendie, veuillez communiquer avec votre conseiller en protection contre les incendies local.5. Obstruction

Pour en savoir plus, consultez la directive OFM-TG-02-2011, Pratiques sécuritaires d’utilisation des désinfectants pour les mains à base d’alcool.

Pratiques sécuritaires d’utilisation des désinfectants pour les mains à base d’alcool dans les écoles

Sources d’inflammation 

Soyez prudent lorsque vous utilisez des désinfectants pour les mains. Lisez et suivez les directives sur les étiquettes de mise en garde des produits. Évitez d’exposer les produits à une flamme nue ou à d’autres sources de chaleur. Lorsque vous utilisez un désinfectant, frottez-vous les mains jusqu’à ce qu’elles soient complètement sèches, et soyez prudent dans les lieux où l’on peut trouver des flammes nues ou d’autres sources de chaleur (p. ex. en milieu scolaire, les classes à risque comme les laboratoires et les ateliers). Dans ces milieux considérer des méthodes alternatives de lavage des mains. Les désinfectants pour les mains ayant une forte concentration d’alcool sont inflammables et peuvent dégager des vapeurs qui pourraient prendre feu si elles sont exposées à une source d’inflammation.

Distance

Aux endroits où se trouvent plusieurs distributeurs (p. ex. dans les couloirs), il faut les placer à une distance horizontale d’au moins 1,2 metres les uns des autres, de centre à centre.

Quantité dans les pièces et les couloirs

Assurez-vous que la capacité de chaque distributeur placé dans un couloir ou une classe ne dépasse pas 1,2 litres, et qu’il n’y a pas plus d’un distributeur par porte de sortie ou de classe.

Espaces supervisés

Pour réduire les risques d’utilisation inappropriée, placez les distributeurs dans des espaces supervisés, comme l’entrée de l’école où se trouve le bureau principal, ou dans des classes où du personnel scolaire est habituellement présent et peut constater toute utilisation inappropriée ou tout déversement.

Obstruction

Veillez à ce que les distributeurs n’empiètent pas sur l’espace nécessaire aux moyens d’évacuation.

Surfaces recouvertes de tapis 

Évitez d’installer les distributeurs directement au-dessus d’une surface recouverte de tapis, sauf si elle est protégée par des gicleurs ou si des mesures sont prises pour empêcher l’accumulation du produit dans le tapis.

Stock excédentaire

Entreposez le stock de désinfectant pour les mains conformément aux dispositions du Code de prévention des incendies, le cas échéant. Comme les quantités de produit indiquées dans le Code ne visent pas exclusivement les désinfectants pour les mains, il faut aussi tenir compte des autres produits inflammables et combustibles dans le calcul du volume total.

Utilisation des distributeurs

Suivez les instructions du fabricant pour mettre les distributeurs à l’essai après chaque remplissage, et veillez à ce que la quantité distribuée par utilisation ne dépasse pas la quantité recommandée par le fabricant. Vérifiez régulièrement les distributeurs pour vous assurer qu’ils fonctionnent bien et ne peuvent être activés accidentellement ou dans l’intention de nuire. Nettoyez les résidus et le désinfectant renversé afin de prévenir les accumulations.

Plan de protection contre l’incendie

Passez en revue et modifiez le plan de protection contre l’incendie de l’école afin qu’il soit conforme aux exigences du Code de prévention des incendies et qu’il contienne les procédures de sécurité relatives à l’utilisation et à l’entreposage des désinfectants pour les mains. Selon le volume de produit entreposé, des procédures sur le contrôle des risques d’incendie et des déversements de produits pourraient être nécessaires. 

Élimination

Jetez immédiatement les contenants de désinfectant pour les mains vides dans un réceptacle non combustible, et chaque jour, videz le contenu de ce dernier dans un réceptacle extérieur pour éviter toute accumulation.

Pour en savoir plus, prière d’écrire à AskOFMEM@ontario.ca pour la directive OFM-TG-02-2011, Pratiques sécuritaires d’utilisation des désinfectants pour les mains à base d’alcool.

Communiqué 2021-07: Exercices d’incendie et réouverture sécuritaire des écoles

Le 3 août 2021

Le présent communiqué, qui remplace le communiqué 2020-15 publié le 4 septembre 2020, renvoie à la nouvelle version de la Directive du commissaire des incendies 2020-001 et ne contient plus de questions-réponses sur les quadrimestres. 

L’Ontario continue à déconfiner et à lever graduellement les mesures sanitaires mises en place pour lutter contre la COVID-19. Comme le risque de transmission du virus n’est pas encore éliminé, il est important de continuer à suivre les conseils de santé publique en vigueur. Pour l’année scolaire 2021-2022, il est essentiel de prévoir les exercices d’incendie de façon à respecter les conseils de santé publique. Ainsi, il faudra continuer de suivre l’approche flexible et équilibrée employée durant l’année scolaire 2020-2021 pour les exercices d’incendie dans les écoles, publiques et privées, afin de réduire le risque d’infection à la COVID-19 et de transmission directe de celle-ci chez le personnel et les élèves. 

L’article 2.8 de la division B du Code de prévention des incendies (Règlement de l’Ontario 213/07, dans sa version modifiée) exige que les écoles publiques et privées procèdent à au moins trois (3) exercices d’incendie avec évacuation complète chaque automne et chaque printemps, et à d’autres exercices en été, si l’école est ouverte. Ces exigences visent aussi les programmes de jour prolongé, les programmes de tiers et les garderies (p. ex. : centres de garde d’enfants) exploités dans les écoles qui fournissent des services aux élèves d’un conseil scolaire (p. ex. : programmes avant et après l’école). Le Code exige aussi que des procédures d’exercice d’incendie soient préparées en consultation avec le chef de la sécurité-incendie. 

Bien que le terme « exercice d’incendie avec évacuation complète » ne soit pas défini dans le Code, il est généralement admis que toutes les personnes présentes dans le bâtiment doivent sortir lors de l’exercice, ce qui fait qu’elles convergeront dans les couloirs, vers les sorties et dans les lieux de rassemblement désignés à l’extérieur. Puisque l’engorgement généralement associé à une évacuation complète peut accroître le risque de transmission de la COVID-19, il est essentiel à la planification pour l’année scolaire 2021-2022 que les procédures d’exercice d’incendie avec évacuation complète cadrent avec les directives données par les autorités de santé publique. Des exigences supplémentaires pour 2021-2022 ont donc été ajoutées à la Directive du commissaire des incendies 2020-001 (révisée le 3 août 2021) Exercices d’incendie avec évacuation complète dans les écoles durant la pandémie de COVID-19. Ainsi, les procédures qui ne sont pas suivies habituellement pendant un tel exercice, mais qui sont actuellement nécessaires pour assurer la distanciation physique, seront considérées conformes aux exigences du Code concernant les exercices d’incendie dans les écoles. 

Enfin, même si selon les pratiques exemplaires, tous les élèves et membres du personnel doivent participer aux trois exercices d’incendie avec évacuation complète obligatoires chaque trimestre d’après le Code de prévention des incendies, s’il faut modifier la fréquentation scolaire pour assurer une réouverture sécuritaire, les services d’incendie sont invités à collaborer avec les administrateurs d’école pour maximiser, autant que possible, la participation des élèves. 

Nous encourageons les services d’incendie à collaborer avec les administrateurs d’école, les programmes de jour prolongé, les programmes de tiers et les garderies (p. ex. : centres de garde d’enfants) pour assurer la sécurité des personnes présentes dans l’école. Le Bureau du commissaire des incendies reconnaît qu’il peut être difficile de respecter ces exigences et aidera les services d’incendie à assurer la sécurité-incendie. 

Pour évaluer vos options de sécurité-incendie, communiquez avec votre conseiller en protection contre les incendies. 

Questions-réponses 

Exercices d’incendie et réouverture sécuritaire des écoles 

Tout le monde doit-il sortir lors d’un exercice d’incendie avec évacuation complète? 

Oui. Un exercice d’incendie avec évacuation complète implique que tous les occupants sortent du bâtiment. 

Les conseils de santé publique s’appliquent-t-ils durant un exercice d’incendie avec évacuation complète? 

Les recommandations et directives des responsables de la santé publique jouent un rôle déterminant dans la prévention de la propagation de la COVID-19 et leur conseils s’appliquent lors d’un exercice d’incendie avec évacuation complète dans une école. D’après la Directive du commissaire des incendies 2020-001 (révisée le 3 août 2021) Exercices d’incendie avec évacuation complète dans les écoles durant la pandémie de COVID-19, les procédures qui ne sont pas suivies habituellement pendant un tel exercice, mais qui sont actuellement nécessaires pour assurer la distanciation physique, seront considérées par les assistants du commissaire des incendies conformes aux exigences du Code concernant les exercices d’incendie dans les écoles.   

Quelle est la pratique exemplaire à suivre pour les exercices d’incendie avec évacuation complète dans les écoles quand des élèves ne peuvent pas y participer en raison d’un modèle d’enseignement en personne adapté?  

Quand un conseil scolaire utilise un modèle d’enseignement en personne adapté et que les élèves fréquentent l’école selon un horaire en alternance, ne participeront à l’exercice d’incendie que le personnel et les élèves présents le jour en question. En pareil cas, les services d’incendie et les administrateurs d’école sont invités à collaborer pour planifier les exercices d’incendie de manière à maximiser la participation du personnel et des élèves aux semestres d’automne et du printemps. 

Est-il permis de donner un préavis d’exercice d’incendie? 

Il n’est pas nécessaire de mener les exercices d’incendie sans préavis. En fait, il est utile de planifier et d’aviser les participants pour limiter les problèmes opérationnels. Dans le cadre de la réouverture sécuritaire des écoles durant l’année scolaire 2021-2022, la planification d’un exercice d’incendie avec évacuation complète et la présentation d’un préavis faciliteront l’application de pratiques conformes aux directives sanitaires. 

Communiqué 2021-06: Module de formation en ligne sur les animaux laissés dans un véhicule

Le 8 juillet 2021

La Loi de 2019 sur les services provinciaux visant le bien-être des animaux (ci-après, la Loi), entrée en vigueur le 1er janvier 2020, permet aux policiers, aux agents des Premières Nations et aux inspecteurs provinciaux du bien-être des animaux d’entrer dans un véhicule automobile pour y retirer un animal en état de détresse critique. Conformément à la Loi de 1997 sur la prévention et la protection contre l’incendie (ci-après, la LPPI), ce sont les conseils municipaux qui définissent les niveaux de services de protection contre les incendies, ce qui peut inclure le sauvetage des animaux laissés dans un véhicule automobile. La LPPI confère aux pompiers le pouvoir d’entrer dans un véhicule pour sauver un animal en état de détresse.

Afin d’aider les pompiers dans cette fonction de sauvetage, le ministère du Solliciteur général a préparé un module de formation en ligne facultatif que peuvent suivre les services d’incendie pour savoir comment intervenir lorsqu’un animal est laissé dans un véhicule automobile. Ce module est disponible. Si vous y êtes invité, les utilisateurs doivent se connecter en tant qu'invité.

On y traite :

  • des dangers de laisser un animal dans un véhicule automobile et de la façon dont le public peut signaler les situations du genre;
  • des mesures de protection et pouvoirs prévus dans la LPPI concernant le sauvetage d’un animal laissé dans un véhicule automobile;
  • de la manière de déterminer si un animal laissé dans un véhicule automobile est en détresse, de la façon de s’occuper de l’animal et de ce qu’il faut faire sans tarder pour le soulager de son état de détresse;
  • des personnes ou organismes à contacter après le sauvetage d’un animal laissé dans un véhicule automobile.

Une lettre à ce sujet sera envoyée aux conseils municipaux, à laquelle sera jointe une copie du présent communiqué.

Pour en savoir plus, consultez votre conseiller en protection contre les incendies.

Communiqué 2021-05: Nouvelle plateforme pour l’accès au Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables et le dépôt de rapports types d’incident

Le 17 juin 2021

Le Bureau du commissaire des incendies (BCI) a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle plateforme pour accéder aux applications en ligne permettant de déposer des données dans le Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables ainsi que des rapports types d’incident.   

En effet, le dépôt de renseignements se fera désormais au moyen de deux nouvelles applications, hébergées sur le site « OFMEM One ». Ce site est présentement utilisé par les coordonnateurs communautaires de la gestion des situations d’urgence pour la soumission de renseignements sur la conformité municipale. L’application pour le dépôt de rapports types d’incident est destinée aux services des pompiers qui ne disposent pas de leur propre système de gestion des dossiers. Les services de pompiers qui ont un tel système pourront continuer de l’utiliser.

Des améliorations ont été apportées aux deux applications afin d’optimiser l’expérience utilisateur tout en conservant les fonctions de base, comme la génération de rapports et la modification des documents soumis. Conforme aux normes de la fonction publique de l’Ontario et aux pratiques exemplaires de l’industrie, cette nouvelle plateforme offre aux utilisateurs convivialité, accessibilité et mécanismes de sécurité accrus.

Les applications actuelles au seront désactivées le 22 juin 2021 pour être remplacées par la nouvelle plateforme, qui sera opérationnelle le 24 juin 2021. Il sera toujours possible d’entrer des données dans les deux applications jusqu’au 21 juin 2021. L’ensemble des données et dossiers actifs provenant des applications actuelles sera transféré vers la nouvelle plateforme. À noter que les utilisateurs ne pourront rien entrer ni rien modifier entre le 22 et le 24 juin 2021. 

Inscription des utilisateurs aux nouvelles applications

Les services des pompiers ne pourront plus avoir un compte unique. Il leur faudra maintenant créer un compte d’utilisateur pour chaque personne responsable d’entrer des renseignements dans le Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables ou de déposer des rapports types d’incident.

Voici les instructions pour assurer la création rapide des nouveaux comptes d’utilisateurs : 

  • Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables : les chefs des pompiers doivent transmettre à l’adresse PDA@ontario.ca le nom et l’adresse courriel de chaque membre du personnel qui sera chargé de déposer et de réviser les données sur le nouveau site Web.  
  • Rapports types d’incident : les chefs des services de pompiers ne disposant pas d’un système de gestion des dossiers doivent transmettre à l’adresse OFMstatistics@ontario.ca le nom et l’adresse courriel de chaque membre du personnel qui sera déposera et révisera l’information sur le nouveau site Web.

À la réception de leurs coordonnées, les membres du personnel recevront par courriel des instructions pour l’ouverture d’une session sur la nouvelle plateforme après le 24 juin 2021. Prenez note que chaque adresse courriel sera attribuée à une seule personne.  

Les questions concernant le Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables ou les renseignements à y déposer doivent être envoyées à la Section des services techniques du BCI, à l’adresse TechnicalServices@ontario.ca. Celles en lien avec l’application comme telle doivent être acheminées au BCI à l’adresse PDA@ontario.ca

Les questions relatives aux rapports types d’incident ou au processus de dépôt doivent être adressées à OFMstatistics@ontario.ca

En raison du lancement de ces nouvelles applications, les directives du commissaire des incendies 2014-001, « Registre des établissements hébergeant des personnes vulnérables », et 2015-001, « Dépôt de rapport type d’incident », ont été revues.

Avant de déployer la nouvelle plateforme, le BCI a mis les applications à l’essai en collaboration avec des services des pompiers, sélectionnés en consultation avec des partenaires. Des services des pompiers de moyenne et de grande taille des quatre coins de la province ont pris part au projet pilote, qui s’est déroulé en janvier. Le BCI souhaite les remercier pour leur participation et leur rétroaction.

Communiqué 2021-04: Fonds Joe Macdonald de bourses d'études à l'intention des survivants d'agents de sécurité publique

Le 28 mai 2021

Le Fonds Joe MacDonald de bourses d'études à l'intention des survivants d'agents de sécurité publique (le « Fonds ») a été créé en 1997 en hommage au sacrifice énorme que font les agents de sécurité publique et leurs familles pour assurer la sécurité de l’Ontario. La bourse est ouverte aux conjoints et enfants d’agents de sécurité publique qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions. La bourse peut être utilisée pour contribuer aux frais de scolarité, aux livres d'étude et aux frais de subsistance admissibles pour des programmes aboutissant à un grade universitaire ou à un diplôme dans un établissement canadien d’enseignement postsecondaire approuvé.

Le présent communiqué a pour objet d’annoncer l’existence de la bourse et de fournir des renseignements sur le formulaire de demande et les lignes directrices du programme. Veuillez noter que la date limite pour présenter une demande de bourse est le 28 juin 2021.

Aux fins de la bourse, « agent de sécurité publique » inclut les pompiers (temps plein, temps partiel et bénévoles) au sens du paragraphe 1 (1) de la Loi de 1997 sur la prévention et la protection contre l’incendie.

Veuillez transmettre des renseignements sur la bourse aux régions ou aux personnes appropriées pour qu’elles les distribuent.

Toute question au sujet de la bourse et du processus de demande doit être adressée à Yoko Iwasaki, par courriel, à yoko.iwasaki@ontario.ca, ou par téléphone, au 416 314-3085.

Quiconque remplit les critères d’obtention de la bourse et souhaite obtenir le formulaire de demande (en anglais ou en français) et les lignes directrices sur le programme doit aussi contacter Yoko.

En outre, des questions peuvent aussi être envoyées à Yoko, par écrit, à l’adresse ci-dessous :

Yoko Iwasaki, analyste en matière de sécurité communautaire
Section de l'élaboration des programmes
Direction des relations extérieures, Division de la sécurité publique
Ministère du Solliciteur général
25, rue Grosvenor, 12e étage
Toronto ON M7A 2H3

Pour terminer, le financement du Fonds dépendra de l’affectation de crédits que le ministère recevra de l’Assemblée législative de l’Ontario.

Communiqué 2021-03: Points de vue des services d’incendie de l’ontario concernant les lignes directrices et les procédures opérationnelles normalisées

Le 6 mai 2021

Les conclusions d'une enquête sur un incendie mortel menée par le Bureau du commissaire des incendies (BCI) en octobre 2020 sont l'occasion de fournir aux services d'incendie de l'Ontario des directives sur l'intervention en cas de déclenchement du système d'alarme incendie dans les immeubles résidentiels à logements multiples.

Dans le cadre de cette enquête, le BCI a déterminé qu'au milieu de la nuit, le service d'incendie a répondu au déclenchement du système d'alarme incendie dans un immeuble d'habitation. Tout au long de l'intervention, les pompiers n'ont observé aucun signe d'incendie à l'étage ou à proximité de l'endroit où un détecteur de fumée du système s'était activé. N'ayant repéré aucun signe visible de feu ou de fumée, ni d’odeur de fumée et n'ayant entendu aucun détecteur de fumée dans les appartements, le système d'alarme incendie de l'immeuble a été réinitialisé et les pompiers ont quitté les lieux.

Le lendemain matin, un tiers a découvert qu'un incendie s'était déclaré dans l'un des logements situés au même étage que celui où les pompiers étaient intervenus; toutefois, le feu s'était éteint de lui-même. Tragiquement, l'occupant du logement a été retrouvé décédé. Le BCI a déterminé qu'un détecteur de fumée situé dans le logement où s'est déclaré l'incendie a été activé à peu près en même temps que le système d'alarme incendie de l’immeuble.

Bien qu'il s'agisse d'un incident extrêmement rare, son issue nous rappelle qu'un système d'alarme incendie déclenché devrait être traité comme un incendie actif jusqu'à preuve du contraire. Les commandants des interventions sont formés et chargés des décisions à prendre sur les lieux en fonction des détails de l'incident.

Les directives et les procédures opérationnelles normalisées fournissent des directives au personnel des services d'incendie pour accomplir une tâche, utiliser les connaissances et les compétences pour effectuer des opérations précises, et conformer les municipalités aux pratiques exemplaires de l'industrie.

Selon les conclusions du BCI, les services d'incendie devraient envisager d'inclure les éléments suivants dans leurs directives et leurs procédures opérationnelles normalisées lorsqu'ils répondent au déclenchement d’un système d'alarme incendie dans un immeuble résidentiel à logements multiples :

  • Le cas échéant, les commandants des interventions devraient s'entretenir avec le personnel de surveillance désigné pour confirmer que les procédures d'urgence ont été mises en œuvre et que des instructions ont été données aux occupants de l’immeuble conformément aux procédures du plan de sécurité incendie de l’immeuble.
  • Après une évaluation primaire, et s'il n'y a pas de signes observables de fumée ou de feu, le système d'alarme incendie devrait être désactivé. Une fois le système d'alarme désactivé, les pompiers devraient envisager de retourner dans la zone où l'alarme incendie a été déclenchée pour une évaluation secondaire.
  • Une évaluation secondaire devrait comprendre les éléments suivants :
    • Dans la mesure du possible, examiner le plan de sécurité incendie de l’immeuble pour y trouver des références précises aux schémas de l’immeuble, à l'installation et à l'emplacement des systèmes d'urgence, à la présence de détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone dans les logements, ainsi que d'autres informations relatives à l'incident.
    • Dans la mesure du possible, faire du porte-à-porte à l'étage concerné et parler aux résidents. Envisager également de surveiller l'étage au-dessus et au-dessous de celui où l'alarme a été déclenchée pour relever des signes de fumée ou de feu. Si possible, un représentant de l’immeuble disposant d'un passe-partout peut aider à accéder aux logements afin de permettre une vérification physique des logements pour y relever des signes de fumée ou de feu.
    • Écouter les autres dispositifs de signalisation sonore tels que les détecteurs de fumée et les détecteurs de monoxyde de carbone des logements qui ne font pas partie du système d'alarme incendie. À cette fin, il est possible d'enlever les protections auditives lorsque la sécurité est assurée ou de demander à une équipe qui n'a pas été exposée au bruit initial du système d'alarme incendie d'effectuer ce travail.
  • Au terme d'une évaluation secondaire sans signes observables de fumée ou de feu, le système d'alarme incendie peut être réinitialisé.

Pour obtenir de plus amples informations sur les directives et les procédures opérationnelles normalisées en matière d’intervention, veuillez contacter votre conseiller local en protection contre les incendies.

Communiqué 2021-02: Modernisation de la formation au sein du Collège des Pompiers de l'Ontario

Le mars 4 2021

Le présent communiqué du commissaire des incendies fait suite à l'annonce du 13 janvier 2021 concernant le démantèlement du Collège des pompiers de l’Ontario (CPO) et la modernisation de la formation en sécurité-incendie en Ontario.

Le présent communiqué donne un aperçu de la modernisation de la formation du CPO par l’entremise de plusieurs modes, notamment les cours en ligne et les cours mixtes, les centres régionaux de formation (CRF) et les contrats d'apprentissage.

Le programme de formation d'un service d'incendie devrait être conçu pour répondre au niveau de service de protection contre les incendies établi en fonction de ses besoins et des circonstances, et être guidé par les conseils du chef des pompiers. Un programme de formation peut inclure une combinaison de différents modes de formation du CPO, ainsi qu'une formation locale à l’interne.

Alors que le démantèlement du campus du CPO à Gravenhurst est prévu pour le 31 mars 2021, le personnel continuera de jouer un rôle de premier plan dans l’élaboration des cours de formation. Cela comprendra la conception et l’élaboration des programmes, les services d'inscription, l’élaboration et le maintien de la formation en ligne, l’élaboration de la formation pour renforcer la capacité des centres régionaux de formation, et la surveillance du rendement et de l'assurance de la qualité des programmes au niveau local.

Dans le cadre de ce plan, les instructeurs du CPO seront affectés au niveau régional afin que les services d'incendie disposent d'un point de contact central pour toutes les questions relatives à la formation dans leur région. Les instructeurs travailleront en collaboration pour assurer la disponibilité de la formation dans l’ensemble de l'Ontario.

Les options disponibles pour la formation du CPO sont décrites ci-dessous :

  • Cours en ligne et cours mixtes
  • Contrats d'apprentissage
  • Centres régionaux de formation (CRF)
  • Unités mobiles d'entraînement (UME)

Si vous avez des questions concernant les options disponibles ou si vous voulez savoir comment communiquer avec l'instructeur affecté à votre région, vous pouvez vous adresser à Guy Degagné, sous-commissaire adjoint des incendies, formation et certification (Guy.Degagne@ontario.ca).

1. Cours en ligne et cours mixtes

Les cours en ligne sont généralement à progression autocontrôlée, ce qui permet une plus grande souplesse dans la réalisation des travaux de cours.

Les cours mixtes comportent une partie des cours en ligne et sont combinés à des séances de formation précises en personne. L'objectif de l'apprentissage mixte est de concentrer la formation en personne sur des éléments qui ne peuvent pas être enseignés en ligne. Les cours mixtes sont offerts par l'intermédiaire des centres régionaux de formation ou des contrats d'apprentissage.

Les cours suivants sont disponibles en ligne et/ou sous forme de cours mixtes :

  • Législation (En ligne)
  • NFPA 1521 (En ligne)
  • NFPA 1031 – Niveau 1 (En ligne)
  • NFPA 1035 – Agent d’information du public (En ligne)
  • NFPA 1035 - Niveau 1 (En ligne)
  • NFPA 1021 - Niveau 1 (En ligne)
  • NFPA 1021 - Niveau 2 (Mixte)
  • NFPA 1021 - Niveau 3 (Mixte)
  • NFPA 1021 - Niveau 4 (Mixte)
  • NFPA 1041 - Niveau 1 (En ligne / Mixte)
  • NFPA 1041 - Niveau 2 (Mixte)
  • Code de prévention des incendies – Partie 2 (En ligne)
  • Code de prévention des incendies – Partie 6 (En ligne)
  • Code de prévention des incendies – Partie 9 (En ligne)
  • NFPA 1001 - Niveau 1 (Mixte)
  • NFPA 1001 - Niveau 2 (Mixte)
  • NFPA 1002 (Mixte)
  • NFPA 1006 - Sauvetage en eaux vives, sauvetage sur la glace et sauvetage en zones de déferlement des vagues (Mixte)
  • NFPA 1033 - Investigateur en incendie (Mixte)

Des versions en ligne et/ou mixtes des autres cours de la National Fire Protection Association (NFPA) sont prévues d'ici l'année civile 2022-2023 du CPO. Il s'agit, notamment, des cours suivants :

  • NFPA 1031 - Niveau 1 (En ligne)
  • Code de prévention des incendies – Partie 3 (En ligne)
  • Code de prévention des incendies – Partie 4 (En ligne)
  • Code de prévention des incendies – Partie 5 (En ligne / Mixte)
  • Procédures judiciaires
  • NFPA 1072 Opérations de matières dangereuses (Mixte)

2. Contrats d'apprentissag

Les contrats d'apprentissage donnent accès aux programmes du CPO grâce à une formation à l’interne abordable et évolutive, et ils sont offerts au service d'incendie local, au rythme de celui-ci. Les contrats d'apprentissage sont établis au sein d'un seul service d'incendie, mais les plus petits services ont la possibilité de participer à la formation.

Le CPO soutient les contrats d'apprentissage en offrant tous les cours du CPO, y compris l'inscription complète dans la base de données du CPO; les numéros de cours du CPO; le matériel de cours du CPO; l'aide du CPO pour l'organisation des examens de la Section des normes d’éducation et de l’évaluation; le soutien du CPO en cas d'enquêtes du ministère du Travail; les certificats d'achèvement du CPO pour chaque étudiant.

La prestation des cours coûte 65 $ par étudiant. La formation peut avoir lieu pendant les heures de travail afin de réduire les coûts des heures supplémentaires et peut être dispensée par le personnel de formation des services d'incendie.

3. Centres régionaux de formation (CRF)

Les CRF sont exploités par les municipalités, les collèges communautaires ou les associations. Ils sont stratégiquement situés dans toute la province et offrent un accès à la formation pour les pompiers permanents, les services d'incendie mixtes, les pompiers volontaires, le Programme de protection contre les incendies dans le Nord (NFPP) et les services d’incendie des Premières Nations.

Les CRF sont en mesure de dispenser tous les programmes de la NFPA, y compris les examens de certification. De plus, les cours répondent aux normes de qualification professionnelle, y compris la formation en classe et sur les lieux d’intervention à l’extérieur. Il est important de noter que la disponibilité des cours dans l’ensemble de l'Ontario reposera sur une analyse des besoins qui doit soutenir les services d'incendie locaux ainsi que l'infrastructure et la capacité de prestation des CRF.

Un certain nombre de facteurs peuvent permettre de réaliser des économies ou d’éviter des coûts pour les services d'incendie qui suivent une formation dans les CRF, notamment le kilométrage à destination et en provenance du lieu de résidence, les coûts de remplacement du personnel des services d'incendie, le remboursement des repas, le temps accumulé et les coûts des heures supplémentaires.

L'intérêt pour l'ouverture et l'exploitation d'un nouveau CRF a considérablement augmenté depuis l'annonce en janvier. Vous trouverez ci-après une carte des emplacements actuels des CRF et de quelques-uns des emplacements supplémentaires envisagés. Veuillez noter que les emplacements potentiels sont continuellement mis à jour et que tous les emplacements ne sont pas indiqués sur la carte ci-jointe.

4. Unités mobiles d'entraînement (UME)

Le BCI a acheté deux unités mobiles d'entraînement qui seront mises à la disposition des services d'incendie dans l’ensemble de l'Ontario. Afin de soutenir la formation dans toute la province, une unité sera déployée dans le nord de l'Ontario et une autre dans le sud. Toutefois, ce point sera continuellement réexaminé pour évaluer les endroits où les besoins sont les plus importants.

Les UME offrent diverses options pour la formation en incendie réel afin de répondre aux besoins uniques de la formation, notamment, une trappe de sauvetage dans un espace confiné, des salles de formation au niveau principal, différentes options de lutte contre les incendies, des simulateurs d’incendie à accessoires multiples et des accessoires mobiles.

Le BCI déploiera ces unités en 2021 et peut les faire livrer à n’importe quel endroit. Les UME devront être réservées et seront disponibles de façon saisonnière entre mai et octobre. Pour réserver une unité, veuillez contacter le registraire du CPO à l'adresse ApplyCPO@ontario.ca

Annexe

Collège des pompiers de l'Ontario - Zones de couverture géographique

Andrew Blair - Est de l'Ontario

  • Northumberland
  • Peterborough
  • Hasting
  • Price Edward
  • Lennox Addington
  • Frontenac
  • Lanark
  • Ottawa
  • Leeds and Grenville
  • Stormont, Dundas, and Glengarry
  • Prescott-Russell

Robert King – Centre de l’Ontario:

  • Kawartha Lakes
  • Haliburton
  • Muskoka
  • Simcoe
  • Grey Bruce
  • Dufferin
  • Northumberland

Ken Benoit – grande région de Toronto/Niagara:

  • Durham
  • York
  • Peel
  • Toronto
  • Halton
  • Hamilton
  • Niagara

Lyle Quan – Sud de l’Ontario:

  • Wellington
  • Waterloo
  • Brant
  • Haldimand
  • Norfolk
  • Oxford
  • Perth
  • Huron
  • Middlesex
  • Elgin
  • Lambton
  • Chatham-Kent
  • Essex

 Grant Love – Nord-est de l’Ontario:

  • Renfrew
  • Nipissing
  • Parry Sound
  • North Bay
  • Temiskaming 

Jamie Meyer – Rainbow / Algoma / Nord-Est lointain:

  • Sudbury
  • Algoma (Wawa et à l'est et au sud de Wawa)
  • Cochrane
  • Manitoulin

Jennifer Grigg – Nord-Ouest de l'Ontario (Nipigon et l'Est):

  • Thunder Bay (région à l'est de Nipigon)
  • Algoma (Wawa et à l'ouest et au nord de Wawa)

Tim Beebe – Nord-Ouest de l'Ontario (Nipigon et l'Ouest):

  • Kenora
  • Rainy River
  • Thunder Bay (région à l'ouest de Nipigon)

Communiqué 2021-01: Le Collège des pompiers de l’Ontario

Le 14 janvier 2021

Le présent communiqué vise à donner une mise à jour au sujet du Collège des pompiers de l’Ontario («le Collège») et de la prestation de la formation en sécurité-incendie. 

La formation en Ontario est complexe en raison du grand nombre de services d’incendie et des différences dans leur composition et dans leurs besoins en formation. En 2012, le Collège a commencé à mettre à l’essai de nouveaux modèles de prestation de la formation afin d’accroître la capacité. La formation a commencé au niveau régional par l’entremise des centres régionaux de formation (CRF), par l’offre de cours en ligne ainsi que par des options mixtes et des contrats d’apprentissage qui peuvent être exécutés au niveau local. Cette approche modernisée a accru la capacité de formation et offre un programme de formation plus abordable, réalisable et accessible aux services d’incendie. 

Depuis la  transition à un modèle régionalisé, le Bureau du commissaire des incendies (BCI) a collaboré avec des partenaires pour accroître le nombre de CRF dans l’ensemble de la province. Avec 20 centres opérationnels à ce jour (un nombre qui va augmenter), la formation est beaucoup plus facile à obtenir en ne nécessitant pas de se rendre à Gravenhurst. Le Collège a la capacité de former environ 2500 pompiers par année sur le campus. Un nombre important de pompiers ne peuvent pas s’inscrire aux cours parce que ceux-ci sont rapidement pleins. Avec plus de 4000 membres du personnel formés à l’extérieur du campus chaque année, la possibilité d’utiliser d’autres modes de prestation pour la formation a vraiment aidé à répondre aux besoins des services d’incendie.

Alors que le BCI poursuit sa transition vers un modèle de prestation plus moderne, le Collège des pompiers de l’Ontario à Gravenhurst, qui n’a pas offert de formation sur place depuis le début de la COVID-19 en mars 2020, sera fermé. Une fois le démantèlement des installations terminé, le gouvernement supervisera l’entretien de cette propriété de 99 acres et étudiera les possibilités d’utilisation de ce site à l’avenir.Dans le cadre d’un dialogue ouvert, les services d’incendie nous ont fait part du besoin d’accroître la capacité à fournir des cours de formation et de moderniser le programme d’entrainement à la lutte contre les incendies. Le passage à un mélange de formation en ligne et sur place par l’entremise des CRF nous permet d’offrir une formation adaptée et de haute qualité aux services d’incendie de l’Ontario. La fermeture du site du Collège de Gravenhurst nous permettra également d’aider à répondre aux besoins en formation par d’autres méthodes et de soutenir une formation plus localisée.

Dans le cadre de ce plan, le BCI fait l’acquisition de deux unités mobiles d’entraînement, qui pourront être déployéesà divers endroits dans la province pour permettre de dispenser une formation pratiquelocalement. On fera aussi en sorte que l’équipement spécialisé du Collège soit mis à la disposition des CRF et d’autres sites afin que la formation puisse être adaptée aux besoins particuliers de chaque service d’incendie et   dispensée à un endroit qui ne nécessite plusd’envoyer du personnel à Gravenhurst, ce qui représentait des coûts supplémentaires pour les services d’incendie. 

Ces efforts de modernisation de la sécurité-incendie en Ontario répondront mieux aux besoins des services d’incendie dans l’ensemble de la province et, même si la fermeture du site du Collège des pompiers de l’Ontario à Gravenhurst marque la fin d’une longue tradition de formation des pompiers en Ontario, le BCI se réjouit des possibilités d’offrir un programme plus moderne qui continuera de répondre aux besoins de formation des services d’incendie de l’Ontario.