Protéger la santé des poissons et des animaux sauvages

Les maladies et les parasites font naturellement partie de nos écosystèmes. Même si des maladies et des parasites sont présents, ils n’ont peut-être pas d’effet important sur les populations d’animaux sauvages. 

Cependant, nous surveillons ou contrôlons certaines maladies de poissons et d’animaux sauvages si elles ont des répercussions su :

  • les populations de poissons et d’animaux sauvages;
  • la santé humaine.

Suivre la maladie

Le ministère du Développement du Nord et des Mines et le ministère des Richesses naturelles et des Forêts mettent en œuvre des programmes pour : 

  • garder certaines maladies d’animaux sauvages mortelles hors de l’Ontario;
  • réduire au minimum les répercussions des maladies des animaux sauvages.

Ces programmes englobent ce qui suit :

Nous menons également des programmes de recherche, de surveillance et de contrôle pour :

  • détecter et recenser les maladies émergentes; 
  • aider à prévenir la propagation des maladies et des parasites dans de nouvelles régions;
  • protéger la santé publique;
  • conserver la biodiversité des espèces de poissons et d’animaux sauvages;
  • s’attaquer aux menaces pour l’économie de l’Ontario.

En savoir plus sur :

Nous travaillons également en étroite collaboration avec le Réseau canadien pour la santé de la faune afin de surveiller la santé de la faune de l’Ontario. 

En savoir plus sur les maladies des poissons et des animaux sauvages

Mortalité massive de poissons et d’animaux sauvages

De temps à autre, il y a des mortalités subites ou massives parmi les populations de poissons et d’animaux sauvages. Ces morts peuvent être causées par :

  • les maladies, p. ex., la septicémie hémorragique virale (SHV);
  • des toxines, p. ex., le botulisme;
  • de faibles taux d’oxygène dans l’eau (poisson);
  • du stress causé par les frayères ou les changements de température de l’eau (poisson).

Comment signaler la mortalité massive de poissons.

Botulisme

Le botulisme cause parfois des mortalités massives de poissons et d’oiseaux, notamment :

  • des mortalité massives annuelle à petite échelle autour des Grands Lacs;
  • de rares cas de mortalités massives à grande échelle.

La toxine du botulisme de type E est produite par une bactérie qui vit naturellement dans les sédiments de fond de lac comme spore inoffensive. La bactérie commence à produire la toxine dans certaines conditions :

  • en présence d’une source riche en éléments nutriments (comme un animal mort);
  • en l’absence complète d’oxygène;
  • à une température optimale.

La toxine pénètre alors dans la chaîne alimentaire aquatique, ce qui affecte les poissons et les oiseaux qui mangent des mollusques ou du poissons.

Comment se protéger contre le botulisme

Une cuisson et une manipulation adéquates éliminent la toxine du botulisme. Assurez-vous :

  • bien cuire le poisson et les gibier d’eau;
  • ne pas consommer de poisson ou de gibier d’eau malades ou mourants;
  • ne pas laisser les animaux domestiques manger la chair crue d’un oiseau ou d’un oiseau ou d’un poisson contaminé.
Mis à jour : 19 août 2021
Date de publication : 17 juillet 2014