À propos de l'intimidation

L'intimidation est un comportement agressif généralement répété au fil du temps. Il a pour but de causer un préjudice, de la peur ou de la détresse, ou de créer un climat négatif pour une autre personne.

L'intimidation se produit dans un contexte de déséquilibre de pouvoirs réel ou perçu. Un « déséquilibre » existe par exemple si un élève est plus âgé qu'un autre ou s'il est dans une année d'études supérieure.

Lire la définition de l'intimidation dans la Loi sur l'éducation.

Types d'intimidation 

L'intimidation peut revêtir plusieurs formes. Elle peut être :

  • physique : coups, bousculades, vol ou bris d'effets personnels
  • verbale : insultes, moqueries ou remarques sexistes, racistes ou homophobes
  • sociale : exclusion d'un groupe ou propagation de ragots et de rumeurs
  • écrite : écriture de mots ou de symboles blessants ou offensants
  • électronique (appelée également cyberintimidation) : propagation de rumeurs ou de commentaires blessants par courriel, messagerie textuelle ou sur les médias sociaux

Quelle que soit la forme qu'elle revêt, l'intimidation est inacceptable.

Cyberintimidation

La cyberintimidation :

  • vise à vexer, menacer ou embarrasser une autre personne
  • fait appel aux courriels, aux téléphones cellulaires, à la messagerie textuelle et aux médias sociaux pour menacer, harceler, embarrasser, exclure socialement ou nuire aux réputations et amitiés
  • inclut des rebuffades et des insultes, et peut également donner lieu à la propagation de rumeurs, au partage de renseignements, photos ou vidéos confidentiels, ou à la menace de faire du mal à quelqu'un

Au sein des écoles ontariennes, la direction est tenue de réagir à la cyberintimidation si elle a une incidence sur le climat scolaire. Par exemple, si un élève est intimidé et embarrassé en raison d'une publication sur un média social ou d'un courriel qui a été envoyé à d'autres élèves de l'école, il pourrait refuser d'aller à l'école.

Conflit

On peut parfois confondre conflit et intimidation, mais ce sont deux choses différentes. Un conflit entre élèves n'est pas toujours synonyme d'intimidation.

Les conflits surviennent lorsque des personnes sont en désaccord, ont une divergence d'opinions ou ont des points de vue différents. En situation de conflit, chaque personne se sent libre d'exprimer ses opinions.

Très tôt, les enfants comprennent que d'autres personnes peuvent avoir des points de vue différents des leurs. Le développement de la capacité de mettre en perspective prend du temps et se poursuit jusqu'au début de l'âge adulte footnote 1 .

C'est la façon dont les gens réagissent face au conflit qui peut le rendre positif ou négatif.

Lorsque le conflit devient intimidation

Un conflit devient négatif lorsqu'une personne se comporte de manière agressive en disant ou en faisant des choses blessantes. Le conflit prend alors la forme d'une interaction agressive.

Au fil du temps, un schéma comportemental peut s'établir selon lequel la personne se comportant de façon agressive poursuit le conflit, voire l'aggrave. La personne qui subit le conflit agressif peut commencer à se sentir moins capable d'exprimer son point de vue et peut se sentir impuissante. C'est à ce moment que le conflit négatif peut devenir de l'intimidation.

Réponses des écoles au conflit

Les écoles ne répondent pas à l'intimidation et au conflit de la même façon.

Par exemple, en cas de conflit, un membre du personnel scolaire peut essayer de réunir les élèves afin qu'ils exposent chacun leur version de ce qu'il s'est passé en vue de les aider à résoudre le problème ensemble.

En cas d'intimidation, la direction de l'école envisagera de recourir à la discipline progressive, qui peut donner lieu à une suspension ou à un renvoi.

Lorsque l'intimidation est signalée par un enfant

Un jeune enfant ne sait peut-être pas ce que veut dire « intimidation », mais il comprend qu'une personne est méchante, lui fait du mal, le rend triste ou lui fait peur.

Il ne vous le dit peut-être pas parce qu'il peut craindre que « dénoncer », « rapporter » ou « moucharder » ne fasse qu'empirer la situation.

Différence entre rapporter et dénoncer

Rapporter consiste à dénoncer quelqu'un pour lui attirer des ennuis.
Dénoncer consiste à obtenir de l'aide lorsqu'on vous fait du mal, ou lorsqu'on fait du mal à une personne de votre connaissance, ou lorsque votre droit ou le droit de cette personne à être en sécurité est retiré footnote 2 .

Adolescents

Les adolescents peuvent ne pas vous dire qu'il y a un problème. Ils peuvent parler de « harcèlement » plutôt que d'« intimidation ».

Les adolescents préfèrent souvent régler les problèmes eux-mêmes. Ils peuvent se dire que vous allez vous faire du souci ou que vous allez confisquer un objet important, comme leur téléphone cellulaire. Ils peuvent par ailleurs simplement trouver embarrassant de faire intervenir un parent.

Conséquences de l'intimidation

L'intimidation ne doit pas être considérée comme faisant partie du processus normal de la croissance.

L'intimidation est un problème sérieux qui peut avoir de graves conséquences pour les élèves concernés, leurs familles, leurs camarades et leur communauté.

Les enfants qui subissent des actes d'intimidation aussi bien que ceux qui pratiquent l'intimidation risquent d'avoir des problèmes affectifs, comportementaux et relationnels. Ils auront besoin du soutien d'adultes pour les aider à établir des relations saines, non seulement à l'école, mais aussi tout au long de leur vie.

Plus d'un élève ontarien sur cinq (21 %) indique subir des actes d'intimidation à l'école, selon une étude de 2017 du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).

Souvent, les élèves qui subissent des actes d'intimidation :

  • éprouvent une angoisse sociale
  • se sentent seuls
  • se replient sur eux-mêmes
  • contractent des maladies physiques
  • ont une piètre estime de soi

Ils peuvent aussi développer des phobies, avoir un comportement agressif ou sombrer dans la dépression.

Certains manquent l'école, d'autres voient leurs notes se détériorer ou décrochent complètement.

Les enfants et les adolescents qui apprennent à user de leur pouvoir et à être agressifs pour faire souffrir les autres peuvent ne plus faire la différence entre le bien et le mal. Une fois adultes, ils peuvent finir par devenir violents.

Il est important d'aider les enfants le plus tôt possible à cesser de pratiquer l'intimidation.

Signes qu'un enfant subit des actes d'intimidation

Même s'il n'aborde pas le sujet, vous pouvez chercher des signes indiquant qu'un enfant subit des actes d'intimidation.

Les enfants qui subissent des actes d'intimidation pourraient :

  • ne pas vouloir aller à l'école, pleurer ou tomber malades les jours d'école
  • refuser de participer à des activités ou à des événements sociaux avec d'autres élèves
  • agir de façon inhabituelle
  • soudainement égarer des sommes d'argent ou des objets personnels
  • rentrer avec des vêtements déchirés ou des effets personnels cassés, et vous donner des explications incohérentes

Les adolescents qui subissent des actes d'intimidation ou de harcèlement pourraient commencer à parler de décrochage et à éviter les activités auxquelles participent d'autres élèves.

Votre enfant pourrait subir des actes d'intimidation

  • Écoutez votre enfant et dites-lui qu'il a le droit d'être en sécurité.
  • Établissez la nature des faits avec exactitude. Consignez par écrit ce qui s'est passé et quand cela s'est produit.
  • Aidez votre enfant à faire la distinction entre « moucharder », « rapporter » ou « dénoncer », et signaler un incident. Expliquez-lui que signaler un incident exige du courage et qu'il ne s'agit pas de causer des problèmes à un autre élève, mais de protéger l'ensemble des élèves.
  • Prenez rendez-vous pour discuter avec un responsable de l'école. Il peut s'agir de l'enseignant de votre enfant, d'un autre enseignant en qui il a confiance, de la direction de l'école ou de la direction adjointe.
  • Essayez de rester calme, de façon à pouvoir aider votre enfant et à élaborer un plan d'action avec lui.
  • Surveillez le comportement de votre enfant. Si vos rencontres avec le personnel scolaire ne mettent pas fin à l'intimidation, demandez à parler à la direction. Faites le suivi des mesures convenues lors de la réunion.
  • Parlez au moniteur ou à l'entraîneur si l'intimidation se produit durant les activités parascolaires ou sportives.
  • Communiquez avec la police si l'intimidation implique un acte criminel, comme une agression sexuelle ou l'emploi d'une arme, ou si votre enfant est menacé dans la communauté plutôt qu'à l'école.

« L'empathie est la capacité à reconnaître et à partager les émotions qu'une autre personne ressent. Elle n'atteint généralement son plein potentiel qu'au début de l'âge adulte. Pendant l'enfance, une forme rudimentaire d'empathie émerge lorsque les enfants commencent à se sentir mal quand ils perçoivent la détresse émotionnelle d'une autre personne » footnote 3 .

Aidez votre enfant à faire face à l'intimidation

En travaillant avec l'école pour aider votre enfant ou votre adolescent à faire cesser l'intimidation, vous lui montrez l'exemple et vous lui communiquez clairement le message que l'intimidation est répréhensible.

Quel que soit son âge, vous pouvez aider votre enfant en l'encourageant à en parler et en lui donnant les conseils suivants :

  • Garde ton calme et quitte la scène d'intimidation
  • Explique ce qui s'est passé à un adulte en qui tu as confiance, p. ex., une enseignante ou un enseignant, la directrice ou le directeur d'école, la conductrice ou le conducteur de l'autobus scolaire, la surveillante ou le surveillant de la salle des repas
  • Signale-le anonymement à l'école ou au conseil scolaire
  • Parles-en avec tes frères et sœurs ou avec des amis pour que tu ne te sentes pas seul(e)
  • Appelle Jeunesse, J'écoute au numéro sans frais 1 800 668-6868

Votre enfant pourrait pratiquer l'intimidation

Les enfants qui pratiquent l'intimidation le font parfois aussi bien à la maison qu'à l'école.

Observez et écoutez vos enfants. Vous verrez peut-être des signes indiquant que l'un d'eux intimide l'un de ses frères ou l'une de ses sœurs.

Les enfants qui pratiquent l'intimidation peuvent parfois se montrer agressifs et perturbateurs à la maison, et n'avoir aucun respect pour les règles de la maisonnée.

Si vous vous inquiétez au sujet de votre enfant et pensez qu'il pourrait pratiquer l'intimidation, observez comment il interagit avec ses frères et sœurs, avec vous et avec ses amis.

Votre enfant peut pratiquer l'intimidation à l'école s'il semble :

  • agressif
  • ne pas bien s'entendre avec les autres
  • ne pas faire preuve d'empathie

Signes physiques

Les enfants qui pratiquent l'intimidation physique pourraient rentrer à la maison en ayant des bleus, des éraflures ou des vêtements déchirés. Ils peuvent soudainement avoir plus d'argent à dépenser ou être en possession de choses qu'ils n'auraient normalement pas les moyens d'acheter. Ils risquent également de « parler durement » des autres élèves.

Raisons pour lesquelles votre enfant pratique l'intimidation

Un comportement d'intimidation peut se développer au fil du temps ou bien à la suite d'un changement, d'une perte ou d'une déception importants. L'un de vos enfants a-t-il récemment été confronté à ce type de situation?

Réfléchissez à la façon dont les problèmes et les conflits sont gérés chez vous. Les membres de votre famille en parlent-ils pour arriver ensemble à une solution?

Une bonne façon de dissuader un enfant de pratiquer l'intimidation consiste à lui donner le bon exemple et à lui montrer comment surmonter les difficultés sans exercer son pouvoir ou recourir à l'agression.

De plus, il faut absolument expliquer aux enfants en quoi consiste l'intimidation. Il faut décrire les différents types d'intimidation et expliquer que l'intimidation est blessante et dangereuse. Faites comprendre à votre enfant que l'intimidation est répréhensible et qu'elle est dans tous les cas inacceptable.

Ce que peuvent faire les écoles

Les élèves qui pratiquent l'intimidation, que ce soit en personne ou en ligne, font face à diverses conséquences.

Discipline progressive

Pour répondre à l'intimidation, la direction d'école emploie une approche préconisant la discipline progressive. À l'aide de la politique de l'Ontario en matière de discipline progressive, une direction d'école peut choisir une mesure parmi un éventail d'options pour corriger le comportement et aider l'élève à tirer des leçons de ses actions.

Voici quelques exemples de discipline progressive :

  • présenter des excuses pour avoir formulé un commentaire blessant ou irrespectueux
  • passer en revue les attentes à l'égard de l'élève
  • organiser une rencontre avec les parents ou les tutrices et tuteurs
  • offrir des services de counseling en maîtrise de la colère
  • suspendre l'élève de l'école

Dans les cas les plus graves, la direction peut recommander que l'élève soit renvoyé de l'école s'il a fait l'objet d'une suspension préalable pour intimidation et qu'il continue de constituer un risque inacceptable pour la sécurité d'une autre personne. Ces règles s'appliquent aussi bien aux élèves de l'élémentaire qu'à ceux du secondaire.

Discipline progressive :

  • contribue à empêcher qu'un comportement inapproprié s'aggrave et ait une incidence négative sur l'ensemble des élèves et sur leur perception de la sécurité et de l'école
  • prône un comportement positif chez les élèves
  • aide les élèves à assumer la responsabilité de leur comportement et à découvrir des façons plus positives d'interagir avec autrui

Apprenez-en plus sur la discipline progressive.

Soutien aux élèves concernés

Les conseils scolaires sont tenus d'offrir des programmes, des interventions et d'autres mesures de soutien aux élèves qui subissent des actes d'intimidation, à ceux qui en sont témoins et à ceux qui pratiquent l'intimidation.

Toutes les écoles et tous les conseils scolaires sont tenus d'avoir en place :

  • des politiques visant à prévenir l'intimidation et à y répondre
  • des plans de prévention et d'intervention en matière d'intimidation
  • des politiques en matière de discipline progressive ainsi que d'équité et d'éducation inclusive

Communiquez avec l'école ou le conseil scolaire de votre région pour en savoir davantage sur les politiques, les programmes et les interventions en matière d'intimidation.

Lire la politique de l'Ontario sur la prévention et l'intervention en matière d'intimidation. Cette politique énonce les attentes relatives à l'élaboration et à la mise en œuvre par les conseils scolaires de politiques sur la prévention et l'intervention en matière d'intimidation.

Signalement

Tous les employés des conseils scolaires doivent signaler à leur direction les incidents graves,  comme l'intimidation, impliquant des élèves.

La direction est tenue d'enquêter sur tous les incidents d'intimidation signalés.

Les employés des conseils scolaires qui travaillent directement avec les élèves, comme les enseignants, les travailleurs sociaux et les conseillers d'orientation, doivent réagir à tous les comportements inappropriés ou irrespectueux qui ont un effet négatif sur le climat scolaire, y compris l'intimidation.

Apprenez comment le personnel gère les incidents à l'école.

Vous pouvez parler à la direction de votre école si vous voulez en apprendre davantage sur ce que fait l'école.

Ce que les parents et les tutrices ou tuteurs peuvent attendre de l'école

Les écoles doivent mettre en place des procédures permettant aux élèves de signaler en toute sécurité et sans grands risques de représailles un incident d’intimidation. Consultez votre école pour savoir comment signaler des actes d'intimidation. 

Si des membres du personnel apprennent que votre enfant subit des actes d'intimidation, vous pouvez vous attendre à ce que l'école communique avec vous. Il se peut que l'enseignant de votre enfant ou un autre enseignant à qui il fait confiance soit en mesure d'aider à élaborer des stratégies qui contribueront à résoudre le problème.

Responsabilités de la direction d'école

La direction de l'école doit communiquer avec les parents ou les tutrices ou tuteurs des élèves subissant des actes d'intimidation ainsi que des élèves s'y livrant, et les informer :

  • de ce qui s'est produit
  • du préjudice subi par l'élève
  • des mesures prises pour assurer la sécurité de l'élève, y compris les mesures disciplinaires prises en réponse à l'incident
  • des soutiens qui seront proposés à l'élève en réponse à l'incident

Procédure en place dans les écoles

Les écoles doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour enquêter sur les questions que vous soulevez, tout en protégeant la vie privée des élèves.

L'école disposera d'une procédure que vous pourrez suivre si vous doutez de l'aide apportée à votre enfant. Si vous n'êtes pas satisfait de la réponse de l'école, vous pouvez communiquer avec l'agente ou l'agent de supervision de votre conseil scolaire.

Jouez un rôle actif

Si vous vous inquiétez pour votre enfant ou souhaitez obtenir de plus amples renseignements, demandez à consulter :

  • la politique de prévention et d'intervention en matière d'intimidation du conseil scolaire
  • le code de conduite de l'école, qui définit la façon dont les élèves, les enseignants et les autres membres de la communauté scolaire doivent se comporter les uns envers les autres
  • le plan de prévention et d'intervention en matière d'intimidation de l'école et du conseil, qui décrit ce que le personnel scolaire est en mesure de faire pour résoudre le problème
  • les résultats du sondage sur le climat scolaire effectué par l'école

Le sondage sur le climat scolaire pour les parents ou les tutrices et tuteurs est un sondage anonyme qui aide les écoles à évaluer le sentiment de sécurité des élèves et à déterminer comment prévenir l'intimidation et promouvoir des écoles sécuritaires et tolérantes. Il doit être réalisé au moins tous les deux ans. Il est offert en 22 langues.

Lire le Code de conduite de l'Ontario – Guide des parents. Ce guide définit les rôles et responsabilités de tous les membres de la communauté scolaire : élèves, parents ou tutrices et tuteurs, personnel et partenaires communautaires.

Vous pouvez envisager de vous joindre à l'équipe pour la sécurité et la tolérance dans les écoles de votre école. Cette équipe est chargée de favoriser un climat scolaire sécuritaire, inclusif et tolérant. Elle se compose de la directrice ou du directeur de l'école, d'au moins un parent, de membres du personnel scolaire, d'un élève et d'un partenaire communautaire.

Prévenir l'intimidation

Tout le monde souffre lorsque des actes d'intimidation sont commis, et tout le monde peut aider à les prévenir. Dans 85 % des cas, ces actes se déroulent en présence de témoins.

Ces derniers sont touchés par ce qu'ils voient. Ils peuvent avoir peur et ne pas souhaiter intervenir par crainte de devenir des cibles ou d'aggraver la situation de la victime.

Vous pouvez aider votre enfant à comprendre que l'intimidation n'est pas acceptable et qu'il peut contribuer à y mettre fin en la signalant à un adulte ou en la signalant de façon anonyme.

Promouvoir de saines relations

La prévention de l'intimidation et l'intervention ne se limitent pas simplement à l'éradication de l'intimidation.

Elles encouragent également l'établissement de relations saines, lesquelles se traduisent par des interactions respectueuses entre les personnes, que ce soit en personne ou en ligne. L'objectif est d'aider à veiller à ce que tous les élèves aient des relations saines, sûres, respectueuses et bienveillantes avec toutes les personnes que la vie place sur leur chemin.

Les enseignants, les parents ou les tutrices et tuteurs et les autres adultes doivent être des modèles de comportement pour les enfants et leur montrer comment construire des relations saines. Pour que les enfants aient des relations positives avec leurs pairs, ils doivent avoir des relations positives avec les adultes.

Les élèves qui ont des relations saines seront moins enclins à pratiquer l'intimidation, seront plus disposés à aider les élèves qui subissent des actes d'intimidation et seront mieux en mesure d'atteindre leurs objectifs scolaires.

La promotion de relations saines est un excellent moyen de prévenir l'intimidation et de créer un climat scolaire sécuritaire et accueillant.


Notes en bas de page

  • note de bas de page[1] Retour au paragraphe D'un stade à l'autre : Une ressource sur le développement des jeunes, p. 26
  • note de bas de page[2] Retour au paragraphe Fédération des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (FEO) et Centre ontarien de prévention des agressions (COPA), Établir des milieux scolaires sécuritaires, janvier 2012, p. 61
  • note de bas de page[3] Retour au paragraphe D'un stade à l'autre : Une ressource sur le développement des jeunes, p. 24
Mis à jour : 14 juillet 2021
Date de publication : 01 septembre 2016